undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5
3,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
3
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Annihilator (Edition Limitée)
Format: CDModifier
Prix:21,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le nombre treize porte-t-il bonheur, ou malheur ? Voilà une des questions qui me vient à l'esprit alors que je suis sur le point de découvrir le treizième album des infatiguables thrasheurs canadiens d'Annihilator. L'opus précédent (Metal), malgré sa liste d'invités prestigieux, n'était finalement qu'un disque sympathique, et vraiment pas le meilleur ou le plus inspiré que ce génie de Jeff Waters (guitariste, compositeur, un peu chanteur... bref, Annihilator: c'est lui) nous ait proposé en un peu plus de vingt ans de carrière. J'ai d'ailleurs remarqué que, depuis un moment, avec ce groupe, c'était un peu "un album sur deux". En effet, lorsqu'un disque est vraiment réussi, le suivant est une petite déception, puis ça repart avec celui d'après. Ainsi, alors que "Waking The Fury" (2002) m'avait bien botté le derrière, "All For You" en 2004 (malgré des qualités certaines) avait fait redescendre mon enthousiasme. Puis, "Schizo Deluxe" (2005) m'avait redonné la foi... jusqu'à ce que "Metal" (2007) vienne à nouveau tempérer ma ferveur. Si l'on suit cette logique, ce nouvel "Annihilator" (en panne de titre, Mr. Waters ?) devrait mettre sa petite claque. En plus, la pochette sombre et affreuse à souhait, avec une vilaine Alice revenue d'entre les morts et poussant le concept d'automutilation un brin trop loin (puisqu'elle semble s'être gravé le nom du groupe sur le front), semble annoncer un retour vers quelque chose de plus méchant. Alors, est-ce le cas ?

Bon, on donne le verdict tout de suite pour ceux qui sont très pressés, et on développe après. Oui, "Annihilator" est un bon cru, aucun doute là-dessus. Oui, il est meilleur que "Metal", largement. Non, ce n'est pas un chef d'oeuvre ou l'un des tous meilleurs disques du groupe pour autant. On s'en contentera, faut de mieux.
Alors, les points forts de cette nouvelle livraison: un son plus percutant que l'album précédent. Premier bon point donc avec un mix confère aux compos davantage d'agressivité et de puissance que sur "Metal" qui sonnait heavy mais pas thrash.
Deuxième bon point, et pas des moindres: le premier quart d'heure du CD. Les trois premiers morceaux sont tout bonnement excellents et constituent l'un des meilleurs débuts d'album d'Annihilator qu'il m'ait été donné d'entendre depuis un moment ! Démarrage impeccable avec "The Trend", compo de sept minutes qui surprend avec ses deux premières minutes instrumentales et mélodiques, avant de se lancer dans une suite plus thrash. Le refrain est efficace, le chant de Dave Padden est bien agressif, et les soli sont superbes (il paraitrait d'après la maison de disque que l'album en contiendrait soixante-six !). Excellent départ donc. L'intensité ne baisse pas avec "Coward", bien au contraire. Riff ultra speedé, tempo très rapide, c'est du thrash sans concession comme je l'affectionne. On pense que ça va se calmer un peu avec la piste suivante... mais que nenni ! "Ambush" enfonce bien le clou: trois minutes de thrash old-school sans temps mort avec un refrain bête et méchant (avec de gros choeurs bourrins) qui rappelle d'ailleurs celui de "Human Insecticide" (album "Alice in Hell" en 1989) de par son côté implacable. Waouh... ça démarre très fort !

Le petit souci qu'il convient de souligner, après un paragraphe entièrement dédié au savoir-faire et à la gloire de Jeff Waters, est que les trois premières chansons de ce nouvel album sont également les meilleures. La suite n'est pas mauvaise et contient encore de très bons moments, mais elle déçoit un peu et se révèle moins intense et plus inégale. Fallait pas griller toutes les cartouches dès le début, Jeff ! J'ai un peu de mal à me passionner pour "Betrayed" qui n'est pas râtée mais un peu monotone, et qui ressemble à un titre assez classique comme les albums précédents du groupe en sont remplis. "25 Seconds" est plus originale avec son étrange ligne de basse et ses changements de rythme, mais elle ne me convaint pas totalement non plus. Le trio suivant "Nowhere To Go" / "The Other Side" / "Death In Your Eyes" est très sympa et ravive mon intérêt pour ce disque. Pas de tueries dans la lignée des trois premières compos, mais de très bonnes chansons tout de même. "Payback" est très heavy et rappelle même un peu Pantera lors du refrain, pas ma préférée cela-dit... "Annihilator" s'achève avec une chanson assez fun et surprenante: "Romeo Delight" de Van Halen ! L'idée de va pas forcément plaire à tout le monde, mais j'avoue que le fait de conclure avec un morceau plus Hard Rock est assez sympa et vient casser un peu la routine.

Voilà. "Annihilator" est donc, globalement, un disque solide avec son lot de tueries... et de morceaux un peu moins convaincants. Dommage d'avoir balancé les morceaux les plus speed et thrash en début d'album, ça laissait espérer un ensemble plus terrassant qu'il ne l'est réellement. Il y a de tout, le style du groupe n'a pas vraiment évolué et le manque de surprise (même si le niveau général est assez élevé et que l'inspiration semble repointer le bout de son nez) finit, avec les années qui passent, par jouer un peu contre la bande à Jeff. Les fans (dont je fais indéniablement partie) ne sauraient cependant se passer de cette nouvelle offrande. Un souhait pour finir: une tournée en tête d'affiche qui passerait par la France, s'il vous plaît ! Parce que sur scène, je peux vous dire qu'il y a peu de chances d'être déçu tant le groupe est une véritable machine de guerre, parfaitement huilée et opérationnelle. Croisons les doigts...

P.S.: Attention l'édition limitée ne contient qu'un CD et pas deux, comme le dit le descriptif du site. Si vous aimez les porte-clefs, les pins ou les autocollants, faites-vous plaisir !

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 mai 2010
Bon ok, ce titre ne sert à rien mais des fois on n'a pas d'idées hein !
En même temps, Jeff ne s'est pas foulé non plus pour trouver un titre à son nouvel album, alors bon...

Mais s'est-il foulé en ce qui concerne la musique ?
Là c'est déjà plus intéressant, et compliqué à la fois.
Intéressant car tous les CDs d'Annihilator contiennent des morceaux de guitare de bravoure, des speederies jouissives, et un style reconnaissable entre mille.
Compliqué car tous les CDs d'Annihilator sont inégaux, contiennent les mêmes gimmicks, et le style est vraiment, mais alors vraiment reconnaisable.
Le tout est d'évaluer le nombre de tueries par album, et le nombre de petites nouveautés. En plus, Annihilator obéissant presque systématiquement à la règle du bon album sur deux, et sachant que Metal (pas foulé sur le titre non plus là....) était quand même bien paresseux, on a d'ores et déjà une idée sur la question.

Oui, "Annihilator" est bon. Mais seulement bon.
Pourtant l'album commence fort avec les trois meilleures pistes. "The Trend" brouille les pistes avec une intro inattendue, mais qui revient vite à des sonorités plus familières, et nous asséne un très bon morceau, rapide, rageur et inventif. Bravo.
"Coward" fait dans la speederie débridée, avec couplet déclamé comme à l'habitude, et "Ambush" lui emboite le pas, légèrement moins speed, mais avec un refrain bourrin à souhait qui fait plaisir.

Et voilà, ça commençait trop fort.
Le reste, même s'il contient de bonnes choses et notamment des touches assez étonnantes, comme la partie de basse de 25 seconds, ou la très rock'n'roll (on dirait presque du Skid Row !) Romeo Delight, mais ça ne suffit pas à passionner pour autant.
On écoute tout avec plaisir, mais sans fébrilité non plus.

Alors oui, un groupe avec une telle discographie a forcément composé ses références il y a bien longtemps, mais le père Jeff est quand même capable de surprendre. Réécoutez 'Waking the Fury' ou le génial 'Schizo Deluxe' pour mesurer la différence avec ce 'Annihilator', bien ficelé mais manquant quand même de génie.

Bon mais sinon vous voulez pas tourner pas loin un jour ?
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 juillet 2010
Comme le résume si bien le titre éponyme de l'album, ce 13ème effort du père Waters n'est rien d'autre que du annihilator pur jus. Avec le temps le "groupe" a réussi a se trainer la même réputation et le même "défaut" qu'AC/DC, LE groupe que Waters admire par dessus tout: c'est à dire qu'annihilator est devenu une valeur sure du thrash, on est sur qu'on aura droit avec chaque album a au moins du bon, au mieux de l'excellentissime, mais jamais au grand jamais on aura droit à un album majeur comme le fut les 2 premiers.
C'est dans cet état d'esprit que j'ai abordé l'écoute de cet album (comme tout ceux post never neverland il faut dire!!).
Alors, ya bon banania? Bah oui, cet album est excellent, il nous fait oublier l'excès de classicisme et le peu d'originalité de "metal", mais conserve cependant les gimmicks, automatismes, ou stygmates qui se sont installés dans le songwriting de Waters depuis un ptit moment maintenant (certains ponts intersolos toujours répétés 4 fois, les ptits screams de guitare prévisibles, refrains faciles, recyclages de certains riffs/solos).Mais bon la sauce prend bien, surtout grace aux 3 premiers morceaux dantesques (surtout l'opening "the trend", une des meilleures pièce écrite par waters), ensuite on retrouve tout ce qui fait l'attrait et la force d'annihilator: riffs d'acier et solos hypersoniques,vocaux de padden impressionants, gros son bien méchant.Le seul bémol pour moi vient de la chanson 25 seconds, intéressante mais au rythme trop cassé je trouve,puis nowhere to go, sympa sans plus. Le reste de l'album s'enchaine ensuite tranquillement, comme les 4 premiers morceaux, et fini sur le cover "romeo delight", collant parfaitement au style annihilator (d'ailleurs avant que l'on connaisse le tracklisting de l'album j'écoutait un bon vieux van halen quand j'me suis dit:tiens cette chanson pourrait faire partie du catalogue d'annihilator. Et là paf! ils l'ont fait, trop fort!!).Cette chanson apporte quand même un ptit côté plus tranquille et cool, et finalement fini très bien cet album qui se boit comme du ptit lait mine de rien..
En résumé: du pur annihilator, excellent, défoulant, speed, mais rien de neuf sous le soleil..une valeur sure, mais aucune révolution...du annihilator quoi!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 juin 2010
...et il le fait savoir.

Ce nouvel album, c'est des riffs, des solos, de la rythmique bien lourde, une voix énervée et tout ce qui faut pour classer cet album dans le registre thrash metal pur jus.

Aucune fioriture le long de ces 10 titres (48'50 en tout), et la guitare de Waters semble inarrétable.

Bref un très bon album de métal, meilleur que le précédent 'Metal' et qui ravira les amateurs de guitares bien énervées.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 mai 2010
Je ne vais pas commencer à faire un historique du groupe, d'autres s'en sont chargés à ma place dans d'autres critiques.
Pour ce qui connaissent le groupe, 2 choix : soit vous êtes indifférent à la qualité des Annihilator , tout ce que vous attendez c'est un énième effort de Jeff Waters, offrez vous cet opus qui aura alors le mérite de faire des vacances pour les autres galettes rayées à force d'écoutes répétées.
Soit vous attendez l'album qui deviendra une pierre angulaire de leur discographie et là je vous conseille de PASSER VOTRE TOUR !
Pour ceux qui ne connaissent pas : Si vous cherchez du bon trash vous avez trouvé le bon groupe mais pas le bon album ou du moins le plus représentatif, préférez commencer par un autre album plus inspiré (était il vraiment nécessaire de faire cette reprise de Van Halen "romeo Delight" ?) et tout aussi technique comme "Alice In Hell - Remasterisé", "Waking The Fury" ou encore l'excellent "Schizo Deluxe".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Feast
Feast de Annihilator (CD - 2013)