Commentaires en ligne 


11 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Streets ? : OK pour moi
Je suis en train de réécouter cet album au moment même où j'écris ces lignes (en réalité c'est toute leur discographie que je me repasse avec grand plaisir).
Je viens aussi de relire les commentaires relatifs à cet album, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne laisse pas indifférent, on aime ou on...
Publié le 7 mai 2012 par Dany VH

versus
1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 heavy melodique de grande qualité
a mon avis l'un des meilleurs albums de savatage ...travaillé jusqu'a la perfection cette galette vaut son pesant de cacahuetes..mélodique,puissant,hors normes j'ai du mal a trouver des mots pour cet album enchanteur..y'a qu'un moyen achetez le et écoutez ce groupe et cette ode au grands groupes de hard rock mélodique.. stay true stay metal
Publié le 8 mars 2004 par thrashman


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Streets ? : OK pour moi, 7 mai 2012
Par 
Dany VH (Metz, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets (CD)
Je suis en train de réécouter cet album au moment même où j'écris ces lignes (en réalité c'est toute leur discographie que je me repasse avec grand plaisir).
Je viens aussi de relire les commentaires relatifs à cet album, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne laisse pas indifférent, on aime ou on déglingue. Du coup j'ai envie d'apporter très brièvement ma modeste pierre à l'édifice des commentaires, parfois très littéraires (mais néanmoins excellents), déjà exprimés.
Pour ma part, si effectivement je suis d'accord sur le fait qu'une production plus soignée en aurait fait un bien meilleur album (il friserait alors la perfection), je lui attribut mes 5 étoiles car je suis complètement réceptif à l'émotion qui se dégage de l'ensemble de cette histoire. Jon n'a pas d'égal quand il s'agit de transmettre de l'intensité émotionnelle grace à son chant à géométrie variable inimitable. L'enchevêtrement de morceaux tantôt hargneux et tantôt sensibles est parfaitement bien équilibré, et pour peu que l'on soit en mesure de comprendre le texte des chansons on partage tous les états d'âmes de Jon, et du coup le problème purement technique lié à la production devient accessoire.
La guitare de Chris sait se faire entendre quand c'est nécessaire, et les solis sont, comme toujours, brillants et également chargés d'émotions et de feeling.
Ce concept album est pour moi une réussite émotionnelle et fait partie des tous bons albums de Savatage, qui est définitivement un très grand groupe. Il ne s'écoute pas à la va vite dans la voiture, mais nécessite une attention particulière de l'auditeur pour en percevoir la palette des sentiments exprimés.
A titre purement anecdotique et totalement gratuit, je trouve un air de famille entre le titre "Streets" et le titre "Eternal Idol" de l'album du même nom de Black Sabbath...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Streets: Un Opera Rock loin d'être à la rue!, 2 juin 2009
Par 
Blaster of Muppets (Andrésy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets-A Rock Opera- (CD)
Je tiens d'abord à m'excuser pour mes jeux de mots de plus en plus miteux... Probablement l'arrivée de l'été, le soleil qui me tape sur la tête... à moins que je sois possédé par des entités démoniaques telles que Jean Roucas, Philippe Bouvard ou Laurent Ruquier... Sortez de ce corps!! Allez, ça va passer... de toute façon, à l'heure ou j'écris ces lignes, un exorciste est en route vers mon domicile.

Passons à ce très bel album de Savatage. Je vois, en arrivant sur le site, qu'il n'obtient qu'une moyenne de 3,5 étoiles (ok, il n'y avait que 2 commentaires) et je me décide alors à réparer cette injustice en apportant ma modeste contribution.

Même si je me dois de respecter la déception de certains, je ne peux m'empêcher de rester un peu abasourdi à la lecture de commentaires négatifs à propos de ce "Streets". Je vais tout de même commencer par concéder quelque chose: oui, c'est vrai, la production pourrait être bien meilleure et n'est sans doute pas à la hauteur d'un tel projet. Maintenant, ceci étant dit, je ne trouve pas que le son du disque, aussi imparfait soit-il, empêche véritablement de savourer son contenu... et pourtant je suis le premier (dans mes chroniques) à insister sur l'importance d'une bonne production! Alors soit, niveau son, c'est décevant... mais après? Aurions-nous ignoré des oeuvres comme "The Number of the Beast", "Screaming for Vengeance", ou "Master of Puppets" si la production de ces albums n'avait pas été la hauteur? Serions-nous complètement passés à côté de ces compositions inoubliables pour autant?

Parce qu'il s'agit bien de cela, ici. "Streets" est un album qui contient de véritables pépites absolument incontournables, et que tout fan de Savatage (ou de heavy metal mélodique) ne saurait ignorer! Je comprends que l'album déroute un peu, car il est moins épique et dévastateur que ses deux prédecesseurs: les classiques "Hall of the Mountain King" (1987) et "Gutter Ballet" (1989). Il contient beaucoup de temps calmes, et de petites ballades mélancoliques où l'on écoute parfois juste Jon Oliva accompagné d'un piano ("A little too far", "Heal my soul")... Mais quelle émotion! Quel bel album!
Et puis, des titres heavy et flamboyants, ce disque n'en manque pas! Ecoutez des morceaux comme "Streets", titre noir et majestueux à l'intro qui file des frissons (ah ces choeurs d'enfants suivis d'un petit carillon avant que ne déboule le reste du groupe!)! Ecoutez le classique "Jesus Saves" et son riff génial! Headbangez sur des compositions agressives telles que "Sammy and Tex" ou "Agony and Ecstasy"! Laissez-vous emporter par la majesté d'un "Ghost in the Ruins" ou d'un "New York City don't mean nothing"! J'ai vraiment du mal à admettre, malgré mes efforts, que l'on puisse rester insensible à tout cela...

"Streets", c'est beaucoup d'émotion, c'est la voix écorchée de Jon Oliva qui livre ici, avant de quitter son poste de chanteur, sa prestation la plus intense. Si la chanson "Believe" (conclusion magistrale de cet opus) vous est connue, vous savez de quoi je parle. Jon module, il hurle, puis il murmure... il fait passer beaucoup de sensations à travers son chant.
Ce disque, c'est également, les frères Oliva, pour la dernière fois réunis avant la tragique disparition de Criss (2 ans plus tard). Je viens de parler de la performance de Jon... mais que dire de celle de son guitariste de frère? Absolument sublime!! Les riffs et soli sont tout bonnement époustouflants et donnent des frissons.

Il y a énormément de force, d'effervescence et de magie distillées tout au long des compositions qui constituent ce concept album. "Streets": c'est du panache, de l'énergie rock magnifiée par un piano très présent, une oeuvre sombre et intense, certainement imparfaite (la production bien sûr, et quelques titres dispensables)... mais si attachante!
Ce disque n'est peut-être pas le meilleur album de Savatage mais n'en demeure pas moins fort, vivant et terriblement humain. Si vous ne le connaissez pas, donnez-lui sa chance! Vous serez peut-être déçus, ou vous ressentirez peut-être la même chose que moi... mais au moins, vous vous serez faits votre propre avis. Cet album contient quelques classiques du groupe, des parties de guitares majestueuses (j'insiste: ma-jes-tueuses!), un chant habité, ainsi que les plus belles ballades jamais enregistrées par Savatage. "Streets" est une oeuvre riche et ambitieuse, une aventure qui ne se refuse pas... et qui se creuse!

Allez, je vous laisse... Comme souvent, j'ai trop écrit, et pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir réussi à exprimer tout ce que j'aurais voulu dire à propos de cet album. Mais on sonne à la porte... probablement l'exorciste!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Can you hear them now ?, 3 juin 2009
Par 
F. Stephane (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets-A Rock Opera- (CD)
Beau et émouvant.
Ce sont les deux mots qui me viennent à l'esprit en premier à l'évocation de cet album.
Pour leur dernière "vraie" collaboration, les frères Oliva nous livre leur album le plus ambitieux, le plus habité.

Pas le plus péchu en revanche, et les accalmies sont nombreuses, peut-être un peu trop pour le metalleux de base. N'empeche, quand ça donne des titres comme St Patrick's, Believe ou If I go away, je signe.

Côté heavy, on n'est pas en reste avec la chanson titre et son ambiance incroyable, Jesus Saves et son riff génial, Sammy and Tex et son phrasé hystérique ou encore Ghost in the Ruins et son solo tout en feeling.
Il est à noter qu'il est curieux que le style de guitare de Criss reste totalement à lui, et que personne ne s'en soit inspiré, comme on a pu le faire pour Malmsteen par exemple. Cela rend la musique immédiatement identifiable et rend l'absence du groupe (et du musicien bien sur) encore plus flagrante.

La prod fait souvent débat sur cet album, et si c'est vrai que Savatage n'a jamais eu un son fabuleux, ici rien de gènant pour moi. Les orchestrations datées me gènent à la limite plus. Rien de vraiment dérangeant, mais à l'époque où l'on est habitués à Nightwish ou Therion, il faut bien reconnaitre qu'en 92 ça sonnait un poil bontempi.

On ressort des 70 minutes de cette histoire heureux et un peu ému, tant l'émotion du disque est palpable.
Au diable ses menus défauts, ce chef d'oeuvre mérite bien la note maximale pour moi !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Au coeur de la nuit, 14 février 2004
Par 
M. Colin-villecroix (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets (CD)
Une oeuvre majeure qui remet d'accord tous les tenants des chapelles, "rock", "métal" ou je ne sais quoi, pour inscrire en lettres de cristal et de feu les seuls deux mots "Art" et "Musique"! Cette descente dans les tréfonds de l'âme humaine, et particulièrement celle de Jon Oliva, chanteur d'une rare émotion (à part Peter Hammil), structurée par une magnifique nouvelle de Paul O'Neil, habituel parolier et/ou source d'inspiration littéraire du groupe, fait appel à toutes les capacités d'introspection de l'auditeur : impossible de ne pas sortir secoué de cet itinéraire initiatique. Passées les dernières notes de l'album, qui se clôt sur l'hymne bouleversant de "Believe", on reste hébété, grandi d'une nouvelle connaissance du tempérament humain et du nôtre propre. Oeuvre de la rédemption, du pardon, du rachat, "Streets" est un des rares exemples de poésie urbaine comme sait en composer Savatage (ou Lou Reed avec "Berlin", autre pierre angulaire). Inutile de conseiller telle ou telle chanson, elles forment un tout indissociable où les moments faussement calmes au cours desquels Oliva nous livre son coeur au piano en chantant succèdent à des perles au rythme plus soutenu mais à la profondeur et à la beauté néanmoins évidentes. Si vous ne devez posséder ou écouter qu'un seul album de Savatage, ce sera celui-ci. Mais attention, une fois franchi le pas, vous ne l'oublierez jamais (presque quinze ans après, il nous hante toujours, ma platine laser et moi).
Juste un détail technique : si possible, tâchez d'acquérir la première version chez Atlantic plutôt que la réédition actuelle SPV car les plages y étaient plus confortables (une chanson = une plage, ce qui n'est plus le cas maintenant, où les binômes figurent sur la même piste).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lettre ouverte à Jon et Criss Oliva, 30 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets-A Rock Opera- (CD)
Très cher Jon, très cher Criss,

Je prends la plume ce soir pour vous remercier, vous exprimer toute ma gratitude, vous dire combien votre musique me touche au plus profond de mon âme. Je voulais que vous sachiez l'importance qu'elle a dans ma vie. Jamais elle ne me quitte.

J'ai longuement hésité avant de commencer ce texte, me sentant incapable de mettre en mots la profondeur et l'intensité des émotions que vos disques me procurent, et particulièrement celui que j'estime être votre véritable chef d'œuvre, «Streets ' A Rock Opera». Toi aussi d'ailleurs, Jon, tu considères cette œuvre comme la plus aboutie de ta carrière. Comme l'illustre la cover, sobre et glaciale, tu t'es mis à nu sur cet album, donnant tout une bonne fois pour toutes. Tu es même allé jusqu'à quitter ton propre groupe à la fin de cette tournée, pensant avoir atteint les limites de ta créativité, refusant de t'auto-parodier. Partir au sommet, pour rester ensuite dans l'ombre' C'était ton plan. Le destin allait en décider autrement.

Mais commençons par le commencement ! Je pense que vous m'en voudriez, les gars, si je vous parlais de «Streets» sans évoquer votre producteur Paul O'Neill, et vous auriez raison. Il disait à l'époque de votre rencontre que «vous étiez l'essence, et lui certainement l'allumette». Et il avait raison. Dès 1987, Paul réussit à tirer de vous le meilleur, la crème, le caviar, le petit lait, le grand cru' Les possibilités exceptionnelles que l'on pressentait sur les albums précédents prennent enfin vie dans une explosion de riffs implacables s'enchaînant sur un pur album Heavy Metal, «Hall of the Mountain King», qui synthétise magistralement tous vos opus précédents.

Mais vous vouliez aller plus loin encore, repousser les limites du genre avec l'album suivant, «Gutter Ballet», heavy, mais regorgeant de passages plus intimes donnant la part belle au piano et à de riches orchestrations, car vous aviez déjà en tête l'Opéra-Rock que je vénère.

Et nous voilà en 1990, l'année où vous rentrez aux Record Plant studios, le 5 juillet précisément, pour enregistrer «Streets». Un concept-album qui devait devenir votre disque ultime. Pas facile de proposer un tel projet après les bombes atomiques «Seventh Son» et «Operation : Mindcrime». Mais qu'importe, vous étiez prêts à monter au créneau sans rougir avec ce conte urbain, narrant si poétiquement l'ascension, la déchéance et la rédemption d'un dealer devenu Rock Star, qui plonge à son tour dans les affres des paradis artificiels, et affronte la mort accidentelle de son meilleur ami.

Si cet album est bouleversant, c'est peut-être, Jon, parce qu'il raconte ta vie. Ta biographie en musique. Tes démons exorcisés magnifiquement, dans des morceaux déchirants de beauté, de rage, de souffrance, de mélancolie, mais surtout d'espoir. Le futur en pointillé, les espérances brisées, les rêves auxquels s'accrocher, les doutes qui torturent, la tentation de mettre un terme à tout ce merdier, la renaissance. On vit avec toi. Rentré dans ton univers, le voyage commence mais ne se termine pas. Et on ne veut pas qu'il prenne fin. Jamais.

Impossible de mettre en avant un morceau, tellement l'ensemble est cohérent et indissociable. Pourtant rarement on aura vu des chansons aussi différentes s'imbriquer si parfaitement. Ambiances lugubres et pesantes, rocks classiques typés '80s, ballades intimistes au piano, riffs Metal, ou mid-tempi portés par une basse énorme, ces hymnes n'ont qu'un dénominateur commun : ta guitare, Chris. C'est enfoncer des portes ouvertes que de crier au génie, mais je ne sais comment l'exprimer autrement. Tous les spécialistes avaient déjà vu en toi un brillant guitariste, mais tu signes ici toi aussi la plus belles prestation de ta carrière, accompagnant tantôt subtilement le piano et les déchirements de Jon, puis laissant tes mélodies s'envoler dans un déchainement de violence maitrisée. Magique. Eblouissant. Emouvant. Technique et émotion fusionnées dans un style inimitable, bien que comparable dans l'approche à celui de Randy Rhoads. Frissons garantis. Et encore plus lorsque l'on songe que c'est la dernière fois que vous étiez réunis tous les deux sur un disque'

Et que dire de ton chant, Jon ? Tu passes avec une telle aisance d'un registre à un autre que c'en est affolant. Mais quiconque a déjà écouté un disque de Savatage s'est déjà aperçu du don que tu as reçu : tu es capable de tout chanter, habité par un feeling et une conviction qui te sont propres, alternant les parties presque murmurées avec des cris écorchés vifs' Et pourtant' Ce n'est pas ce qui m'a le plus marqué sur ce disque je crois. C'est pour dire ! La musique est en effet universelle, mais tes auditeurs anglicistes, dont je fais partie, ont également la chance d'accéder à ta poésie, et cet album, tu le sais, est bien plus que de la musique. Un jardin secret, une porte toujours ouverte vers un autre univers quand on a besoin de s'y réfugier. Quel bonheur d'oublier sa journée en rentrant dans le monde de D.T. Jesus'
'Time and time and time again
I'm just looking for a friend
But no one seems to be around
Except this monkey that I've found
Still he is my only friend
And tonight he grins again'

Enfin, Jon, j'aurais juste un mot à te dire sur la production de l'album, si controversée. Je me rappelle que cet album vous a rendu dingue. Vous étiez des pionniers, et « Streets» est le premier disque enregistré en numérique, sur 96 pistes' Et vous avez essuyé les plâtres de cette révolution qui se mettait doucement en marche, allant même jusqu'à devoir réenregistrer entièrement le morceau éponyme, effacé après des semaines de travail. Perfectionnistes, vous réarrangez sans cesse les morceaux, en rajoutez de nouveaux, modifiez plusieurs parties, jusqu'à ce que tu pètes un câble, un an jour pour jour après ton arrivée aux studios new-yorkais. Tu en claques la porte le 4 juillet 1991 pour rentrer en Floride, laissant Paul mettre la touche finale à ton bébé. Le résultat est-il proportionnel à vos efforts titanesques ? Honnêtement, je ne suis pas assez objectif pour en juger. Certains trouvent les orchestrations trop marquées années 80, d'autres n'apprécient pas le son de guitare et son côté peut-être trop «live». Moi, Jon, je m'en contrefous. Je ne me suis jamais posé la question. Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse, non ?

Pour finir, Criss, Jon, je pense à la chanson de Europe qui rend un bel hommage à Phil Lynott. Sachez que j'ai pour vous la plus grande admiration et que vous avez rendu ma vie meilleure. Jon, Criss, merci.
'You are my heros
My fridaynight
You wrote the soundtrack to my life
Days when I had enough
You were the rock
In my life'

ZazPanzer pour Spirit Of Metal : 20/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 L'album Culte du groupe Culte!, 17 mai 2004
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets (CD)
Il n'y a pas de mot assez fort pour décrire ce chef d'oeuvre monumentale, toutes les symphonies sont sublimes et les morceaux de bravoures à la guitare de Criss Oliva sont géniales, 2 ans malheuresement avant sont tragique accident.
Cet album est sans conteste le plus accompli du groupe dans des compositions dignent des meilleurs symphonies classique et rock.
Savatage quitte son heavy metal simple et brutal de leur début pour s'abonner à du heavy rock symphonique dont ils deviendront les maitres incontestés, voir le groupe culte des années 90'.
Souvent immité rarement égalé, ils enchainerons par la suite des albums excellents à la chaîne, mais cet album est selon moi le plus accompli de toute leur carrière, seul point négatif, c'est qu'il est justement un peu trop long, et les 2 bonus de la version européenne de "Jesus Saves" et "Ghost In The Ruins" ne servent pas à grand chose en raison que cet album est vraiment complet.
En tout c'est vraiment de la bonne musique, car j'ai vraiment craqué pour ce groupe alors qu'a l'époque je n'était pas trop dans ce style de musique, chapeau!!
Et puis Savatage, on aime ou on aime pas!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Au coeur de la nuit, 5 février 2004
Par 
M. Colin-villecroix (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets-A Rock Opera- (CD)
Une oeuvre majeure qui remet d'accord tous les tenants des chapelles, "rock", "métal" ou je ne sais quoi, pour inscrire en lettres de cristal et de feu les seuls deux mots "Art" et "Musique"! Cette descente dans les tréfonds de l'âme humaine, et particulièrement celle de Jon Oliva, chanteur d'une rare émotion (si l'on excepte Peter Hammill, Thom Yorke ou Tom Mac Rae, peu parviennent à l'égaler), structurée par une magnifique nouvelle de Paul O'Neil, habituel parolier et/ou source d'inspiration littéraire du groupe, fait appel à toutes les capacités d'introspection de l'auditeur : impossible de ne pas sortir secoué de cet itinéraire initiatique. Passées les dernières notes de l'album, qui se clôt sur l'hymne bouleversant de "Believe", on reste hébété, grandi par ce parcours qui éclaire nos propres méandres. Oeuvre de la rédemption, du pardon, du rachat, "Streets" est un des rares exemples de poésie urbaine comme sait en composer Savatage (ou Lou Reed avec "Berlin", autre pierre angulaire). Inutile de conseiller telle ou telle chanson, elles forment un tout indissociable où les moments faussement calmes au cours desquels Oliva nous livre son coeur au piano en chantant succèdent à des perles au rythme plus soutenu mais à la profondeur et à la beauté néanmoins évidentes. Si vous ne devez posséder ou écouter qu'un seul album de Savatage, ce sera celui-ci. Mais attention, une fois franchi le pas, vous ne l'oublierez jamais (presque quinze ans après, il nous hante toujours, ma platine laser et moi).
Juste un détail technique : si possible, tâchez d'acquérir la première version chez Atlantic plutôt que la réédition actuelle SPV car les plages y étaient plus confortables (une chanson = une plage, ce qui n'est plus le cas maintenant, où les binômes figurent sur la même piste).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 heavy melodique de grande qualité, 8 mars 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets (CD)
a mon avis l'un des meilleurs albums de savatage ...travaillé jusqu'a la perfection cette galette vaut son pesant de cacahuetes..mélodique,puissant,hors normes j'ai du mal a trouver des mots pour cet album enchanteur..y'a qu'un moyen achetez le et écoutez ce groupe et cette ode au grands groupes de hard rock mélodique.. stay true stay metal
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Complet et puissant, 27 janvier 2003
Par 
Theorbe (compiegne, france France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets (CD)
Cet Album reste peu connu. Il est vrai qu'il est d'une grande originalité et sort du cadre traditionnel du Métal (quoique...) mais l'orchestration porte incontestablement la marque "Savatage" A avoir dans sa disothèque sans hésiter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Opé-râté, 12 juin 2008
Par 
G. Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streets-A Rock Opera- (CD)
Lorsqu'on a eu le privilège de découvrir en avant première le dernier album d'un de ses groupes préférés en Live, à Paris, dans une salle minuscule aujourd'hui disparue(l'arapaho), et que dans le même temps, il me fut permis de rencontrer le groupe au grand au complet, d'échanger poignées de mains, et d'assister aux balances tout en shootant ces membres sans retenues, puis de finir dans le Tour Bus en compagnie de Jon Oliva pour un entretien exclusif, et vous comprendrez dès lors combien il devient difficile de dénigrer un disque si authentiquement chargé en souvenirs. Pourtant !

Une fois de plus pour Savatage, ce "Streets" souffre d'abord d'une production tous simplement indigne de son concept.
On ne retrouve pas non plus tous ces éléments qui font qu'un album conceptuel se démarque plus qu'aucun autre album: Le côté grandiloquent, majestueux, impérial, tout cela manque singulièrement sur "Streets. Ajoutons qu'une histoire ne trouve aussi sa réelle dimension qu'à condition que l'on veuille bien l'habiller d'un SON à la hauteur d'un tel projet. Ce qui, comme je le mentionnais un peu plus haut, n'est pas le cas non plus ici.
Toujours concernant la production, je déplore d'avantage encore le traitement fait aux instruments: Une guitare au son proprement ridicule (une démo sonne souvent mieux que ça), Steve Wacholz donnant le sentiment de taper sur des barriles de lessives (compression à outrance), nous invitant en permanence à tendre l'oreille pour deviner son jeu de cymbales. La Basse de Midleton n'étant pas mieux servi, seul Jon Oliva semble tirer son épingle du jeu. Mais décidément, même sa voix, placée trop en avant, écrase encore d'avantage des instruments qui ne sont décidément pas à la noce. Quel gâchis ! Reste que plusieurs titres sont de très bonne facture, ce qui pourra aider à faire passer la pilule.

J'aime Savatage. Pas cet album malheureusement. 10/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Streets
Streets de Savatage (CD - 2013)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit