Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The eagle has landed... in America !, 25 mai 2010
Par 
Blaster of Muppets (Andrésy, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In The Usa (CD)
Voici donc le nouvel album live de Primal Fear qui entend bien rappeler à nos mémoires (le groupe se fait malheureusement de plus en plus rare sur les scènes françaises) de quel bois ces teutons-là se chauffent ! Cette petite livraison arrive à temps pour l'été et s'avère être le deuxième essai du groupe en la matière. Et oui, souvenez-vous, en 2003 était sorti le très bon DVD "History of Fear" qui comprenait deux shows (Wacken 2001, tournée Nuclear Fire, et un autre concert enregistré lors de la tournée Black Sun en 2002). L'édition spéciale sortie à l'époque comprenait d'ailleurs un CD bonus où se trouvait le show du Wacken. Voilà pour l'historique. Tout ça pour dire qu'il était temps, quatre albums et sept ans plus tard, de montrer ce que le groupe valait sur scène aujourd'hui... Et c'est ainsi qu'arrive ce Live in the USA, dont la version DVD intitulée "16.6 All Over The World" devrait sortir le même jour (un coffret regroupera d'ailleurs le CD et le DVD).

Une fois le CD glissé dans la platine, et quelques morceaux passés, force est de constater que Primal Fear n'a rien perdu de son savoir-faire. Formation serrée, section rythmique en béton armé avec Matt Sinner à la basse, et le redoutable Randy Black (ex-Annihilator) à la batterie, riffs ultra carrés et précis balancés par une paire de gratteux qui n'oublient pas de tricoter quelques soli à deux guitares, évoquant les plus belles heures d'un Heavy Metal dont les pages ont été écrites par des groupes comme Judas Priest ou Accept (influences indéniables de Primal Fear), le tout emmené par un Ralph Scheepers (ex-Gamma Ray) très en voix. Nous reviendrons sur la prestation du monsieur, il y a des choses à dire.

La production est tout à fait honorable, le son a un aspect authentique et brut pas désagréable. Comprenez par là que ce Live in the USA n'est pas surproduit. Ainsi, c'est puissant et assez clair mais pas parfait ou trop propre pour autant, ce qui est d'ailleurs, à mon avis, plutôt souhaitable (bah oui, quel est l'intérêt de sortir un live qui sonnerait comme un album studio ?). Penchons-nous maintenant sur le contenu: quatorze pistes (intro comprise) pour soixante-dix bonnes minutes de Heavy Metal. Pas de temps mort, très peu de discours entre les pistes, ça enchaîne... ces messieurs ne sont pas venus pour vous raconter leur vie mais bien pour vous en mettre plein la tronche !
Naturellement, l'album "16.6 (Before The Devil Knows You're Dead)" est particulièrement bien représenté puisqu'il s'agit du dernier en date. Les nouveaux morceaux passent très bien l'épreuve de la scène, et dès le premier d'entre eux ("Under The Radar" qui déboule après la courte intro "Before The Devil Knows You're Dead"), une évidence s'impose à l'auditeur: ça va tabasser ! Je retrouve bien la force de persuasion du groupe que j'ai vu plusieurs fois en concert depuis ses débuts, et qui ne m'a jamais déçu (quelle que soit la qualité de l'album qu'il avait à défendre).

Niveau setlist, c'est globalement bon mais un peu frustrant. Primal Fear compte huit albums à son actif, et il y a beaucoup de manques. C'est assez normal me direz-vous, ils ne peuvent pas tout jouer... et surtout pas en soixante-dix minutes. Alors, il aurait fallu sortir un double live ! Aucun titre de "Black Sun", aucun morceau non plus de l'excellent "Seven Seals" (la chanson titre de cet album figurera tout de même sur le DVD, mais ce qui est particulièrement énervant est qu'elle tenait sans problème sur le CD, alors pourquoi l'avoir enlevée ?), c'est dommage. Les fans des quatre premiers albums peuvent cependant se consoler avec le premier DVD/CD évoqué plus haut, et envisager ce "Live in the USA" comme un heureux complément. Une fois ces considérations "setlistiennes" mises de côté, il n'y a quasiment plus rien à redire. C'est du tout bon. Allez... si, il y a une autre petite chose, le public aurait gagné à être mis un peu plus en avant lors du mix, il est là et a l'air content (il aurait bien tort de se plaindre !) mais il est un peu dommage de devoir tendre l'oreille pour l'entendre répondre à Ralph Scheepers quand ce dernier lui demande de participer. Ainsi, sur le dernier morceau (le toujours aussi imparable "Chainbreaker"), on entend le monsieur propre du metal (vous avez vu sa tête ? C'est vraiment monsieur propre !) s'extasier et lâcher un "fucking awesome" en réponse aux fans qui viennent de chanter le refrain, sauf que nous, bah on n'a quasiment rien entendu... effet un peu râté donc.

A part ça, on se régale ! "Angels in Black", "Nuclear Fire" et "Battalions of Hate" sont toujours aussi redoutables, les nouvelles "Riding the Eagle" ou "Six Times Dead (16.6)" n'ont pas à rougir à leur côté non plus, et le show réserve quelques moments un peu plus calmes avec Hands of Time (où différents membres du groupe chantent tour à tour... pas vraiment ma chanson préférée de Primal Fear mais une accalmie bienvenue au milieu de toutes les autres tueries) et surtout avec la somptueuse Fighting The Darkness qui rend super bien en live, et qui a la particularité de voir Mr. Scheepers accompagné de Pamela Moore (oui, la Sister Mary de Queensrÿche) pour un duo très réussi. J'ai dit qu'on reparlerait du chanteur... je pense que c'est le moment. Il est incontestablement celui qui permet à ce concert de s'élever à un haut niveau. Quelle claque ! A quarante-cinq ans, il possède une aisance étonnante, n'a rien perdu de sa puissance et pousse quelques cris aigus (dont il a le secret) qui me laisse le séant par terre (oui, j'ai décidé d'utiliser un langage châtié). Ecoutez-donc le hurlement au tout début de "Metal is Forever", ça calme ! Jetez également une oreille sur la ligne de chant suraigüe et inchantable de "Sign of Fear", et bien... il la chante... la vache (moins châtié là, je vous l'accorde) ! Sa performance est royale sur tout le concert et rend l'écoute de ce "Live in the USA" jubilatoire. Bon, OK, on est convaincu, c'est super... maintenant, il ne reste plus qu'à venir par chez nous en tête d'affiche pour que l'on puisse avoir le plaisir de véritablement vivre ça... et pas seulement par procuration !

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Live In The Usa
Live In The Usa de Primal Fear (CD - 2010)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit