Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 GUITAR HERO SOUS-ESTIME, 2 juillet 2010
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Art Of Malice (CD)
John 5, régulier comme un coucou suisse, sort son 5e album, occupant toujours une niche musicale sur laquelle il co-règne avec Vai et Satriani : la galette instrumentale vouée à la 6 cordes (et autres instruments à cordes). Satch évolue dans un registre mélodique facilement abordable, crée des titres immédiatement mémorisables, et son succès n'est plus à mettre en douter. Vai, dont le succès est également indubitable, évolue lui dans un registre plus barré, s'étant posé comme presque l'anti-thèse de son mentor précité. Et voilà qu'a déboulé John 5, passé chez de nombreuses pointures comme équipier, et depuis 5 albums patron chez lui-même, aux commandes de son concept. Car John 5 n'est pas qu'un gratteux de plus, il est bel et bien un concept, qu'il a forgé en passant chez Marilyn Manson et Rob Zombie notamment, qui ont donné écho à ses tendances ténébreuses et lui ont permis d'évoluer pleinement. Chez Zombie, il occupe notamment une place de plus en plus prépondérante, ayant eu sur le dernier opus ("Hellbilly Deluxe 2") les coudées franches pour composer à son aise, le patron étant retenu sur ses tournages horrifiques.

Nouveau pôle du champ guitar hero, donc, il se positionne sur un autre style que Satch et Vai, son arme de prédilection étant la Fender telécaster. Son style à lui, c'est, comme je le disais, le ténébreux, avec toujours un clin d'oeil à la country fun et speed. Ses compos, axée sur de savantes rythmiques parfois électro, mais souvent cybernétiques, sont claires et précises, et évoluent dans un univers noir qui rappelle inévitablement Manson et Zombie, sans non plus s'y cantonner.

L'écoute de cette nouvelle galette confirme donc la pertinence de l'existence en solo d'un tel artiste, qui a réellement quelque chose à dire, sans se contenter de descendre des manches à vitesse supersonique (ce qu'il fait très bien, cela va sans dire), ce qui peut vite devenir chiant.

Alors bien sûr, seuls les très rares génies parviennent d'un album à l'autre à évoluer en permanence en proposant de la haute qualité standard. John 5 propose sur "Malice" une large palette d'influence, une fois de plus, mais ne se révolutionne pas lui-même... on lui en voudrait presque de le feire, d'ailleurs, car lui seul propose ce style. Par contre, il affine grandement ses compos, beaucoup moins brutes que depuis son 1er méfait, le bien nommé "Vertigo".

Nous avons donc droit à des titres costauds, garnis de riffs plombés et sombrement lumineux, soutenus par des rythmiques à la limite du technoïde, qui se marrient parfaitement aux lignes de guitares qu'il distille savamment.

Mais nous avons également droit à ses pièces comico-virtuoses que sont ces revisites du style country, à vitesse grand V, qui redonnent au style campagnard un second souffle, surtout grâce à ce feeling ténébreux en toile de fond.

"Malice" est donc fort réussi, et mérite amplement ses 4 étoiles... non pas 5, car l'on reste sur la lancée de ses prédécesseurs, et donc l'effet de surprise est passé. Mais le talent demeure.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The art of John 5, 15 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Art Of Malice (CD)
John 5 est un homme généreux. Outre le nombre de productions qu'il offre (un album chaque année depuis The Devil Knows My Name) en sa qualité de soliste, c'est dans ses albums eux mêmes que la corne d'abondance est si présente.
Cet album ne déroge pas à la règle. Le guitariste semble se lacher vis à vis de l'économie de soli distribués dans ses collaborations (actuellement avec Rob Zombie où le sieur fait de l'excellent travail) tout en explorant les styles qui lui sont chères comme le bluegrass, le meadow rag mais aussi le metal et l'indus !
Avec The Art Of Malice, John5 revient à la "simplicité" de ses débuts : pas de collaboration comme dans The Devil Knows My Name, pas de concept album comme Requiem et un travail minimaliste derrière les consoles qui tranche avec le Remixploitation récent.
Armé de sa telecaster, le guitariste joue aux montagnes russes. Débutant avec un furieux "The nightmare unravels" où sur une rythmique metal/indus, le batteur Tommy Clufetos (qui l'accompagne depuis Requiem et complice chez Rob Zombie) maltraite pour notre plaisir ses futs, John marque son territoire par sa vituosité et son feeling (qui fait tant défaut aux autres guitaristes solistes).
Le 2e morceau au nom de l'album suprend par plusieurs aspects. Son coté clair et acoustique calme l'ambiance mais sa forme "freestyle" fait plus penser à une session perso qu'à une veritable compo. On reconnaitra d'ailleurs l'air de Spanish Caravan des Doors mais aussi la Valse à Django avant de revenir à du chicken picking tant exploité sur ses autres opus. Un petit moment frais avant le "Ill will or spite" qui nous remet sur les chemins entrepris au commencement du disque. "J.w" oscille entre le bluegrass et les standards des 60's. Toujours très bon mais pas surprenant lorsque l'on a écouté ses 5 albums précédents. "Ya dig", au delà de son rythme "locomotiv" et de sa technicité m'a un peu déçu ! Si John se demarquait de ses paires, là il nous pond son "Satch Boogie" à lui ou encore son "Hot For Teacher". Mais ne soyons pas trop dur car c'est bien la seule chose décevante dans "The Art Of Malice". Toutes mes attentes sont comblées avec le reste des chansons que cela soit "can i live again" générique virtuel d'un western contemporain, "Portrayed as unremorseful"/"Wayne county killer"/"the S lot" tueries "metalliques" qui donne la part belle à la disto, "Still guitar rag" qui nous fait passer son auteur pour un Steve Howe sous ecsta ou encore "Fractured mirror" reprise du morceau de Ace frelhey.
40 minutes plus tard, c'est avec l'excellent "The last page turned" (rencontre du grunge et de la bo de Darjeeling limited) que l'album touche à sa fin. Un album "conventionnel" donc pour le musicien mais qui se démarque par son coté imagé et solaire de ses productions anciennes accouchées dans l'ombre et le tourment. A découvrir d'urgence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 de l'excellent John-5 !, 29 septembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Art Of Malice (CD)
Encore un nouveau hit de John-5, qui comme à son habitude sait parfaitement utiliser et jouer tous les styles de guitares en alliant vitesse et technique pour un résultat impréssionant ! C'est du très très bon son !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Art Of Malice
The Art Of Malice de John 5 (CD - 2010)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit