undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3
2,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
1
1 étoile
1
Remains
Format: CDModifier
Prix:18,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
En 1997 sortait "Remains" d'Annihilator. Je l'attendais avec impatience, ayant bien accroché aux précédents "King of the Kill" (1994) et "Refresh the Demon" (1996). Aïe.

Attention! Si vous aimez Annihilator mais ne connaissez pas "Remains", vous devez être prévenus! Cet album ne s'adresse pas à ceux qui ont apprécié l'aspect plus mélodique développé par le groupe depuis "Set the World on Fire" (1993). Mais attention (encore!), il ne s'adresse pas non plus à ceux qui voudraient voir leur groupe fétiche revenir à ses premières amours thrash un brin plus furieuses! Non, "Remains" innove et reste un album vraiment à part dans la discographie du groupe... ça a l'air bien, dit comme ça. Mouais...

En fait, sur "Remains", Jeff Waters est tout seul. On le savait déjà, Annihilator: c'est lui. Mais là, il s'est enfermé dans son studio et s'est chargé de tout. Le résultat: un album très froid car très influencé par le courant musical "indus". Pas vraiment de batterie donc (à part sur 2 ou 3 titres), mais de la boite à rythme et moultes samples. Ce virage électronique vous séduira peut-être. En ce qui me concerne, ça ne passe pas vraiment.

L'album démarre avec trois titres absolument pas convaincants. La première fois, ça fait réellement tout drôle. C'est mou, répétitif... ennuyeux. Pas tout à fait ce à quoi l'on s'attend quand on dépose un CD d'Annihilator dans sa platine! L'album n'est pourtant pas dépourvu de quelques bombes qui ne m'ont pas complètement fait regretter mon achat (de justesse). "Never", "Tricks and Traps" mais surtout l'énorme "Reaction" (une grosse bombe thrash qui mérite de figurer aux côtés de classiques comme "Human Insecticide" ou "Refresh the Demon") sont de très bons morceaux. Sur la totalité de l'album, cela reste franchement insuffisant.

Le changement peut avoir du bon. Je ne pense pas qu'il faille toujours s'évertuer à faire le même album, bien au contraire. Mais là, il ne s'agit pas d'une bonne surprise, les expérimentations de Mr. Waters m'ont vraiment laissé de marbre. A vous de voir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 juin 2009
Si "set the world on fire" était un peu à part dans la discographie du groupe par son côté 100% heavy metal, Remains l'est bien plus encore, de par son côté expérimental.

Le début de l'album fait froid dans le dos, avec "Murder" qui fait concurrence à "The Box" comme pire début d'album de tous les temps, et Sexecution ou No Love ne rattrapent pas le fiasco. Deux riffs qui tournent en boucle, un son très synthétique (batterie électronique, mais pas seulement, même la guitare sonne moins "vraie", surement pour mieux coller au propos).
C'est la faute de l'ex femme de Jeff, c'est lui qui le dit dans la bonus, comme si cette interview avait été mise sur la réédition pour 'excuser' cet album d'exister sous la banière d'Annihilator...Amusant que la musique en fond de l'interview provienne de "Refresh the Demon" :-)

Comme c'est signalé dans l'autre chronique, 3 titres thrasy rattrapent le disque d'un bide total, mais trois titres sur 11 c'est peu.
Pour continuer à paraphraser Blaster, le changement pourquoi pas, mais je doute que ce mélange puisse réellement séduire quiconque.
Pas assez indus pour les fans du genre, pas assez metal pour les puristes, cet album mal inspiré a définitivement le cul entre deux chaises, tellement qu'il s'est retrouvé le séant par terre.

Cette période sombre pour Jeff est heureusement passée, et le bonhomme nous offira encore de bien belles perles métalliques dans le futur. Mais pas en 97...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 septembre 2013
"Remains", l'album qui fait tache dans la discographie d'ANNIHILATOR ?

Pas tout à fait de mon point de vue. Plutôt le genre d'album qui fait un peu bande à part tout simplement. Et pour cause.

Jeff Waters commence à se fatiguer et à se diriger tout droit vers une voie sans issue ("King Of The Kill" puis "Refresh The Demon"). Il manque d'inspiration, c'est évident.

Alors, au risque de décevoir une multitude de fans (ce qu'il va réussir à faire), Jeff Waters se lance seul vers de nouveaux horizons. Il s'occupe quasiment de tout (chant, basse, gratte, boîte à rythmes y compris) et essaye tant bien que mal à concilier son Heavy Thrash de l'époque et Indus.

Ce qu'il réussit à faire avec plus ou moins de réussite. On pourra dire ce que l'on veut mais ce "Remains" possède quand même des titres absolument imparables : "Murder" en est le plus bel exemple (tuerie assurée en concert !) et que dire de "Tricks And Traps" (quelques relents époque "Alice In Hell") aux excellents riffs, de "Never" (si, si, ce titre est très bon), du cradingue "Human Remains" ou encore de "Reaction", lequel rappellera tambour battant la plus belle époque du groupe.

Alors, bien évidemment les sonorités nouvelles chez ANNIHILATOR vont en surprendre plus d'un (Sur "No Love" par exemple ou sur "Sexecution" qui n'est d'ailleurs pas si dégueu que cela) mais je trouve que ça passe plutôt bien dans l'ensemble.

Le plus embêtant sur cet album étant plutôt "Wind", "Dead Wrong" (des resucées des deux albums précédents) et bien évidemment "Bastiage", instrumental merdique qui vient terminer ce surprenant album.

Personne ne s'attendait à cela. Mais Jeff Waters l'a fait. Il a su se renouveler tout en gardant la patte "ANNIHILATOR". Et je trouve que le résultat est assez concluant, quoiqu'on en dise. Chapeau bas. Et sans être excellent bien sur, "Remains" reste pour moi un album très sous-estimé par rapport aux qualités affichées.

Décontenançant ? Oui
Mauvais ? Non

Un album que je ressors assez régulièrement et qui amène même une certaine fraîcheur au final.

Morceaux préférés : "Murder", "Tricks And Traps", "Reaction", "I Want".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
King of the Kill
King of the Kill de Annihilator (CD - 1994)