Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles13
3,9 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:23,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Evacuons d'emblée certains clichés : Lang Lang, né à Shenyang en 1982, a quitté à Chine à quinze ans et il a étudié cinq ans au Curtis Institute de Philadelphie. Ses maîtres ont des noms aussi chinois que Gary Graffman, Christoph Eschenbach ou Daniel Barenboim. A moins de croire que la musique est dans les gènes (elle est plutôt dans l'éducation), c'est donc un pianiste « made in America » bien plus que « made in China ».

Ce récital à Vienne n'est pas seulement le premier disque pour Sony du célèbre pianiste, c'est aussi, après un essai d'ailleurs réussi en musique de chambre chez DG Tchaikovsky - Rachmaninov : Trios avec pianoun message du type « je ne suis pas un bateleur, je suis un musicien sérieux et intègre ». Première partie tout Beethoven, avec l'Appassionata ; seconde partie Falla/ Prokofiev. Vous aurez bien in fine Chopin, mais on n'attendait tout de même pas Ligeti. Dans la notice, on découvre un Lang Lang sympathique, passionné d'enregistrements signés par des confrères illustres.

La question est alors : sérieux, oui, plus qu'avant, mais passionnant ? Dans la sonate Appassionata, on peut apprécier les qualités plastiques du premier mouvement, malgré le ralenti qui contraste de manière exagérée à mon goût le second thème avec le premier auquel il est apparenté. Dans l'Andante con moto, c'est la mer d'huile, le calme plat, et l'ennui me gagne malgré la jolie sonorité de la variation III. Quant au mouvement perpétuel final, il n'a rien de fatal ou d'halluciné, et l'oeuvre n'atteint jamais ici, comme avec Schnabel ou Richter, sa vraie dimension musicale et humaine. Je ne pense pas que Lang Lang soit prêt pour l'Appassionata. La sonate n°3, elle, pose moins de problèmes, les deux derniers mouvements coulent avec aisance.

Comme on pouvait le craindre, la Polonaise est, presque d'un bout à l'autre, pugnace mais dénuée de distinction et de charme. L'étude op. 25 n°1 est pour les amateurs de chamallows (plus je ralentis, plus c'est ro-man-tique), mais elle est agréable à l'oreille.

Les moments les plus réussis : d'abord, le premier cahier d'Iberia, un univers qui lui parle (le retour au calme, à la fin de la Fête-Dieu à Séville : vraiment superbe). D'autre part, la 7e de Prokofiev, sonate où il est à son affaire, plus encore dans les ambiances indéfinissables du volet central que dans les rafales de notes des deux autres.

Conclusion: si vous êtes fan de Lang Lang, vous retrouverez ici votre héros, un peu assagi mais prêt à bondir. Si vous aimez le piano, ce récital est inégal.
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2010
Lang Lang est un pianiste de taille mais il a un grand défaut : qualité des interprétations disparate...
En 2009 j'étais allé le voir à Pleyel : Debussy, Bartok, Schubert, Chopin. Dégueulasse, sauf Schubert et Bartok qui se tenaient. Je voyais tout le monde se lever à la fin, alors que moi j'étais extrêmement déçu. Surtout la Polonaise op53 avait été un véritable massacre, il tapait du pied à la fin pour marquer les temps... ouch.
M'enfin.
Quand on entend son enregistrement des concertos de Chopin (superbe) on se demande si c'est vraiment le même pianiste. De même, quand on regarde quelques vidéos, par exemple polonaise op22, rach op23 n5... hum

Toujours est-il qu'il nous présente dans ce live de superbes interprétations, pour la deuxième ou troisième fois, à la hauteur de sa réputation.
Bon, la polonaise op53 manque toujours un peu de retenue et de charme quand il y a relâche mais bon... Des rubato trop marqués souvent assez gênants aussi;
Tout le reste se tient très bien et s'écoute agréablement.
La sonate de Prokofiev est particulièrement bien réussie, bien qu'il se lâche un peu parfois, sur les rythmes le bougre. C'est pas du Liszt !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Moi aussi, le personnage et même le produit Lang Lang m'agacent prodigieusement. Du moins, visuellement. Car à l'écoute, oui de oui augmenté de oui-oui, quel superbe pianiste! Personnellement, au risque de me faire fusiller, Chopin n'est pas mon compositeur de prédilection et - encore que je les connaisse mieux que quiconque et en possède de multiples versions - les sonates pour piano de Beethoven (je n'écoute le plus volontiers que sa musique de chambre) m'ont toujours fait un effet un peu rasoir (sur l'île déserte, ma sensibilité préfère infiniment celles de Haydn). Mais donc, sur ce CD, les deux sonates de Beethoven (examen de passage langlangais, passeport pour auditoire viennois!) sont très belles et, dans les bis Chopin, j'insisterais sur cette étude délicieuse car jouée paradoxalement avec beaucoup d'intériorité (Lang n'est donc pas qu'un virtuose vain, ni un tapeur). La deuxième des sonates dites de guerre de Prokofiev (donc, la septième) manque peut-être un peu de mordant foudroyant, d'agressivité dardante. Enfin, pour moi le dingue d'Iberia, j'ai trouvé que ce pianiste était très convaincant dans Albeniz, comme quoi cette oeuvre est vraiment de portée universelle (et même de triple portée, hihi).
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Moi aussi, le personnage et même le produit Lang Lang m'agacent prodigieusement. Du moins, visuellement. Car à l'écoute, oui de oui augmenté de oui-oui, quel superbe pianiste! Personnellement, au risque de me faire fusiller, Chopin n'est pas mon compositeur de prédilection et - encore que je les connaisse mieux que quiconque et en possède de multiples versions - les sonates pour piano de Beethoven (je n'écoute le plus volontiers que sa musique de chambre) m'ont toujours fait un effet un peu rasoir (sur l'île déserte, ma sensibilité préfère infiniment celles de Haydn). Mais donc, sur ce CD, ces deux sonates de Beethoven (examen de passage langlangais, passeport pour auditoire viennois!) sont très belles et, dans les bis Chopin, j'insisterais sur cette étude délicieuse car jouée paradoxalement avec beaucoup d'intériorité (Lang n'est donc pas qu'un virtuose vain, ni un tapeur). La première des sonates dites de guerre de Prokofiev (donc, la septième) manque peut-être un peu de mordant foudroyant, d'agressivité dardante. Enfin, pour moi le dingue d'Iberia, j'ai trouvé que ce pianiste était très convaincant dans Albeniz, comme quoi cette oeuvre est vraiment de portée universelle (et même de triple portée, hihi).
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Certes, l'ascension médiatique de Lang Lang doit autant à son comportement démonstratif qu'à ses talents pianistiques. Toutefois, la critique n'ayant d'intérêt que si elle demeure objective, c'est sans préjugé que nous aborderons ce « Live in Vienna », sa haute valeur artistique nous épargnant de prospecter des terrains dont, finalement, nous n'avons que faire. Présenté en édition limitée sous la forme d'un luxueux digipack contenant deux CD et un DVD, cet enregistrement paru en septembre 2010 a pourtant bien failli m'échapper. Depuis, rassuré d'avoir évité un tel préjudice, les écoutes s'enchaînent avec, à chaque fois, la même satisfaction. Tout d'abord, le programme est bien conçu, l'alternance des styles n'étant pas étrangère à son intérêt. Ensuite, la sonorité de l'instrument est d'une précision et d'une beauté incroyables. Capté en public dans la grande salle du Musikverein de Vienne - lieu mythique s'il en est -, le piano conserve une dimension physique que seul, habituellement, le direct lui octroie. Traité de la sorte, il réagit infailliblement aux exigences techniques du jeune virtuose chinois. Ainsi, les deux Sonates de Beethoven nous explosent littéralement à la figure. D'accord, Lang Lang n'est pas le premier à nous les faire ressentir aussi intensément - d'ailleurs, d'autres l'ont fait mieux que lui. Toutefois, son sens de l'interprétation teinté d'audace et de naïveté nous force à reconnaître dans cette version l'expression d'un immense talent. Le programme se poursuit avec trois extraits d'Iberia d'Albéniz et avec la Septième Sonate de Prokofiev. Là encore, l'intelligence et l'habileté sont au rendez-vous, à tel point qu'elles nous font en partie oublier les critiques qui accompagnent parfois le jeu du pianiste : un jeu taxé de trivial et manquant d'affectivité. En partie seulement, car s'il fallait trouver une faiblesse dans ce récital, on la trouverait dans des pièces de Chopin qui manquent justement de sensibilité et de poésie. Mais à son âge, peut-on véritablement le blâmer ? Au contraire, sur l'ensemble de ce « Live in Vienna », le gain en maturité est palpable, et même impressionnant. Peut faire mieux, mais en fait déjà tant !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2011
Lang Lang est un pianiste qui m'a sidéré la première fois que je l'ai entendu en récital. Et non pas seuelement au sens positif! J'ai aimé son toucher qui est beau. Sa technique est ébouriffante, c'est bien le moins que l'on puisse dire. Mais point de vue interprétation, j'ai été plus d'une fois horripilé pas un manque de "style". Ainsi, j'ai entendu des Variations Abegg de Schumann qui ressemblaient plutôt à des Etudes de Czerny ou des Réminiscences de Don Juan de Liszt, noyées dans la pédale et expédiées à une grande vitesse..
Ce récital à Vienne montrait nettement moins de maniérismes. Lang Lang y propose des tempos relativements lents, surtout dans Beethoven. J'ai récemment vu la bande de ce concert à la télé et mes impressions sont un rien mitigées.
Il y a toujours le même toucher agréable, mais je me suis demandé pourquoi ce concert ne m'a finalement pas saisi. Ce qui manque à mon avis, c'est une certaine tension, avant tout dans les deux sonates de Beethoven et à un moindre degré dans le 1er livre d'Iberia d'Albeniz. La 7ème Sonate de Prokofiev s'accommode mieux du traitement de Lang. Puis ce qui m'a frappé aussi, c'est que ses lectures sont assez fragmentées. Nous entendons des mouvemenets, parfois réussis, parfois moins, mais nous n'entendons pas ce gigantesque arc en ciel dans l'Appassionata d'un Arrau ou d'un Pollini. De même dans la 7eme de Prokofiev, nous n'entendons pas la prise et l'autorité implacable de Richter ou de Sokolov. Ce dernier a également été filmé de manière bien impressionnante par Bruno Monsaingeon; il joue le Précipitato moins vite que Lang Lang, mais sa prise sur la structure et sa force sont terrifiantes.

Finalement je dois dire que je n'ai pas beaucoup aimé la façon dont il a joué le premier bis, la première étude d'opus 25 avec des changements de tempo que Chopin lui même n'aurait peut être pas aimé....
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lang Lang est un pianiste impressionnant : on se demande comment un homme peut jour du piano de ette façon ! C'est une excellente idée de présenter des séquences vidéo en plus des 2 CD contenus dans le coffret.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2013
bien arrivée dans les temps,emballage soigné pour une excellente écoute en solitaire et à plusieurs,passer,partager d'excellents moments en se prélassant devant ce prodige de la musique classique
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2012
le jeu et la fougue de ce pianiste sont étoudissants;je regrette simplement de ne pas avoir opter pour un dvd afin de contempler la virtuosité des doigts sur le clavier tout au long de l'écoute.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2011
Excellent interprète. Lang Lang est sans conteste un des meilleurs pianistes au monde. La qualité de l'enregistrement est aussi remarquable.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
11,96 €
13,91 €