Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Perle muette du prince des cinéastes, 13 septembre 2010
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éventail de Lady Windermere (DVD)
5,6,8,10 étoiles. Distribuez-les libéralement et à votre guise, de toute façon, Lubitsch est dans ses plus grands films hors concours, et donc hors cotation.

De l'avis de tous ceux qui connaissent bien tout l'oeuvre de Lubitsch, ce qui n'est pas mon cas, L'Eventail de Lady Windermere (1925) est l'apogée de sa période muette. Au vu du film, un sommet de maîtrise du cinéma dans toutes ses composantes - hors les dialogues et le son, et pour cause - on n'a aucun mal à le croire.

Adapté de la pièce éponyme d'Oscar Wilde, le film se paye le luxe de pouvoir se débarrasser de l'esprit de Wilde tel qu'il transparaît dans les répliques, et de tout faire passer visuellement. On sait que Lubitsch deviendra peu de temps après le maître de la comédie sophistiquée dialoguée, mais on oublie souvent que chez lui les idées ne sont pas que verbales, et que son sens visuel très sûr est ce qui rend ses films si complexes et qu'on ne se lasse pas de les revoir.

Commençons par un résumé de l'argument, emprunté au bon Lubitsch de Christian Viviani et N.T. Binh (par ailleurs concepteur des bonus de ce dvd des Editions Montparnasse): "La jeune Lady Windemere vit dans l'insouciance, entre un mari amoureux, un soupirant, Lord Darlington, qu'elle repousse coquettement, et les réceptions mondaines qu'elle doit mettre sur pied. La belle et mûrissante Mme Erlynne, au passé de scandale, convoque un jour Lord Windermere et lui apprend qu'elle est la mère, jadis enfuie, de son épouse (qui la croit respectablement morte). Afin de reconquérir sa place dans la société, Mme Erlynne demande à son gendre de l'aider financièrement s'il veut qu'elle se taise. Il accepte."

Comme on est chez Lubitsch autant que chez Wilde, les malentendus qui découlent de cette situation font qu'on est dans une comédie des erreurs nettement teintée de mélodrame. Mais ce qui est propre à Lubitsch et à l'art cinématographique, c'est la façon dont le cinéaste crée du sens, et donne l'impression de tout faire comprendre de ses personnages sans jamais qu'ils soient doués de la parole. Tout est ici génie cinématographique: non seulement la direction des acteurs, mais aussi et peut-être surtout l'organisation de l'espace, le choix des cadres et des valeurs de plan, l'utilisation des décors et des costumes, le sens du détail qui tue, etc.

On sait que Mary Pickford, fort mécontente lorsqu'elle avait tourné avec Lubitsch, s'était écriée qu'il ne s'intéressait pas aux acteurs - et singulièrement pas à elle - mais aux portes ("Doors, doors, doors!"). Ce n'est pas la vision de L'Eventail de Lady Windermere qui pourra aider quiconque à la contredire, les portes et les décors monumentaux ayant un rôle crucial à jouer dans l'aménagement des intérieurs. Lubitsch multiplie les éléments qui cachent et isolent, des murs et portes aux buissons du jardin, et qui sont souvent responsables des malentendus les plus amers. Bref, cela comme tout le reste est d'une maîtrise admirable, tout est signifiant, et tout concourt à susciter l'émotion. La quintessence d'un art qui atteignait là une certaine plénitude.

Même si l'on n'a pas de passion pour le cinéma muet, il faut tenter la découverte. Cette sortie est à marquer de plusieurs pierres blanches, de même que le seront les sorties chez Carlotta du City Girl de Murnau (qui sortira aussi dans un coffret blu-ray avec L'Aurore d'ici la fin 2010) et d'un Coffret Frank Borzage. A plus forte raison parce que, même si la copie n'est pas parfaite - il y a quelques sautes d'image, comme dans toutes les éditions de films muets, et elle est un peu trop lumineuse - elle est d'une grande qualité. L'accompagnement au piano est de très bon goût et sert fort bien le film, sans le phagocyter. Des deux suppléments, un est de grande qualité: "Lubitsch, le patron", documentaire de Jean-Jacques Bernard et N.T. Binh (52'). Collier d'entretiens avec des spécialistes du maître, dont Marc Cerisuelo, Jean-Loup Bourget (co-auteur de l'excellent Lubitsch ou la Satire Romanesque ou Jacqueline Nacache (responsable du non moins bon Lubitsch), le documentaire définit bien le style de Lubitsch et permet de remettre les pendules à l'heure sur certaines questions (Lubitsch à Hollywood, sa conception du cinéma comme d'un artisanat d'art à élaborer avec des collaborateurs, etc). Une très bonne première approche du cinéaste que ce documentaire bien conçu, à compléter par un ou plusieurs des ouvrages mentionnés ci-dessus, malheureusement tous épuisés mais parfois disponibles en occasion.

Finissons par indiquer que plusieurs de ses plus grands films ne sont toujours pas disponibles en dvd en France. Quel scandale! Ainsi Haute pègre (1932), peut-être son premier chef-d'oeuvre parlant, ne se trouve que dans une (très bonne) édition américaine Criterion: Trouble in Paradise (voir le commentaire de Denis Urval). N'hésitez pas à vous le procurer si vous êtes anglophone et avez un lecteur qui accepte les zone 1.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un bijou ciselé, à voir absolument !, 5 octobre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éventail de Lady Windermere (DVD)
Lady Windermere est persuadée que son mari la trompe avec la scandaleuse Lady Erlynne, alors qu'au contraire son mari cherche à la préserver d'un douloureux secret. Le quiproquo qui s'installe pourrait être fatal si...

Un film tout de grâce et de finesse, qui allie humour et émotion. Les costumes sont magnifiques: on ne peut qu'être séduit par la mode féminine des années 20, avec cette si jolie coiffure à la garçonne, et l'on n'est pas près d'oublier le chapeau à la plume coquine ou le somptueux manteau de bal de Lady Erlynne. Les acteurs sont superbes, en particulier Lady Erlynne, à la fois retorse et si émouvante.Quelle présence à l'écran! On ne peut que craquer... Bien que le film soit muet et les cartons très peu nombreux, impossible de ne pas comprendre les échanges entre les personnages, étonnants de naturel. La mise en scène est d'une extraordinaire lisibilité, grâce au jeu raffiné et astucieux de la caméra et à la délicatesse de la musique, jouée au piano, qui épouse les moindres nuances des affects des personnages. Un pur moment de bonheur!

Le documentaire sur Lubitsch est intéressant et bien mené, le parallèle entre son premier métier de tailleur et la manière de confectionner ses films est très éclairant.

Bref, un DVD à posséder ou à offrir, à voir et à revoir ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 chef-d'oeuvre du muet..., 30 décembre 2010
Par 
freddiefreejazz (Quelque part dans le Sud Ouest...) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éventail de Lady Windermere (DVD)
6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20 étoiles, oui, autant que vous voudrez. Comme me le confiait un ami qui m'est cher, et qui, lui-aussi a vu ce film, et avait attiré mon attention en le chroniquant ici-même, L'éventail de Lady Windermere est un moment charnière dans la carrière de Lubitsch, l'apogée du cinéma muet. D'ailleurs, ce com' lui est chaleureusement dédié. Voici donc un film muet de Lubitsch "le patron", comme on l'appelait souvent, du moins après qu'il eût quitté l'Allemagne de Weimar, au début des années 20, pour s'installer définitivement à Hollywood... Mais à ma surprise, c'est un film sans Mary Pickford. Quand on sait les liens qu'entretenaient ces deux-là et le nombre de films qu'ils ont tourné ensemble, on peut s'en étonner... Sauf que l'actrice devait en avoir assez de tourner dans des films qui ne seraient plus des films de Mary Pickford mais des films de Lubitsch...

"Lady Windermere's fan" (titre original) fait partie de ces cinq films tournés pour la Warner Bros par ce cinéaste prodigieux, originaire de Berlin. J'y découvre des acteurs et des actrices que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam: Ronald Colman (dans le rôle de Lord Darlington), May McAvoy (dans celui de Lady Windermere... l'actrice tournera plus tard dans ce premier film parlant, "le chanteur de jazz"...). Last but not least, on y croise une actrice merveilleuse, l'extraordinaire Irene Rich (Mrs Erlynne). Voici une actrice qui crève littéralement l'écran. D'ailleurs, c'est bien elle l'actrice principale, ou disons, le principal intérêt du film, avec l'éventail bien entendu... Les autres acteurs ne sont pas cantonnés dans de petits rôles sans importance. Mais pour cette histoire d'amour inouï, cette histoire de rédemption, même, le cinéaste a su mettre en valeur les atouts de ce personnage à la fois subtil et "en marge" (Mrs Erlynne, donc).

En marge de quoi? Et bien en marge de la société bien pensante, hypocrite et conformiste, qui a réponse à tout et exige tout de tout le monde... Bref, qui mieux que Lubitsch (vraiment en avance sur son temps), qui d'autre que lui pouvait dénoncer avec autant de raffinements les hypocrisies en tout genre? On l'aura compris, avec cet auteur singulier, on est à mille lieux de la vulgarité. L'on tient là une oeuvre "phare" qui nous permet aussi de réaliser combien étaient élégants les cinéastes du muet, quels travailleurs acharnés ils étaient. Mieux encore, l'on se rend compte que les meilleurs cinéastes du cinéma parlant avaient d'abord commencé leur Oeuvre dans le muet (que l'on songe à King Vidor mais aussi à Fritz Lang et Hitchcock comme le rappelle un intervenant dans un des bonus de cette édition Montparnasse...).

Réalisé en 1925, Lady Windermere's fan n'est pas une opérette... C'est plutôt une comédie dramatique mondaine. La gravité de ton peut même surprendre. C'est surtout la "rencontre" de deux femmes ou plutôt leurs "dispositions croisées". La première (Lady Windermere) appartient à la grande aristocratie britannique. Mariée à un Lord, elle est néanmoins l'objet de mille convoitises (le jeune et séduisant aristocrate Lord Darlington...). La deuxième femme (Mrs Erlynne) est plus âgée, plutôt mondaine (cela dit, faut se méfier des apparences), elle essaie de se faire une place au soleil, dans ce milieu qui n'est plus tout à fait le sien... Femme admirable, elle se contrefout du qu'en dira-t-on et des ragots dont elle est souvent la cible. Elle vit dans la solitude et l'incompréhension la plus complète. Mais qu'importe, elle s'en accommode avec grâce... L'efficacité des acteurs est à ce titre étourdissante, et la mise en scène d'une beauté qui laisse pantois (ainsi les nombreuses scènes entre Lady Windermere et Mrs Erlynne, les malentendus, l'hypocrisie des invités, et puis ce paroxysme, pour ne pas dire ce suspense, allant toujours crescendo, entre chuchotements et évanouissements...).

Dans ce film muet, on les entendrait presque les acteurs. D'ailleurs, y a très peu d'intertitres. Nuances au niveau du jeu des acteurs donc, leurs gestes et leurs mouvements sont à ce point merveilleux, décors et détails expressifs, beauté de l'histoire, je n'en dirai pas davantage sauf que j'espère que ce commentaire et celui d'LD vous feront saliver et vous motiveront pour voir ce film. Aussi, ne vous laissez pas distraire par les premières scènes, la mise en place des personnages, etc. Parce que très vite, l'on passe à l'essentiel. Chaque détail compte, rien n'est laissé au hasard. Que ce soit un regard, une caresse, un frôlement de mains, un baiser volé, un chéquier, un éventail... Et jusqu'à la fin, jusqu'au dénouement final (inattendu et surprenant), le spectateur est saisi, happé par tant de finesse, par tant de liberté. Liberté de ton, liberté tout court. Oser critiquer la société puritaine et mesquine comme le fait Lubitsch, c'était franchement risqué. Surtout à une époque où la censure se montrait déjà fort puissante...

Pari réussi du futur réalisateur de To Be or Not To Be, qui a déjoué tous les pièges, comme vous le verrez dans cette scène magistrale au cours de laquelle l'actrice principale (Irene Rich) se laisse regarder et espionner (dans un hippodrome, ses ennemies ne cessent de la traquer à l'aide d'une jumelle qu'elles se refilent entre elles, en faisant toutes sortes de commentaires insipides et ridicules... d'ailleurs Lubitsch, de leur babillage monotone ne nous laissera aucun intertitre, seulement des mouvements incessants de lèvres, avec ses gros plans qui ridiculisent ses personnages). Il faut admirer ces scènes, cette façon dont le cinéaste se les a appropriées, ces plans-fixes de toute beauté, cette connivence avec nous, le public. Irene, en se laissant observée, renvoie ainsi cette société puritaine à sa propre petitesse, à sa propre médiocrité. Ce milieu aristocrate et fermé n'a surtout que des idées préconçues sur les individus "en marge". Ah, ces individus qui ne veulent pas se laisser enfermer dans des boîtes, ça dérange toujours. Enfin, l'on ressent tout ce travail d'écriture, ou de "réécriture", puisque ce film, ne l'oublions pas, est tiré d'une pièce d'Oscar Wilde...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 oscar wilde vu par ernst lubitsch, 8 octobre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éventail de Lady Windermere (DVD)
C'est très intéressant de voir ce qu'a pu faire E. Lubitsch d'une pièce d'O. Wilde. Un film muet avec un minimum de sous titre.
L'intrigue seule est suffisamment complexe pour soutenir l'attention et séduire le spectateur. On retrouve avec beaucoup de plaisir le sympathique Ronald Colman (inoubliable partenaire quelques années plus tard de Greer Garson dans "Prisonniers du passé"). L'actrice qui tient le rôle de Lady Erlynne (Irene Rich) est très attachante, mais semble avoir disparu des écrans avec le cinéma parlant (c'est mon hypothèse).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Une brillante comédie des erreurs, 23 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éventail de Lady Windermere (DVD)
En fait, peu de choses à dire après l'excellent commentaire de LD. Adaptation de la pièce d'Oscar Wilde, "L'éventail de Lady Windermere" (1925) est une brillante comédie des erreurs qui n'exclut pas une tonalité mélodramatique parfois perceptible. Le maître de la comédie dialoguée sophistiquée était déjà un des très grands du muet. Le film est une brillante satire de la société victorienne. Comme dans bon nombre des réalisations de Lubitsch, le mariage et l'argent sont au centre des préoccupations. L'art des gros plans, le rôle des portes, la fonction des costumes etc... tout contribue à faire de ce film une comédie brillante et très subtile. Incontestablement, l'une des grandes oeuvres du muet.
En bonus : - "Oscar Wilde, de la scène à l'écran". La comédienne Geneviève Casile met l'accent sur les différences entre Lubitsch et Wilde dans l'approche du personnage de Lady Erlynne.
- "Lubitsch, le patron", documentaire très intéressant sur la carrière et la technique lubitschiennes
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très beau film muet, 6 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éventail de Lady Windermere (DVD)
C'est un très beau film du cinéma muet des années 1920. Les images sont très belles et l'histoire est amusante et joliment sentimentale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'éventail de Lady Windermere
L'éventail de Lady Windermere de Ernst Lubitsch (DVD - 2010)
EUR 20,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit