Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'avis de www.desert-rock.com, 19 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : From Beale Street To Oblivion (CD)
La nouvelle livraison de Clutch met les points sur les "i". Alors que "Robot hive..." leur prédécesseur montrait une variété de tonalités musicales inédites, et une maîtrise remarquable de bout en bout, "From Beale Street To Oblivion" récupère tout ça, mélange le tout, et le rebalance comme un uppercut en pleine gueule ! Comment sinon expliquer le démarrage du disque par deux titres qui ne dépassent pas les 3 minutes ? On se rappelle du début de "Pure Rock Fury", qui marquait un virage dans la carrière du groupe, le faisant passer d'un combo assez "direct" à un groupe plus posé, à la recherche du riff ultime, du groove céleste, et du jam qui transcende le tout. Nouveau virage, donc, avec ce disque qui, en fait, prend le meilleur de leurs derniers albums précédents, et le canalise dans une veine plus directe, plus franche, plus homogène aussi.

Et pourtant, il y en a pour tout le monde ! Si les premiers titres sont plus "in your face", et que "The devil & me" sonne comme du... Clutch, pur jus, la première "balade", "White's ferry", sonne simplement terriblement juste. Mais c'est avec "Child Of The City" que la bête se réveille et prend son ampleur : ce monstre de morceau ravage tout sur son passage, avec son riff volé aux meilleures heures de ZZ Top, ses passages de slide, d'orgue et d'harmonica orgasmiques, la chanson dégueule de boogie, totalement vicieux. Wow... Clutch s'essaiera d'ailleurs à nouveau à la slide pour un autre grand moment de l'album, "When vegans attack", aux influences sudistes assumées (le groupe a décidément beaucoup tourné avec Five Horse Johnson). Chacun de ces deux morceaux justifie à lui seul l'achat de l'album. D'autres grands moments sont encore en réserve avec un "Black umbrella" gorgé d'orgues et d'harmonica, aux relents soul discrets et bien sentis.

Les premières écoutes ne font que confirmer que le talent instrumental du quintette (je pense qu'on peut désormais dire que Mick Shauer, l'organiste, fait partie du groupe, et c'est pas volé) est toujours la clé de voûte de la musique de Clutch, renforcée par un sens du riff et du groove poisseux constamment mis en avant. Pas de révolution, donc, de ce côté-là. En revanche on notera l'excellent boulot de Joe Barresi (QOTSA, Tool, Melvins) derrière les manettes, qui apporte une dimension redoutable à la musique du groupe.

Comme une évidence, "From Beale Street..." se positionne en synthèse parfaite des 3 derniers albums du groupe, avec un recentrage efficace vers l'essence de Clutch : finies les tentatives country ou blues, Clutch refait parler la poudre, et y met les moyens. Un des meilleurs albums du groupe, peut-être le meilleur. Vous savez ce que ça veut dire...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 entêtant !, 27 mai 2007
Par 
gégé-blues (FRANCE-Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : From Beale Street to Oblivion (CD)
Clutch, formé en 1992, est un groupe de rock dit "stoner" encore que l'on retrouve ici, de violents parfums d'heavy rock psychédélique comme dans le titre "white's ferry". Ce 10ème album nous présente 12 brûlots en riffs puissants et entêtants et dans un son brut et pêchu, les morceaux défilent sur une rythmique lourde et grasse propre à ce style de musique. Ne cherchez pas de longs et laborieux solos de guitare, les titres sont structurés pour être courts et incisifs avec parfois, des interventions surprenantes d'harmonica comme sur le très bon "electric worry" ou de guitare wha-wha sur l'excellent "rapture of riddley walker". Un rock stoner bien inspiré qui pourra plaire aux admirateurs de Monster Magnet par exemple.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 C D de Clutch, 11 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : From Beale Street to Oblivion (CD)
achat rapide et sans problème.
Le CD est arrivé bien emballé et en parfait état, conforme à ce que j'ai vu sur le site. Il est absolument neuf et de qualité irréprochable.
Le délai de livraison est dû au fait que ce disque a été expédié de Nouvelle Zélande.
Seul bémol, je n'ai pas reçu le mail m'informant de la livraison imminente de mon article. Heureusement que ça passait dans la boite aux lettres !
Ce CD est vraiment très bon. Les morceaux sont bien construits et aucun ne sert au 'remplissage' du disque.
Voilà un groupe qui ne fait pas semblant de jouer du rock !!!
Il parait que leurs prestations scéniques sont remarquables et qu'ils se sont fait connaitre comme ça aux USA.
En tous cas, ça envoie bien et il serait intéressant de les voir en Europe !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit