undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

16
3,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 mai 2011
Le côté "fresque sociale" est bien fait, comme dans le (beaucoup plus génial) The Corrections du même auteur. Freedom explore notamment la complexité des enjeux qui se nouent autour de la protecion de l'environnement, et la montée des neocons dans les années 2000. Le mari, le fils, l'amant sont intéressants. Dommage que le personnage central (Patricia) soit raté.
Lecture facile et agréable, en tout cas.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 février 2012
Ce roman de toutes les névroses familiales se présente comme un pavé (plus de 700 pages en petits caractères dans la version poche) et pourra sembler rébarbatif par sa longueur et sa densité, en fonction des goûts et des attentes de chaque lecteur.

Dans mon cas j'avais préféré un titre précédent (Les Corrections). On retrouve ici un penchant prononcé pour décortiquer les méandres de l'âme humaine, ou plutôt des âmes de ces membres de la famille Berglund dans le Minnesota. Au début je me croyais dans une version - moins affriolante que la série télé - de "Desperate Housewives" avec les commérages des voisins sur un couple dont on va suivre l'histoire, un peu en zig-zag, par flash-back, depuis leur rencontre à l'Université jusqu'à leur(s) déchirure(s) alors que leur fils devient père à son tour, en revisitant à l'occasion l'histoire de leurs propres ascendants, de leurs amis et leurs voisins.

Tout ceci est très copieux (sur l'adultère, la frustration, les ambitions déçues, l'amitié...), sans compter les histoires parallèles, comme la défense de la nature avec ses compromis politiques et personnellement je n'ai commencé à accrocher et m'attacher aux personnages qu'après les 200 premières pages. D'où mon avis mitigé : ni le chef d'oeuvre ultime que la presse américaine a encensé, ni non plus un pensum indigeste, mais plutôt une lecture de longue haleine qui captivera ceux qui s'intéressent à la psychologie et acceptent de regarder en face, par le truchement de ces personnages bourrés de contradictions, leurs propres conflits internes.

Particulièrement intéressant à mes yeux : les deux gros chapitres écrits comme un journal intime par Patty, l'épouse de Walter Berglund, où elle se raconte à la 3ème personne en se nommant "the autobiographer". Récit intitulé "Mistakes were made" à garder en mémoire pour la suite des événements, quand il tombera entre certains mains et produira un effet aussi indésirable que désastreux !...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 novembre 2010
Freedom is surprising because it is both very cynical and endearing, each character is complex and the situations become utterly believable although they seem far-fetched when you start to discover them. It is a capsule of today's America, a distillation of its essence and leaves a long-lasting impression.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 décembre 2011
Du grand Johnathan Franzen, si vous avez aimé Les Corrections, vous aimerez Freedom. L'histoire en quelques mots :Patty Berglund, mariée, deux enfants, revient sur sa vie, ses bons moments, ses erreurs, ses passages à vides. entremélée entre sonr écit, on trouve le point de vue de chaque personnage sur cette même vie (son mari, sa fille et son fils).
C'est très bien écrit (les plus de 700 pages passent très rapidement), très juste et touchant. Je le recommande chaudement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
La lecture des premières pages laisse l'impression un peu étrange et il faut bien le dire décevante d'être une nouvelle fois plongé dans l'envers du décor des vies apparemment parfaites menées par les résidents des banlieues cossues américaines. Dans la continuité du film American Beauty et de la série Desperate Housewives, le roman commence donc de manière assez triviale et semble manquer de souffle ; les affres de la vie d'une mère au foyer dépressive qui crève les pneus de la voiture de ses voisins et sent ses enfants lui échapper... on étouffe un bâillement.

Assez rapidement toutefois, le roman prend de l'ampleur : il s'étoffe, s'enrichit de nouveaux personnages, de nouveaux thèmes, il prend des virages et s'aventure dans des petits chemins de traverse, sans toutefois trop s'éparpiller. Détaillé, dense et construit de manière très précise, Freedom est avant tout l'histoire d'une famille, celle des Berglunds, mais aux multiples sujets intimes se mêlent, comme dans la vraie vie, des préoccupations plus globales, comme l'état de l'Amérique post 11 septembre, la politique étrangère des Etats Unis, le problème qui semble fondamental à Walter de la surpopulation humaine, les questions d'écologie et de préservation de territoires de vie sauvage, etc.

Touffu, foisonnant et moderne, il y est autant question de sexe et de rock indépendant que d'ornithologie et de sentiments ; le plus frappant reste cependant comme il est hanté par la dépression, qui frappe au cours des événements relatés tous les personnages principaux. S'il s'intéresse essentiellement à des personnages de la classe moyenne supérieure blanche américaine, les sentiments et les situations sont universels et s'adressent à tous : comment concilier la liberté, déclinée à toutes les sauces au fil des pages, ses aspirations individuelles, avec les contraintes de la vie de famille ? Peut-on mettre en adéquation ses principes et la réalité ? Quelle place donner à la passion, à la raison, comment affronter le monde actuel ? Faut-il s'affranchir de son héritage familial, peut-on le faire, ou doit-on l'embrasser ? Comment échapper à la dépression, quel sens donner à cet enchevêtrement d'événements et de personnes qu'on appelle la vie ? Tout ceci peut sembler beaucoup d'interrogations pompeuses et cérébrales mais rassurez-vous si la lecture de ce roman me les a mises en tête, ne croyez pas que le livre les martèle, il les insinue simplement, en racontant avant tout une longue, touchante et intéressante histoire. Peut-être pas le chef d'aeuvre de la décennie, mais un roman attachant, aux personnages marquants et remarquablement bien écrit.

Note sur l'édition Kindle en anglais : elle est tout à fait convenable, bien découpée en chapitres. Le texte n'est pas extrêmement difficile d'accès mais un bon niveau de langage est tout de même nécessaire à mon sens. Le dictionnaire intégré m'a souvent été d'un grand secours pour ce qui concerne le vocabulaire, en particulier les parties ornithologiques (mais je ne sais toujours pas ce qu'est un `cerulean warbler' en France) ou techniques concernant l'extraction de charbon.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Well remembered for his masterful readings of such titles as "Water For Elephants" and "The Second Horseman," David Ledoux gives a praiseworthy narration of FREEDOM, a story in which he's required to portray many characters. As has been said, "His voice inhabits the characters' psyches, sharing their loves, fears, and anxieties. Ledoux gives a vibrant performance, imbuing each character with a unique voice and tone." How true!

The winner of two AudioFile Earphones Awards Ledoux presents listeners with a varied cast of characters, each very different, each intriguing in his or her own way. FREEDOM is 25 hours of pure listening pleasure.

However, one cannot say the story is always pure pleasure but rather thought provoking, a mini look at our shared history as it highlights Patty and Walter Berglund, a once perfect couple now trying to come to terms with a very changed world. The pair have renovated an old home among other badly in need of repair homes in Ramsey Hill, a section of St. Paul. Patty is the sunshine in their neighborhood, "a sunny carrier of sociological pollen, an affable bee," always busy doing good - sharing a platter of cookies, bringing a small bouquet of flowers. Walter is her perfect companion, a lawyer so decent, so honest that he almost glows with good will, philanthropy, and a commitment to the environment (he commutes by bicycle each day).

Yet, is it not possible that the Berglunds are uncomfortable with their good fortune, somehow trying to deserve their gifts? Also, is it not possible that such meritorious devotion to the good might later manifest itself as overwrought zeal?

Their idyllic life begins to shatter when their bright, doted upon son, Joey, leaves home to live with a neighbor described as one wearing "a Vikings jersey with his work boots unlaced and a beer can in his fist."

The author takes us through the years with the Berglunds as each ages, remembering the pasts that formed them, questioning what they believed to be true, and becoming increasingly confounded by the time in which they now live. They change, remarkably so, as has our world. Jonathan Franzen is brilliant and FREEDOM is not to be forgotten.

- Gail Cooke
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 octobre 2011
I went trough this novel in a couple of days.

The book is an easy-too-read enternaining story.

Altough, sometimes Franzen stresses too much on the vulgarity of the situation, and uses too many pages, just to describe extra-marital or teenage sexual relations, not crude enough, they give some rythm too the roman, which is much better when it deals with the personal or profesional evolution of its characters.

It might not be his best book, and I wonder if I will read another one.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 30 décembre 2011
Ce livre est un réel chef-d'oeuvre dans la restitution des sentiments des personnages. Nous suivons l'évolution d'une famille américaine sur plusieurs décennies et ce, sur un fond politique réel restant subtil en arrière-plan. Les idées socio-politiques distillées dans le roman ne peuvent être reprochées à l'auteur, particulièrement la critique de la liberté, valeur si chère aux Etats-Unis.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 21 février 2014
Il y a longtemps que je l'ai lu, puisque je trouve seulement aujourd'hui cette demande d'évaluation, mais je me souviens avoir bien aimé ce livre, aussi bien pour l'histoire que pour le style de son auteur. C'est pourquoi, d'ailleurs j'ai ensuite acheté The Corrections.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 octobre 2011
Contrairement à la personne ayant rédigé l'autre commentaire, j'ai bien reçu mon livre à temps et le trouve excellent: bien écrit, thématique secondaire intéressante et importante (la surpopulation), psychologiquement bien vu. Je l'ai lu presque d'un trait. A recommander.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus