Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magique ! Moite et fievreuse, telle est la trance !, 29 septembre 2010
Par 
crew.koos (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Analog Africa N°8 : Afro Beat Airways - Ghana & Togo 1972-1979 (CD)
Une fois le disque enfoncé dans la platine, il me fallut bien peu de temps pour être pris de démangeaisons genre funky chicken, à la James Brown. Cuivres fiévreux, rythmique hypnotique, chaeurs entêtants, chaleur, chaleur, l'Afrique cognait à ma porte, et si Fela sera à tout jamais le King de l'afrobeat, ce Afro-beat Airways était là pour prouver que limiter le genre à son seul fondateur nigérian serait un grave manque de culture. Plongeant ses racines au caeur des 70s (72-78 pour être précis, bref de la fin du Flower Power aux punks pour « nous ») cette « compilation » (terme assez peu approprié, préférons lui « sélection ») ghanéo-togolaise nous offre le meilleure point de vue possible sur la richesse musicale de cette période et de ce genre, encore largement méconnu chez nous et dont l'influence, pourtant, ne cesse de se faire sentir par tous les pores du funk blanc, de la disco, de la techno et de tous les styles de musique qui invitent, un tant soit peu, à remuer son arrière train au rythme d'une transe fiévreuse.

L'orgue manzarekien d'Orchestre Abass, le highlife de Alhaji K.Frimpong, l'afro-beat du African Brothers Band et l'afro-funk de Marijata avec le titre Break Through (qui boucle la boucle si vous voyez ce que je veux dire....oui oui, To the Other Side), tout ici n'est que groove moite, ascension sereine vers de trance(andants ?) sommets. Alors, oui, l'esprit fela-cien flotte sur chacun des titres (Odofo Nyi Akyiri Biara) mais...pas que. Live in Usher World d'Itadi n'a finalement que bien peu à voir avec le prophète nigérian, mais beaucoup plus avec le funk-soul des USA à cette époque avec sa guitare hendrixienne en diable. Et si vous ne trouvez pas à Break Through (encore) de faux airs de We Got The Funk de qui vous savez, l'achat d'une boite de cotons de tiges devrait s'imposer immédiatement. Que dire de la sereine et enchanteresse gratte des Frank Professionals, tout en laid back revigorant, un exploit !

Vous l'aurez compris, amateur de rock pur et dur, ou spécialiste plus pointu en...musicologie spécialisation Afrique, cette compilation est pour vous. Les passerelles entre tous les genres se faisant ici parfaitement évidentes : le funk est né dans les rues d'Accra, ou pas loin, Hendrix n'avait pas QUE du sang cherokee, la techno de Detroit a copulé honteusement avec les rythmiques krautrock a-batardisées de jeunes germains dégénérés qui, trop longtemps, ont traîné leurs combis Volfwagen sur les pistes africaines. « Toutes la musique que j'aime, elle vient de là, elle vient du blues » comme dirait l'autre fiscaliste ? oui sans doute, mais....le blues il vient d'où ?

Il y aurait lieu d'écrire des pages et des pages encore au sujet de cette envoûtante sélection, mais ce serait sans compter sur le copieux livret qui l'accompagne et qui, à lui seul, justifie l'achat de ce disque magique et justifie aussi...le retour du vinyle qui faciliterait amplement la lecture des textes qui s'y trouve et des magnifiques photos.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit