undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

16
3,6 sur 5 étoiles
Interpol
Format: CDModifier
Prix:5,62 €+2,49 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

16 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 14 septembre 2010
J'ai adoré "Turn on the bright lights", mais je me souviens qu'il m'avait fallu de nombreuses écoutes pour en mesurer la profondeur, et basculer dans l'addiction.
C'est la même chose avec ce nouvel album. La première écoute est très décevante. On cherche ce qu'on a aimé chez eux avant, et on ne le trouve pas, ou seulement à l'état de traces. On réalise que beaucoup de titres sont lents, incantatoires, et que rien dans l'ensemble n'est immédiatement séduisant. Le premier single, "Lights", était déjà une grosse déception. Erreur : dans le contexte de l'album, c'est un morceau énorme, magnifique, puissant, qui se bonifie à chaque écoute, jusqu'à vous coller des frissons. Et tout est comme ça ici.
Il faut leur accorder le droit d'évoluer, le droit d'élargir leur son (la production luxuriante d'Alan Moulder peut dérouter les fans de la première heure - mais quel travail d'orfèvrerie !), le droit de faire la part belle au piano et autres claviers (Try it on), sans tomber dans l'extrême à la manière d'Editors et leur bascule early 80's (In This Light & On This Evening).
Beaucoup de compositions paraissent faibles à la première écoute, mais il faut insister, se laisser conquérir. Et ainsi, s'ouvrir l'accès aux merveilles de "Success", "Safe Without", "Summer Well", de l'intense et grandiose "The Undoing", de "Memory Serves". "Barricade" se révèle long en bouche, comme tous les morceaux de l'album, y compris les plus difficiles à avaler de prime abord comme "Always Malaise" (et sa splendide montée en puissance) ou "All of the Ways". Finalement il n'y a de décevant que "Crimewaves", qui clôt l'album à la façon du curieux "Lighthouse" sur l'album précédent.
Interpol reste une valeur sûre, un très grand groupe à qui l'on souhaite longue vie pour notre plaisir. Et ce malgré le départ du grand Carlos Dengler, encore présent ici... Difficile d'imaginer comment le groupe va pouvoir se passer de lui, notamment sur scène, où sa dégaine, sa plastique et son élégance donnaient de la sève à leurs concerts, toujours un peu froids et appliqués.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 septembre 2010
Ce quatrième opus peut, il est vrai, dérouter un peu lors de la première écoute. On y retrouve les éléments clefs des New-Yorkais déjà bien exploités dans les précédents albums : résonances, ambiances pesantes, voix caractéristique de Paul Banks, le tout une fois de plus admirablement joué. Simple répétition de la même recette ?
Et bien, détrompez-vous, cet album mérite plusieurs écoutes car il contient des nuances intéressantes à plus d'un titre: une plus large place aux ambiances sonores (synthés) au détriment de la basse de Carlos D (qui quittera le groupe après l'enregistrement), la batterie est plus mise en avant et le jeu un peu plus fourni. Le travail sur la voix (on aime ou pas)sur certains titres, les textes plus travaillés, nous laisse penser que l'escapade solo de Banks/Plenti a laissé des traces.
Bref, Interpol évolue, apporte à son oeuvre de petites nuances,ce qui donne à cet album une agréable saveur une fois qu'on se l'est bien approprié.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 septembre 2010
OK OK, ce n'est pas Turn On The Bright Light. L'album est vraiment différent de ce qu'ils ont fait précédemment, plus simple. Je regrette les lignes de basse mortelles de Carlos D., très peu présentes dans ces morceaux. Mais c'est tout de même un bon album, fort agréable à écouter. Certes point le meilleur, mais il se bonifie avec les écoutes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 septembre 2010
Si vous êtes un aficionado, déjà conquis par les 3 premiers LP, celui-ci vous déroutera quelque peu.
Une ligne de basse moins omniprésente, peut-être annonciatrice du départ de Carlos D, laisse la place à la créativité mélodique et aux lyrics toujours aussi poétiques.
Je dois dire que ma note à la fin de la première écoute eut été moindre (3 étoiles) mais une étoile fut gagnée à chaque nouvelle tentative.
Ne passez pas à côté de cet opus, il est merveilleux d'un bout à l'autre car moins évident, plus délicat.
Faîtes vous une douce violence en lui donnant le temps de vous conquérir, ce qu'il fera à coup sûr !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 septembre 2010
Certaines critiques très mitigées laissaient présager le pire et c'est avec quelques craintes que j'écoutais ce nouvel opus. Je m'attendais à un groupe affadi et, surprise, c'est tout l'inverse que j'ai entendu. C'est un combo en plein changement certes, mais qui ne sacrifie en rien les ambiances denses et subtiles qui sont sa marque de fabrique. La basse en retrait ne m'a absolument posé aucun problème et c'est ravi que je me plonge à nouveau dans cet univers singulier, particulièrement ouaté et enveloppant sur cet album.
Superbe.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 novembre 2010
C'est souvent ainsi, comme un bon livre qui ne dévoile pas ses secrets tout de suite, la première écoute de cet album laisse une impression de laborieux, voire réchauffé. Mais après disons quatre ou cinq écoutes, c'est tout simplement le sentiment d'avoir affaire à un très grand groupe qui l'emporte. Allez les voir sur scène si l'occasion vous est donnée, le relief de la plupart des morceaux est marquant. J'ai mis un mois à apprécier "Lights", je le situe aujourd'hui (presque) au même niveau que "Pioneer to the fall" qui est l'incarnation de ce qu'on peut faire de plus beau en matière de rock. C'est un album frustrant et beau à la fois car on ne peut s'empêcher de penser que ce groupe peut atteindre des sommets et dépasser allègrement celui dont il assurent actuellement la première partie dans les grands stades du monde. Ils seront sûrement au "top" et incontournables d'ici les prochains opus.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 septembre 2010
Fan d'INTERPOL ,rejouissez-vous !!!Ce nouvel album va tourner quelques fois sur votre platine avant que vous n'en saisissiez toutes les subtilités...c'est comme qui dirait un "Album long en bouche.." qui se dévoile écoutes après écoutes et après tout ,après 3 ans d'attente ,on peut bien prendre le temps d'écouter "Lights" ,"Barricade" et les autres titres une paire de fois avant de s'en faire une idée précise...
La pochete de l'album en dit long sur le contenu de l'album ,on reste dans une tonalité revendiquée "sombre et tendue" ,le départ après l'enregistrement du bassiste Carlos Dengler ,l'incartade très réussie du chanteur l'an dernier sous le pseudo Julian Plenti ,ont concouru a l'explosion du logo "INTERPOL" non pas pour un split du groupe mais pour une ré-generation du groupe qui laisse derrière lui une trilogie aboutie et laisse entrevoir de nouveaux espaces moins estampillés "New-wave"...mais pas moins torturés..
Comme tout nouveau virage il y a le temps de l'adaptation et après on se dit "Whaou"..
Vu que le groupe va faire la premiere partie de U2 au stade de France,nous diront que cet album est a Interpol ce que "Achtung Baby" est a U2....
Exit donc les guitares omniprésentes sur l'ensemble des titres et place aux climats moites et sombres qui laissent plus de place aux claviers.
Bref tout ceci semble rassurant pour un groupe qui aurait pu se sentir étriqué dans des costards plus trop taillés pour lui...
Les fans de la première heure vont etre tres déstabilisés voire déçus par des titres comme "All of the ways" ou "Try it on"...
Construit très intelligemment cet album reprend l'ambiance du précedent album sur ses premiers titres pour l'emmener progressivement vers une mutation finale très peu reconaissable...La mutation est réussie "INTREPOLNEW" est né......
Le roi est mort vive le roi et longue vie....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 octobre 2010
Après la déception de OLTA, j'ai espéré, prié pour que le nouvel album soit aussi envoûtant que les premiers opus. J'ai étais exaucé !
C'est sûr c'est quand même différent mais qu'est ce que c'est bon ! J'aime tous les titres, vraiment ... Chacun apporte quelque chose, une ambiance, une émotion. Mon seul regret c'est que le groupe joue très peu leurs nouvelles chansons en concert ( 4 il me semble).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après trois d'absence et alors que l'album Our Love To Admire présentait de graves signes d'essoufflement, Interpol était attendu au tournant. L'attente était d'autant plus forte que l'annonce du départ de l'excellent et charismatique bassiste Carlos Dengler ainsi que le choix de baptiser l'album 'Interpol' sentaient les hésitations d'un groupe en voie de refondation.
Finalement, le duo des natifs d'Angleterre Paul Banks et Daniel Kessler a choisi de demeurer dans le registre restreint qui est le sien. Bref, pas d'échappée au grand large, pas de montée vers les sommets : Interpol fait du Interpol et rien que du Interpol. L'album est donc sans surprises et doit plaire aux fans - mais ne risque pas de leur en faire gagner de nouveaux. Personnellement, je le trouve assez attachant et équilibré, sans le sentiment de pesanteur du précédent mais sans la flamme des deux premiers essais.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 16 avril 2013
Interpol nous délivre donc la son 4ème album studio (2010) qui fait suite à leur précédent 'Our love to admire' que j'avais trouvé plutôt bancal.
Je ne suis pas forcément fan comme la plupart de leur premier opus 'Turn on a bright light' que je ne trouvais pas si abouti que ça. Par contre, leur second 'Antics' est un petit bijou.

Après avoir énuméré leur discographie, j'en reviens donc à cet album qui m'a agréablement surpris mais qui nécessite quelques écoutes avant de s'en faire réellement une opinion. On a l'impression que les membres du groupes se posent, réfléchissent davantage à la structure et l'orientation musicale de leurs morceaux, c'est plus soigné et intimiste me semble t-il, plus mature !

Le titre 'success' ouvre intelligemment l'album, c'est harmonieux, on sent une belle maîtrise collective et mélodique tout comme le morceau qui suit 'memory serves'. "Summer Well" sonne typiquement 'Interpol' tout comme le single 'Barricade', mais toujours bien huilé. Ils atteignent le sommet de leur art avec "Lights" que je trouve vraiment somptueux et qui monte crescendo avec cette ligne de guitare particulière mais très bien trouvée.
La seconde partie de l'album est un petit peu plus intimiste et expérimentale mais démarre de façon magnifique avec le titre 'always malaise' quelque peu dépressif mais qui se révèle d'une redoutable efficacité et intensité, les 2 autres morceaux qui suivent s'enlisent légèrement mais restent très honorables. Enfin, 'the undoing' le dernier morceau de l'album, est une pure perle mélancolique et lumineuse à la fois.

Pour conclure, ce disque est très certainement le plus abouti et créatif du groupe mais qui ne fera pas forcément l'unanimité chez les fans de la première heure car moins direct et un peu plus mélodique notamment par l'apport de claviers plus étoffés que d'habitude.
Pour ma part, je trouve qu'Interpol a su prendre un risque 'mesuré', mais qui me convient plutôt bien en espérant qu'ils oseront aller encore un peu plus loin lors de leur prochain album.

En attendant, je note cette oeuvre 4 étoiles et demie !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
El Pintor
El Pintor de Interpol (CD - 2014)

Our Love To Admire
Our Love To Admire de Interpol (CD - 2007)