undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Face of the Unknown
Format: CDModifier
Prix:19,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Laissez moi vous présenter ce groupe de metal progressif au nom étrange de Aeon Zen. Il nous avait contacté en début d'année 2010 pour nous proposer leur premier Album, mais comme celui-ci datait de 2009, nous étions tombé d'accord pour attendre le suivant prévu pour l'automne 2010. Le voilà donc qui débarque.

Le groupe Aeon Zen n'est pas banal. On y trouve, aux guitares, Rich Hinks, un jeune Anglais de vingt et un ans, de la région de Cambridge, à la basse Rich Hinks, aux claviers, Rich Hinks et aux fûts, un certain Rich Hinks. Le tout mixé et masterisé par Rich Hinks en personne. Au chant on retrouve Rich Hinks, bien sûr, mais surtout, une ribambelle d'invités de prestige avec en vrac : Michael Eriksen (Circus Maximus), Andi Kravljaca (Silent Call), Nick D'Virgilio (Spock's Beard/Genesis), Jem Godfrey (Frost) et Jonny Tatum (Eumeria). Ah oui la pochette est de ... Mattias Noren et Rich Hinks.

The Face Of The Unknown est donc le deuxième album de Aeron Zen, après A Mind's Portrait, ayant reçu un accueil plus que positif puisque classé album de l'année par deux chroniqueurs en UK. Le premier album était déjà conçu selon cette même formule, plutôt étonnante, pour un jeune artiste encore totalement inconnu du public.

Je dois dire que je reste très impressionné par le travail proposé par Rich. Les compositions sont très riches, le production excellente. Le fait que plusieurs chanteurs se succedent morceau après morceau, donne une sensation de fraicheur et de mixité fort sympatique. On a du mal à croire le jeune homme capable d'assurer autant sur chaque instrument. Car assurer, Rich sait faire. Autant à la batterie (rythmes syncopés, signatures de temps improbables, double grosse caisse) qu'à la guitare (solo et rythmique) et que surtout, à la basse, il balance des plans impressionnants. Le mot multi instrumentiste semble avoir été inventé pour désigner Rich Hinks. Il chante aussi sur trois morceaux (You're Not Alone, My Sacrifice avec Jonny Tatum et Start Over). C'est a mon gout, pas son point le plus fort, car sa voix est assez douce et monotone, cantonnant son chant aux ballades romantiques. Elle est bien mise en valeur sur Start Over et son décor musical minimaliste de piano et de violoncelle. Elle semble plus limitée sur You're Not Alone.
Côté composition, je suis hyper emballé par des morceaux comme les trois premiers de l'album. Le long (plus de dix minutes) et épique Salvation, avec un break à mis course qui vous scotch au mur, très influencé par Dream Theater, et bien adapté au chant de Mickael Eriksen. Il est suivi par Visions, cette fois assurées par Andi Kravljaca. Le style se fait plus Symphony X ou Yngwie Malmsteen, un peu moins progressif. On découvre les talents de shredder de Rich sur quelques magnifiques envolées.
Pour le troisième morceau, The Heart of The Sun, Michael est de retour au micro et y fait un excellent travail de voix. Le son des claviers rappelle un peu des plans de Saga.
On peut retenir aussi Crystal Skies, qui met un peu de temps a devenir vraiment intéressante, mais qui contient un superbe solo de guitare et de bons passage de claviers à la Neal Morse, c'est la voix de Nick D'Virgilio qui assure sur ce morceau. Même feeling sur Natural Selection, très Neal Morse dans le style de compo, de chant, de chaeurs. C'est Jem Godfrey qui assure le chant, fort bien d'ailleurs, avec beaucoup d'émotion. Le riff de guitare du morceau est super puissant, contrastant avec la voix plutôt douce de Jem.
Les sept minutes du morceau qui donne le titre à l'album démarre par un instrumental piano, sympa, très progressif, superbe mélodie, et montée en puissance des autres instruments. Andi revient au chant, au bout de plus de deux minutes. Le morceau met bien sa voix en valeur avec de petits breaks chant bien trouvés. Le morceau de metal prog par excellence. Je trouve dommage que l'album ne termina pas calmement sur le joli Start Over chanté pas Rich, tout en douceur. Ca me semblait bien plus naturel. Du coup là, le dernier morceau, Redemption's Shadow, tombe un peu à plat.

Voilà un album franchement étonnant de maturité, bluffant de compétences instrumentales, et de compositions originales, un album ne pouvant être ignoré de l'amateur de metal prog qui sommeille en vous.

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus