undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles20
4,1 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:18,44 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 27 septembre 2010
Alors, autant dire tout de suite que je l'attendais, celui-là !
Le dernier album studio en date, In Sorte Diaboli, date d'il y a 3 ans. Bien que très bon, il m'avait un poil déçu car il faisait suite à deux albums incroyables : Puritanical Euphoric Misanthropia et Death Cult Armageddon et n'était pas aussi génial.

Dimmu Borgir, après quelques remaniements de personnel, se retrouve aujourd'hui à l'état de trio pour l'enregistrement de l'album. Plus de bassiste, plus de clavier ni de batteur permanent. Autant dire qu'il régnait une certaine fébrilité parmi les fans du groupe.
Mais les grands groupes peuvent surmonter ce genre de désagréments et passer outre. La preuve ! La force créatrice de Dimmu Borgir, elle, ne s'est pas envolée. Shagrath et Silenoz sont toujours là et inspirés comme jamais.
c'est donc avec l'aide d'un certain Gerlioz aux claviers, Daray (batterie) et de Snowy Shaw venu faire un petit tour chez Dimmu Borgir, le temps d'enregistrer les parties de basse et quelques voix avant de repartir chez Therion, que Shagrath, Silenoz et Galder ont enfanté un album immense.

Les aspects symphoniques de la musique des norvégiens sont de plus en plus mis en avant, pour mon plus grand bonheur, je dois le dire. Imaginez le titre "Progenies of the great apocalypse" à la puissance 10. Dimmu Borgir a franchi un cap et ne s'est imposé aucune limite. On pourra toujours dire que Dimmu Borgir s'éloigne de plus en plus des racines Black. Peu importe, ils viennent encore de faire monter le niveau d'un cran, laissant loin derrière toute concurrence en terme de Black Metal symphonique et sophistiqué.

Comme "Puritanical euphoric misanthropia", l'album commence par une longue intro symphonique. Histoire de se mettre dans le bain car, je le répète, c'est vraiment l'élément essentiel de ce "Abrahadabra".
Que dire de l'ensemble ? On a des choeurs qui sortent de partout. Les orchestrations sont monstrueuses. A ce niveau, le titre "Dimmu Borgir" est un joyau. Rien n'a été laissé au hasard. Le chant toujours aussi agressif et reconnaissable de Shagrath est relayé par celui de Snowy Shaw ("Chess with the abyss", "Ritualist", "Renewal") et même, grande première pour Dimmu, par du chant féminin sur deux titres ("Gateways" et "Endings and continuations").
Dimmu Borgir a composé avec "Abrahadabra" une véritable symphonie noire qui nous entraîne dans un monde post-apocalyptique où la lumière et l'obscurité, le bien et le mal, la splendeur et la décadence s'entremêlent.
Dimmu Borgir porte haut l'étendard d'un Black Metal qui évolue sans cesse.
"Abrahadabra" va faire date dans l'histoire de la musique, tout simplement.

Remarque : je suis toujours le premier à me ruer sur les éditions limitées mais cette fois-ci, vu le prix de celle-ci (quasiment le double de l'édition normale) et ne proposant somme toute qu'un titre bonus (version orchestrale de "Gateways") dans un package certes bien joli, je dois dire que la version normale va me suffire (d'autant qu'elle comprend également la vidéo - superbe - de "Gateways").
1212 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je tiens tout d'abord à dire que je ne suis pas un "die hard" du black métal en général mais que Dimmu Borgir fait parti de ces groupes qui me fascinent par leur musique .Ce savant mélange de fureur cataclysmique et de passages symphonique , d'ambiances malsaines et inquiétantes apporte vraiment une profondeur dans la musique du groupe , une certaine grandiloquence à ce monde ténébreux digne de l'enfer de Dante . Dimmu Borgir est un groupe qui semble évoluer vers une musique plus grand public que par le passé mais dieu que c'est bon et ce tout dernier opus des ténébreux Norvégiens m'a enthousiasmé à tout point de vue même si le départ de 2 membres laissait quelques interrogations sur la suite !! Dès "Xibir" , l'intro , le décor est planté , nous laissant entrevoir les infernaux mondes du dessous !! Le groupe nous sert une musique complexe et grandiose tout au long de l'album entrecoupée de multiples changements de rythme de breaks inquiétants , de choeurs symphonique magistraux ( l'intro de Chess with the Abyss superbe) . Jamais la musique n'a été autant fouillée et la production est époustouflante ,le son est une tuerie !
Bien sûr cet album peut décevoir les plus irréductibles des Black métalleux qui le trouveront peut être trop propre , trop symphonique peut être et comme je l'ai dit plus haut , plus abordable mais quelle richesse musicale , quelle profondeur par l'apport de cet ensemble symphonique !!Je vous laisse seuls juges mais moi , je suis enthousiasmé , conquis , j'adore !!!
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2015
Moins bien que Deathcult... ou que Puritanical... mais bien meilleur que In sorte Diaboli. Abrahadabra marque le retour d'un style très symphonique. Les guitares ne servent souvent que de fond sur lequel les 3 rescapés de D.B. ont posé les orchestrations et les chœurs, qui rendent plutôt pas mal d'ailleurs. Peu de morceaux rapides, mais des compos variées et très fouillées, des mélodies et des refrains prenants. À ce titre, Gateways serait un morceau superbe si ils n'avaient pas invité je ne sait quelle pétasse à venir couiner le refrain de son insupportable voix aigrelette de post-adolescente hystérique. Quel gâchis!! Sinon pour les ambiances et l'atmosphère, y'a eu un gros boulot de fait, c'est gothique, sombre et ténébreux comme... un film de Tim Burton! !-) (désolé mais moi quand je vois Shagrath prendre des poses de méchant avec ses cornes en latex sur la tête je me marre y'a que ça à faire!!) Après les gars de DB n'ont jamais prétendu faire du true black métal non plus...
En bref, un très bon album de black sympho commercial et grand public, bien dépaysant, parfait pour égayer une partie de Warhammer avec ses potes dans son garage....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2012
On va faire un jeu. Prenez In Sorte Diaboli, rajoutez un orchestre symphonique et passez un gros coup de casher sur tous les défauts. Maintenant, ajoutez un peu d'intensité et une ambiance bien propre et vous obtiendrez le CD de black (commercial) de 2011.
C'est étonnant tout de même de voir comme le groupe a su s'ouvrir aux autres genres à tel point qu'on trouve dans cet opus des breakdowns, des growls ou autre backing vocals. Discrets certes, mais agréables et surprenant surtout.
D'un point de vue sonore, rien à dit, tout est d'une clarté vraiment irréprochable. On entend tous les instruments et autres chœurs, pas de saturation ni autre vibration. Le tout est parfaitement cohérent et vraiment intéressant, même la claque de la première écoute passée, on a encore plaisir à revenir dessus et se replonger dans Gateways pour ne citer que ce morceau. En tout cas, le tout est bel et bien symphonique, mais aussi épique, envoutant et prenant jusqu'à la dernière note.

Cela dit, ça reste du Dimmu Borgir, c'est à dire que le chanteur a toujours sa voix, les guitares sont toujours d'une certaine discrétion et le batteur aussi bourrin. Donc cet album est à conseiller uniquement aux amateurs du genre. Œuvre d'art certes, mais œuvre un peu élitiste puisque je doute qu'elle fasse rentrer de nouvelles personnes dans le trip "Black Metal".
Sinon, vu qu'on est sur le coffret collector, il est très joli, mais n'apporte pas grand chose de plus si ce n'est qu'une boite nécessitant d'avoir le BAC pour l'ouvrir et la fermer, un livret de photos un peu kitchs et des magnets pour frigo... L'intérêt ? Seulement pour les fans, si vous êtes curieux, prenez plutot l'édition normale, en morceaux "bonus" vous ne perdrez qu'un remix symphonique instrumental du titre "Dimmu Borgir".
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
dimmu reviens avec un nouvel opus sous le bras et en trio s il vous plait. celui ci conserve les caracteristiques de l ancien dimmu mais avec plein de petites choses nouvelles et symphoniques. cet album se savoure et se revele avec le temps, eclipsant un in sorte diaboli bon m est sans plus.great
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2010
Pas franchement rassuré par l'écoute du single gateways que je trouvais très peu original, l'album se révèle finalement d'un très bon niveau.
Plus symphonique et moins black (les parties orchestrales rappellent le dernier Nightwish) l'album se révèle néanmoins redoutable et ne manquera de ravir les fans du groupe.
A recommander.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2010
Dimmu Borgir vient d'être amputé de son bassiste/chanteur et de son claveriste. Oh mon Dieu, que vont ils devenir ? Et bien ils s'en sortent très bien. In sort Diaboli avait été une grande déception pour moi, avec ce nouvel album ils ont réussi à reconquérir mon coeur. Plus symphonique, plus épique, Dimmu invite même une chanteuse pour l'un des titres, cet Abrahadabra est une pure réussite. Alors les mauvaises langues qui disent : "Ouais, mais c'est plus du Dimmu". Quand un groupe évolue il se fait critiqué, quand il ne change pas, il se fait critiqué aussi...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2010
Le challenge de reussir un album avec l'esprit de dimmu borgir sans MUSTIS et ICS VORTEX semblait peu probable. Pourtant Ils l'ont fait. Certes on est loin de death cult armagedon mais tout est là.
On s'était bien habitué à HELLHAMMER derrière les futs, ça manque!!!
si le lign up de IN SORTE DIABOLI avait été le même que pour celui la, je crois que que ca aurait été une tuerie.
Ce qui est dommage que l'on rettrouve un peu l'esprit de therion à l'écoute.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2010
C'est un très bon album, excessivement technique, très complexe.
Le problème est double: il semble que le symphonique est un peu pris le pas sur la black ( c'est tout moi ça, j'arrive toujours quand le groupe effectue un virage musical) et je trouve que la batterie est un peu trop en retrait. Pourtant, avec le son qu'elle a, ils auraient du la mettre en avant pour retrouver le côté black. Avis personnel. C'est quand même un album a possédé.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2010
Ce disque est facile à résumer : beaucoup trop ambitieux par rapport à ce que le groupe peut composer. Et à vouloir en faire trop, je trouve que Dimmu s'est totalement perdu.

Premier constat : les riffs sont pauvres, très pauvres. De façon générale la guitare ne semble trop souvent être là que pour souligner le côté symphonique. Par exemple sur Chess with the abyss ou Dimmu Borgir. Riffs spectraux, donc, et musique qui s'en ressent : c'est mou, pas mordant pour un sou. Certes, ça blaste par moment, mais ça blaste à vide, sans agressivité, sans grande conviction.
Le chant de Shagrat est bon, mais les multiples voix ajoutées sonnent mal, je trouve : Agneta Kjolsrud est insupportable, le chant clair du dernier titre est ultra banal et pas prenant pour un sou, enfin Snowy Shaw est autant à sa place sur ce disque qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Pourtant dieu sait que je l'ai trouvé très bon sur le Sitra Ahra de Therion. Restent les choeurs qui sont plaisants, sur le titre Dimmu Borgir en particulier.

Je suppose que Dimmu a voulu prouver que même sans Mustis ils savent faire du bon symphonique, alors oui c'est très (trop? Beaucoup trop?) symphonique, mais ça sonne vraiment comme du n'importe quoi. Un passage de blast avec un flutiau derrière, par exemple.

En conclusion : ce disque n'est pas horrible, loin de là, mais il est plat, sans énergie et le groupe n'a pas les qualités de composition pour aller aussi loin dans le symphonique. Restent 3 titres pas mal : Chess with the abyss, Dimmu Borgir et Ritualist.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,64 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)