Commentaires en ligne


9 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

25 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Ring lumineux, 7 juillet 2012
Par 
Henrard "ivan henrard" (france) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
Aux alentours de 30 euros les 14 CDS, voila un petit coffret trésor pour les wagnériens.

Cette version Böhm du Ring a été enregistrée en grande partie par Deutsche Grammophon en juillet 1966 pour Das Rheingold et Siegfried, et en juillet 1967 pour Die Walküre et Götterdämmerung.

Historiquement, cette version Böhm du Ring est donc la première production « live » officielle de Bayreuth à avoir été commercialisée dans son intégralité.

Comparons avec les deux autres célèbres versions : Solti et Karajan . Elles firent toutes deux sensation :
La première, Wagner : Wagner : Der Ring des Nibelungen fidèle à la tradition, mettant en évidence l'aspect divin et surhumain des protagonistes.
La seconde Wagner : Wagner : Der Ring des Nibelungen privilégiant la psychologie des personnages, leur vulnérabilité, en les humanisant systématiquement.

Évidemment, la version studio de Solti était débarrassée de toute contrainte de mise en scène, tandis que celle de Karajan découlait des représentations au Festival de Salzbourg, qu'il voulait libérées ' même jusqu'à l'orchestre ' des traditions accumulées depuis la disparition de Wagner.

Karl Böhm, lui, était tributaire de la mise en scène dépouillée et controversée de Wieland Wagner qui mettait surtout en valeur la psychologie des personnages, et par la même occasion, clarifiait le message musical. Et cette collaboration a fonctionné à merveille : avant Karajan, Karl Böhm, en dirigeant Wagner tel qu'il est écrit, a démontré, avec des tempi plus vifs que de coutume, que l'orchestre wagnérien était tout aussi clair et transparent que celui de Mozart, permettant ainsi au texte poétique de s'épanouir dans toute sa limpidité.

Non seulement l'intégrale du Ring en public de Böhm, bénéficiant par ailleurs, seule des trois, de l'admirable acoustique du Temple wagnérien, se situe chronologiquement entre celles de Solti et Karajan, mais surtout et avant tout, elle est l''idéale vision d'un immense chef, à mi-chemin entre la conception monumentale et impérieusement grandiose d'un Solti, et celle d'un Karajan qui était mise au service de la qualité dramatique et des suggestions psychologiques parfois au détriment de la solennité et la grandeur qu'implique le texte musical.
Cette prise de son très agréable, bien supérieur à tout les lives des années 50 ; celle-ci s'écoute vraiment confortablement même si elle est moins fine que les deux studios des années 60 (mais très naturelle).
Mais c'est surement la première à bien capter la personnalité de Bayreuth ; et coté interprétation on n'entend rarement des Lives où tout est s'y bien en place.

Coté voix, c'est encore d'une très grande qualités ; les quelques faiblesse ne gâchent pas de superbes réussites.

Pour conclure, sans doute un des tout meilleur Ring existant
C'est surement un excellent choix pour une initiation au Ring pour sa cohérence, sa rigueur n'excluant pas la fougue et des voix tout à fait au niveau.

Cette version intégrale du Ring par Karl Böhm, ayant l'avantage d'être captée en public au Festspielhaus, et la première approuvée officiellement pour publication par les instances de Bayreuth, reste toujours la plus recommandable ' et cela vaut également pour les chanteurs de légende qui y ont idéalement honoré Richard Wagner.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La référence stéreo, 21 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
Si l'on souhaite une version confortable sur le plan auditif, il faut faire le choix de cette version qui ne posséde guère de faiblesses sur le plan vocal, malgré les "souffrances" de Windgassen dans le 1er acte de Siegfried, mais qui bénéficie surtout d'un orchestre superbe et d'une direction formidable de Böhm (bien supérieur à Boulez qui semble parfois se désintéresser - pour ne parler que d'une autre version Bayreuth). Je l'ai depuis sa parution dans les années 70 et j'y reviens toujours avec plaisir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Impeccable, 31 décembre 2012
Par 
Amazon clientèle "Lydie D" - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
Les précedents commentateurs se sont étendus sur les qualités et du chef et des chanteurs donc il n'y a pas à y revenir puis que je trouve cette version excellente et partage les avis élogieux de mes prédécesseurs. L'écouter procure du bonheur, rien que du bonheur. La prise de son est bonne (je veux dire qu'il n'y a pas à baisser le son ou à le monter sans cesse pour maintenir un niveau sonore compatible avec la tranquillité du voisinage et avec nos facultés auditives comme cela se produit parfois quand les prises de son sont trop "trafiquées") et permet une immersion totale dans la musique et j'aime ça. Comme j'ai le dvd du Met avec la mise en scène de Lepage, les images défilent devant mes yeux à mesure que musique et action avancent et je m'envole au bord du Rhin... Magnifique!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rien que de la vie !, 6 mai 2011
Par 
Roger Dominique Maes (Bruxelles) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
Richard Wagner : Der Ring des Nibelungen, Karl Böhm, 14 CDs

Sans pouvoir ajouter grand chose au commentaire exhaustif et pertinent de Earthlingonfire, je dirai que ce Ring est, à mon goût, le plus satisfaisant, car le plus homogène qu'on puisse trouver (avec celui de Krauss, bien sûr).

De plus, une distribution, sinon parfaite, du moins exemplaire, que seul le Siegfried de Wolfgang Windgassen dépare quelque peu. Non que je lui dénie le talent, la musicalité, une probité artistique totale (son Loge du Prélude est parfait), mais avec la cinquantaine, le timbre nasillard s'est accentué jusqu'au larmoyant, ce qui fait que la superbe de Siegfried, l'éclat fanfaronnant de l'enfant-loup lui font défaut. Et c'est d'autant plus dommageable qu'il a en face de lui une Brünnhilde pour tous les temps, Birgit Nilsson, déesse chevauchant l'espace dans le bruit du tonnerre et l'éclat de la foudre, certes, impériale, majestueuse, hiératique, oui, tout le monde l'a dit, mais femme aussi, et quelle femme ! car il y a un être de chair derrière cette voix dont on a trop loué le métal, le tranchant, la froideur, exclusivement; oui, il y a une femme sous l'armure, le casque et le bouclier, une femme qui sait se révéler femme passionnée, femme blessée, et amante vengeresse.
Avec le Wotan, très olympien de Théo Adam, le couple de jumeaux enfiévrés de désir de Rysanek et King, la Fricka, acariâtre, d'Annelies Burmeister (jamais on n'a autant entendu dans les imprécations de la déesse du mariage le spectre de Minna Wagner récriminant contre son "raté" de mari !); avec le Mime de Wohlfart, l'Alberich de Neidlinger, indétrônable, le Hagen, marbre fissuré mais toujours effrayant de Greindl, l'autre l'atout de ce Ring est la direction énergique, extrêmement narrative, de Karl Böhm. Ce septuagénaire, à la gestuelle pragmatique, détestant les chefs "inspirés", et la médiatisation excessive, donne une leçon de jeunesse, de vivacité, de lyrisme dans une urgence dramatique irrésistible.

Un Ring pour toujours.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le sommet de la colline sacrée, 3 janvier 2012
Par 
jean-marie lambert - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
Permi les très nombreux Ring enregistrés,l'on revient toujours à celui-ci,particulièrement si l'on veut écouter la Tétralogie "en continu":c'est de très loin la vision la plus complète car la plus unitaire du Drame Musical,dont le maître d'oeuvre est Karl Böhm dont on ne dira jamais assez la valeur des interprétations wagnériennes:musicales ET théâtrales,elles n'oublient ni la valeur des timbres ni le sens de la narration,ce qui évite ici les "tunnels" dont nous gratifient certains chefs sensibles aux prétendus "moments forts" et qui en oublient la continuité de l'oeuvre(cf Solti).
Karl Böhm dirige l'équipe finale de Wieland Wagner,qui unit de glorieux anciens(l'irremplaçable et irremplacé Windgassen)à des chanteurs qu'il a détectés et formés(Adam,King,Rysanek) et Birgit Nilsson qui fait preuve d'une vaillance et d'un engagement hélas disparus aujourd'hui.De plus,ce Ring contient le meilleur premier acte de la Walkyrie depuis Bruno Walter,James King et Leonie Rysanek donnant à leur rencontre une pulsion érotique jamais retrouvée depuis.Theo Adam est un très bon Wotan,jeune,ardent,y compris dans sa rencontre avec Siegfried;Neidlinger est idiomatique,tout comme Wolfhart et Greindl.Tous seraient à citer ,mais c'est l'orchestre,servi par la merveilleuse prise de son Philips des années 60 qui est bien entendu l'acteur principal du Drame.
Même si les Ring de Krauss,Kleiberth et Knappertsbusch sont extraordinaires,même si Karajan a de très beaux moments (Scène 1 du Rheingold,Siegfried),même si Haitink Levine Sawallisch et Barenboim sont de très bon niveau,le meilleur Ring complet est celui-ci grâce au travail de l'équipe constituée autour de Böhm et WWagner pendant des années.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le crépuscule des dieux, 3 septembre 2010
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
Karl Böhm se voyait comme un chef avant tout mozartien et straussien. Aujourd'hui il nous paraît bien teuton, raide, épais et solennel dans les moments les plus canailles de la musique de Strauss et presque toujours chez Mozart. Mais si cette volonté n'a pas fait que du bien à Mozart (encore que, trop sérieux, Böhm ait au moins contribué à le sortir de la mièvrerie), elle en a fait beaucoup au grand répertoire romantique où Böhm a réinvesti la clarté et la droiture cultivées chez le Salzbourgeois. Ses Beethoven, déjà, sont exceptionnels, mais chez aucun compositeur il n'apparaît aussi naturel et évident que chez Bruckner et Wagner. C'est à presque soixante-dix ans qu'il fait ses débuts au Festival de Bayreuth en 1962 dans Tristan et Isolde. Avant les Maîtres-chanteurs et le Vaisseau fantôme, il assure alors les reprises de ce spectacle de légende et la direction musicale de la dernière tétralogie mise en scène par Wieland Wagner. Lorsque Philips l'enregistre en 1966 et 1967, Wieland est déjà mort et Böhm, âgé, ne peut assurer toutes les représentations (d'où le fait que l'enregistrement du cycle ne soit pas terminé en 1966). Windgassen, dernier grand Siegfried, a plus de cinquante ans et Nilsson, dernière grande Brünnhilde, est à peine plus jeune. Pour ces voix aiguës, c'est déjà la fin, comme pour les vétérans Neidlinger (Alberich), Böhme (Fafner) et Greindl (Hagen), alors qu'en Wotan et Wanderer Hans Hotter a cédé la place à Theo Adam, qui ne donne pas encore au rôle la densité qui viendra dans les années 1970. Martha Mödl se rabat désormais sur la 1° Norne et la Waltraute du Crépuscule : pour elle aussi c'est un peu l'adieu, en tout cas à Wagner et au disque. Ce coffret est donc un peu la dernière chance d'entendre de grands interprètes wagnériens, même s'ils sont d'une autre génération, d'une autre matière, que les géants des années 20 à 40. C'est en revanche l'heure de la maturité pour Thomas Stewart (Gunther), Leonie Rysanek (Sieglinde) et James King (Siegmund), même si ce dernier reste en retrait de Vickers. Exception faite du magnifique Mime d'Erwin Wohlfahrt, avec le reste de la distribution ce sont déjà les années grises qui s'installent. Les dégâts sont modérés puisqu'ils n'atteignent pas de premier rôle, hormis la Fricka oubliable de Burmeister, mais le rôle est mal loti à Bayreuth depuis les grandes années 50. La direction de Böhm, apollinienne, lumineuse de narration et d'illustration est le complément idéal de ce dernier reflet d'un grand Ring pré-Chéreau. La meilleure tétralogie stéréo avec Solti.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enregistré directement à Bayreuth : on s'y croirait !, 27 décembre 2010
Par 
H. PILA "Michel" (Grenoble) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
C'est ni plus ni moins qu'une réédition du coffret déjà paru mais à moitié prix. Revoila le fameux enregistrement Philips du festival de Bayreuth 66-67 en live. Et c'est là toute sa force, c'est magnifiquement enregistré, les chanteurs sont encore ceux de l'ancienne garde. Je ne reviendrais pas sur les qualités vocales du couple mythique Windgassen / Nilsson ni sur la grande interprétation du Albérich de Neidlinger déjà abondamment encensé par les spécialistes.

Non, la qualité essentielle de cet enregistrement c'est la vie qu'elle restitue, la prise de son en direct lors du festival rend l'action avec réalisme, il se passe quelque chose, c'est fascinant! Karl Bôhm est par ailleurs un grand Mozartien, c'est peut-être pour cela qu'il nous donne une vision terriblement humaine, C'est un Wagner plutôt aérien mais diablement prenant!

L'acoustique unique de la salle du festival rend la présence des chanteurs presque palpable, alors que les sonorités de l'orchestre semble venir d'un halo fantomatique nous enveloppant dans des brumes germaniques, celle de la forêt noire et de ses sombres lacs. Contrairement aux enregistrements studio où l'œuvre ressemble à un patchwork de scènes, ici l'ensemble des scènes forme un tout, une continuité dans l'action qui rend l'écoute d'autant plus captivante.

Seul Thielmann renouvellera l'exploit en 2008 avec des chanteurs modernes et une direction beaucoup plus germanique et granitique. mais Böhm reste un incontournable !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Le ring comme si vous y étiez !!, 18 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
La magie des années 60 : le must des chanteurs dans une interprétation au juste assez célèbre. Très bonne captation des voix et de l'orchestre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique, 1 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Der Ring des Nibelungen (Coffret 14 CD) (CD)
incontournable. Un son comme si vous y étiez (les toux intempestives comprises). Petit prix pour des heures d'écoute d'une qualité rare.
A écouter en boucle
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit