Commentaires en ligne


14 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un album culotté où John se met à nu
Sur la pochette de cet album que les fans baptisent "Plastic Ono band" ou "Mother", John Lennon n'est pas nu (comme sur celle de "Two virgins"). Pourtant, c'est dans ses chansons qu'il décide de se mettre à nu. Lassé par le strass des Beatles, épuisé par la gloire, c'est un homme fragilisé, en quête de...
Publié le 3 juillet 2011 par philb

versus
9 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Les nonnes jaunes épaulent mac cartney
ce qui ne veut strictement rien dire. Pas plus que ce CD et les 2 bonus track-merdes rajoutés. Mais que ce passe-t-il donc ? Mon héros de jeunesse est tombé bien bas. Sans Paul, John ne serait donc rien ? Finalement je pars écouter Ram, au moins il y a d'la joie ! hello hello les demoiselles. Donc une étoile pour Isolation, une autre...
Publié le 30 décembre 2009 par Jlenjo


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un album culotté où John se met à nu, 3 juillet 2011
Par 
philb - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Sur la pochette de cet album que les fans baptisent "Plastic Ono band" ou "Mother", John Lennon n'est pas nu (comme sur celle de "Two virgins"). Pourtant, c'est dans ses chansons qu'il décide de se mettre à nu. Lassé par le strass des Beatles, épuisé par la gloire, c'est un homme fragilisé, en quête de sérénité et de reconnaissance artistique, qui écrit et enregistre cet album historique en 1970. Certains considèrent ce disque comme le meilleur essai de Lennon (d'autres lui préfèrent "Imagine"). Ca peut se discuter... Toujours est-il que ce "Plastic Ono band" apparaît comme un album assez atypique, une véritable confession sur microsillon. La forme est tout à fait en phase avec le fond: des chansons dépouillées à l'extrême, presque austères, mais pourtant rageuses... On est très loin de l'emphase et de l'insouciance de "Sergent Pepper". Lennon utilise sa voix, son piano et sa guitare pour raconter sa vie, ses blessures, ses colères, ses projets, au fil de titres inoubliables (Mother, God, Love, Isolation). Seules la basse (tenue par Klaus Voorman) et la batterie (dont jouent en alternance Ringo Starr et Alan White) accompagnent parfois l'ex-Beatle. Sur "Working class hero", protest-song extraordinaire de sincérité et d'acuité, on retrouve l'influence du copain Bob Dylan, dont Lennon imite quelque peu la démarche (le barde américain est revenu lui aussi à la simplicité après le succès de "Blonde on blonde").
Après le très beau Imagine en 1971 (Que John qualifiait de "Plastic Ono band avec les violons"), il semble que Lennon ait brûlé tous ses atouts. Il ne retrouvera plus jamais cette inspiration par la suite, malgré quelques chansons correctes(Woman is the nigger of the world, Mind games, Steel and glass, Watching the wheels) disséminées dans des albums inégaux, dont le dernier, "Double fantasy", concept d'un dialogue musical avec Yoko Ono, sortira deux mois avant sa mort, mettant fin à une éventuelle reformation des Beatles que certains jugeaient imminente. Les Beatles deviendront des mythes, John Lennon une icône et "Plastic Ono Band" restera sans doute le meilleur disque de la courte carrière solo de John, mort à 40 ans seulement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le meilleur Lennon., 26 septembre 2004
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Après la séparation des Beatles, John Lennon enregistre cet album mais toujours sous le nom de Plastic Ono Band. Il va sans dire qu'il vide tout son sac, chose qu'il ne pouvait pas faire d'une manière aussi ouverte dans le groupe.
Il le fera si bien que la censure ne le ratera pas surtout en Grande Bretagne. Heureusement qu'il y avait Radio Caroline pour diffuser ses chansons interdites hors des eaux territoriales au nez et à la barbe du gouvernement anglais.
Dans « God » tout y passe : la magie, les dieux, les religions, la Bible, les rois, les cartes, Hitler, Kennedy, Elvis, Dylan et les Beatles. Cette rupture avec le passé, égrenée sur un ton sentencieux montre à quel point John est déterminé pour repartir à zéro.
« Working class hero » est l'un des morceaux les plus profonds concernant le texte. On comprend vraiment mal pourquoi il a été censuré à l'époque alors que personne n'est nominativement visé. Morceau qui n'aurait pas déplu à Bob Dylan.
Les 4 ballades « Hold on », « Isolation », « Love » et « Look at me » sont autant de morceaux agréables et sensibles où Lennon se montre à son avantage dans une ambiance acoustique avec une émotion non feinte.
« I find out » et « Remember » sont nettement plus rock alors que « Mother » est nettement plus tendu. Seul « Well Well Well » est assez saoulant notamment dans le couplet où Ringo Starr assène de la grosse caisse le tempo réverbéré avec la guitare solo pour seul accompagnement ; la spectorisation n'est pas de bon goût ici.
Les 2 bonus tracks ajoutés ici « Power to the People » (N°7 en Angleterre en avril 1971) et « Do the Oz » (plus anodin) ne déparent pas de l'ensemble.
Vous avez ici le meilleur album de John Lennon où on le trouve tour à tour tendre, tendu, vindicatif et révolté. Le climat est assez varié même s'il n'est pas des plus réjouissants. Il ne peut laisser indifférent car John l'a fait avec ses tripes sans fard, et là, le but est atteint.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur Lennon, 4 avril 2011
Par 
gilles nifenecker "gehenne0" (Tourrettes sur Loup, Région de Nice France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Le meilleur disque de Lennon, c'est certain. Un disque comme une thérapie : l'abandon par propre sa mère, la mort accidentelle de cette dernière, l'absence du père, la trahison de Mac Cartney, ce disque est un cri primal pour exorciser toutes cette souffrance, pour faire table rase de la décade prodigieuse qui amena les 4 petits gars de Liverpool sur le toit du monde. Rarement la musique rock a été aussi loin dans l'authenticité, jamais à ma connaissance (et je crois m'y connaitre un peu) à part le Rocky Bottom de Robert Wyatt. Un cri violent entrecoupé de grand moment de douceur, Lennon est en colère mais les balades sont magnifiques. J'ai acheteté ce disque en hiver 70, il neigeait... 40 ans ans plus tard cette musique n'a pas pris une seule ride, rien perdu de sa hargne, c'est une des bandes-son de ma vie et malgré la neige, elle brûle toujours du même feu intérieur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne thérapie pour Lennon et pour nous., 13 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Ceci est le premier album solo de Lennon après la séparation des Beatles. Ce disque a été enregistré en 70 et est le résultat d'un traitement suivi par Lennon pour effacer les angoisses infantiles dues au double abandon par son père qui a quitté sa mère 'lorsqu'il était petit' et par celle-ci morte durant son adolescence. C'est d'ailleurs le thème de la première chanson de l'album "Mother". Mais bon, Lennon n'a jamais été très net si l'on peut dire alors que vaut ce disque réalisé en tant que thérapie psychologique? Sur cet album, on constate bien que Lennon a des problèmes à régler... Avec ses parents donc ("Mother"), avec le monde et Yoko ("Hold on", "Look at me"), avec le capitalisme ("Working class Hero"), avec le passé ("Remember") ou encore ses peurs ("Isolation"). Le ton global est donc angoissé, ce qui n'est pas pour plaire à tout le monde. Les arrangements sont simples sans fioritures et les musiciens peu nombreux car en plus de John & Yoko, on ne trouve généralement qu'un batteur nommé Ringo Starr, un bassiste (remplacant de Mc Cartney), Klaus Voorman et Phil Spector à la production. Ce dernier nous évite de 'spectoriser' l'album et c'est tant mieux. C'est sur qu'à l'époque, le ton a dérouté. Mais, une chanson comme "Well well well" qui est une traduction musicale de la théorie du 'Cri Primal' du Docteur Jdanov que Lennon à consulter pour 'se guérir', est un très bon rock. De meme, la chanson d'ouverture fait partie de ses meilleures chansons, tout comme l'est "Love" l'une des plus grandes ballades de sa carrière. Et on ne sait qu'ajouter sur l'unique "Working class hero" ou le philosophique "God" qui clot l'album. Ainsi, ce disque contient 4 ou 5 compositions dignes du meilleur Lennon et le reste est d'un très bon niveau. Donc ce disque est génial!? Oui et non, car meme si ce disque présente des morceaux qui musicalement sont excellents, reste que l'ambiance un peu glauque qui y règne va en refroidir certains (mais surement pas tous).
PS : Pour les Bonus Tracks, je dirais simplement ceci : "Et si on ajoutait un bras à la Venus de Milo ?"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 merveilleux Lennon, 4 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
un album sublime pas de remplissage une pure merveille. Pour repondre au commentaire sur Bob Dylan. Il fait bien parti de la longue liste de la chanson "God" mais pas au nom de Dylan mais sur son vrai nom Zimmerman Robert.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un choc !, 2 février 2012
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
« Les Beatles n'étaient rien ! ». Ce n'est pas moi qui le prétend, c'est Lennon, en 1970, année de la sortie de Plastic Ono Band, que l'on peut considérer comme son premier véritable album solo, si l'on veut bien ne pas considérer comme disques les trois merdes avant-gardistes déféquées avec Yoko Ono , entre 1968 et 1968 et que l'histoire n'a pas retenu. 1970 est une année où les Beatles rebondissent individuellement après la fermeture de leur entreprise commune. Outre Lennon, George Harrison publie l'excellent All Things Must Pass et McCartney y va d'un tout aussi bon premier LP éponyme. Ringo Starr se contente d'une premier aeuvre acceptable : Sentimental Journey. En criant haut et fort à la face du monde que les Beatles ne valent pas un pet de lapin, John Lennon veut montrer qu'il tire un trait définitif sur son passé de Fab Four et que son avenir se situe plus entre les bras de sa « Mother » comme l'indique la pochette de l'album. A son propos, une précision s'impose pour éviter toute confusion éventuelle. Dans le même temps que Lennon publie son John Lennon/Plastic Ono Band de référence, sa muse sort, sous Yoko Ono/Plastic Ono Band, un LP de 6 titres qui consiste en les restes de l'étron expurgé dans les expérimentations précédentes. La différence entre les deux se situe au niveau de l'inversion des poses entre le couple. Pour éviter toute méprise, sur l'offre qui nous intéresse, Lennon est allongé contre Yoko Ono. Pour le reste, il est enregistré en même temps et par le même line-up que son prestigieux alter égo. Mon premier contact avec ce Lennon introspectif et impudique n'a pas été des meilleurs. Sa manière d'envoyer tout le monde se faire foutre, de cracher dans la soupe, d'avoir les yeux de Chimène pour l'intruse responsable du split des Beatles, de s'abandonner en sa compagnie de manière provocante, de se fourvoyer artistiquement dans des disques inécoutables avec cette égérie et comme un toutou domestiqué, j'avoue ne pas avoir aimé du tout. Ou rien compris. Pour moi, Lennon était une icône, les Beatles une autre, et il n'avait pas besoin de manier la controverse comme il le fit à la sortie de ce disque. C'était à l'époque et j'ignorais alors tout du contexte, de ce personnage complexe. J'avais surtout tendance à coller tout ce tintouin, un peu trop hâtivement et rapidement, sur le dos de sa dulcinée. Les lignes de piano dépouillées, le son inhabituel, les guitares acides, la voix de Lennon presqu'à la limite de rompre, le côté torturé de l'écriture, cette façon crue de se dévoiler, tout cela me gênait beaucoup. Je ne devais pas être le seul. Erreur. Avec le recul, et compte tenu de ce que l'on a depuis appris sur le sujet, Plastic Ono Band est un album d'émotion sans filtre, parfois terrifiant, rarement facile d'accès, même aujourd'hui. Il est surtout bouleversant. Sous les abords sereins qui accompagnent le décor champêtre de la pochette, on est loin de s'imaginer que le contenu est explosif et prompt à exorciser avec autant de force, les vieux démons qui habitent l'artiste : la perte de sa mère, le père qui l'a abandonné, l'enfance malheureuse... L'introspectif Mother et son glas lugubre et tétanisant, l'un des plus grands morceaux de Lennon, l'émouvante complainte God, l'amer et à la limite du blasphème, Working Class Hero, donnent le ton d'un album rude, torturé, qui ne sort pour ainsi dire jamais de cette ambiance sombre, mélancolique et désespérée, partagé entre rock brut et magnifiques ballades. Les fans du Lennon des Scarabées peuvent aller voir ailleurs. Personnellement, il m'a fallu du temps pour l'apprivoiser, mais maintenant que c'est fait, je me dis que j'ai failli passer à côté d'une merveilleuse aeuvre. Encore fallait-il en maîtriser les tenants et les aboutissants (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne thérapie pour Lennon et pour nous., 13 octobre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Ceci est le premier album solo de Lennon après la séparation des Beatles. Ce disque a été enregistré en 70 et est le résultat d'un traitement suivi par Lennon pour effacer les angoisses infantiles dues au double abandon par son père qui a quitté sa mère 'lorsqu'il était petit' et par celle-ci morte durant son adolescence. C'est d'ailleurs le thème de la première chanson de l'album "Mother". Mais bon, Lennon n'a jamais été très net si l'on peut dire alors que vaut ce disque réalisé en tant que thérapie psychologique? Sur cet album, on constate bien que Lennon a des problèmes à régler... Avec ses parents donc ("Mother"), avec le monde et Yoko ("Hold on", "Look at me"), avec le capitalisme ("Working class Hero"), avec le passé ("Remember") ou encore ses peurs ("Isolation"). Le ton global est donc angoissé, ce qui n'est pas pour plaire à tout le monde. Les arrangements sont simples sans fioritures et les musiciens peu nombreux car en plus de John & Yoko, on ne trouve généralement qu'un batteur nommé Ringo Starr, un bassiste (remplacant de Mc Cartney), Klaus Voorman et Phil Spector à la production. Ce dernier nous évite de 'spectoriser' l'album et c'est tant mieux. C'est sur qu'à l'époque, le ton a dérouté. Mais, une chanson comme "Well well well" qui est une traduction musicale de la théorie du 'Cri Primal' du Docteur Jdanov que Lennon à consulter pour 'se guérir', est un très bon rock. De meme, la chanson d'ouverture fait partie de ses meilleures chansons, tout comme l'est "Love" l'une des plus grandes ballades de sa carrière. Et on ne sait qu'ajouter sur l'unique "Working class hero" ou le philosophique "God" qui clot l'album. Ainsi, ce disque contient 4 ou 5 compositions dignes du meilleur Lennon et le reste est d'un très bon niveau. Donc ce disque est génial!? Oui et non, car meme si ce disque présente des morceaux qui musicalement sont excellents, reste que l'ambiance un peu glauque qui y règne va en refroidir certains (mais surement pas tous).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Le meilleur Lennon, 28 janvier 2013
Par 
Hugues Orsetti (Manosque) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Quelle indicible magie se niche dans cet album? Et combien sa pochette semble le rappeler à chaque coup d'oeil! Il est certain que Lennon sentit l'impératif besoin d'oublier les Beatles, de se régénérer, de faire table rase. Peut-être que la chanson qui le résume le mieux est "Love", avec son désir vital de dire l'essentiel, et de l'exprimer de la façon la plus pure qui soit. D'autres commentaires amazon parlent de nudité, et c'est une évidence. Et ce n'est pas tant la nudité du propos qui importe, que celle de la forme. Chaque chanson veut aller au coeur des choses, en se dénudant du superflu comme l'hiver déshabille les arbres. Et dans cette photo de Lennon invoquant la plénitude du repos sur le ventre de sa compagne, on n'entend pas que "Love", mais aussi "Well well well", modèle de cri primal visant à exsuder tout stress, toute pression et tout parasite, deux chansons très contrastées qui se suivent sur l'album. Sur cette photo Lennon prend le soleil, et cet album a quelque chose d'aussi nu que solaire. On n'y trouve pas de chaleur, mais un éclat, une sorte de soleil interne, ou le soleil encore à l'état de noyau. Tout ce qui va en fleurir est imaginé, car on n'est qu'à la source. La forme est donc brute, crue, directe. Les titres sont courts: "Mother", "Isolation", "Remember", "Love", "God". Lennon grogne, hurle, gémit, s'adoucit jusqu'à la buée, puis se remet à chanter comme s'il nous parlait (la première phrase mélodique de "God" ne relève que du ton parlé, à croire que Lennon a fini par trouver sa musique en parlant). Même si "Imagine" et "Jealous guy" restent de sublimes chansons qu'on ne trouvera que sur l'album suivant, en tant qu'album Lennon ne fera jamais mieux que Plastic Ono Band. On se moque bien de ce qu'il raconte, en fin de compte. Avec lui, et je suis convaincu qu'il en est de même pour tous ses vrais fans, c'est la façon qu'il a de le dire qui nous conquiert, nous emballe, nous passionne, nous touche. Lennon avait un don, et ce don était celui d'exprimer ses émotions et ses sentiments de façon spontanée, physique, avec toutes les subtiles nuances intuitives que cela demande. Lennon n'était pas habile, mais un honnête homme d'expression. C'est pourquoi il compte. Qu'il fût jaloux, méchant, colérique, amoureux, idéaliste, désillusionné, naïf, désemparé, il était vrai, et sonnait vrai, du moins jusqu'à ce qu'il mûrisse vers 1973, se taise vers 76, et nous quitte un triste soir de décembre 80, bien malgré lui.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre, 27 août 2011
Par 
Stefy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Ce disque est le premier de John Lennon en solo et sans doute son meilleur. Terrifiant de franchise, Lennon accumule des morceaux tours de force comme jamais en y mettant son âme à nue. Obligatoire pour tout le monde.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Moonwalk one, 8 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
45 ans en juillet que l'homme a posé son pied sur la lune et 44 que Jimmy est passé devant cette putain de faucheuse
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Plastic Ono Band
Plastic Ono Band de John Lennon (CD - 2010)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit