undrgrnd Cliquez ici KDPContest Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici nav-sa-clothing-shoes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:22,81 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 octobre 2005
Avec leur précédent opus "Blast Tyrant", les vétérans du stoner américain avaient franchi un cap : son impeccable et compositions comme toujours riches et variées, mais plus rentre-dedans. le disque était fidèle à leur talent mais plus accessible et surtout avec une unité que n'avait pas "Pure Rock Fury", album qui l'avait précédé. Il était devenu impossible de le sortir de sa platine.
Où allaient-ils aller après un album sorti si rapidement et un double live ("Live in Flint") ? Partout est la réponse. Le disque entérine l'intégration de l'organiste et envoie leur musique vers des sonorités évoquant notamment Deep Purple. C'est également un disque plus américain, avec des tendances blues gras, jamais vulgaire, toujours senti (écouter notamment la reprise du standard "Who's been talkin'" de Howlin' Wolf). La voix de Neil Fallon, plus chaude et travaillée, s'en ressent. Et l'on retrouve les étonnants textes, le groove profond et original de la rythmique et cette guitare littéralement magique (il faut avoir entendu la reprise de Coltrane "Equinox" sur leur dernier album live).
Bref, un grand disque - encore un - d'un très grand groupe pas assez connu en France.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2007
L'avis de Jihem

Alors que quatre ans séparaient « Pure Rock Fury » de « Blast Tyrant » sorti l'année passée, Clutch nous revient déjà avec une galette bien remplie au titre énigmatique. Actif depuis bientôt 15 ans, ce groupe s'est progressivement imposé comme une référence dont la renommée dépasse largement le petit monde du stoner. Grâce à un line-up inchangé depuis leurs débuts, ces quatre musiciens hors-pair originaires du Maryland ont réussi à développer leur propre style unique et incomparable qui culmine aujourd'hui avec ce septième album studio.

La première chose qui marque à la vue de ce « Robot Hive / Exodus », c'est le soin apporté à la réalisation de l'artwork, travail entamé depuis l'album précédent. A une époque où beaucoup se contentent de télécharger les albums, ce détail a son importance. Et pour ne rien gâcher, le ramage se rapporte ici au plumage. Clutch enfile ses morceaux tous plus groovy les uns que les autres sans temps mort, ne laissant aucun répit à l'auditeur. Bien que la base soit toujours heavy, cet album élargit un peu plus le champ des influences, incluant des éléments funk, soul, boogie ou blues dans une série de titres mid-tempo bourrés d'arrangements qui n'alourdissent jamais le morceau. Tim Sult est passé maître dans l'art de faire tourner les riffs pendant que Jean-Paul Gaster déballent tout son savoir-faire derrière les fûts, s'interdisant toute monotonie. Ce gars est l'incarnation de l'anti-binaire, la garantie de ne jamais s'emmerder avec une batterie pataude et il forme avec Dan Maines une des sections rythmiques les plus solide et intéressante qu'il m'aie été donné d'entendre. Il ne reste plus à Neil Fallon qu'à poser sa voix immédiatement identifiable, à la fois puissante et mélodique, pour nous balancer des refrains hyper-mémorisables. Histoire de faire groover tout çà un peu plus, Clutch s'est adjoint les services de Mick Schauer, nouveau membre à part entière et chargé de faire résonner son Hammond sur la majorité des morceaux. Loin de le cantiner à un second rôle, il est toujours utilisé à bon escient et enrichit les compos, se permettant même quelques solos du plus bel effet.

Impossible de sortir un morceau du lot, tous sont excellents et si jusqu'à présent le heavy était traditionnellement associé au headbanging le poing levé, Clutch démontre qu'il peut également rimer avec les déhanchements du bassin, debout au milieu du salon. Seule la reprise fidèle mais personnelle du classique « Who's Been Talking ? » d'Howlin' Wolf offerte en fin d'album vous permettra de souffler et de reprendre vos esprits.

Si vous connaissez déjà Clutch, foncez dès maintenant chez votre disquaire. Dans le cas contraire, il est grand temps de rattraper votre retard.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2011
On m'a parlé de ce groupe comme étant un groupe de stoner.
Pourtant l'album à un côté southern rock, parfois blues. Des morceaux efficaces qui s'écoutent et s'écoutent... sans s'en lasser comme "The Incomparable Mr. Flannery", "Burning Beard", "Gullah" (excellent), "Mice And Gods", "10001110101" (excellent), "Small Upsetters", "10,000 Witnesses", "Land Of Pleasant Living" (excellent), "Who's Been Talking?".
Bref vous l'aurez compris et sans être "fan de", un album à acheter et à écouter et écouter...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2009
avec cet album clutch continue sur la même lancée que blast tyrant . Tout simplement exellent .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,38 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)