Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime !, 9 décembre 2012
Par 
Roger Dominique Maes (Bruxelles) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Santissima Trinita (CD)
Alessandro Scarlatti (1660-1725), "La Santissima Trinità", oratorio (1715), Europa Galante, Fabio Biondi, 1 CD EMI-Virgin, 2004, notice en anglais, français et allemand, mas pas le texte de l'oratorio.

On a dit de grands chanteurs qu'ils pourraient chanter le bottin de téléphone et nous émouvoir encore.
Certains compositeurs pourraient le mettre en musique. Alessandro Scarlatti était de ceux-là.

Qu'est-ce que la Trinité chrétienne ? Un Dieu unique en trois personnes, trois "hypostases" d'une seule nature, d'une seule substance : un Père (le Créateur), un Fils (le Verbe) engendré et non créé, un Esprit (le Souffle) procédant du Père et du Fils.
Mais, attention, l'éternité de ce Dieu trinitaire ne s'inscrivant pas dans le temps mais en dehors de lui -Il est depuis tous les temps et pour tous les temps-, le Fils, tout engendré qu'Il soit, ne suit pas le Père, de même que l'Esprit procédant de l'Un et de l'Autre n'arrive pas bon dernier. Ils sont "Un en trois", différents et consubstantiels, actifs dans le temps et intemporels... Comprenne qui pourra !
Mystère, nous dit l'Eglise, impénétrable à l'intelligence créée, la nôtre, pauvres humains, mais qu'Elle n'a pourtant cessé de nous expliquer sous toutes sortes de formes, témoin ce curieux oratorio de Scarlatti, écrit dans l'intention d'"instruire en divertissant", une des meilleures trouvailles des Jésuites.

Sur un sujet donc des plus abstraits, traité par le librettiste comme une dispute théologico-académique entre la Foi (Roberta Invernizzi), l'Amour divin (Véronique Gens), la Théologie (Vivica Genaux), l'Incroyance (Paul Agnew) et le Temps (Roberto Abbondanza), Scarlatti alliant style noble et style galant, "exercice métaphysique et plaisir auditif" (Olivier Rouvière), arrive à créer une véritable oeuvre dramatique, variant le ton, les expressions, les rythmes, les climats avec une science et une séduction inépuisables, sachant échapper aux contraintes de l'aria da capo, pour "précipiter les échanges entre les voix, jusqu'à les faire se chevaucher, représentant de véritable prises de bec" (id.). Quant aux subtiles dissonances marquant le chant de l'Incroyance vaincue, géniale audace pour l'époque !

Fabio Biondi à la tête de l'Europa Galante et les cinq voix que j'ai citées et qu'on ne présente plus : Invernizzi, Gens, Genaux, Agnew, Abbondanza, nous font passer un inoubliable moment musical.
Un petit mais pourtant.
Même si le texte de l'oratorio présenterait peu d'intérêt pour un esprit aussi peu théologique que l'est celui de l'homme du XXI° siècle, on aurait aimé que Virgin nous l'ait fourni, pour mieux admirer encore le génie de Scarlatti, et son art de faire de la passion avec de l'intellect...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très bel oratorio romain, 15 mai 2012
Par 
Henrard "ivan henrard" (france) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Santissima Trinita (CD)
La Santissima Trinità est le dernier oratorio d'Alessandro Scarlatti (1660-1725),le père du célèbre Domenico.

Tout le génie du compositeur dans son style et sa force intérieure trouve ici son apogée.

Cette musique sacrée prend sa source au cœur même de la tradition romaine dans le genre d'oratorio particulièrement apprécié par les jésuites qui y voyaient là une nouvelle forme de catéchisme qui veut que l'on apprenne mieux en se distrayant.

Il s'agit ici du genre "disputatio" ou discussion théologique opposant l'incroyance à la foi, à l'amour divin et au temps sur la réalité essentielle de la Sainte Trinité, auxquels se joignent, après quelques hésitations, des opinions de théologiens.

Scarlatti fut, en fait, l'un des derniers auteurs avec Caldara (Présages de paix, 1712) et Haendel (Triomphe du Temps et de la désillusion, 1707) à tenter de marier cet exercice, quasi métaphysique, avec le plaisir de l'écoute musicale jusqu'à la désaffection du public quelques années plus tard.

L'alternance des récitatifs, des airs et duos est enveloppée d'une instrumentation réduite aux seules cordes.

La distribution d'un rare équilibre (deux soprani, un alto, deux ténors et une basse) se déploie, allant du rôle le plus aigu au plus grave, et sur une hiérarchie stricte qui n'est pas déjà sans signification théologique : la foi vient en tête (cinq airs et quatre duos) suivie de l'Amour divin (quatre airs et deux duos), de la théologie (quatre airs et un duo), de l'incroyance (trois airs et un duo) et du temps (deux airs).

Entre les deux parties de l'oratorio se situait la prédication, une « leçon » en latin.

C'est donc une musique tout en mouvement, en initiative, en action avec accélération des Tempi pour illustrer la disputatio dans laquelle Scarlatti a mis le meilleur de lui-même avec la variété les plus éblouissantes des formes : siciliennes, sérénades, sinfonia, etc. dans des rythmes tourbillonnants qui s'achèvent dans le plus pur style concitato ou sorte de « bataille en musique ».

Je vous assure que l'on ne s'ennuie pas dans cette version toute en perfection sonore pour laquelle les chanteurs et les instruments de l'ensemble Europa galante sont joyeusement engagés sous la direction de Fabio Biondi et que l'on retrouve alors toute la brillance et la luminosité de la musique de Scarlatti au service d'une authentique catéchèse.

Précisons qu'il s'agit d'une réédition d'un enregistrement de la fin des années 90.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Scarlatti : La Santissima Trinita
Scarlatti : La Santissima Trinita de Fabio Biondi/Europa Galante/Roberta Invernizzi/Véronique Gens/Vivica Genaux/Paul Agnew/Roberto Abbondanza
Acheter l'album MP3EUR 7,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit