Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Résurrection inattendue., 25 octobre 2010
Par 
orion (Vinland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Omega Wave (CD)
Une de plus.
Il y a sans doute un véritable engouement du public Metal pour les groupes en vogue dans les années 80 en ce moment.
Forbiddden fait partie de la seconde vague d'assaut du Thrash américain, celle de la fameuse Bay Area. Il a connu son heure de succès à la fin des années 80 avec deux très bons albums, Forbidden Evil (1988) et Twisted Into Form (1990), devenus des essentiels du Thrash, puis a sorti un Distortion (1994) très bon également mais dans une période plus difficile pour le Thrash pour finalement jeter l'éponge après la sortie de Green (1997), le moins réussi de tous, à mon avis.

Mais voilà, l'exemple donné par les retours gagnants de Testament ou Death Angel et par la bonne forme de vieux briscards tels qu'Overkill ou Exodus, ça donne des envies.
Le groupe, du moins trois de ses piliers à savoir le chanteur Russ Anderson, le guitariste Craig Locicero et le bassiste Matt Camacho ont décidé de reprendre du service. Steve Smyth (ex-Testament, Nevermore, Heathen) à la guitare et Mark Hernandez à la batterie complètent le line-up.

Après une intro très efficace dans le genre entrée sur scène / début de concert, les hostilités débutent par un "Forsaken at the gates" ultra rapide.
Première constatation : on reconnaît tout de suite la patte du groupe. Aucune mauvaise surprise de ce côté-là pour les amateurs des albums précédents. Russ Anderson n'a pas perdu grand chose de sa voix qui, à mon avis, a toujours été l'une des plus belles du Thrash (ce qui n'est pas très difficile, me direz-vous). On retrouve donc avec bonheur son timbre unique et ses envolées mélodiques bien senties ("Adapt or die", "Overthrow", "Forsaken at the gates"...)
Côté musique, ça blaste comme il faut. Plutôt bien rapide (c'est du Thrash), le rythme sait aussi se ralentir pour devenir plus inquiétant ("Swine"). Les guitaristes n'ont de leçons à recevoir de personne en matière de riff Thrash assassin et de solo efficace. Car, quoiqu'on en dise, Thrash n'est pas synonyme de bourrin et ces musiciens montrent une technique sans faille.
Comme il ne faut pas faire que de se répéter, Forbidden innove aussi avec un "Dragging my casket" assez inattendu, aux couplets très mélodiques. Un titre Heavy Thrash que n'aurait pas renié un certain Nevermore. Et une fois de plus, on se rend compte que Russ Anderson est un chanteur à part dans ce style.
Tout n'est pas parfait, ce serait trop beau. La fin d'album est un peu moins bonne avec "Behind the mask" et "Inhuman Race", un titre qui contient quelques relents de déjà entendu chez Forbidden. L'album étant assez long (1 heure), peut-être qu'un ou deux titres en moins auraient fait gagner l'ensemble en intensité. Et la pochette, si elle est censée nous rappeler celle du premier album avec ses deux cranes rouge et bleu allant à la rencontre l'un de l'autre, elle ne lui arrive pas à la cheville ! Mais ceci est secondaire et, dans l'ensemble, c'est plus que positif !

Conclusion : on retrouve cet excellent Thrash estampillé Bay Area tout au long de cet album réjouissant que les vieux amateurs de Metal tels que moi ont adoré à l'époque. Et là, il me vient un dicton qui illustre la situation : c'est tout de même dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes car nombre de groupes modernes se sont lancés dans l'aventure Thrash afin de remplacer les pionniers des grandes heures de la "Bay Area" mais sans jamais parvenir à nous les faire oublier. Et quand ceux-ci reviennent, force est de constater qu'ils sont toujours les meilleurs dans ce domaine.
Vivement le retour de Sacred Reich !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Retour convaincant, 3 novembre 2011
Par 
Lavanne (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Omega Wave (CD)
L'artwork situe cet album dans la droite lignée du tout premier album de FORBIDDEN, "Forbidden Evil" (1988) qui demeure un chef d'oeuvre du thrash des années 80. De fait, on retrouve sur cet "Omega Wave" les gutiares galopantes, les soli débridés, les rythmiques saccadées, la voix si particulière de Russ Anderson (avec ses dérapages aigus). C'est du tout bon, d'autant plus que la production est largement meilleure que sur les anciens disques du groupe.
Tout juste peut-on noter que le groupe a prudemment choisi de ne pas s'éloigner de ses fondamentaux et que l'effet de surprise ne joue pas pour des fans vétérans du thrash.
Alain Lavanne
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Omega Wave
Omega Wave de Forbidden (CD - 2010)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit