Commentaires en ligne 


12 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


43 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'étendard brucknérien
Véritable bâtisseur de la force musicale de l'Orchestre de Cologne après la guerre, Günter Wand a façonné sa formation orchestrale pendant 40 années. Volontairement éloigné des feux médiatiques, il s'est voulu l'incarnation de la probité et de la méticulosité, défendant avec assiduité...
Publié le 3 novembre 2010 par Savinien

versus
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 "Pressage" déficient?
Les qualités artistiques de ces enregistrements ne sont pas à remettre en cause, mais l'exemplaire que j'ai reçu est très décevant au niveau technique, un manque net de basses rend Bruckner méconnaissable.C'est très étonnant, tous les coffrets de cette série étant remarquablement repiqués. Je ne...
Publié il y a 22 mois par Pelléas


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

43 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'étendard brucknérien, 3 novembre 2010
Par 
Savinien (Liège, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Véritable bâtisseur de la force musicale de l'Orchestre de Cologne après la guerre, Günter Wand a façonné sa formation orchestrale pendant 40 années. Volontairement éloigné des feux médiatiques, il s'est voulu l'incarnation de la probité et de la méticulosité, défendant avec assiduité le répertoire germanique en portant particulièrement haut l'étendard brucknérien.
Nous retrouvons ici en 9 cd l'intégrale des symphonies de Bruckner, gravées entre 1974 et 1981 par le chef allemand (à noter qu'il gravera aussi une quasi intégrale très cotée avec le Philharmonique de Berlin).
En maître absolu de la tension continue, avec une maîtrise totale des tempi et une science consommée de l'architecture, Wand soulève "son" orchestre dans des flux sonores d'une portée à faire pâlir d'envie tous ses concurrents. Tandis que l'équilibre et la clarté de sa direction sont devenues proverbiaux, les contrastes dictés par sa direction donnent un relief inégalé aux peintures symphoniques du compositeur autrichien.
Au panthéon symphonique brucknérien, aux côtés des Furtwängler, Jochum, Böhm, Klemperer, Celibidache et autre Karajan, faut-il que la table soit ronde pour qu'il ne préside l'assemblée des grands.
Un coffret depuis longtemps incontournable dans la discographie, un must maintenant à prix sacrifié.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Günter Wand serait-il LE seul grand chef brucknérien?, 14 juin 2012
Par 
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Les intégrales des symphonies d'Anton Bruckner sont légion au catalogue : avec les versions isolées, on ne compte plus les réussites incontestables autant que les ratages mémorables. Je renverrai pour plus de détails concernant les oeuvres aux commentaire de Savinien plus pointu que moi sur la question.
Avant Jansons et Blomstedt, Günter Wand, qui considérait Bruckner comme le plus grand symphoniste depuis Beethoven, est le seul chef à nous offrir des interprétations d'une lisibilité exemplaire. La conception d'ensemble de chaque symphonie est restituée et les orchestre impressionnent par leur clarté, l'évidence de leur jeu, le refus du pathos et du mysticisme, le refus de tout alanguissement dans les Adagios (celui de la 5e où il est souverain mais aussi celui de la 7e). Rien n'interdit de se procurer les mêmes symphonies gravées avec le Berliner Philharmoniker (la plus grand e interprétation dans la 8e).

On se réjouira que les symphonies ne soient pas dispersées sur plusieurs CDs, ce qui en rend l'écoute plus aisée. Actuellement, seul Herbert Blomstedt semble en passe de réaliser un semblable "miracle" avec son cycle Bruckner en préparation.

S'agit-il d'une réeelle intégrale puisque la symphonie n°0 n'est pas présente? Mes recherches ne m'ont pas permis de savoir si Wand l'avait ou non interprétée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 QUELQUES PRECISIONS AU SUJET DES VERSIONS, 24 mars 2012
Par 
Charnay "ferenc-fricsay" (Lyon, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Tout a été dit au sujet de l'art de G. Wänd, pour moi LE grand chef brucknérien avec Jochum, dans un style différent. Ce maître sait rendre parfaitement justice à l'architecture de l'œuvre grâce à des tempi équilibrés et en "libérant" l'orchestre de contraintes subjectives, les cuivres rayonnant comme personne mais sans lourdeur. Ses adagios ne sont pas particulièrement poignants, mais emplis d'une vraie lumière que des secondes parties assez rapides rendent exaltantes.
Je n'ai pas acheté ce coffret mais je possède en volumes séparées les Première, Sixième, Huitième et Neuvième symphonies, la Cinquième figurant en tête du coffret G. Wänd édité il y a déjà 11 ans. La célèbre Cinquième, à l'origine d'ailleurs de l'intégrale, est un vrai sommet, reflet parfait de l'art du chef. Mais tous ces enregistrements sont excellents, même si ses dernières Neuvième, avec Berlin ou le NDR en DVD sont encore supérieures. Il en est de même avec sa Huitième berlinoise. Il faut par ailleurs savoir que la Huitième est dans l'édition Haas, comme toujours avec Wänd, ce qui est un plus. La Première est dans la version de Vienne, assez rare, puisque les chefs choisissent en général, à juste titre d'ailleurs, la version de 1865/66, dite "de Linz". Elle est cependant magnifiquement interprétée et les brucknériens fervents comme moi se doivent de la connaitre. Je ne connais pas les Deuxième et Troisième symphonies de ce coffret et pour cause, les versions choisies sont au mieux discutables pour la Deuxième, rédhibitoires pour la Troisième (version de 1889 vraiment impossible).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Bruckner d'Anton Bruckner ?, 21 octobre 2013
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Il y a beaucoup d'enregistrements de Bruckner par Günter Wand (1912-2002), avec des orchestres assez variés, mais une seule intégrale de studio, celle-ci, enregistrée entre 1974 et 1981 avec le Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester (KRSO, Orchestre symphonique de la Radio de Cologne, devenu à partir des années 90 WDR Sinfonieorchester Köln).
Ce coffret ne contient pas de notice, ce que son prix très bas permettra d'excuser.
Il existe deux intégrales plus récentes et toutes les deux partielles qui sont très connues, l'une avec l'Orchestre Symphonique de la NDR (sans les Symphonies 1 et 2), l'autre interrompue par la mort du chef, avec le Philharmonique de Berlin. Il y a eu aussi des enregistrements Bruckner avec l'Orchestre du Gürzenich de Cologne, dont Wand a été chef permanent de 1946 à 1975, mais il n'ont pas forcément été publiés en CD, sans doute parce que l'orchestre n'est pas du même niveau que le KRSO. Les enregistrements avec le KRSO, réalisés à une époque où le chef était sexagénaire, ont des minutages qui sont dans la moyenne, alors que ceux plus tardifs sont plus lents.
Il n'existe en revanche aucun enregistrement par Wand des symphonies "Zéro", "Nullte" et "Double Zéro", deux œuvres que Bruckner ne considérait pas encore valables (difficile de parler de symphonies de jeunesse, puisque le compositeur avait environ 40 ans quand il les a composées).

J'ai fait un commentaire sur chacune des symphonies, sauf la 1ère, sur des disques séparés publiés avant ce coffret. Pour les trouver, il suffira d'écrire "bruckner wand 2 (3, 4, 5...)", puis sélectionner les versions avec le KRSO. Le renvoi à ces commentaires permettra à celui-ci de rester dans des dimensions raisonnables. Les symphonies les mieux réussies sont à mon avis la 4e et la 8e, mais on peut avoir des réserves pour le premier mouvement de la 3e, pour la 5e et surtout pour la 7e.

Dans la majorité des symphonies, se pose le problème de la version, Bruckner ayant souvent remanié ses œuvres, parfois sous la pression et avec la participation de ses élèves, ceux-ci se permettant parfois de publier des partitions abrégées. Le choix de Günter Wand est globalement excellent, basé le plus souvent sur l'édition Haas, considérée comme meilleure que Nowak. Néanmoins, il a choisi la version de Vienne de la Première Symphonie, alourdie et rendue moins cohérente par les corrections tardives (1890-91) de Bruckner, ainsi que la version 1889 de la Troisième, avec son Finale tronqué, mais il est vrai qu'à l'époque c'était la plus jouée.

L'orchestre n'a pas le moelleux de Berlin, la finesse légère de Vienne ou l'incisivité translucide de Dresde, mais ça reste un excellent orchestre, certes un peu mat et terne, néanmoins capable de répondre aux exigences précises de Günter Wand. Ceci dit, dans quelques symphonies, la 7e notamment, si l'on fait une comparaison avec des versions qui bénéficient d'un orchestre de premier rang, on ressent un certain manque de beauté sonore. On peut regretter aussi une prise de son trop réverbérée, qui noie les timbres des instruments et les mélange.

Ce qui caractérise cette intégrale, c'est d'abord l'honnêteté, le refus de briller aux dépens de la partition, le respect strict des indications de Bruckner (le choix des tempi est excellent), un souci d'exactitude méticuleuse et une absence presque totale de rubato. Cette avancée peut paraître parfois un peu précautionneuse ou introvertie et exclut les élans et le lyrisme d'ensemble, basé sur la perception synthétique de la grande forme. D'autre part, on n'oublie jamais avec Wand que Bruckner était d'abord un compositeur religieux (dans la tendance catholique).

Il y a dans la musique de Bruckner une introversion, un côté terrestre (au sens de l'élément Terre, qui n'est donc pas en contradiction avec le mysticisme), un refus des élans, une tendance à l'avancée prudente, méthodique, rationnelle, analytique, ordonnée, inhibée, perfectionniste, anti-instinctive : tout cela est souvent résumé par le mot de modestie, mais va bien plus loin que la modestie. Quand on écoute Wand, on ressent qu'il a adopté jusqu'à l'extrême ces tendances de Bruckner. A l'opposé, d'autres chefs les corrigent par un élan, un esprit synthétique, une vaillance optimiste et confiante, un rebondissement, quelque chose de la nature de la flèche, qui vole dans l'air et ne se traîne jamais au sol.

On peut même penser que Günter Wand va trop loin dans l'esprit analytique, l'austérité et le refus de la sensualité, même pour Bruckner. Assez généralement, ses scherzi n'exaltent guère le rythme et surtout ses Trios refusent la grâce que Bruckner leur avait concédée, s'approchant de l'abstraction. Une extrême austérité, une prise de son moderne mais très réverbérée, font que cette intégrale, moins chère que celles de Jochum, peut ne pas convenir à tout le monde, même si tout le monde peut en admirer l'intégrité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 "Pressage" déficient?, 12 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Les qualités artistiques de ces enregistrements ne sont pas à remettre en cause, mais l'exemplaire que j'ai reçu est très décevant au niveau technique, un manque net de basses rend Bruckner méconnaissable.C'est très étonnant, tous les coffrets de cette série étant remarquablement repiqués. Je ne comprends pas, j'ai l'impression d'être le seul à avoir eu le problème.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 splendide, 4 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Je possède quelques intégrales de Bruckner (l'intégrale de Chailly, Celibidache, celle de Blomstedt avec l'orchestre de Leipzig, la deuxième de Jochum chez EMI ainsi que la première chez DG, quelques symphonies de Wand avec l'orchestre de Berlin et la présente intégrale. Je dois dire que c'est Wand que je préfère au final suivi de près par Blomstedt et Jochum chez DG. Si j'avais un choix à faire, je mettrai:

1) Wand (Berlin; bon son et belles interprétations) mais pas une vraie intégrale + l'intégrale avec le kolner rundfunk sinfonie orchester (le présent coffret qui a le meilleur rapport qualité/prix).

2) Blomstedt avec le gewandhausorchester de Leipzig. Superbes interprétations et très belle prise de son.

3) Jochum chez DG. L'interprétation sublime mais le son un peu en dessous des 2 autres coffrets.

Voilà, ces 3 coffrets ont ma préférence ( Chailly est bon sans être exceptionnel et la seconde intégrale de Jochum est bien mais en dessous du niveau de sa première intégrale; je finirais le classement par Celibidache qui m'ennuie un peu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 L'aboutissement, 19 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
J'ai acheté cette intégrale l'an dernier, pour la commodité, alors que je possédais ces versions en disques séparés, à l'exception de la 5. Qu'ajouter aux si détaillés commentaires de mes prédécesseurs? Peut-être que, en contraste absolu avec le Bruckner de Celibidache, le Bruckner de Wand est un Bruckner qui VA. Voilà ce qui m'a toujours le plus frappé, ce mouvement irrésistible, qui n'est pas qu'une question de tempo, n'est au fond même pas du tout une question de tempo, car de respiration, de pulsation, bref! de "tripes". Bien sûr, on pourra peut-être avoir le souvenir de la 5 de Krauss, mais dans une intégrale je ne vois que Jochum pour insuffler une telle énergie et, même si cela peut sembler paradoxal pour Bruckner, une telle vitalité. Et puis cette attention extrême du détail, sans jamais perdre le sens de l'unité. Et puis la transparence d'où émerge l'indicible étrangeté de cette musique, si loin des fausses obscurités de tant de directions "gothiques". Quel chef c'était que celui-là! Ma conclusion ne fera que répéter celle, je crois, d'un autre commentateur: si l'on ne veut qu'une intégrale Bruckner (tant pis pour la 0 !) dans sa discothèque, c'est celle-ci, décidément.
N.B: Comme ma conclusion vaut pour la sublimissime intégrale des symphonies de Brahms (avec la NDR, chez RCA aussi), voilà nos deux compères réunis par la baguette de Wand. Et voilà deux joyaux pour une belle discothèque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Wand dirige Bruckner, 14 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
J'aime beaucoup cette sorte de simplicité et de clarté avec laquelle Wand dirige les symphonies de Bruckner.
C'est très humain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Que c'est long !!!, 27 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
Je ne connaissais pas Anton Bruckner, par contre Gunter Wand oui par son excellente interprétation des symphonies de Beethoven.
Je trouve les symphonies longues mais finalement intéressantes elles sont en plus vives et surtout certaines pleine d'énergie.
Autant j'arrive à écouter 2 symphonies de Beethoven,Mozart ou autres compositeurs d'affilées, impossible avec Bruckner !!!
D'après la critique musicale Gunter Wand serait un des plus grand spécialiste de la musique de Bruckner au même titre de Eugen Jochum.
Vu le prix du coffret on ne risque pas grand chose si connaitre Anton Bruckner !!!
Musicalement Vôtre
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très bel album, 31 décembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Symphonies n° 1 à n° 9 (Coffret 9 CD) / Günter Wand (CD)
A priori, ce n'est pas évident d'écouter Bruckner. Pourtant c'est un architecte incomparable. Bien sûr, il faut se poser et prendre la peine d'écouter; et là, on apprécie la richesse de ce grand compositeur magnifié par l'interprétation magistrale de Gunter Wand. L'enregistrement, bien que pas récent, est de bonne qualité. Je le recommande vivement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit