undrgrnd Avant toi Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles49
4,3 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:34,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Et bien voilà, avec cette septième saison, l’inédit démarre pour moi. Première saison que j’entame sans l’avoir déjà vu en entier ou simplement quelques épisodes. Elle fait directement suite au téléfilm Rédemption, où nous avions vu Jack (Kiefer Sutherland) être obligé de se rendre à la justice américaine afin de sauver des enfants du Sangala !
La saison démarre à huit heures du matin, quatre ans après les événements du Jour 6, quelques mois après Rédemption, et se déroule, pour la première fois, à Wahington DC.
Jack Bauer comparaît devant le Sénat pour répondre de ses actes et de ceux de la Cellule Anti-Terroriste, maintenant démantelée. S’il reconnaît le caractère hors-la-loi de ses méthodes, il ne cache pas qu’il ne regrette rien, sachant parfaitement qu’il a sauvé le pays tout entier à de nombreuses reprises. Pays qui aurait sombré si l’on avait suivi les procédures ! Mais alors qu’il se défend, l’agent du FBI Renée Walker (Annie Wersching) demande au sénateur en charge de la commission de lui remettre Jack pour une enquête de sécurité nationale.
Jack ne comprend pas de suite pourquoi il est là, jusqu’à ce que Renée lui explique que le FBI tente de prévenir des attentats terroristes dirigées par le colonel Ike Dubaku (Hakeem Kae-Kazim) (vu dans Rédemption). Ils sont capables, grâce à un module, de prendre le contrôle de n’importes quelles infrastructures informatisées du pays. Et Tony Almeida (Carlos Bernard) est au cœur de ces menaces !! Jack va alors tout faire pour comprendre ce qui est arrivé à son ami…
Le Sangala a vécu un coup d’état militaire, le général Benjamin Juma (Tony Todd) est responsable de centaines de milliers de morts dans son pays. Pour en reprendre le contrôle, le ministre Ule Motobo (Isaac de Bankolé) demande l’aide de la présidente Taylor (Cherry Jones) de manière militaire. Ce qu’elle accepte bien volontiers. Les attentats sur le sol américain ont pour but, de convaincre la présidente d’abandonner son déploiement militaire au Sangala.
Devant son inflexibilité, cela va être l’escalade dans l’horreur et l’inimaginable aux Etats-Unis ! Crash d’avion, kidnapping, armes biologiques, meurtres, trahisons et attaque de la Maison-Blanche. Juma et ses hommes ne semblent avoir aucune limite. Enfin, disons plutôt les hommes de l’ombre au-dessus de Juma ne semblent avoir aucune limite !
Cette surenchère de menaces devient presque lassante, c’est trop. A la moitié de la saison on a déjà le droit à deux avions qui se rendent dedans, le kidnapping du premier homme et l’attaque de la Maison Blanche. Des choses pourtant déjà énorme, et pourtant cela passe vite à la trappe pour aller à la menace suivante, rendant l’énormité du truc presque risible en quelques secondes. C’est dommage. N’oublions pas que tout cela se passe en une journée, et là les Etats-Unis viennent de vivre plus d’attentats inimaginables en une saison que dans toute leur histoire. Au bout d’un certain temps, lorsqu’une menace était écarté, je soufflais en me demandant « Et maintenant ? »
Si nous avons déjà eu le droit à des complots internes et politiques, là on surpasse tout. La conspiration est sans commune mesure, et l’on semble se diriger vers le haut de la pyramide depuis le meurtre du président Palmer (Dennis Haysbert). Pauvre présidente Taylor, elle va vivre une sale journée. Surtout avec sa fille, Olivia Taylor (Sprague Grayden) (véritable tête à claque pour ne pas dire sale gar…) qui risque de faire imploser le gouvernement.
Mais celui qui prend le plus cher dans cette saison c’est véritablement Jack Bauer, qui malgré pas mal d’atomes crochus avec la belle Renée Walker, se retrouve à faire face à un ami, la perte d’autres, le retour de sa fille (on s’en serait passé) et surtout à faire face à sa conscience, ses derniers instants venus !
Bref, une saison trépidante et oppressante, malgré une légère tendance à l’excès. Un Jack Bauer tellement fragile, une Renée Walker qui crève l’écran et une Allison Taylor d’une inflexibilité admirable, sont un trio de personnages exceptionnels. Les scénaristes s’en sont donné à cœur joie et le final est d’une très grande émotion.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2009
24h chrono c'est avant tout,une série innovante(épisodes en temps réel),haletante car pleine de suspense.certaines saisons sont de véritables bijoux scénaristiques comme la 2 ou la 5.

la 6ème saison avait déçu pas mal de monde à commencer par moi.Les scénaristes n'ont pas voulu baclé la 7ème journée de l'immense Jack Bauer.le résultat est en demi-teinte.Le manque d'originalité de l'ensemble dessert le tout malgré des sujets nouveaux comme la situation dans les pays Africains.

mais cette avant dernière(?) saison est avant tout celle de la remise en questions du personnage principal.Jack est jugé pour ses tortures et se demande s'il a toujours bien agit et fait les bons choix.les musulmans ne sont plus les gros vilains de l'histoire.On retrouve même des personnages des anciennes saisons comme Kim Bauer ou Tony Almeida qui tient un role déterminant mais chut!!!!

certes cette saison ne révolutionne pas la série mais réserve quelques bonnes surprises et l'appariton de nouveaux personnages charismatique(Renée Walker,la présidente Taylor).à noter egalement,la présence de guests stars très convaincante comme Jon Voight ou Will Patton.de plus,les scènes d'actions sont très bien réalisées et très nerveuses.

on ressort donc satisfait de cette nouvelle folle journée pleine de rebondissements.Et on espère qu'une chose:la 8ème saison le plus tot possible sur nos écrans.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après une saison 6 qui avait signé une nette baisse de qualité (surtout en comparaison des excellentes saisons 4 et 5), les producteurs de la série 24 heures chrono se sont retrouvés bloqués par la grande grève des scénaristes qui a bloqué une bonne partie de la profession américaine. Résultat : une fois la grève résolue, ils ont tout juste pu réaliser un téléfilm, , afin de faire patienter les spectateurs un an de plus, jusqu’au retour de Jack Bauer

Et quel retour ! Revenu aux USA et prêt à assumer ses responsabilités face au Sénat à Washington DC, voilà que le FBI vient le chercher en pleine séance pour son lui demander son aide car Tony Almeida a refait surface, mais du mauvais côté, cette fois, semble-t-il. Jack va donc faire équipe avec Renée Walker, à laquelle on s’attache beaucoup, dans une conspiration qui s’avèrera liée aux événements africains auxquels Jack fut mêlé. Coup sur coup, il affrontera 4 grands méchants, à commencer par ceux que nous avions déjà vus dans Redemption : le colonel Dubaku, son chef le général Juma (Tony Todd, le célèbre Candyman !), et leur partenaire de l’ombre Jonas Hodges (incarné par rien de moins que Jon Voigt !). Heureusement, il aura aussi de son côté le nouveau Président des USA en la personne d’Allison Taylor (Signes,Le village), une version idéalisée et adoucie d’Hillary Clinton, et le compétent Ethan Kanin (génial Bob Gunton qui campe un personnage aussi précieux et agréable que celui de Mike Novick par le passé). Bien entendu, bien que le CTU ait été démantelé, Chloë O’Brien et Bill Buchanan ne vont pas tarder à refaire surface…

Je ne révèlerai rien de plus sur les protagonistes ou les péripéties de cette saison. Tout juste dois-je dire qu’elle se révèle extraordinaire, tendue, prenante, plein de rebondissements et de revirements qui se tiennent plutôt bien, et nous sommes tenus en haleine jusqu’à la fin. Le gap de deux ans après la saison 6 a fait du bien aux scénaristes. Dommage qu’ils n’aient pas eu le même temps pour travailler sur  qui signera l’arrêt de la série, qu’on a longtemps cru définitif. Mais que cela ne vous empêche pas de profiter de celle-ci, que vous aurez beaucoup de mal à lâcher en cours de route !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2009
ce type d'intrigue repose d'abord sur la fragilité de gouvernement en place, empêtré dans ses paradoxes, dans ses soutiens contradictoires. Beaucoup de protagonistes sont des anciens partenaires de Jack Bauer. Et comme d'habitude, les épisodes se succèdent par rebondissements et carambolages successifs, le spectateur doit être perturbé dans ses pronostics de fins possibles.
Mais la nouveauté est double: le terrain du conflit est d'abord philosophique: peut on sécuriser une Nation par des bon sentiments? Jack est théoriquement l'éternel justicier des basses œuvres, gardien de la Démocratie...sauf que cette fois ci, les humanistes au pouvoir le désigne comme une bête à éliminer: il ne doit pas entacher les grands idéaux des droits de l'Homme et de la défense de la personne, il doit être traduit en justice pour ses crimes passés, et ses méthodes expéditives...sauf qu'à combattre les méchants avec des grands sentiments, ce gouvernement met sa propre existence en péril (au contraire de ce que j'ai pu lire précédemment, ce n'est pas du tout une critique de la politique Bush, mais cela aurait été plutôt une projection de la politique démocrate de Hillary Clinton...); Le deuxième thème est celui de l'ingérence américaine dans des conflits extra-territoriaux, en l'occurence, en Afrique, terre de négoce et de tueries. Qui soutenir? et jusqu'où? au nom de quel droit donner l'exemple? voici quelques uns des thèmes proposés.
J'ai apprécié cet épisode qui apporte un nouveau souffle à la série, prête pour une saison 8...oui, mais sous quelles conditions?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2009
Amazon a effacé ma comm' en ligne depuis le mois d'aout , ça fait toujours plaisir de voir un travail non rémunéré fait pour le plaisir jeté à la poubelle avec les votes et les commentaires.....

Enfin , je récidive :

Au risque de me répéter, la saison 7 relève le cap de la saison 6 .
Il est préférable d'avoir vu le prequel , « Redemption » avant d'aborder cette nouvelle folle journée :Bauer s'est rendu auprès des autorités afin d'être jugé devant une commission sénatoriale pour ses exactions envers les lois fédérales.

Et Bauer de répondre à cette question récurrente dans 24 : la fin justifie t'elle toujours les moyens ? On aurait aimé qu'un épisode entier soit consacré à la personnalité de Bauer , plutôt que d'entendre ses arguments maintenant archi connus .

Mais très vite l'action doit reprendre le pas et comme d'ab , voilà le Jack forcé de reprendre du service , sachant qu'à la fin de la journée , il devra se constituer prisonnier.

Accompagné d'une pétillante agent du FBI idéaliste qui se "Bauerise" progressivement, la CTU dissoute , montré du doigt par une administration qu'il a contribué à maintenir, Jack, plus que jamais, va être sous pression. Et ce, d'autant plus, que le terroriste en question est son ami Almeida que l'on croyait mort dans l'inoubliable saison 5.

Que l'on se rassure : son retour reste crédible par rapport à Prison Break qui a multiplié cette année les come back improbables et inutiles de personnages disparus.

Almeida est donc décidé à faire couler le sang sur le pays qu'il a sauvé pendant cinq ans.

Cet antagonisme est à mon avis la richesse de cet épisode : Amitiés déçues, connaissance parfaite de l'autre, on en vient parfois à apprécier Almeida pour ses réactions humaines face à un pays qui lui a tout pris.

Dès lors Bauer , est à son tour obligé de se questionner sur son patriotisme obtus , voire "Bushien" aux dires de certains .

Car depuis quelques années , 24 a été une série distrayante mais également dérangeante ; le show étant diffusé sur la Fox , chaine de l'administration Bush , des esprits chagrins ont vu en Bauer le défenseur de la torture , du mépris des droits de l'homme (Amnesty Internationale y étant montré comme des enmerdeurs incompétents) et de la phobie antimusulmane.

C'est vite oublier certains détails de la saison 2 qui prenait un malin plaisir à démonter les amalgames anti-arabes, ceux-ci étant montrés comme de paisibles citoyens, tandis que les fanatiques voulant détruire los Angeles étaient de purs Américains , au sens aryen du terme .

C'est vite oublier le portrait du président Logan , plus Bush que nature , dont l'incompétence et la duplicité étaient à mettre en parallèle avec l'original.

Toujours est il que les producteurs ont été sensibles aux critiques faîtes au show, et les réintroduisent de manières subtiles tout au long des 24 heures.

Alors oui, 24 n'évite pas les redites : complot présidentiel ennuyeux, mort de personnages secondaires, et enchainements d'événements abracadabresques : pas moins de ... 4 attaques terroristes dans la même journée , dont une infiltration de ... la maison blanche !

Les personnages sont toujours très consciencieux ( le travail avant tout ! ) et passent 24 heures sans manger, dormir , bailler , transpirer , quant aux toilettes , c'est à croire que tout le monde est constipé....

Mais l'intérêt reste dans le renouvèlement des codes de la série : Bauer va être grièvement blessé et quasiment écarté de son show ! Un autre agent va opérer à sa place dans d'énormes clins d'oeil à la série ... Metal Gear ! Les questions déontologiques sur l'aide militaire à apporter à un pays Africain sont également intéressantes.
Enfin , en écho aux critiques , 24 s'interroge sur les conséquences du patriotisme de Bauer mais aussi du "vilain" Jon Voigt , guest star de premier choix.

Quel dommage que la fin ( terrible ! ) de la saison ne constitue pas la fin de la série . On sait déjà qu'une saison 8 est planifiée .

Pour le meilleur ou pour le pire ?
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2012
Après le désastre de la sixième saison, il est rassurant de voir comment les créateurs de "24 heures chrono" réussissent dans cette septième "journée sans fin" à retrouver un peu de la magie stressante des premières saisons, tout en reconnaissant que les temps ont changé, et que le "républicanisme éclairé" qui a été l'image de la série à ses débuts a fait son temps. Net virage "à gauche" (enfin, démocrate) cette fois, puisque l'on a droit à de nombreuses (et pas forcément légères) scènes de "doutes quant à l'utilisation de méthodes coercitives pour faire avouer les terroristes", ainsi qu'à une sorte de réconciliation finale entre Jack Bauer et l'Islam ! Tout cela ne constitue néanmoins pas ce qu'il y a de mieux dans cette septième saison, d'autant que la conclusion suspendue laisse planer un doute sur la contamination anti-démocratique des pulsions sadiques de Jack Bauer' Non, ce qui fait qu'on aime à nouveau regarder "24 heures chrono", c'est l'efficacité retrouvée des scènes d'action, des suspenses infernaux et des coups de théâtre, certes fortement improbables, qui nous poussent à une vision effrénée des épisodes. On déplorera néanmoins des rôles secondaires assez mal interprétés (oui, il y a l'impérial Jon Voight, mais aussi une bonne dizaine de personnages pas crédibles pour un sou), et également le fait que le point culminant arrive cette fois beaucoup trop tôt, à moins de la moitié de la saison : car après les scènes explosives de l'attaque de la Maison Blanche, le reste a vraiment du mal à se maintenir au même niveau...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2009
La série qui a redéfini le genre et également le cinéma d'action.

Première saison dans le début des année 2000. Comptez par la suite le nombre de séries et de films pour le cinéma qui se sont transposés dans la forme de 24h, ayant épousé tous les tics jusqu'au style de psychologie, de principe scénaristique avec intrigues à tiroirs et coups de théâtre en poupée russe, Prison Break, Flash Foward, Jason Bourne, Mission Impossible 3.... Je ne se citerais que les plus connus ou les plus louables.

Ce qui est également rare, c'est sa longévité et son renouvellement qui ne lasse ni ne laisse le fan de la première heure sur le côté.
On suit le parcourt de ce héros et de sa longue descente aux enfers. Construire toute la psychologie d'un personnage autour de ses névroses le transformant ainsi au fil des épisodes et des saisons en psychopathe qui pense oeuvrer pour le bien de son pays faisant fit de toutes morales ou de toutes consciences pour obtenir des résultats; c'est là aussi la force de 24h. Se nourrir de l'actualité et ça depuis la chute des deux tours, se servir du traumatisme mondial, de la paranoïa ambiante, des camps réversibles, des trahisons à échelle gouvernementale...
Par le talent conjugué des scénaristes, de la production des réalisateurs et d'une direction d'acteur hors pair, cette série semble muée par une force noire et désespérée, à l'image de notre monde actuel.
La septième saison fait partie des meilleures avec la 5 ème.
22 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2009
J'ai ''avalé'' la 7ème saison en un rien de temps. Très différente des autres saisons cette 7ème est pleine de rebondissements comme toujours.Moins de tortures cette fois et Jack un peu moins sur le devant de l'action. La fin nous laisse un peu sur notre ''faim''. Jack va t-il s'en sortir? Vivement la 8ème saison que je ne raterai pas bien sûr.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2010
Surprenant, le début de cette saison : nouveaux personnages, nouvel état d'esprit (maintenant, on respecte la loi!), nouveaux lieux ... On aurait tendance à regretter notre achat. Mais tiens donc, très vite, on s'attache, on aime, et on replonge dans notre bonne vieille addiction. Car si cette nouvelle saison vire franchement de bord, on y retrouve néanmoins tout ce qui nous a fait vibrer les six jours précédents : des agents au caractère bien trempé mais vite attachants, une intrigue politico-familiale compliquée, alimentée par un membre de la famille bien agaçant, un Jack qui redevient humain mais n'a pas oublié en Afrique comment désarmer une bombe, et quelques vieux amis fidèles qu'on inviterait bien à déjeuner! Vraiment, cette saison est bien ficelée, l'intrigue ne part pas dans tous les sens, les personnages sont forts.
Attention, je conseille fortement de regarder l'épisode intermédiaire "Rédemption" auparavant, car il y est fait assez souvent référence dans la saison 7.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2009
Une saison excellente

1 : un nouveau président : une femme à poigne et à principes.

2 : un nouveau décor : Washington : plus esthétique, belles vues sur les monuments, mais surtout c'est le cœur du pouvoir.

3 : l'enchaînement parfait des intrigues : de l'épisode 1 à 10 : un début lent puis une montée progressive du suspense et de l'action, jusqu'au morceau de bravoure de l'épisode 12 qui sert de basculement pour l'autre partie de la saison.

4 : des méchants bien réussis : Dubaku, impitoyable meurtrier qui se perd par amour, et surtout Hodges, méchant cynique à l'humour jouissif!!

5 : la jolie Renée : un Jack au féminin avec ses qualités mais pas ses défauts, une partenaire idéale pour Jack

6 : la torture et « la fin justifie les moyens » : le problème récurrent depuis le 1° épisode. Dans les précédentes saisons Jack torturait allègrement, peu d'opposition, et en général venant de personnages falots, et donc peu de débat'et pas mal de polémique !!!. Là le débat est lancé : on insiste sur le prix que Jack a payer pour son credo « faire ce qui est nécessaire » Les arguments contre la torture sont plus élaborés et là ils viennent de personnages intéressants Cette fois on a une réelle réflexion sur le sujet.

Et pour finir 2 rebondissements qui ont réussi à me surprendre même après 6 saisons!! l'évolution du personnage de Tony, là on est dans le tragédie grecque !! et la fin Jack et l'Imam !!!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)