undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

28 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Cette réédition de l'intégrale des Sonates et des Concertos pour piano de Beethoven enregistrée par Alfred Brendel dans les années 70 (sa 2e intégrale sur 3 au total pour ce qui concerne les Sonates, et sa 2e intégrale sur 4 pour ce qui concerne les Concertos) est bienvenue, mais nécessite quelques remarques et mises en garde.

Cette deuxième intégrale, encore plus approfondie et réflexive que la première (cf. aussi le coffret Brendel/Brilliant) et bénéficiant surtout d'une bien meilleure prise de son, a aussi l'avantage de posséder une unité de ton plus forte que la troisième.
On peut néanmoins, par moments, reprocher à cette deuxième intégrale, un léger manque d'animation, un ton un peu trop uniformément réflexif et méditatif ou retenu. Sur ce plan, la troisième intégrale pourra parfois (mais pas toujours) paraître préférable.

Cette intégrale des Sonates est complétée par l'intégrale des Concertos (y compris la Fantaisie Chorale) gravée à la même époque avec le London Philharmonic dirigé par Bernard Haitink. Ces interprétations, très cohérentes et d'un beau classicisme, ne manquent pas de charme et méritent d'être connues. On peut néanmoins leur préférer (pour les concertos uniquement) les enregistrements live réalisés en 1983 avec le Chicago Symphony Orchestra dirigé par James Levine. Ceux-ci, remarquables par leur intensité et leur prise de risque, sont disponibles sous deux formes: soit sans Fantaisie Chorale, soit avec la Fantaisie Chorale enregistrée dans les années 70 avec Haitink.

Enfin, et en raison de toutes ces remarques, il est impératif de signaler qu'il existe une autre édition (qui plus est, moins chère!) de cette 2e intégrale des Sonates, couplée avec les 5 Concertos enregistrés en 1983 avec Levine (au lieu de ceux avec Haitink) et complétée par la Fantaisie Chorale enregistrée avec Haitink.
Celui qui souhaite acquérir cette 2e intégrale des Sonates a donc le choix entre deux solutions: soit la remarquable unité de ton proposée par le présent coffret (tous les enregistrements datant de la même époque et ayant été réalisés en studio), soit un ensemble quasi identique, mais qui remplace les Concertos en studio avec Haitink par les Concertos live avec Levine.

Pour finir, voici comment cette 2e intégrale des Sonates était critiquée dans le Dictionnaire des disques et des compacts rédigé par la revue Diapason et publié chez Bouquins en 1991: "La seconde version d'Alfred Brendel - assez différente de la première - retrouve, avec une extraordinaire plus-value technique (piano et prise de son); la leçon de Wilhelm Kempff et surtout d'Edwin Fischer. Vision réflexive, analytique, d'une clarté habitée et inquiétante. Brendel articule supérieurement la plupart des sonates de jeunesse; son intériorisation intellectuelle et parfois épurée se double souvent d'une luminosité ardente, supérieurement subtile, du phrasé. Ses versions de la Sonate "Waldstein", de l'opus 110, de la Sonate "Tempête", de l'opus 27 n° 1 "Quasi una fantasia" ou même de la "Pathétique", de la 18e Sonate et de l'opus 109 triomphent par la flexibilité des nuances, l'extrême originalité de l'éclairage harmonique, l'allure improvisante et modératrice. En revanche, l'"Appassionata", la "Hammerklavier" et l'opus 111, trop "coloristiques", pèsent en regard d'évidence moindre."
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Commençons par souligner les trois principaux avantages de cette réédition bienvenue à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire du Maître. Tout d'abord, une grande cohérence puisqu'il s'agit des enregistrements effectués au cours des années soixante-dix lors de la deuxième intégrale des sonates gravées par Brendel (sur trois disponibles) et de la troisième intégrale des concertos pour piano sur quatre enregistrées. Ensuite, la qualité de la prise de son, tout à fait remarquable et digne des meilleurs enregistrements actuels pour un très grand nombre des sonates et la totalité des concertos. Enfin, le prix très attractif surtout pour douze CDs procurant plus de quatorze heures de musique au sommet.

Parmi les réserves, nous citerons les suivantes. Le choix, pour certaines sonates, d'un piano très proche du pianoforte est assez perturbant par rapport à une conception d'ensemble qui laisse plutôt la place à un piano au sond rond, assez ouvert, en tous cas toujours très bien préparé en vue de parfaitement coller à l'atmosphère si spécifique de chacune des sonates (voir par exemple le piano tendu à l'extrême dans la Hammerklavier). Heureusement, cette irruption impromptue est assez rare mais suffisamment dérangeante pour être soulignée. De plus, si les versions des concertis sous la direction de Haitink sont tout à fait honorables dans leur style extrêmement classiques voire conventionnelles, elles n'ont pas l'allant de la version Rattle/Brendel/Wiener Philarmoniker qui nous présentait un Beethoven explosif, beaucoup plus dynamique et incisif enregistré plus de vingt ans plus tard. On pointera tout particulièrement du doigt le quatrième concerto auquel Haitink donne un ton guilleret dès l'entame du 1er mouvement ce qui plombe immédiatement l'interprétation. On sera aussi extrêmement surpris par la cadence de Brendel, dans le droit fil des dernières sonates, jouant sur les dissonances et en total décalage avec l'esprit de ce concerto. Le deuxième mouvement est pris à une lenteur exaspérante et lors du troisième, on a le sentiment que le chef et le pianiste ne sont décidément pas parvenus à s'entendre sur l'esprit de cette oeuvre pourtant majeure. C'est le plus gros ratage du coffret.

Revenons aux sonates pour souligner que Brendel n'a pas son pareil dans les adagios toujours abordés avec un soin particulier, un toucher de piano qui arrache des larmes d'autant qu'il aborde fréquemment les sonates sur un tempo extrêmement rapide caractéristique des premiers mouvements pour ensuite ralentir le trait dans les mouvements lents, travaillant sur un contraste saisissant et propre à créer une atmosphère unique. Parmi les très grands moments de cette intégrale figurent pour nous l'adagio de la sonate N°3 qui est un pur ravissement, la sonate n°21 dite Waldstein magistrale, les dernières sonates 30, 31 et 32 où Beethoven s'aventure sur des explorations dissonantes et des pianissimi quasi inaudibles, suspendant le son dans l'espace, l'étirant à l'infini, qui annoncent des incursions plus osées quelques décennies plus tard. Là, Brendel fait preuve d'une maîtrise stylistique et technique époustouflante. Mais, pour nous, le moment magique est celui de la Hammerklavier à laquelle Brendel donne ici des allures quasi jazzistiques. On détestera ou on applaudira cette approche extrêmement spécifique. Nous avons été, en revanche, beaucoup plus réservés sur les grands classiques Appassionata et Clair de Lune traitées ici avec un peu de brusquerie.

D'où quatre étoiles seulement - et généreuses - car il y a trop de réserves au gré de ces enregistrements pour en faire une sommité absolue même si, in globo, ce coffret n'en constitue pas moins une formidable opportunité à ne pas laisser passer, principalement pour les sonates.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 juin 2014
Plus besoin de commenter ces enregistrements archi-connus , qui ont fait la gloire de la maison Philips à l'époque , il suffit de dire qu'ls sonnent mieux que jamais , et que les avoir tous réunis dans un coffret pas cher est une véritable aubaine .
Merci , M.Brendel .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 mai 2015
Rien à Dire. Complètement satisfait. Le coffret ainsi que les CD sont en parfait état. Dommage quand même qu'il n'y ai pas de boîtier pour chaque CD. Mais rien à redire, je suis très satisfait.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce très grand pianiste est une source indispensable en matière d'interprétation des sonates de Beethoven dont les versions sont nombreuses par les plus grands artistes. A écouter sans modération
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Brendel spielt Beethoven
Brendel spielt Beethoven de Ludwig van Beethoven (CD - 2010)