Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La grosse Bertha., 8 décembre 2010
Par 
orion (Vinland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Under The Sign Of The Iron Cross (CD)
Second album de God Dethroned à propos de la première guerre mondiale. Il faut dire que le sujet est assez inépuisable. Vu la qualité du premier volet, Passiondale, et plus généralement de ce groupe de Death Metal néerlandais, cet opus a vite fait partie de mes priorités pour voir s'il tenait ses promesses.

N'y allons pas par quatre chemins : C'est une tuerie absolue. God Dethroned a rarement enfoncé le bouchon aussi loin au niveau de la rapidité d'exécution. Ce qui n'est pas peu dire car ce groupe n'a jamais fait dans le doom. D'ailleurs, les deux premiers morceaux ont le mot "storm" dans le titre et ça résume bien la situation : c'est une véritable tornade de décibels. Bonjour les dégâts dans les lignes ennemies.
Les deux nouvelles recrues (encore !) à la batterie et aux guitares n'ont pas eu l'air impressionnées par les partitions qu'ils ont reçues. Pour jouer vite, ça joue vite (je plains le batteur lors de la restitution de ces morceaux en concert).
Difficile d'extraire un morceau de cet oeuvre. Quelques bruitages entre les titres rappellent le Panzer Division de Marduk pour rendre le tout encore plus compact. Ca s'enchaîne sans laisser de répit à l'auditeur.
Mais le groupe n'oublie pas, comme à son habitude, de nous balancer des parties bien mélodiques (intro de "Under the sign", partie centrale de "The red baron", "On fields of death and desolation", dernier titre et seul moment où l'on n'est pas atomisé d'entrée.)
Au niveau des textes, on survole cette fois-ci l'ensemble de la guerre. Un petit descriptif au début de chaque chanson sur le livret pour nous expliquer le pourquoi du comment du morceau, c'est toujours sympa (pour les anglophiles, évidemment).
La petite nouveauté apparue sur "Passiondale", à savoir les passages en voix claires, est de nouveau de la partie sur le titre éponyme, un titre d'une violence inouïe. Ce titre bénéficie également d'un final au piano.
Alors, évidemment, la durée du CD s'en ressent, quand on joue tout "à fond les ballons" (remember Reign In Blood) : 36 petites minutes.
- Mais n'est-ce pas trop court ?
- Oh non, c'est largement suffisant, surtout devant une telle débauche de violence.
Avec le Immolation, God Dethroned vient de signer le second album de Death indispensable de l'année. Feuer !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit