Commentaires en ligne 


15 évaluations
5 étoiles:
 (10)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Philippe Jaroussky et Emmanuelle Haïm permettent à quelques opéras d'Antonio Caldara de renaître
Philippe Jaroussky s'illustre depuis plusieurs années dans l'enregistrement de disques récitals. Après avoir enregistré "La dolce fiamma", hommage aux opéras de Jean-Chrétien Bach, il nous livre un nouveau récital consacré à des airs oubliés d'opéras d'Antonio Caldara (vers 1670-1736),...
Publié le 29 octobre 2010 par MATHONNET STÉPHANE

versus
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ben oui, un peu déçu... glurps !
"Le produit" Jaroussky de Noel 2010 est pourtant à la hauteur de mes espérances. Un livre-cd magnifique, la passionnante redécouverte de la carrière viennoise de Caldara et une réalisation musicale de grande qualité où la voix et l'orchestre sont à leur meilleur, même si l'écriture vocale brille finalement...
Publié le 6 février 2011 par méditos


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Philippe Jaroussky et Emmanuelle Haïm permettent à quelques opéras d'Antonio Caldara de renaître, 29 octobre 2010
Par 
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Philippe Jaroussky s'illustre depuis plusieurs années dans l'enregistrement de disques récitals. Après avoir enregistré "La dolce fiamma", hommage aux opéras de Jean-Chrétien Bach, il nous livre un nouveau récital consacré à des airs oubliés d'opéras d'Antonio Caldara (vers 1670-1736), compositeur remarquable par sa science de l'écriture. Si l'aspect marketing est indiscutable, l'aspect artistique n'en est pas pour autant négligé et c'est cela qui rend la parution de chaque nouvel opus toujours passionnante.
1. Le jeune contre-ténor français continue de briller par la pureté de sa voix (un timbre qui demeure intact) et la puissance sans agressivité de son aigu, sa technique sans faille qui lui permet de triompher de toutes les vocalises, même les plus pyrotechniques, déclenchant une émotion sans cesse renouvelée chez ses nombreux admirateurs. Il est autant à l'aise dans les airs de vaillance avec large orchestre (quel panache dans "Lo seguitai felice" de "L'Olimpiade" ou dans l'aria di furore de "La clemenza di Tito) que dans les airs de tendresse (la plainte déchirante de "Misero pargoletto" de "Demoofonte"). Le récital s'achève par le trop court "Se un corre annodi" extrait d'"Achille in Sciro" qui voit le contre-ténor "dialoguer" avec le choeur.
2. L'accompagnement orchestral du Concerto Köln dirigé par Emmanuelle Haïm est superlatif : quel magnifique dialogue entre la voix (qui peut encore nier que celle-ci soit un instrument) dans "Tutto fa nocchiero esperto" d'"Ifigenia in Aulide" ou dans le jeu des cordes en pizzicatos d'"Achille In Sciro)? C'est bien à l'opéra que nous sommes conviés, plus exactement à la cour de l'empereur germanique Charles VI.

Espérons que le succès mérité de ce très bel album donnera envie à d'autres chanteurs et éditeurs de poursuivre l'exhumation d'autres oeuvres de Caldara. René Jacobs a, en 1996, rendu un magnifique hommage au compositeur vénitien en enregistrement le superbe oratorio Maddalena Ai Piedi Di Cristo.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Philippe Jaroussky poursuit sa carrière déjà exceptionnelle et fait revivre pour nous cette fois ..., 30 octobre 2010
Par 
Jaamuna - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
... des oeuvres oubliées du Vénitien Antonio Caldara, contemporain de Jean Sébastien Bach, Haendel et Vivaldi. Soulignons d'ailleurs la grande qualité du livre joint, parfaite introduction à Antonio Caldara et à son univers.

Le CD est constitué exclusivement d'inédits et ce sont donc des premières mondiales. Tous les airs que Philippe Jaroussky nous interprète de sa superbe voix de contre-ténor proviennent d'opéras écrits sur des livrets de Pietro Metastasio. C'est ainsi notamment que Caldara avait composé un opéra « La Clemenza di Tito », que l'on retrouve ici sur 3 extraits, un peu plus de 50 ans avant celui que nous connaissons mieux (Mozart), sur ce même livret.

L'ardente Emmanuelle Haïm et le Concerto Köln sont une nouvelle fois les complices de Philippe Jaroussky pour nous délivrer ce programme avec une qualité émotionnelle remarquable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La voix qui crève le ciel de la beauté, 22 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Entrez dans le paradis des voix d'anges et essayez de devenir l'un de ces anges pour être en osmose parfaite avec cet art qui n'a d'égal que la voix de dieu lui-même, mais on dit que c'est alors une basse russe. Et parmi toutes ces voix d'anges Philippe Jaroussky est la première de toutes et, dieu, qu'il est masculin dans l'usage qu'il en fait, de cette voix d'ange.

On me dira que c'est le compositeur, dans ce cas, Antonio Caldara, qui savait que ces voix n'étaient ni de la pacotille de foire, ni des cacahuètes pour les singes du parterre. Il était l'un des grands compositeurs de son dix-huitième siècle qui savait utiliser les castrati comme des héros, chrétiens ou païens, peu importe, mythologiques ou bien simplement mythiques, et ils étaient les héros de ces opéras de Haendel, de Vivaldi, de Monteverdi, de Caldara et de bien d'autres. Mozart semble ne pas suivre cette tendance forte et ses héros ne sont pas des castrati, bien que certains rôles masculins tenus par des sopranos aujourd'hui dans une certaine tradition post-mozartienne, devaient être tenus par des voix d'hommes et donc des alti, des castrati en ce temps là.

Il faut enfin comprendre que les grands moments de bravoures de ces opéras et de ces castrati étaient les arias solos qu'ils faisaient régulièrement, et c'est ce que nous avons ici, et les duos qu'ils faisaient avec des soprani. Ces arias et ces duos étaient largement laissés à l'improvisation du chanteur ou du chanteur et de la chanteuse qui s'en donnaient à cœur joie. Apparemment cela ne se fait plus. Il est vrai que les opéras de ce temps là sans ces improvisations durent déjà assez souvent deux heures et demie ou trois heures. En ce temps là un opéra pouvaient atteindre cinq heures sans problèmes. Les célèbres « masks » ou « masques » (pour faire français) de Purcell et autres après la Glorieuse Révolution ajoutaient souvent deux heures de musique à trois heures de théâtre. La « Fairy Queen » ou « Dido and Aeneas » doivent être compris comme cela. Les opéras de Haendel ne faisaient pas exceptions.

Ici nous n'avons que des arias qui suivent une partition de façon stricte et fidèle. Dommage car en plus il semble savoir improviser, ou du moins répondre de façon flexible à des contextes musicaux, notre alto angélique. Mais ces arias sont d'une telle beauté musicale et vocale que ce CD devrait être déposé dans les abris anti-atomiques de la Librairie du Congrès pour qu'ils survivent à tous les cataclysmes.

La grande force de Philippe Jaroussky est bien sûr sa voix qui évolue dans le registre le plus pur d'une soprano sans la moindre difficulté, et pourtant il a aussi un registre de ténor qu'il n'utilise apparemment que très rarement et comme une sorte de gag de concert. Sa voix est si pure qu'il peut suivre les sopranos les plus aventureuses sans accrocher aux rochers ni trainer des pieds dans le sentier de muletier qui monte vers les sommets rarement atteints par un homme, car il garde en même temps toutes ses harmoniques vocales d'homme et c'est pour cela qu'il est si fort dans un duo avec une soprano car on sait qui est qui alors qu'ils chantent exactement dans le même registre et pourtant on entend chaque passage de l'une à l'autre, de l'un à l'autre, je vais me repndre les pieds dans ces genres grammaticaux. Cette voix mérite qu'on la mette en boucle pendant des heures et si vous vous endormez dans la longueur bous vous pardonnerons car vous en rêverez jusqu'au réveil où vous la retrouverez encore dans sa boucle. On ne peut pas se lasser de cette voix.

La seconde grande qualité, peut-être aussi la première ex-aequo c'est sa flexibilité expressive. Il est capable d'exprimer avec la même perfection, la même profondeur, la même passion et la même empathie communicative à peu près tous les tons, toutes les atmosphères, toutes les colorations, toutes les émotions. Ce CD commence avec de la colère et se poursuit avec de la nostalgie, de la souffrance, du chagrin, et tous les sentiments de la palette humaine. Bien sûr ici nous n'avons que du Caldara, mais il est capable de se couler dans la musique de très nombreux compositeurs, y compris des compositeurs modernes, et des genres modernes, jazz ou même plutôt rock quelque chose. Je rêve de l'entendre un jour avec une soprano noire du jazz New Orleans si un compositeur est capable d'imaginer une telle rencontre. On pourrait demander à Bernstein peut-être ou bien Britten. Mais hélas, Philippe Jaroussky est venu un peu tard. Mais il doit bien y avoir encore quelqu'un capable de relever ce défi d'un nouveau West Side Story pour Philippe Jaroussky.

On me dira que tout cela c'est du verbiage et je dirai que cela en est pour sûr car on ne peut pas exprimer avec des mots la beauté de cette voix ni la force de ce chanteur. On ne peut que parler autour. J'entendais dans la montagne ce soir même des chevreuils brâmer avec les aboiements des chiens sur leurs talons. La douleur et la force, la souffrance du cerf, du chevreuil ou du daim, qu'importe le nom, c'est les mêmes pleurs et les mêmes sanglots au fond des bois, et le bonheur animal canin se mêlaient comme se mêle dans cette voix et ces arias le plaisir d'entendre une voix angélique qui a la douceur de l'angélique et la force de l'absinthe, la tendresse de la sauge et la finesse du romarin, sans compter les délicates saveurs du thym doré et de la lavande.

Si vous écoutez cette voix et cette musique avec tous vos sens en éveil vous vous trouverez vraiment et pour de bon dans un jardin de paradis pleins de senteurs et de douceurs, de frivoles impressions qui vous caresseront les ouïes, les tympans, les papilles gustatives et les cônes visuels de vos rétines de tout le bonheur d'une expérience sans égale. Et si vous avez demain la chance de rencontrer Philippe Jaroussky confirmez lui que je considère sa voix comme un des chefs d'œuvre de l'humanité qui devrait être protégée par un label UNESCO au nom du patrimoine humain universel et cosmique.

Dr Jacques COULARDEAU
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ben oui, un peu déçu... glurps !, 6 février 2011
Par 
méditos (Toulouse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
"Le produit" Jaroussky de Noel 2010 est pourtant à la hauteur de mes espérances. Un livre-cd magnifique, la passionnante redécouverte de la carrière viennoise de Caldara et une réalisation musicale de grande qualité où la voix et l'orchestre sont à leur meilleur, même si l'écriture vocale brille finalement assez peu, car très souvent conçue à égalité avec celle des instruments de l'orchestre.
Et pourtant, je me suis étonné à m'ennuyer maintes fois... Même à la troisième écoute, peu de réelle émotion et guère davantage d'émerveillement devant les trouvailles mélodiques de Caldara ! Est-ce ce style viennois en rupture d'italianita qui sied assez mal à mes oreilles et/ou à Jaroussky lui-même qui, malgré toutes ses qualités intactes, peine parfois à donner du corps à des personnages de théâtre ? Après la merveille Bach de l'an dernier, ce disque est pour moi une petite déception musicale, d'où cette note personnelle sévère beaucoup plus en rapport avec mon appréciation de la musique que de son interprétation. Bref, vous l'aurez compris, je ne suis pas très pressé de découvrir une éventuelle intégrale viennoise de Caldara et préfère rêver d'un possible "Bononcini à Londres" !
Nobody's perfect !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Un Jaroussky en pleine évolution, 17 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caldara in Vienna : Forgotten Castrato Arias (CD)
Fan de Andréas Scholl, j'ai acheté ce cd pour voir si mon avis sur Jaroussky ne devait pas évoluer.
Outre le fait que je trouve ce cd un peu "facile" pour un contre-ténor qui prend des risques, j'ai quand même trouvé que la voix anciennement nasillarde de Jaroussky avait bien évoluée et que il commence à avoir un timbre de voix plaisant.
Je suis impatient d'écouter ses prochaines productions.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Que du bonheur !, 9 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caldara in Vienna : Forgotten Castrato Arias (CD)
Un enchantement. Que du bonheur en écoutant cette voix parfaite. Je" ne peux que le recommander à celles et ceux qui aiment ce genre de musique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Un peu décevant, 10 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caldara in Vienna : Forgotten Castrato Arias (CD)
Je suis fan de Jarrousky alors que je déteste le baroque et le chant. Je trouve son premier disque nettement meilleur et passionné!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un trés bon disque.., 30 octobre 2010
Jarussky a vraiment gagné en présence et en mordant dans les airs de tempète... Que de chemins parcourus depuis le pourtant trés bon Heroes et les airs mélancoliques sont extraordinaires avec des effets instrumentaux étonnants..Caldara est en outre un des plus grands.. à quand une intégrale? ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Caldara, non così caldo ?, 19 février 2013
Par 
JMV - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caldara in Vienna : Forgotten Castrato Arias (CD)
Amateur de jazz et de musiques populaires (c'est-à-dire d'accordéon), je ne peux aller au-delà du simple témoignage, de la subjectivité pure, en ce qui concerne l'écoute de ce CD. L'interprétation_Jaroussky/Haïm_est parfaite comme d'habitude, la question n'est pas là. La musique de Caldara est très savante, autrement dit sophistiquée, et c'est peut-être ce qui me la rend un peu fastidieuse, voire emmerdifiante. Je me demande parfois si tous ces compositeurs que l'on exhume depuis 30 ans n'auraient pas été oubliés pendant des décennies pour quelque bonne raison : Caldara me donne l'impression qu'il mime l'émotion plus qu'il ne la ressent, autrement dit d'être déjà dans la société du spectacle moderne. Mais ça n'est là que l'opinion d'un rustre...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Subjugué par cette équipe "baroqueuse"... !, 20 janvier 2011
Par 
Lamouche Jean-Luc (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce livre-CD de chez VIRGIN - nouveauté 2010 - nous fait d'abord découvrir des Arias "oubliées" pour castrats extraites d'opéras (il en avait composés 87 !) d'Antonio Caldara - compositeur italien, né à Venise en 1670, et mort à Vienne en 1736. Ce contemporain de Vivaldi et de Haendel était très prisé à son époque. Il travailla auprès de la Cour impériale autrichienne ; d'où le titre de cet album remarquable : "Caldara in Vienna". L'équipe des interprètes ici présente est impressionnante : notre contreténor national (et international) Philippe Jaroussky, le Concerto Köln, et notre si douée et si belle Emmanuelle Haïm. Ces Arias "oubliées" ("Forgotten Castrato Arias"), faisant découvrir un répertoire inconnu, sont toutes plus belles les unes que les autres, présentant une grande unité dans la diversité (ce qui est le signe du talent, voire du génie). Faut-il insister sur la voix et la maîtrise technique de Jaroussky ? Que de chemin parcouru depuis le pionnier Alfred Deller ! Avec l'allemand Andreas Scholl, le croate Max Emanuel Cencic, et les américains David Daniels ou Lawrence Zazzo, plus quelques autres, notre Philippe est un des plus grands contreténors actuels (peut-être même le plus grand) - comme le montre notamment ici son chant "fleuri". L'accompagnement orchestral est, évidemment, impeccable (dans l'énergie ou la douceur), et le packaging particulièrement soigné. Soit, au total, un des grands disques de l'année 2010.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit