Commentaires en ligne


110 évaluations
5 étoiles:
 (70)
4 étoiles:
 (16)
3 étoiles:
 (8)
2 étoiles:
 (5)
1 étoiles:
 (11)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


44 internautes sur 45 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eloge de la lenteur et de la profondeur d'âme
Je peux comprendre que le film de Xavier BEAUVOIS n'ait pas plu à tous ; il en faut pour tous les goûts. Amateur de scénarii à rebondissement, passez votre chemin. Cependant dans un monde où la seule ambition de beaucoup est de savoir quand changer de portable ou de voiture et où passer les prochaines vacances, il me semble que cette...
Publié le 22 mars 2011 par Bruno Lagarde

versus
3.0 étoiles sur 5 Un succès ambigu
À l'heure où le recrutement des monastères se tarit, au point que l'on peut se demander ce qu'il restera dans cinquante ou cent ans du monachisme (et même du catholicisme) en France, le succès du film Des hommes et des dieux (après celui du récit consacré par Alix de Saint-André au pèlerinage de Compostelle),...
Publié le 5 décembre 2010 par Claude Lorrain


‹ Précédent | 1 211 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

44 internautes sur 45 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eloge de la lenteur et de la profondeur d'âme, 22 mars 2011
Par 
Bruno Lagarde "nonolaga" (Lyon, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux - Edition simple (César 2011 du Meilleur Film) (DVD)
Je peux comprendre que le film de Xavier BEAUVOIS n'ait pas plu à tous ; il en faut pour tous les goûts. Amateur de scénarii à rebondissement, passez votre chemin. Cependant dans un monde où la seule ambition de beaucoup est de savoir quand changer de portable ou de voiture et où passer les prochaines vacances, il me semble que cette "apparence" de vide de l'histoire n'est qu'un leurre pour mieux saisir la lumière véritable qui habitaient les moines de Tibhirine en opposition à notre matérialisme forcenée. A travers la lenteur de la caméra, le réalisateur nous transporte dans ces instants suspendus qui faisaient le quotidien des moines jusqu'au dénouement dramatique que chacun connaît, mais qui concrétise tout ce en ce quoi ils avaient investi. Ce film m'a profondément touché à telle enseigne qu'il m'a incité à visionner "le grand silence", film reportage sur la vie des moines chartreux à la Grande Chartreuse. On y retrouve cette intemporalité et cette éternité qui rendent nos petits besoins matériels tellement futiles. A mon sens un très grand film où dominent les interprétations de Lambert WILSON et Michael LONSDALE, sans oublier les autres comédiens au demeurant également formidables.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La foi et la passion de l'homme, 31 mai 2012
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux [Édition Prestige] (Blu-ray)
En 1996, des moines cisterciens qui occupent un monastère près du village de Tibhirine isolé au milieu des montagnes algériennes, vivent en harmonie avec la population locale. Ils y mènent une vie simple, austère, rythmée par la prière, les chants liturgiques et les tâches quotidiennes, qui consistent surtout à travailler la terre et à venir en aide aux démunis, notamment par les soins apportés aux malades.
Hélas, la guerre civile qui ravage le pays va rapidement transformer nos paisibles moines en cibles pour les terroristes extrémistes...

La première particularité du film, celle qui saute aux yeux, c'est sa forme contemplative. "Des Hommes Et Des Dieux" est un film méditatif qui navigue entre une atmosphère naturaliste proche du documentaire et une touche onirique qui fait corps avec la quête spirituelle des moines de l'ordre cistercien. Basé sur des faits réels, le film est aussitôt en osmose avec son sujet.
Ensuite, le spectateur assiste, médusé, au constat suivant : Les algériens ne sont majoritairement pas un peuple de fanatiques religieux. Que ce soit les petites gens de la populace ou même les fonctionnaires de l'armée, qui ne souhaitent que du bien à nos moines, ils n'aspirent dans l'ensemble qu'à vivre en paix. Je ne sais pas si le film est de ce point de vue proche de la réalité, mais si c'est le cas, il met en avant un état de fait à des années lumière de ce que cherchent à nous faire croire les médias depuis maintenant plusieurs décennies.
Une autre composante remarquable du film, c'est la qualité de l'interprétation. C'est bien simple, on oublie complètement, du paysan algérien aux moines, en passant par les terroristes ou les militaires, que ceux-ci sont des acteurs. Si Lambert Wilson crève l'écran, Michael Lonsdale compose un rôle magnifique, inoubliable, à la fois fragile et truculent.

La richesse thématique du film est évidemment ce qui en fait sa principale valeur. Dès lors que les moines se sentent menacés de mort, vient se poser la question du départ, de la fuite. Qui va s'en aller ? Qui va rester ? Faut-il abandonner ces villageois qui comptent sur leur présence ? L'épreuve de la Foi rejoint ainsi celles du courage, de l'attachement à la terre et à ses habitants. Les liens profonds qui les unissent à la population sont en jeu, ainsi que l'esprit de paix et de charité qu'ils veulent opposer à la violence qui gangrène le pays.
Toutes les qualités du scénario éclatent dans la nuance apportée aux réactions de chaque moine, tour à tour déterminés, terrorisés, plus ou moins lâches ou complètement démunis face à tant de haine. Là encore, difficile de se souvenir que ces personnages vibrant d'humanité sont des acteurs.
"Des Hommes Et Des Dieux" est donc bel et bien une œuvre sur la Foi, au sens large. Au delà de la religion, cette Foi est également celle de l'être humain en lui-même, en ses valeurs et en ce constat que la seule manière de vivre ensemble passe par le renoncement. Renoncement aux biens matériels, à l'oisiveté, à la jouissance et au pouvoir.
Dans un monde matérialiste et compétitif comme le notre, le film nous rappelle, d'une manière aussi cruelle que passionnante, à quel point nous avons dramatiquement choisi la solution opposée...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La vraie liberté, c'est de ne pas craindre la mort, 27 février 2011
Par 
Semper Victor "FB" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux [Édition Prestige] (Blu-ray)
Le film réalisé par Xavier Beauvois est admirable dans la forme comme dans le fond. Il parvient en effet à montrer combien l'humilité, la faiblesse et la foi des moines de Tibhirine fait leur force. Force qui nous nous fascine, tant elle parait au premier abord inaccessible. Pourtant, nous sommes tous confrontés, à un degré ou un autre, un jour ou l'autre, au même choix libre que fût le leur. C'est toute la finesse du film que de nous en faire prendre conscience. Il n'est jamais question pour les héros de cette histoire d’agir en « martyr », mais seulement de faire preuve d'amour et de fidélité.

Le message véhiculé par « Des hommes et de Dieu » est aussi une réflexion universelle sur la liberté et le respect de soi, autant que celui des autres : « La vraie liberté c'est de ne pas craindre la mort, tout en voulant vivre pleinement sa vie » affirme Christian (Lambert Wilson) pour rassurer un des ses frères.

Les acteurs, Michael Lonsdale au premier rang d’entre eux, sont particulièrement convaincants.

En tout cela, le film tout aussi magnifique qu'apaisant.

L’édition prestige avec son Blu-ray d’excellente qualité et aussi la bande originale du film permet encore mieux d’apprécier ce chef d’œuvre dans sa simplicité et sa justesse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


74 internautes sur 87 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une grande sérénité!, 21 octobre 2010
Ce film permet a tous de se rendre compte que l'on peut vivre activement et positivement, en s'élevant moralement, mais en dehors de la société de consommation, de la "société du paraître". Les séquences, les scène sont courtes et variées. Même si l'on n'est pas croyant, ce film ne peut pas déplaire; au contraire il amène la réflexion, et apporte la sérénité. Je l'ai vu 2 fois à 3 semaines d'intervalle, pour mieux revoir ou réentendre certaines scènes
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Divine spiritualité, 21 septembre 2013
Par 
Incognita - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux - Edition simple (César 2011 du Meilleur Film) (DVD)
"Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois, film palmérisé, césarisé et plusieurs fois primés par ailleurs, remet en lumière l'assassinat sauvage des moines cisterciens-trappistes de Tibhirine en 1996 (seules leurs têtes ont été retrouvées).

Beauvois évite le piège de la reconstitution historique en centrant son propos sur l'intégration de cette congrégation religieuse au peuple algérien et les doutes qui assaillent ces hommes de foi lors de la prise de conscience que leur vie est gravement menacée. Le massacre est pudiquement éludé, Beauvois préférant achever son film avec la longue marche des moines dans la neige qui se rendent à leur lieu d'exécution.

Tout le message de Beauvois est résumé dans le titre. Des hommes tout d'abord, dans leur humanité mais aussi leur barbarie, leur fraternité mais aussi leurs peurs, leurs interrogations. Des dieux ensuite, quand Beauvois montre que des religieux d'obédience catholique peuvent parfaitement vivre en harmonie avec des autochtones musulmans développant alors un œcuménisme de fait fondé sur la solidarité. Des dieux au nom de qui se déploient des trésors d'amour mais aussi des tombereaux de haine...

Avec la rigueur qu'on lui connaît, Beauvois ne dévie jamais de sa route et livre un film limpide où tout semble couler de source, sans avoir besoin de forcer le trait. Les acteurs, tous parfaitement justes, sont à l'image du cinéma du réalisateur, d'une sobriété jamais prise en défaut. Avec ce film le réalisateur semble se rapprocher de l'ascèse, qui pourrait rendre ce film plutôt inclassable.

Un des angles d'attaque du réalisateur est la vie de ces moines : leurs journées, leurs prières, l'aide qu’ils apportent à la population locale, le travail de la terre… Tout est raconté de leur quotidien pour coller au plus près de la réalité. Faisant ainsi ressurgir du scénario tout ce qui fait la puissance du récit, à savoir la tolérance (bien que catholiques, les moines aident du mieux qu’ils le peuvent toute personne ayant besoin de leur soutien) et le respect, même si, finalement, ils paieront de leur vie ce souci d'assistance et de solidarité aux villageois qui les considèrent comme leurs protecteurs.

Beauvois peut compter sur la magnifique photographie de Caroline Champetier, qui a réussi à créer une atmosphère digne d’un monastère, à l'intérieur duquel les dialogues se font presque sous le ton du murmure, où le silence règne. D’ailleurs, le film ne possède quasiment pas d’envolée symphonique (à part sur la fin), la bande-originale étant principalement composée de chants liturgiques (chantés par les acteurs eux-mêmes) et d’une musique que l’on entend par le biais d’une radio (le ballet du Lac des Cygnes). Une mise en scène donc épurée qui ne fait appel à aucun artifice (effets spéciaux, effets de montages, bande son tonitruante…) qui aurait sans aucun doute gâché le résultat.

Les comédiens principaux se sont préparés pour leur rôle en séjournant dans une abbaye, se pliant aux règles et modes de vie des moines, allant jusqu’à chanter eux-mêmes lors des prières. Un casting réussi, car chaque acteur n'est pas dépassé par un autre à l’écran. Ainsi, Lambert Wilson a beau occuper un rôle de premier plan, il n'efface pas Jacques Herlin ou bien encore Philippe Laudenbach. Chaque acteur a le privilège de d’avoir sa « place » à l’écran, et tous se montrent talentueux ! Un point particulier à Michael Lonsdale, qui est excellent.

Certains ont reproché à ce film des longueurs. Pour notre part, rien de tel. Au contraire, nous avons aimé ces silences, cette lenteur que notre époque fuit, l'examen des doutes, des questionnements, des peurs, etc. Voilà du cinéma français de grande qualité : on s'en réjouit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


34 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eblouissant témoignage, 21 novembre 2010
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
« Je le déclare, vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très Haut, pourtant vous mourrez comme des hommes, vous tomberez comme les princes. », Psaume 82. C'est à ma connaissance le seul passage dans la Bible où Dieu nous convainc que nous sommes des dieux. Nous sommes appelés avec lui à lui ressembler "Faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance (...)" Genèse 1,26-31

Cette invitation à grandir, partant de notre faible humanité, est le titre de cet éblouissant film.

La première fois que j'ai vu ce film, mains jointes, en pleurs, je vivais les expériences de mon oncle, jésuite, qui devait animer la retraite des moines trappistes de Tibhirine; à une semaine près, il aurait pu y passer. Pourtant, la vie appelle l'homme à l'engagement total, conscient qu'il peut se clore par une mort brutale, non désirée. Ainsi Christian de Chergé (superbement interprété par Lambert Wilson) explique-t-il au frère pris de doute, le sens du sacrifice librement accepté, mais non voulu pour tel : le martyre.

Les échanges entre frères, entre moines et habitants du village tissent la trame de cette ode à l'humanité. Construction des dialogues ; de l'irruption violente du terrorisme du GIA (massacre des chefs de chantiers croates) au questionnement dans la population (ce n'est pas le Coran, ils ne connaissent pas le Coran) vient répondre le chef terroriste : il connaît le Coran, et demande pardon à Christian de Chergé de l'avoir brutalisé le soir de Noël, la naissance du "Prince de la Paix".

Questions sur la colonisation par le wali (préfet) qui, estimant l'oeuvre des moines, rend coupable la colonisation d'avoir infantilisé la population. Vrai dialogue. Bonne question, cependant à l'exposé sans doute trop simple, évacuant les fautes gravissimes commises par le FLN dans l'islamisation forcenée de l'Algérie : assumer ses responsabilités, c'est témoigner de son âge adulte. Le Wali reste en Algérie alors que des proches quittent ce pays.

Avoir la prétention de résumer ce film, n'est pas de mon ressort. Puisse ce commentaire évoquer les nombreux dialogues riches de sens à approfondir en voyant de nouveau ce film, en se dégageant de l'émotion première, pour en saisir sa quintessence.

En cette fin de journée du 21 mai 1996, 7 moines furent capturés. Christian de Chergé, leur supérieur avait écrit ces mots tellement chrétiens, tellement inspirés, dans la ligne de Pâques :

"Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais. Oui pour toi aussi je le veux, ce MERCI, et cet "à-Dieu" en-visagé de toi. Et qu'il soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. AMEN ! Incha Allah !" - cette lettre est lue dans le film - cf.
Si nous nous taisons ... : Le martyre des moines de Tibhirine.

La fin connue a pourtant été magnifiée, dans la sobriété, par Xavier Beauvois, le réalisateur. Xavier Beauvois avait pensé montrer les têtes tranchées des moines revenant, fort heureusement, dessus dans le film comme il l'expose dans l'article publié par La Croix :

"(...) En quoi ressentiez-vous la présence de ces frères pendant votre tournage au Maroc ?

Je vais vous donner un exemple, parmi d'autres. J'avais fait faire un moulage de leurs têtes coupées pour la fin. Plus le temps passait, plus j'avais l'impression que les moines me disaient : réussis un beau film mais pense aussi à nos familles.

Et puis, un jour, alors que nous nous rapprochions de ce jour de tournage, la neige, inattendue, imprévisible, est tombée pendant quarante-huit heures. Comme s'ils me donnaient la réponse au problème qu'ils me posaient. J'ai fini le film avec ce don venu du ciel qui respecte leur intégrité, sans attenter à la peine de leurs proches. (...) "

Le martyre des chrétiens en terre de politique islamique est constant. Le récit du massacre récent du 31 octobre, à Bagdad, à la cathédrale syriaque catholique de Karrada soulève d'horreurs et d'indignations le plus élémentaire des humanistes.

"Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté", (Luc 2,13-14)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Un succès ambigu, 5 décembre 2010
Par 
Claude Lorrain (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux - Edition simple (César 2011 du Meilleur Film) (DVD)
À l'heure où le recrutement des monastères se tarit, au point que l'on peut se demander ce qu'il restera dans cinquante ou cent ans du monachisme (et même du catholicisme) en France, le succès du film Des hommes et des dieux (après celui du récit consacré par Alix de Saint-André au pèlerinage de Compostelle), n'a pu que réconforter les chrétiens.

Mais la caution officielle apportée par le « prix de l'Éducation nationale » (décidé par qui ? le ministre ?) au film de Xavier Beauvois ne laisse pas d'étonner, dans la mesure où cette œuvre cinématographique indéniable se situe principalement sur le registre de l'émotionnel et du religieux (le film nous émeut plus qu'il ne nous instruit), sans mise en perspective historique (le couvent de Tibhirine a été construit en 1938, et l'on aimerait par exemple savoir comment le domaine agricole des moines s'était constitué) ni analyse politique.

Délivrant certes un message de tolérance, mais dans une vision tout de même un peu angélique ou naïve des relations interculturelles et interethniques, le film nous conduit à éprouver plus qu'il ne nous amène à comprendre. Son propos ne semble pas seulement rencontrer un rêve de frugalité et de nature chez les consommateurs des villes, mais toucher dans une partie de l'opinion une certaine nostalgie du religieux (même si les églises se vident) comme une certaine nostalgie de l'empire (sympathie pour ces moines qui se sont accroché en Algérie).

Une scène princeps, qui sur certains plans n'est pas sans évoquer les portements de croix où le Christ est entouré de personnages aux visages tous plus patibulaires les uns que les autres, est celle de l'enlèvement des moines (catholiques-français-cultivés-gentils) par les terroristes (musulmans-algériens-incultes-méchants). Cette violente séquence aura pu être lue par ceux qui sont suffisamment âgés pour en conserver la mémoire comme un lointain prolongement de la guerre d'Algérie (l'expulsion des Français), et dans le contexte d'aujourd'hui comme la confirmation de la dangerosité potentielle des Arabes.

Le titre Des hommes et des dieux mériterait que l'on s'y arrête un instant. Car pour les musulmans comme pour les deux autres religions du Livre, « il n'y a de dieu que Dieu ». Aurait-on voulu suggérer que les hommes qu'étaient les moines étaient « de vrais dieux » (sicut dii) que ce serait un manifeste contresens.

Ayant rencontré auprès du public un accueil comparable à celui des Choristes, le film prolonge le documentaire attachant consacré par Emmanuel Audrain à la tragédie des sept moines, sous le titre Le testament de Tibhirine ([...] On ne peut qu'être frappé par un certain nombre d'emprunts implicites au magnifique documentaire Le Grand Silence (2005), du cinéaste allemand Philip Gröning.

On aurait pu s'attendre à des images plus belles (mais le but n'était peut-être pas de faire beau), deux ou trois scènes ne sonnent pas très justes (intervention du prieur lors de la première visite des terroristes, échanges du prieur avec le wali, par exemple), et en plusieurs endroits Lambert Wilson (l'Abbé Pierre dans Hiver 54), qui incarne le prieur de la communauté, l'idéaliste Christian de Chergé, joue de façon un peu soutenue. Michael Lonsdale est remarquable (l'acteur d'India song porte en grande partie le film), et le reste de la distribution est particulièrement convaincante de vérité et d'humanité.

La vie du couvent est rythmée par les offices. Durant les chants liturgiques, dont plusieurs sans prétention - ce qui convient tout à fait au propos, après tout -, et même parfois un peu gnangnan (mais beau Salve regina et grandiose chant Ô Père des lumières, qui accompagne la fin du film), les acteurs sont systématiquement vus de dos (car en réalité ce sont les moines de l'abbaye de Tamié qui chantent), ce qui tourne un peu au procédé.

La lecture de Montesquieu par des cisterciens étant fort peu vraisemblable, on note un gros plan un peu surprenant et un peu lourd sur les Lettres persanes (édition de poche entre les mains du frère Luc, le médecin qu'incarne Lonsdale), dans une scène discutable au regard des prescriptions de la Trappe, qui stipulent que l'« on n'entrera jamais dans les cellules les uns des autres. »

Un vrai sujet, servi par d'excellents acteurs, mais un traitement inégal, des emprunts manifestes, une possible récupération politique, un succès ambigu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Humanité, 6 avril 2011
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux - Edition simple (César 2011 du Meilleur Film) (DVD)
Un bel exemple d'humanité que ce film.
L'humanité d'une fraternité vécue dans la proximité au quotidien avec la population locale. Ils sont devenus les frères de leurs voisins algériens, dans une solidarité avec le sort de tous qui ira jusqu'au bout.
L'humanité avec ses hauts et ses bas : les activités du quotidien aussi bien que les doutes quand il y a des raisons d'angoisser, les petites attentions entre eux aussi bien que les questions qui les traversent.
L'humanité de leur vie de communauté, marquée par les tensions, mais qui en même temps les porte lorsqu'ils ont retrouvé leur unité.
L'humanité dans toutes ses dimensions : la vie humaine n'est pas que matérialiste, elle a besoin d'une ouverture, d'un souffle... qu'on le trouve dans l'art, la spiritualité ou une religion.
Un bel exemple d'humanité, que le jeu des acteurs et la qualité de la mise en scène met bien en valeur. Une histoire singulière, mais avec une portée universelle : chacun pourra y trouver de quoi ressourcer sa propre humanité. N'est-ce pas le propre de toute oeuvre d'art ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Un excellent piqué HD plombé par du bruit vidéo en basse lumière, 8 avril 2014
Par 
Ditchovitch "Ditchovitch" (Belgique) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux [Édition Prestige] (Blu-ray)
Mon commentaire ne concerne pas le film dont les silences, les très nombreuses prières et le rythme lent plonge littéralement le spectateur dans l'atmosphère froide de ce monastère. Cette approche (pouvait-il en être autrement ?!) est tout de même très singulière...
Le transfert de ce film sur support blu ray fait grincer des dents à plusieurs reprises. Si le piqué de l'image fait des merveilles sur de nombreuses séquences bien éclairées (au début surtout), un bruit vidéo puissant vient plomber avec trop de récurrence le transfert principalement sur les scènes sous-éclairées. Ces traces sont extrêmement déplaisantes et vont jusqu'à grillager l'image. Niveau son, difficile de se faire une opinion, on peut dire que le caisson de basse se la coule douce durant toute la durée du métrage ! Au final et malgré le souvent très bon niveau de définition, ce transfert HD aux chutes brutales de qualité déçoit immanquablement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Film magnifique, 22 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des dieux - Edition simple (César 2011 du Meilleur Film) (DVD)
Grand film
L'interprétation remarquable des acteurs fait de ce film un chef d’œuvre
Retrace fidèlement la vie des moines de Tibhirine
A voir ou à revoir absolument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 211 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Des hommes et des dieux - Edition simple (César 2011 du Meilleur Film)
EUR 8,25
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit