undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles105
4,1 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:0,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 juin 2006
Tout le monde a déjà entendu parler de Sun Tzu et de l'Art de la guerre, mais peu savent de quoi il s'agit vraiment. Voici l'occasion de vous mettre du bon côté de la culture, pour le prix de seulement 200 pages (moins de 100 pages pour le traité lui-même).

Le traité se compose de 13 chapitres sans véritable plan d'ensemble, ce qui presque inevitablement conduit à des répétitions. C'est donc une sorte d'énumération des différents points qui influencent le déroulement des opérations militaires (estimation de la situation, points faibles et points forts, manoeuvres en tous genres, types de terrains, stratégie offensive...) jusqu'à l'emploi des agents secrets, au coeur de la stratégie classique : connais-toi toi-même, connais ton ennemi et sur cent batailles jamais tu ne seras défait.

Il est intéressant de lire le livre fondateur de la pensée militaire japonaise (Tokugawa comme le meilleur disciple de Sun Tzu pour imposer le shogunat) et chinoise jusqu'à Mao Tse Tung, qui s'est énormément appuyé sur cette oeuvre, paraphrasant souvent des versets. Néanmoins, les commentaires des commentateurs, intercalés dans le texte original, ne sont pas toujours très pertinents ; les sujets abordés peuvent, du moins pour un observateur non averti, sembler désuets et difficilement applicables aujourd'hui, aussi bien dans la stratégie militaire que dans d'autres domaines.

Cette édition comprend en plus du traité une très longue préface, consacrée entre autres à Sun Tzu (a-t-il vraiment existé ?), un supplément sur l'influence de l'Art de la Guerre dans la pensée militaire japonaise, un autre sur Wu Chi ainsi que quelques biographies des commentateurs de Sun Tzu (Ts'ao Ts'ao, Tu Mu...). Si vous êtes intéressé par les réflexions sur la stratégie militaire, ce livre est pour vous. Sinon, ça risque d'être dur, mais vous aurez la satisfaction de savoir -un peu- de quoi vous parlez quand il s'agira de Sun Tzu et de l'Art de la guerre.
0Commentaire|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2015
Soyons honnête, ce livre tout chef d'entreprise ou communicants nous le conseille. OK, pourquoi pas. Je lis le bouquin et déjà au bout de trois pages j'ai envie de dormir. Cela dit je m'y tiens, je n'aime pas abandonner. Je finis le livre et sans surprises je n'ai rien compris. Donc je retourne voir ces personnes qui me l'ont conseillé pour comprendre. Espoir. Non, toutes sont restés très évasives "oui mais c'est un concept " " c'est un style de vie". Bref, je pense que très peu de personnes ont la qualité requise pour comprendre cet ouvrage finalement. Courage à tout acheteur. Ne vous aventurez surtout pas dans cet achat, si c'est pour vous donner un genre - comme beaucoup.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2010
S'il est vrai que cette édition de L'Art de la Guerre est une traduction d'une traduction (dans l'ordre du chinois vers l'anglais, par le général Samuel B. Griffith, puis vers le français, par Francis Wang), la qualité du traducteur anglais (en fait, américain), de ses commentaires et de ses ajouts justifie largement que cet ouvrage soit une traduction basée dessus.

Pour le texte de l'Art de la Guerre en lui-même (auquel on se référait anciennement comme les "treize chapitres de Sun Tzu"), de nombreuses notes indiquent les partis pris du traducteur pour traduire certaines expressions aux sens et traductions multiples. Il en profite aussi pour comparer régulièrement avec d'autres traductions, ce qui permet d'avoir la vision la plus ouverte possible du sens original du texte.
Au-delà d'être une référence pour ceux qui vont mener la guerre, il me semble que la plupart des principes énoncés peuvent être appliqués à de nombreux pans de notre vie quotidienne - sans forcément nécessiter des commentaires de texte en long et en large pour verticaliser tout cela ("l'art de la guerre appliqué au business", "l'art de la guerre appliqué à l'enseignement", "l'art de la guerre appliqué à l'élevage ovin dans le massif du Vercors"...). Les concepts énoncés par Sun Tzu sont pour la plupart simples et facilement assimilables. Je retiens notamment les cinq qualités du général : sagesse, équité, humanité, courage et sévérité, qui sont applicables à la gestion de toute organisation humaine. De même que la nécessité absolue d'une bonne connaissance de l'ennemi, de ses objectifs et de sa stratégie. Et si la moralité des actions recommandées peut parfois être remise en question face à nos standards modernes - elles sont en tout cas une bonne indication de ce contre quoi il faut savoir se prémunir !

Les ajouts du général Griffith sont d'une grande qualité et captivent tout autant que le texte de Sun Tzu lui-même. L'introduction présente notamment des éléments historiques sur Sun Tzu et sa période historique, et l'influence qu'a eu ce texte sur la stratégie des rebelles communistes sous Mao Tse Tung. Et un très bon appendice est dédié à l'influence de ce texte sur la doctrine militaire japonaise au cours des siècles, et notamment les limites de sa mise en application lorsqu'il a été confronté à certains traits de caractère purement japonais. On en voit encore les conséquences dans des situations actuelles !

C'est en tous cas une très belle édition, que je recommande sans réserve à tous ceux désireux de se frotter à ce texte célèbrissime.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2013
L' innombrable quantité de traduction,, de ce grand classique chinois, méritait une enquête préalable, justifiant l'acquisition de ce livre, dans une traduction en osmose avec le texte original ( même si dans notre cas nous partons d'une traduction anglaise reconnue de Samuel B. Griffith ). Ceci étant établi, il me fallait avoir confiance dans le travail mené par l'auteur/traducteur de cette version. En étudiant la biographie et la bibliographie de celui-ci, j'ai arrêté mon choix. Je ne connais pas le chinois, ni le japonais, cela ne m'a pas empêché de lire :

- Heihô Kadensho ( le Sabre de Vie ) de Yagyu Munenori.
- Go Rin No Sho 五輪書 ( Le Traité des cinq roues ) de Miyamoto Musashhi.
- Le Fudōchi Shinmyōroku 不動智神妙録 ( l'Esprit Indomptable ) de Takuan Soho
- Le Hagakure 葉隠 ( " Analectes de Nabeshima ",littéralement « à l'ombre des feuilles » ) de Jōchō Yamamoto, né Yamamoto Tsunetomo

L'Art de la guerre (en chinois : 孙子兵法, pinyin : sūn zǐ bīng fǎ, littéralement : « Stratégie militaire de maître Sun ») est le premier traité de stratégie militaire écrit au monde ( VIème siècle av. J.-C. – Vème siècle av. J.-C.). Son auteur, Sun Tzu (孙子, sūn zi), y développe des thèses originales qui s'inspirent de la philosophie chinoise ancienne.

C'est l'essence de la guerre psychologique illustrée notamment par la guerre d'Indochine, la guerre du Viêt Nam et la guerre sino-vietnamienne.

L'auteur:

La tradition associe l'Art de la guerre, à un général nommé Sun Tzu, qui aurait vécu à la fin du vie siècle av. J.-C., et serait entré au service du roi Helu de l'État de Wu. Selon Sima Qian, Sun Tzu aurait fait lire ses Treize chapitres au roi, avant de le conseiller lors de ses campagnes contre l'État de Chu.

Cette attribution a été contestée par des historiens chinois depuis la dynastie des Song, observant l'absence de toute mention de Sun Tzu dans les textes anciens (le Zuo zhuan notamment, qui décrit les guerres entre Wu et Chu), et le fait que les principes défendus par Sun Tzu sont plus adaptés à la période des Royaumes combattants (ive siècle av. J.-C.), qu'à la période des Printemps et des Automnes. L'Art de la guerre fut alors attribué à un descendant supposé de Sun Tzu, Sun Bin, qui écrivit également des traités militaires.

Dans les années 1970, la découverte d'une tombe contenant plusieurs textes militaires a mis fin à cette hypothèse. Si elle ne permet pas de prouver l'existence historique de Sun Tzu, elle démontre l'existence de deux traités distincts :

- le Sun Zi (孫子), également appelé Sun Wu Bingfa (孫武兵法), ou Wu Sun Zi Bingfa (吳孫子兵法), attribué à Sun Wu, plus ancien (fin vie-début ve siècle av. J.-C.) ;

- le Sun Bin Bingfa (孫臏兵法) également appelé Qi Sun Zi (齊孫子), attribué à Sun Bin, plus tardif (ive siècle av. J.-C.).

On pense aujourd'hui que l'Art de la guerre de Sun Tzu date du début du ve siècle av. J.-C..

Description :

L'ouvrage est fondé sur le principe suivant : gagner ou perdre une guerre ne se fait pas par hasard, ni par l'intervention des dieux ou des esprits. C'est une question de méthode et de stratégie. De bons principes stratégiques conduisent à la victoire, il est donc important de les étudier.

Il y a deux concepts de base dans ce traité :

- D'abord, « prendre les possessions de l'adversaire en entier » (au début du chapitre 3), et les conserver – si possible – intactes, en particulier les civils, car l'ennemi d'aujourd'hui est le sujet de demain. Tout est relié, de sorte que la guerre faite à autrui a un effet (appauvrissement, morts) sur le pays où elle est faite au moment où elle est faite, mais aussi par la suite sur le monde qui l'entoure (destructions, rancunes, déstabilisation).

Historiquement, cette idée se justifie par le fait qu'une guerre, du temps de Sun Tzu, opposait forcément des Chinois entre eux (les autres pays du monde étaient très mal connus). Le vainqueur récupérait les sujets du vaincu, car la notion d'ennemi héréditaire n'existait pas.

- Ensuite, le shi : ce mot renvoie au concept de l'engagement de forces anodines pour faciliter la victoire. Ce déploiement repose sur la préparation, le travail, la bonne connaissance du terrain et des forces en présence (par l'espionnage), et l'adaptation aux circonstances. Il s'agit de s'insérer dans le Tao, d'aller avec le flux.

Ce livre guide aussi le lecteur sur les cinq éléments à prendre en compte dans l'élaboration d'une stratégie :

1 - La cause morale : le « Tao » adresse la moralité et la vertu d'une bataille ;
2 - Les conditions climatiques : le paradis est signifié par le « yin » et le « yang » de la pensée taoïste. Ces conditions se manifestent par le chaud et le froid ainsi que l'alternance des quatre saisons ;
3 - Les conditions géographiques : la terre comprend le proche et le loin, les terrains ouverts et les passages étroits, les plaines et les montagnes. Il est ici question de topographie et de prise en compte des variations de terrain utilisables selon les types de troupes engagées ;
4 - Le dirigeant : le commandant doit être sage, honnête, bienveillant, courageux et strict ;
5 - L'organisation et la discipline : la délégation de l'autorité et les zones de responsabilité au sein d'une organisation doivent être parfaitement comprises. Les châtiments doivent être exemplaires tout comme les récompenses.

Sous l'influence du Taoïsme et du Yi Jing (le Livre des Changements) l'Art de la guerre énonce que l'harmonie entre ces cinq éléments est une condition préalable au succès d'une campagne.

Il montre comment la réflexion peut mener à la victoire, comment l'analyse des faiblesses de l'ennemi peut fonder une tactique, si l'on sait les exploiter, et même les aggraver ; il met l'accent sur la psychologie du combat et sur l'importance de la ruse et de la fuite.

Un art de vivre :

Ces principes stratégiques sont appliqués au domaine militaire, mais peuvent l'être aussi à celui des affaires, de la politique ou de la société. Ce vieil ouvrage apparaît ainsi étonnamment moderne par ses dimensions
psychologiques et morales.

Positionnement par rapport aux stratèges européens :

L'Art de la guerre, déjà introduit en Europe en 1772 par Joseph-Marie Amiot qui avait traduit le titre comme Les treize articles de Sun-Tse1, est encore étudié aujourd'hui dans les écoles militaires occidentales, ce qui donne l'occasion de comparer cet enseignement à celui d'autres stratèges. Cette comparaison est difficile, car Sun Tzu reste très « théorique » et n'édicte pas de « procédures » comme dans les ouvrages occidentaux.

Citations :

« Jamais guerre prolongée ne profita à aucun pays. »
« L'art de la guerre, c'est de soumettre l'ennemi sans combat. »
« Soumettre l'ennemi par la force n'est pas le summum de l'art de la guerre, le summum de cet art est de soumettre l'ennemi sans verser une seule goutte de sang. »
« Toute guerre est fondée sur la tromperie. »
« Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. Qui se connaît mais ne connaît pas l'ennemi sera victorieux une fois sur deux. Que dire de ceux qui ne se connaissent pas plus que leurs ennemis ? »
« Ne laissez pas vos ennemis s'unir. »
« En tuer un pour en terrifier un millier. »
« La guerre est semblable au feu, lorsqu'elle se prolonge elle met en péril ceux qui l'ont provoquée.»

Chapitres :

Une grande partie de l'ouvrage a été perdue, comme en témoignent certains chapitres très courts. Il nous reste treize chapitres, mais le plan est assez lâche (certains concepts se retrouvent sous diverses formes dans plusieurs chapitres).

1 De l'évaluation (始計, Shǐjì)
2 De l'engagement (作戰, Zuòzhàn)
3 Des propositions de la victoire et de la défaite (謀攻, Móugōng)
4 De la mesure dans la disposition des moyens (軍行, Jūnxíng)
5 De la contenance (兵勢, Bīngshì)
6 Du plein et du vide (虛實, Xūshí)
7 De l'affrontement direct et indirect (軍爭, Jūnzhēng)
8 Des neuf changements (九變, Jiǔbiàn)
9 De la distribution des moyens (行軍, Xíngjūn)
10 De la topographie (地形, Dìxíng)
11 Des neuf sortes de terrains (九地, Jiǔdì)
12 De l'art d'attaquer par le feu (火攻, Huǒgōng)
13 De la concorde et de la discorde (用間, Yòngjiàn)

Historique :

C'est un jésuite, membre éminent de la Mission jésuite en Chine, le père Joseph-Marie Amiot qui a traduit et fait connaître cet écrit en Europe en 1772 (sous le nom les Treize Articles), d'où il s'est rapidement diffusé vers les cours royales et les académies militaires
.
Ses idées, ignorées durant les époques de guerre totale et de conflits frontaux, ont retrouvé une actualité en inspirant les grandes guérillas anti-coloniales chinoises et vietnamiennes, notamment, et sont aujourd'hui reprises par les stratèges asiatiques et américains de la guerre économique et de la guerre psychologique.

L'Auteur de cette édition et Traducteur :

Jean Levi (né le 3 mars 19481) est un orientaliste français, spécialiste de la Chine et de la pensée chinoise. Il travaille principalement sur les systèmes de représentations en Chine ancienne. Il a publié de nombreux essais sur le taoïsme et la religion populaire ainsi que des traductions de grands classiques chinois. Jean Levi est directeur de recherche au CNRS. Il a enseigné dans les universités de Paris, Bordeaux, Genève et Montréal.

Bibliographie :

- Le Grand empereur et ses automates, Albin Michel, 1985
- Le rêve de Confucius, Albin Michel, 1989
- Les Fonctionnaires divins : politique, despotisme et mystique en Chine ancienne, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXème siècle », 1989
- Le Fils du ciel et son annaliste, Paris, Gallimard, coll. « L'un et l'autre », 1992
- La Chine romanesque : fictions d'Orient et d'Occident, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXème siècle », 1998
- Han Fei Zi ou Le tao du prince, présentation et traduction, Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », 1999
- Confucius, Pygmalion, coll. « Chemins d'éternité », 2002
- L'Art de la guerre de Sun Tzu, traduction et commentaires, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2002
- Propos intempestifs sur le Tchouang-Tseu, Paris, Allia, 2003/2007
- Éloge de l'anarchie par deux excentriques chinois : polémiques du troisième siècle, traduction et présentation, Éditions de l'Encyclopédie des nuisances, 2004
- Discours du Qi, texte historique de la Chine pré-impériale, traduction, édition bilingue français-chinois, ENS-LSH Édition, 2005
- Tchouang-Tseu, maître du Tao, Pygmalion, coll. « Chemins d'éternité », 2006
- Hiérarchie et sacrifice en Chine ancienne, Société d'ethnologie "Conférence Eugène Fleischmann", 2007
- Les 36 Stratagèmes, manuel secret de l'art de la guerre, traduction, présentation et commentaires, Payot & Rivages, 2007
- Les Sept Traités de la guerre, traduction et commentaires, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2008.
- Ho-Kouan Tseu : précis de domination par Le Maître à la crête de faisan, Paris, Allia, 2008.
- Le Lao Tseu suivi des Quatre Canons de l'Empereur Jaune, traduction et commentaires, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualité », 2009.
- Dispute sur le sel et le fer, présentation, traduction et annotations, Paris, Les Belles lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », 2010.
« Corps dolents lettrés » et « Le Papillon et le Mandarin » in Les Trois rêves du mandarin, catalogue de l’exposition, Bruxelles, 22 oct. 2009-10 fév. 2010, Bruxelles, Europalia International, Fonds Mercator, 2010.
- Les Œuvres de Maître Tchouang, édition révisée et augmentée d'un échange de lettres avec Jean-François Billeter, Paris, Éditions de l'Encyclopédie des Nuisances, 2006/2010.
- Sun tzu, l'Art de la guerre, nouveau monde Édition, 2010.
- La Chine est un cheval et l’Univers une idée, Maurice Nadeau, 2010.
- Le petit monde du Tchouang-Tseu, Picquier, 2010.
- Réflexions chinoises : lettrés, stratèges et excentriques de Chine, Albin Michel, 2011.
- Écrits de Maitre Wen. Livre de la pénétration du mystère (Traduction), Les Belles Lettres, 2012.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2014
Clairement déçu. Cette traduction de traduction (chinois-anglais-français!) est assez difficile à lire. Le texte est très court mais les explications sont très longues et les notes usantes à la longue. C'est clairement pour un public averti et non destiné à un profane comme moi. J'ai trouvé le texte empli de banalités, même si j'avoue qu'on le lit en se disant que la logique est formidablement implacable.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2006
Un livre parfaitement limpide. Les sentences sonnent, résonnent. Laissez infuser, méditez et l'évidence apparait. L'évidence, non pas dans la stratégie militaire, mais dans notre histoire de vie. Je déconseille vivement d'associer ce livre à "comprendre et appliquer ST". Comprendre et appliquer Sun Tzu est trop didactique, trop personnel. C'est un bon livre, mais il empêche que l'intériorité et le symbolisme du texte ne s'expriment. Par contre je conseille vivement d'y associer la lecture du Yi-King ( bien entendu surtout pas la traduction de WILHELM) qui est aussi un livre de la stratégie de notre propre vie.Une vie dont nous sommes le héros.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2013
Pour ceux qui ne connaisse pas c'est un classique de la littérature stratégique et guerrière chinoise, prendre en considération que cela à été écrit il y très longtemps, donc cela correspond à une vision du monde et de la vie de l'époque donc peut paraitre nébuleux ou au sens mystérieux, cela reste malgré tout d’actualité car empreint de taoïsme. Excellente récente traduction, plus moderne.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
à chaque fois que je lis ce livre, je reste soufflé devant son actualité, alors qu'il date vraisemblablement du 5eme siècle avant jésus christ. Même sans avoir l'esprit martial cette une lecture fort utile (que je conseille de compléter avec les oeuvres de von clausewitz) pour compléter sa culture générale.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2015
si vous cherchez une édition qui respecte la traduction originale du père AMIOT, je vous conseil la dernière parue qui inclue les notes du traducteur (15 pages). pour 3€50, vous aurez un livre de qualité pour un texte plus que classique, lien: l'art de la guerre
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2013
Très décu par cet achat. Traduction approximative et décousu. Il est quasiment impossible lire cet oeuvre. Je me suis rabattu sur "les treizes articles", livre gratuit lui et bien plus compréhensible. Je déconseille fortement
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)