Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ni avec elle, ni sans lui, 11 mai 2013
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nuages flottants [Édition Collector] (DVD)
Longtemps, Mikio Naruse a été quasi-ignoré ou sous-évalué. Aujourd'hui, il est souvent reconnu comme le 4ème grand dans la génération ayant apparu avant ou juste après la 2ème guerre mondiale, après Mizoguchi, Ozu et Kurosawa. Cela ne suffit pourtant pas à ce que son oeuvre soit largement accessible. Même si l'on s'en tient à ceux de ses films qui ont été (re-)distribués en France dans les années 90, ils sont loin d'être tous disponibles en dvd. A vrai dire, depuis l'apport substantiel de l'éditeur Wild Side en 2006, moment où a été sorti un Coffret Mikio Naruse 4 DVD, plus rien. On pouvait alors espérer que ce n'était là qu'un début, mais contrairement à l'oeuvre d'Ozu, qui a droit depuis sa (re-)découverte en France dans les années 70 à tous les honneurs, en particulier à ceux d'éditions en vidéo dignes de ce nom, celui de Naruse reste très lointain faute de pouvoir être vu. La comparaison entre Ozu et Naruse n'a pas plus que cela lieu d'être, et je ne veux pas diminuer en écrivant cela les mérites d'Ozu, dont l'oeuvre est à n'en pas douter un continent à soi seul. Mais il n'y a pas de raison de continuer à tenir Naruse dans un tel oubli, quand bien même tous ses films ne seraient pas les sommets que constitue par exemple Nuages flottants (1955). Et où sont L'Eclair, Le Grondement de la montagne (d'après le roman de Kawabata), etc?

En l'état des choses, n'existe donc en France que ce coffret, aujourd'hui épuisé. Et les éditions séparées des trois films contenus dans le coffret, Nuages flottants, Le Repas (1951) et Nuages d'été (1958), ayant désormais rejoint la collection Les Introuvables de Wild Side, distribués en exclusivité dans une autre épicerie culturelle (ce qui explique qu'ils ne se trouvent que chez des vendeurs sur ce site). Indispensable pour qui voudra compléter sa connaissance de Naruse en dvd et peut lire les sous-titres en anglais, un coffret comprenant le même Nuages flottants mais aussi 2 autres films majeurs de l'auteur (Chrysanthèmes tardifs, 1954 et Quand une femme monte l'escalier, 1960) : Mikio Naruse Box Set - Import anglais.

Naruse était un réalisateur modeste, qui ne mettait jamais en avant sa qualité d'artiste et acceptait les commandes du studio pour lequel il travaillait (essentiellement la Toho pendant sa grande période créatrice des années 50). Bon artisan responsable, il savait cependant ce qu'il voulait, à tel point qu'il était à peu près le seul à maîtriser le plan de travail et la marche à suivre, et ce jusqu'au stade du montage. Adepte d'un réalisme de la vie quotidienne, lui-même issu d'une famille pauvre et porté vers la peinture des gens simples, il était un cinéaste à l'oeil assez acéré et au point de vue juste.

Comme Le Repas, L'Eclair et Chrysanthèmes tardifs, Nuages flottants est tiré d'un roman de Fumiko Hayashi : Nuages flottants. Comme le disent plusieurs des intervenants, en particulier sa traductrice française, d'un roman réaliste assez cru Naruse a tiré un film certes cruel mais finalement moins sensuel et moins dur. Cela était sans doute inévitable, et je ne peux que vous engager à lire ce roman passionnant et à ne pas vous en tenir au film, mais reste que Naruse a signé un des mélodrames amoureux les plus désespérés jamais filmés, et sans doute un des plus grands.

Le Japon d'après-guerre a été largement filmé par les cinéastes de ce pays. Kurosawa a capté la misère et la corruption ambiantes dans des films noirs ou assimilés (voir mon commentaire sur L'Ange ivre, et le Coffret Akira Kurosawa 4 DVD : Chien enragé (1949) / Les Salauds dorment en paix (1960) / Entre le ciel et l'enfer (1963). Dans certains de ses films, et en particulier dans Nuages flottants, Naruse a quant à lui saisi quelque chose de la perte de vitalité, voire de l'abattement, qui a suivi la défaite et accompagné l'avènement de la démocratie sous tutelle américaine. Le film débute pendant l'hiver 1946.

Sans doute moins percutant que le roman de Fumiko Hayashi, le film de Naruse ne cherche toutefois pas à diminuer la passivité lasse et la lâcheté de son personnage masculin. Comme dans nombre de mélodrames le personnage féminin est sacrificiel, à ceci près que Yukiko est dans Nuages flottants un mélange assez complexe de résignation et de détermination. Tout entier consacré à détailler les retrouvailles épisodiques de Tomokia et Yukiko, le film suit ces deux êtres incapables de vivre ensemble autant que de renoncer l'un à l'autre dans des rencontres où la veulerie de l'homme finit toujours par éclater et la tristesse par gagner. A l'exception des scènes de leur séjour en Indochine évoquées en flash-back, la grisaille du Japon de l'après-guerre baigne ce récit d'un "ni avec elle, ni sans lui" puissamment pathétique. Porté par la musique très présente d'Ichiro Saito, hybride de musique occidentale, japonaise et d'autres musiques orientalisantes d'un exotisme finalement entêtant, le film exalte la force et la faiblesse de ses personnages avec autant de méthode que de lyrisme. La justesse du point de vue, le sens du cadre, la grande intelligence des ellipses et des motifs récurrents - qui contribuent à donner une impression de sur-place accablant alors que comme toujours chez Naruse les personnages sont souvent vus en mouvement - la sobriété de la restitution jusque dans les scènes où domine le sordide de la situation et des propos, tout signale la maîtrise absolue du cinéaste. D'ailleurs, Ozu ne s'y était pas trompé, qui se remettait en question dans ses carnets après avoir vu et été très impressionné par ce film.

Evidemment, c'est la puissance de l'incarnation qui fait également, sinon avant tout, accéder ce film au rang de très grande oeuvre. Hideko Takamine, une des actrices les plus emblématiques du cinéma japonais de l'âge d'or, particulièrement liée au cinéma de Naruse, donne ici une des ses prestations les plus émouvantes. Masayuki Mori, abonné aux rôles de mâles peu courageux, faibles ou calculateurs, a rarement été aussi convaincant que dans ce film-ci. Alors qu'il aurait pu leur être difficile de faire évoluer leur partition, ils excellent à restituer les changements grands et petits affectant leur personnage. Hideko Takamine disait apparemment que Naruse était sombre et elle aussi, et que c'était pour cela qu'ils se comprenaient aussi bien. Quoi qu'il en soit, il est certain qu'avec elle Naruse avait trouvé l'actrice grâce à laquelle il pouvait incarner ses héroïnes du quotidien, et en particulier cette Yukiko dans un Japon en partie défait et en proie aux maux les plus divers, vivant d'expédients et tenaillée par un violent désir de vivre. On reconnaîtra également dans Nuages flottants la jeune Mariko Okada, future égérie de la génération de jeunes cinéastes en révolte du début des années 60 et en particulier de Kiju Yoshida, elle-même quelques années plus tard héroïne sublime d'un mélodrame jusqu'au-boutiste, La Source thermale d'Akitsu (voir mon commentaire sur le coffret Kijû Yoshida, une vague nouvelle : partie 1 (60-64) - coffret 4 DVD : Bon à rien/ Le sang séché/ La fin d'une douce nuit/ Évasion du Japon/La source thermale d'Akitsu/ 18 jeunes gens à l'appel de l'orage).

EDITION WILD SIDE 2 DVD

VOSTF uniquement. Franchement, la numérisation n'a pas été exceptionnelle. Il est vrai que l'on a fait quelques progrès depuis, mais ce master, en dehors même de ses défauts de pellicules et des variations d'intensité et de lumière, sent la numérisation bâclée. Dans un des suppléments consacrés au chef-opérateur, il est question des contrastes et de la douceur de la photo : autant dire que ce n'est pas avec ce master-là que l'on pourra s'en rendre pleinement compte! La copie du coffret anglais du BFI mentionné ci-dessus est à cet égard un peu meilleure, même si elle est loin d'être parfaite elle aussi. Espérons que ces films auront un jour droit à quelque chose de mieux, si possible avec d'autres films de cet auteur dans un coffret plus conséquent.

Si la copie n'est pas à la hauteur, ce n'est pas le cas du riche dvd de suppléments, qui donne toute satisfaction. En voici la liste :
- Entretien avec la spécialiste japonaise de Naruse Murakawa Hide (26')
- Entretien avec les critiques Bernard Eisenschitz et Jean Narboni sur Naruse (15' et 26')
- Entretien avec le cinéaste Teruo Ishii, naguère assistant de Naruse (6')
- L'Oeil du maître, documentaire sur Masao Tamai, le chef-opérateur de Naruse (26')
- Entretien avec la traductrice Corinne Atlan sur Fumiko Hayashi (26')

Ces suppléments permettent de déjà bien cerner ce cinéaste et la romancière qui l'a inspiré à plusieurs reprises. Pour en savoir plus - et pour se désoler de ne pas avoir accès à une production somme toute assez importante même si tout n'est pas du même intérêt - on peut bien sûr se reporter à la seule monographie consacrée à Naruse en français, signée Jean Narboni : Mikio Naruse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre du cinéma japonais., 11 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nuages flottants [Édition Collector] (DVD)
Naruse est moins connu en occident que Kurosawa ou même Ozu, sans parler des contemporains... Pourtant, quel cinéaste !
Ce film me fait penser, par certains aspects, à "Le voleur de Bicyclette" : retenue, sobriété, poésie, beauté du noir et blanc, réalisme simple du jeu d'acteurs et de la mise en scène. Et au bout du compte, un drame bouleversant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 La vie d'un couple flottant. Extraordinairement bien raconté., 8 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nuages flottants [Édition Collector] (DVD)
La photo en couverture n'est pas très attirante. Mais il est difficile de décrire en une seule image, l'extraordinaire qualité du scénario, de la mise en scène et du jeu des acteurs. C'est l'un de mes films préférés.

Le film raconte une histoire d'amour sur plusieurs années. Cela commence pendant la seconde guerre mondiale. Puis, les personnages évoluent dans le Japon en ruine, qui se reconstruit. Le sujet du film n'est pas les nuages, mais les sentiments qui peuvent parfois être flottants. Les amants voudraient vivre passionnément, mais ils doivent sans arrêt se chercher, s'attendre, se comprendre. Rien n'est jamais simple dans une histoire d'amour, même quand on s'aime vraiment. Qui est l'autre, qui suis-je, que voulons-nous ?

C'est plein de nuances, de subtilités et de réalisme. Un film émouvant et touchant. C'est un peu du Woody Allen japonais, mais en beaucoup moins superficiel. Un portrait magnifique des sentiments. Un chef d'oeuvre, vraiment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Nuages flottants [Édition Collector]
Nuages flottants [Édition Collector] de Mikio Naruse (DVD - 2009)
EUR 14,99
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit