Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4.0 étoiles sur 5 Oliver's Back, 7 mars 2011
Par 
Didier Lalli - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Evil’S Back (CD)
La carrière d'Oliver Weers commence d'une façon pas banale. Né en Allemagne, il vit au Danemark, où il décide de participer à l'émission X-Factor locale. Le contraste entre sa prestation et celles de ses adversaires est saisissante, et je vous conseille de chercher la video(-gag) de la finale, reprise de The Show Must Go On, sur youtube (faut tenir le coup sur les deux premières minutes et c'est pas facile). Suite à ce buzz énorme au Danemark, il est contacté par Søren Andersen (Mike Tramp, Artillery) pour travailler sur son premier album coécrit avec Søren. En 2008 sort donc Get ready, sur lequel il s'entoure de Tommy Aldridge (Ozzy Osbourne, Whitesnake) à la batterie et de Marco Mendoza (Whitesnake, Thin Lizzy) à la basse. Ca en fait du beau monde pour un premier album ! Bref, la critique est bonne et la voix de Oliver fait mouche, dans la catégorie des Jorn Lande, David Coverdale ou encore Dio dont il est fan. Suite à la sortie de cet album, il décroche des premières parties de Whitesnake ou encore Mötley Crue, sa carrière a vraiment décollé et de manière très rapide. Aujourd'hui il faut confirmer et Oliver sort Evil's Back, son deuxième album, alors confirmation ou déception ?

Pour faire court, je répondrais que c'est une confirmation. Cet album, nous prouve un certain nombre de choses. D'abord Oliver a une sacrée voix, dans la pure lignée de Jorn Lande. Une voix puissante, chaude, taillée pour le metal, comme on les apprécie dans ce style musical. Ensuite il confirme sa capacité à voler de ses propres ailes côté compositions, car on trouve de sacrées bonnes chansons sur cet album. Enfin, il n'a plus besoin de l'appui de ses acolyte du premier album et il a fait un choix de musiciens inconnus pour ce second opus, avec Anders Bo et Laki Ragazas (guitares), Anders Borre (basse) et Morten Hellborn (batterie), une équipe gréco-danoise talentueuse et inconnue qui l'avait déjà épaulée dans ses apparitions scéniques. C'est Kristian Thomsen qui a mixé l'album.

Si on décortique un peu, je trouve un lot de très bon morceaux, comme Evil's Back, All My Life, Hero et Need It Bad, dans lequel les riffs sont superbes, la voix super puissante et la mélodie géniale. Ca rappelle des bons moments de Allen / Lande ou de Masterplan, avec des refrain toujours très accrocheurs, des bons claviers, et des chœurs. J'aime beaucoup l'effet d'écho sur la voix dans Evil's Back, un peu moins le solo bizarre. All My Life est, quant à lui, probablement mon morceau préféré, très Whitesnake dans l'âme, énormes guitares, superbe voix, bons chœurs, qui aboutissent à un refrain super catchy. Très bon ! Hero me plait aussi beaucoup, notamment grâce à un refrain des plus accrocheurs, mais aussi pour la participation de la chanteuse Rebecca Armstrong (Stella Black Rose), qui donne à ce morceau un effet bœuf.

Dans les morceaux bons, mais un peu moins originaux, je classerais Without You, Beautiful Rain, une ballade presque acoustique qui rappelle un morceau du dernier Slash, Much To Much, qui sonne très Ozzy, pas mal surtout sur le couplet, Devil's Chain et ses multiples breaks et enfin Demolition Man, où la voix ressemble étrangement à Paul Stanley.

Le morceau le plus faible me semble Fighting The Moutain, un peu mollasson et poussif côté guitares.

Je déclasserais Rainbow Star, un morceau en l'honneur de Ronnie James Dio, plus calme, sorte de jolie power ballade prouvant que Dio est bien une influence majeure d'Oliver.

Au final je trouve l'album assez intéressant, même si je trouve la production moins avantageuse pour le chant d'Oliver que ne l'était celle de son premier album, ce qui me semble un peu dommage. Côté compositions, je trouve le résultat très soigné et c'est sur ce point que je pense qu'Oliver Weers confirme son ascension fulgurante. Je pense que les déçus du dernier Allen / Lande, The Showdown, pourraient bien y trouver leur compte...

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Evil’S Back
Evil’S Back de Oliver Weers (CD - 2011)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit