Commentaires en ligne


9 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman de Jane Austen plus sombre et plus complexe
Trois sœurs et trois mariages fort différents. Mary épouse Lord Bertram, riche possesseur de Mansfield Park quand sa soeur épouse Norris, un curé peu argenté. La petite dernière se mésallie avec un vague ivrogne, Price. Ces derniers ont bien sûr bien du mal avec leurs dix enfants et Mmes Bertram et Norris...
Publié le 19 août 2007 par Mathieu Bouville

versus
3.0 étoiles sur 5 Agréable et calme
Mansfield park est un livre typique de Jane Austen. Moins brillant que les livres plus connus, comme pride and prejudice ou sense and sensibility, la narration prends son temps. Il est très agréable à lire si on n'est pas trop pressé. Il ne faut pas s'attendre non plus à y trouver la passion contenue dans les romans sus cités,...
Publié le 10 décembre 2002


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman de Jane Austen plus sombre et plus complexe, 19 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (en anglais) (Broché)
Trois sœurs et trois mariages fort différents. Mary épouse Lord Bertram, riche possesseur de Mansfield Park quand sa soeur épouse Norris, un curé peu argenté. La petite dernière se mésallie avec un vague ivrogne, Price. Ces derniers ont bien sûr bien du mal avec leurs dix enfants et Mmes Bertram et Norris décident de leur venir en aide : ils permettent à leur fils aîné de trouver une place de mousse et invitent Fanny à venir vivre à Mansfield Park avec son oncle, ses tantes (Norris, veuve, vit à un jet de pierre de là) et ses quatre cousins. Si Fanny n’est pas aussi mal traitée que Cendrillon, elle n’est pas non plus bien plus considérée qu’une servante. Sa tante Bertram, molle et indolente, ne peut rien faire seule et exige une compagnie permanente. L’autre tante est si pingre qu’elle interdit que Fanny ait du feu dans la pièce où elle a l’habitude de se retirer. Les cousines sont aussi idiotes que méprisantes et l’aîné est trop occupé à dilapider la fortune familiale pour s’intéresser à elle. Seul Edmund s'attache à elle et la traite avec considération. Quand Henry Crawford et sa sœur Mary s'installe dans le voisinage le jeu très Austenien de qui-épouse-qui peut commencer. Bien évidemment Fanny et Edmund sont (du point de vue de l'auteur) les deux candidats à suivre. (A trente pages de la fin, Jane Austen se rend compte qu'elle n'a plus tant de papier que ça dans son tiroir et doit donc condenser son histoire, un peu trop peut-être.)

Fanny est assez différente des autres héroïnes d'Austen : si elle a le bon sens et la droiture habituels, elle est plutôt timide et effacée (son enfance pauvre et son statut cendrillonesque y sont bien sûr pour quelque chose). Elle n'a pas l'assurance d'une Elizabeth Bennett mais elle a une sorte de force tranquille et des convictions solides qui lui permettent de maintenir ses choix. Une autre différence d'importance est qu'on n'est jamais vraiment certain de ce qu'il faut penser de certains personnages. Quand d'autres romans de Jane Austen sont basés sur une erreur précise (ou une demi-douzaine avec Emma) qui sera évidemment réparée, il y a ici une ambiguïté diffuse. D'autre part, le roman est moins optimiste que d'autres : toutes les erreurs commises par les personnages ne sont pas de bonne foi et il plane au-dessus de Mansfield Park un nuage de Liaisons dangereuses qu'on ne trouve pas ailleurs chez l'auteur.

Il faut noter que, contrairement à ce que certains écrivent, Jane Austen n'est pas romantique. Les romantiques remettent en cause une société très policée et rigide. C'est dans cette société qu'évoluent les héroïnes de Jane Austen et elles ne veulent aucunement la chambouler, juste se ménager un petit espace de liberté et de libre choix quand elles se sentent étouffer. Fanny qui refuse d'épouser un homme qu'elle n’aime pas n'est pas exactement une révolutionnaire. Elle ne remet pas en cause le mariage lui-même mais elle tient à choisir son époux selon ses propres critères. Une héroïne de Jane Austen doit avoir un cœur mais aussi une cervelle. Si on ne peut pas dire que Fanny est une émancipée (ça serait aussi exagéré qu'anachronique) elle fait néanmoins des choix personnels opposés à ce que le sens commun voudrait lui imposer. Pour elle le mariage est autant une affaire personnelle que sociale et ne se limite pas à acquérir nom ou fortune.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un roman de Jane Austen plus sombre et plus complexe, 19 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (Broché)
Trois sœurs et trois mariages fort différents. Mary épouse Lord Bertram, riche possesseur de Mansfield Park quand sa soeur épouse Norris, un curé peu argenté. La petite dernière se mésallie avec un vague ivrogne, Price. Ces derniers ont bien sûr bien du mal avec leurs dix enfants et Mmes Bertram et Norris décident de leur venir en aide : ils permettent à leur fils aîné de trouver une place de mousse et invitent Fanny à venir vivre à Mansfield Park avec son oncle, ses tantes (Norris, veuve, vit à un jet de pierre de là) et ses quatre cousins. Si Fanny n’est pas aussi mal traitée que Cendrillon, elle n’est pas non plus bien plus considérée qu’une servante. Sa tante Bertram, molle et indolente, ne peut rien faire seule et exige une compagnie permanente. L’autre tante est si pingre qu’elle interdit que Fanny ait du feu dans la pièce où elle a l’habitude de se retirer. Les cousines sont aussi idiotes que méprisantes et l’aîné est trop occupé à dilapider la fortune familiale pour s’intéresser à elle. Seul Edmund s'attache à elle et la traite avec considération. Quand Henry Crawford et sa sœur Mary s'installe dans le voisinage le jeu très Austenien de qui-épouse-qui peut commencer. Bien évidemment Fanny et Edmund sont (du point de vue de l'auteur) les deux candidats à suivre. (A trente pages de la fin, Jane Austen se rend compte qu'elle n'a plus tant de papier que ça dans son tiroir et doit donc condenser son histoire, un peu trop peut-être.)

Fanny est assez différente des autres héroïnes d'Austen : si elle a le bon sens et la droiture habituels, elle est plutôt timide et effacée (son enfance pauvre et son statut cendrillonesque y sont bien sûr pour quelque chose). Elle n'a pas l'assurance d'une Elizabeth Bennett mais elle a une sorte de force tranquille et des convictions solides qui lui permettent de maintenir ses choix. Une autre différence d'importance est qu'on n'est jamais vraiment certain de ce qu'il faut penser de certains personnages. Quand d'autres romans de Jane Austen sont basés sur une erreur précise (ou une demi-douzaine avec Emma) qui sera évidemment réparée, il y a ici une ambiguïté diffuse. D'autre part, le roman est moins optimiste que d'autres : toutes les erreurs commises par les personnages ne sont pas de bonne foi et il plane au-dessus de Mansfield Park un nuage de Liaisons dangereuses qu'on ne trouve pas ailleurs chez l'auteur.

Il faut noter que, contrairement à ce que certains écrivent, Jane Austen n'est pas romantique. Les romantiques remettent en cause une société très policée et rigide. C'est dans cette société qu'évoluent les héroïnes de Jane Austen et elles ne veulent aucunement la chambouler, juste se ménager un petit espace de liberté et de libre choix quand elles se sentent étouffer. Fanny qui refuse d'épouser un homme qu'elle n’aime pas n'est pas exactement une révolutionnaire. Elle ne remet pas en cause le mariage lui-même mais elle tient à choisir son époux selon ses propres critères. Une héroïne de Jane Austen doit avoir un cœur mais aussi une cervelle. Si on ne peut pas dire que Fanny est une émancipée (ça serait aussi exagéré qu'anachronique) elle fait néanmoins des choix personnels opposés à ce que le sens commun voudrait lui imposer. Pour elle le mariage est autant une affaire personnelle que sociale et ne se limite pas à acquérir nom ou fortune.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Agréable et calme, 10 décembre 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (Belle reliure)
Mansfield park est un livre typique de Jane Austen. Moins brillant que les livres plus connus, comme pride and prejudice ou sense and sensibility, la narration prends son temps. Il est très agréable à lire si on n'est pas trop pressé. Il ne faut pas s'attendre non plus à y trouver la passion contenue dans les romans sus cités, mais pour les lecteurs habitués à Jane austen, c'est un roman à ne pas manquer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 a classic, 26 avril 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (Format Kindle)
I first read this novel thirty years ago and had forgotten so much about it. I was really glad I re-discovered it. It is an elegant, romantic story which ends 'happily ever after'.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 parfait, 29 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (Broché)
le romantisme, le style de l'auteur....on passe un moment très agréable en anglais ! un vrai régal ! je vous le conseille
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Fidèle au livre, 13 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (en anglais) (Broché)
Très proche du livre, ce qui, pour moi, est essentiel.
La performance des acteurs est à saluer..même si, personnellement,je ne suis pas vraiment fan du choix de certains,ou tout au moins de l'attitude qui leur a été demandée..(Le rôle de Mr Price et celui de Lady Bertram sont "outrés",)
Sylvestra Le Touzel est une Fanny parfaite...
Bernard Hepton (Sir Thomas..)Nicholas Farrell (Edmond Bertram),Samantha Bond (Maria Bertram) Anna Massey (Mrs Norris) et j'en passe, sont tous excellents

Pour le reste..
Attitudes, sentiments..tout y est..même le rythme extrêmement lent..

Le seul tableau que je pense être à la limite de l'acceptable est l'attitude de Lady Bertram..Indolence n'étant pas synonyme d'attitude "bébête", on comprend mal le rôle joué par Angela Pleasence..
Cela donne l'impression d'être devant une femme/bébé et c'est assez désagréable.

Ce film plaira à ceux qui aime les très longs films construits dans un grand respect du livre/support.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 superbe, 27 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (flipback edition) (Relié)
J'ai acheté presque toute la série de Flipbacks de Jane Austen sur Amazon.
Ces petits livres sont magnifiques, tiennent facilement dans une poche ou dans un sac à main.
L'orientation de lecture est inédite et agréable. Les couvertures sont très jolies et décoratives dans une bibliothèque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Sans doute le personnage le plus intéressant d'Austen, 27 janvier 2013
Par 
Pascal Gallez "PGå" (Belgique) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (Broché)
On retrouve des thématiques chères à Austen, entre une vieille tante méchante avaricieuse qui rappellera (en encore plus mesquin) la Fanny de Raison et Sentiments; une pauvre mère (celle de l'héroïne) qui donne littéralement sa fille pour qu'elle ait un futur; un amour entre deux personnes de rang inégal (quoique) et enfin, un beau mariage pour une jeune fille méritante, au caractère trempé, à la morale inflexible, mais à la timidité bien d'époque.

Admirable dans la manière dont le récit est cadré, et ambiance délicieuse.

Enfin, excellente édition pas chère et de qualité, permettant d'acheter et de racheter les volumes, dans le cadre de voyages.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Une sensibilité à fleur de peau!, 22 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mansfield Park (Relié)
Je ne m'aventurerais pas à en dire plus à propos de Jane Austeen.J'ai d'autres titres en tête.Par lequel commencer?
Edition soignée et bien documentée,comme toujours avec Penguin Classic.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit