Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

32 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Autorité noble et discours visionnaire, 28 mars 2011
Par 
Savinien (Liège, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Icon : Claudio Arrau (Coffret 12 CD) (CD)
Né au Chili en Février 1903 (la même année que Horowitz), Claudio Arrau est inscrit au panthéon des plus grands pianistes du XXème siècle. Enfant prodige, il sera très vite acclamé et réclamé par toutes les grandes scènes et tous les grands musiciens du monde. Ses interprétations de Brahms, Schumann, Liszt, Mozart, Debussy ou Chopin, et plus encore sans doute celles de Beethoven, figurent parmi les références incontournables du monde de l'enregistrement classique. Son piano brille par une technique superlative conjuguée à une hauteur de vue omniprésente; chaque oeuvre sous ses doigts reçoit l'éclairage qui lui donnera un maximum de relief, une amplitude hors du commun. Ses lectures intellectuelles et profondes l'amènent à tirer la substantifique moelle de chaque oeuvre, et à donner une stature titanesque à chaque chef d'oeuvre.

Claudio Arrau est décédé en juin 1991; il y a donc vingt ans. Pour rendre hommage à cet artiste hors du commun, EMI lui consacre un immanquable coffret de 12cd dans sa collection Icon, essentiellement basé sur l'héritage capté pour la maison britannique de 1955 à 1962. L'occasion de retrouver quelques indémodables classiques, mais aussi des enregistrements devenus indisponibles, et mêmes quelques inédits en cd !

Tout d'abord nous saluerons l'opportunité de retrouver les enregistrements concertants de la période 1955-1960 avec le Philharmonia Orchestra dirigé par le trop peu reconnu Alceo Galliera : l'intégrale des 5 concertos pour piano de Beethoven, le Concerto n°1 de Tchaikowsky (1960, récemment réédité avec le Concerto pour violon de Ferras 57), le Concerto de Grieg et celui de Schumann (1957 en mono, remastérisés chez Testament en 2001), et l'anthologique Konzertstuck op.79 de Weber (1960), une petite merveille indispensable. Les concertos de Beethoven notamment, oscillent entre la fraicheur et le roc, et peuvent sans doute être considérés comme supérieurs à la version ultérieure avec Bernard Haitink (sauf peut-être en ce qui concerne la prise de son, surtout pour le 4ème concerto qui fut le premier de la série, capté en 1955 et en mono; les autres concertos datent de 1958 et en stéréo). Le répertoire concertant est encore complété par les 2 Concertos de Brahms avec un formidable Giulini (1960 et 1962), des enregistrements immortels qu'on ne présente plus.

Côté musique pour piano solo, le Beethoven himmalayen d'Arrau est représenté par les sonates pour piano n°7 op.10 n°3 (captée en 1958-59, inédite en cd !), n°21 "Waldstein" op.53 (1956-57, en mono), n°22 op.54 (1960), n°23 "Appassionata" op.57 (1960), n°24 op.78 (1958), n°26 "Les Adieux" op.81a (1958, en mono), n°28 op.101 (1956, en mono), n°31 op.110 et n°32 op.111 (toutes deux 1957, en mono), et enfin d'exceptionnelles 32 variations sur thème original (1960).
C'est également un festival Franz Schubert qui nous est rendu, avec une vigoureuse Wanderer Fantaisie D760 (1957, en mono), les 3 Pièces D946 (1956, en mono), l'Allegretto D915 et la Marche D606 (tous deux 1959, inédits en cd), et surtout 6 exceptionnels Moments Musicaux D780 (1956, les 4 à 6 inédits dans le monde numérique).
Chopin est à l'honneur enfin avec la 3ème Sonate op.58 et la Fantaisie op.49 (tous deux de 1960), la Tarentelle op.43 (captée en 1938), l'Allegro de concert Op. 46 (1956), et une formidable intégrale des Etudes (les 12 Etudes op.10 et les 12 Etudes op.25, ainsi que les 3 Nouvelles Etudes) dans un enregistrement daté de 1956 (autrefois paru dans la collection References, puis dans la série Great Recordings of the Century), d'une puissance peu commune.
A noter encore le fameux Carnaval de Schumann enregistré en 1939 pour Parlophone, à l'aune duquel doit se mesurer toute autre version, ainsi que deux pièces de Debussy également datées de 1939 (la Tarentelle styrienne "Danse", et l'Estampe n°3 "Jardins sous la pluie").
Tous les enregistrements sont bien entendu remastérisés (pour beaucoup en 1991 (les Beethoven), en 1988, ou 2004); la qualité sonore va de correcte à très bonne (compte tenu aussi de l'âge de certaines captations).

Avec un piano puissant, granitique, un jeu passionné mais contrôlé, un équilibre naturel entre intellectualité et spontanéité, une autorité noble et un discours visionnaire, le lion chilien nous a offert nombre d'enregistrements incontournables. Le présent coffret vient une fois de plus en témoigner, pour le plus grand bonheur de ses nombreux fans. Bien sûr le risque de doublon est présent, mais la réédition des enregistrements de Beethoven à eux seuls, sans compter les inédits, justifient certainement l'acquisition de ce coffret.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Arrau, tout la haut !, 13 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Icon : Claudio Arrau (Coffret 12 CD) (CD)
Le coffret indispensable et tant pis si vous possédiez déjà certaines versions (offrez les!) Arrau est un des plus grands et ses Etudes de Chopin sont les plus belles jamais gravées. Tout est
là, la sensibilité, la technique et l' humanité. Ses Beethoven, Schubert et Debussy dans un enregistrement qui a traversé le Blitz ( celà s'entend quand même un peu !) vous bouleversent. 12 cds d'émotion à prescrire à tous vos amis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Grand pianiste, 14 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Icon : Claudio Arrau (Coffret 12 CD) (CD)
Voici un grand pianiste, excellent dans tout ce qu'il interprète ici. On peut regretter la quasi absence d' oeuvres du 20eme siècle, (surtout comparé avec le 'Richter' de la même collection), mais on retrouve des interprétations magnifiques, dans les concertos de Beethoven, Brahms, et Grieg par exemple
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Que de beaux souvenirs de remarquables performances d'un grand européen du Chili., 13 juillet 2014
Par 
Georges Duquin (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Icon : Claudio Arrau (Coffret 12 CD) (CD)
Chaque performance de Claudio Arrau constitue la démonstration d'un miracle : la qualité absolument exceptionnelle de cet immense artiste, sa gravité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 coffret Claudio Arau, 15 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Icon : Claudio Arrau (Coffret 12 CD) (CD)
On ne peut qu'être d'accord avec André Tubeuf qui souligne la qualité de ces enregistrements. Le toucher et la précision de l'artiste, son amour des oeuvres sont magnifiques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du Sauternes au prix d'un vin de table, 19 août 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Icon : Claudio Arrau (Coffret 12 CD) (CD)
Bien sûr il faut que tout le monde vive et si nous décidions une fois pour toutes qu'Arrau est le-meilleur-point-barre on voit mal de quoi vivraient les musiciens et éditeurs... vivants !
Cela dit, essayez d'écouter son 2ème concerto de Brahms avec Giulini ou ses Nocturnes de Chopin, puis par qui vous voulez, vous constaterez que les challengers ont un peu de mal à respirer. Le mystère Arrau, c'est qu'il installe son "autorité" (je ne trouve pas d'autre mot) en quelques secondes en début de jeu. Pourquoi ? Impossible à décortiquer : il a le même piano que les autres, il ne tape pas plus fort, plus lentement parfois mais bizarrement sa lenteur à lui entraîne la tension et pas l'ennui. Tout ça pour dire qu'il s'agit d'un Yquem au prix d'un vin des Rochers, ce qui vous laisse quelques sous pour écouter Perahia, Pires, Zimerman, Planès, Argerich (dans un jour "avec" et en zappant les mouvements lents), Tharaud et pas mal d'autres qui ont oublié d'être médiocres... A vos cartes Visa !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit