undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles7
4,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce qui frappe à la première écoute, c'est la présence du son, la qualité technique de l'enregistrement qui nous plonge aussitôt dans une atmosphère : enfin une stéréo digne de ce nom !
Le "Prélude" sert à juste titre d'introduction, et c'est dans les "nocturnes" qu'Abbado réussit le mieux à susciter nos émotions.
Je vous le reommande.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2010
Enregistré à Berlin entre 1998 et 1999 ce très beau disque nous confirme les affinités d'Abbado avec la musique de Debussy et rappelle à ceux qui l'aurait oublié quel fabuleux orchestrateur il fut.
Le programme proposé présente à mon sens deux intérêts majeurs :
- Le premier est d'immortaliser l'interprétation d'Emmanuel Pahud dans le Prélude à l'après-midi d'un faune. Le meilleur flutiste de sa génération, par sa sonorité de rêve nous emmène très loin dans l'imaginaire de Debussy et de Mallarmé. Il est somptueusement accompagné par un orchestre fastueux et opulent (peut-être trop diront certains) qu'Abbado conduit cependant avec finesse.
- Le second est de nous proposer une suite d'orchestre tirée de Pelléas qui emprunte à la fois aux interludes orchestraux et à certaines scènes. Avant que le disque ne prenne son essor, il était courant de réaliser ce type d'ouvrage qui permettait de faire connaître plus aisément un opéra, nous en devons la réalisation au chef d'orchestre Erich Leinsdorf.
Certain pourront trouver inutile ce genre d'exercice, à mon sens ils auront tort. En effet, la suite d'orchestre n'est pas redondante par rapport à l'opéra, elle nous invite à poser un autre regard sur l'oeuvre de Debussy. Pelléas n'est pas qu'un simple exercice de diction française, Debussy a composé une partition d'orchestre d'une splendeur, d'une richesse, d'une finesse, d'une variété, d'une complexité difficilement surpassables qui transcende complètement une pièce de théâtre parfois bien ampoulée.
Débarrassé du texte de Maeterlinck, Pelléas devient un poème symphonique somptueux dont Abbado restitue la couleur, les lumières avec une extrème subtilité.
Enfin une superbe prise de son achève de faire de ce disque une grande réussite.
Très recommandé.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2007
Comme le dit la personne du commentaire ci-dessus, ce qui frappe tout d'abord est la qualité de l'enregistrement, rien à redire. Ce qui nous achève complètement ensuite, c'est la qualité de la musique qu'on nous offre. Le prélude n'est pas forcément d'un renouveau extraordinaire, mais il est pur, beau, clair comme le voudrait Debussy, il est joué "français", ce dont on avait peu l'habitude par le philar de Berlin! Les nocturnes sont les 3 meilleures pièces de l'enregistrement, personne encore n'avait proposé une version aussi envoûtante (enfin peut-être Toscanini, mais je n'étais pas né). Pour finir la suite est plaisante, sans plus. Mais rien que pour le Prélude et les Nocturnes, achetez ce disque!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2007
Fascinante conception sonore que celle de Claudio Abbado dans Debussy. Il ouvre le programme par une interprétation inoubliable du Prélude à l'après-midi d'un faune. Déployant une palette sonore d'une richesse et d'un raffinement sans précédent, il varie à l'infini les nuances dynamiques (pianissimos splendides !!!)et expressives. Les couleurs vaporeuses et ambrées du Philharmonique de Berlin (excellent Emmanuel Pahud !) conviennent parfaitement à la conception du chef. Les Nocturnes ne sont pas moins aboutis : des Nuages toujours mouvants aux Sirènes admirablement chantantes en passant par l'obsession entêtante et endiablée des Fêtes, Claudio Abbado offre une nouvelle référence de ce chef d'oeuvre. La suite est moins intéressante mais non moins bien interprétée. Mais pour les deux premières oeuvres, il faut découvrir ce disque.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2012
Tout à fait d'accord avec les autres amateurs, l'interprétation est remarquable
tant du point de vue de l'orchestre que de celle de Maestro
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2008
Désolé,mais pour les nocturnes Abbado avait fait bien mieux avec le Boston Symphony dans les années 70 (également chez DG). Et si la remasterisation avait été à la hauteur le présent cd n'aurait meme pas eu droit à une étoile...Bref un achat à éviter pour les détenteurs de la version Bostonnienne !
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2013
Avec Abado à la direction et Pallu à la flûte, nous sommes dans la nature même, telle que voulait sûrement l'évoquer Debussy en créant l'Après midi. "C'est le printemps, vient-en Pâquette, te promener au bois joli. Les poules dans la coure caquettent, l'aube au ciel fait de roses plie. L'amour chemine à ta conquête".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)