undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Tigana
  • Commentaires client

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles4
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
2
1 étoile
0
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:8,85 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Tigane, c'est de l'émotion pure, plus dramatique qu'un simple massacre, Kay met en scène la destruction lente de toute une culture. La province de Tigane de la péninsule de la Palme non seulement a été dévastée, ses monuments éradiqués mais le Roi-Sorcier Brandin, qui y a perdu son fils bien-aimé, en a aussi maudit le nom et le souvenir.

Seuls ceux nés à Tigane avant l'invasion sont capable d'entendre ce nom. Ce sont ces ceux-là qui constituent le coeur de l'ouvrage, leur blessure et leurs résolutions, une quinzaine d'année après l'évènement. Tels Alessan, l'héritier du trône de Tigane, inlassablement à la recherche des moyens de chasser Brandin et Alberico, l'autre sorcier à se tailler un empire dans la péninsule. Ou encore Dianora, qui a juré de venger sa famille en assassinant le tyran mais tourmenté par son amour pour lui.

Publié à l'origine en tant que Fantasy, Tigane relève en fait beaucoup plus de la littérature générale enrichie d'une magie plus subtile que celle qui parcoure habituellement ces titres. Ce sont les émotions, les émotions intimes fortes qui sont les vrais personnages de ce roman, en particulier lors d'un final propre à tirer une larme à n'importe quel lecteur. Mon Guy Gavriel Kay favori encore à ce jour, je regrette tellement qu'il ait abandonné tout fantastique dans ses romans suivants.
55 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2002
In the Peninsula of the Palm, a land clasped between two tyrannic invaders, the sorcerers Brandin of Ygrath and Alberico of Barbadior, a small group of people struggle for the freedom of their land. And for that of its forgotten name, Tigana, which has been under a spell for over twenty years, since the day Prince Valentin of Tigana slew Brandin's son in battle.
Devin is a 19-year-old singer in Menico's travelling troupe. After performing at Sandre, the Duke of Astibar's funeral, he discreetely follows his companion the beautiful Catriana across the rooms of the palace. Hiding in a closet, they are about to witness a secret meeting: Sander's son is preparing a coup to overthrow Brandin. Devin's curiosity will soon have him caught up in these events.
Dianora is a young woman from Tigana. Taken as "tribute" to Brandin's harem in his colony on the island of Chiara, she becomes his favourite mistress so she can assassinate him and save her land from the enless vengeful slaughter. Instead, she'll slowly fall in love with the man.
Having read Guy Gavriel Kay's Fionavar Tapestry and not liked it much, I would never have read Tigana but for the unanimous praise I came across. And how wrong I would have been, what great reading pleasure I would have missed! For Tigana is a superbly written epic novel, with complex, not-one-dimensional, and finally extremely human characters. I would only reproach the few explicit sex scenes, which I found rather unpoetic. But without hesitation I'll now join my voice to the praise.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'idée de fond, celle de la vengeance (en plat qui se mange glacé) et du sacrifice de toute une vie au nom d'un idéal, mais dans un but concret et avec une très longue et patiente organisation souterraine, est intéressante et très bien traitée. Les personnages sont passionnés sans fanatisme et ont tous une personnalité bien cernée, sans faute de ton (sauf pour Brandin dont la noblesse d'âme ne s'accorde pas à ses agissements - je ne parle pas ici du consommé glacé, mais de son usage décontracté de la torture, particulièrement atroce, mais qu'ont-ils ces auteurs de fantasy à se prélasser dans l'innommable ?).
Beaucoup de personnages sont traités dans ce livre, avec une balance de l'un à l'autre bien équilibrée (pas d'interruption agaçante à des moments dramatiques, par exemple). J'ai toutefois regretté (avec les points ci-dessous) la manie de l'auteur à commencer chaque chapitre par "il" ou "elle", plutôt que de préciser le nom. Il faut lire une bonne page à chaque fois pour savoir de qui l'on parle ; j'ai fini par scanner systématiquement chaque début de chapitre pour savoir de qui il s'agissait, avant de revenir au début...
Ce qui m'a le plus gênée, dans l'ensemble, c'est que je ne partage pas l'enthousiasme, (inépuisable et épuisant) de l'auteur pour son "monde" (géographie, coutumes, religion). Celui-ci décrit longuement à toute occasion, avec art et sans lourdeur, certes, mais sans justification non plus. Ainsi un personnage très secondaire (du genre trentième) est-il décrit par un dodu paragraphe - là où quelques mots auraient suffi à mon sens. Le paysage ou le cadre sont souvent généreusement décrits, tout est détaillé avec minutie. Les flash-back sont fréquents, mais trop longs et trop détaillés, nuisant au rythme. Chaque petite scène reliant les temps de l'histoire, au lieu d'être sobre et concise, est délayée à l'envi. En résumé, j'ai subi des vagues successives d'intérêt et d'ennui, qui ont pénalisé ma lecture, qui fut ainsi menée par à-coups de bout en bout.
J'ai aussi trouvé dommage que les sentiments de tous les personnages, très fins dans leur nature, soient parfois surexposés. L'auteur insiste, comme s'il craignait que l'on n'ait pas compris, n'échappant à la lourdeur que par son talent (j'ai trouvé le style narratif très bon, si ce n'est surabondant !). J'aurais également apprécié que certaines relations soient mises en valeur par des actions ou des dialogues plutôt que par des affirmations de l'auteur, d'autant plus que celui-ci montre régulièrement qu'il sait tout à fait bien le faire.
Ce livre, élagué de la moitié de son texte, m'aurait peut-être plu...
44 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai lu très péniblement ce que tous les critiques de la fantasy considèrent comme un chef d'oeuvre, "Tigana", de Guy Gavriel Kay.

Tigana était une des neuf provinces indépendantes d'une péninsule faisant très nettement penser à l'Italie avant sa réunification finalement assez récente.
Tigana, c'est l'histoire d'un royaume qui a disparu des mémoires (tant son nom que son histoire et sa culture) par la magie d'un Roi-Magicien, fou de douleur après la mort de son fils lors d'une bataille contre la contrée de Tigana. Seuls ses anciens habitants (qui se sont exilés) se souviennent encore de son nom et de sa culture, mais s'ils prononcent son nom leurs interlocuteurs ne l'entendent pas. Tigana est vouée à disparaître inéluctablement quand tous ses habitants seront décédés.

L'histoire est donc celle du prince héritier exilé qui cherche à faire tomber de son trône le roi-magicien, et tant qu'à faire l'autre roi-magicien existant, l'un et l'autre cherchant à bâtir une hégémonie sur la péninsule et oppressant les peuples.

Cela commence comme un roman d'apprentissage, avec un chanteur, Delvin, qui rejoint une troupe de saltimbanques. Il s'aperçoit rapidement que la troupe lui cache des choses, et se retrouve engagé dans l'intrigue visant à faire renaître Tigana.

L'histoire est très bien écrite mais, au-delà du manque d'action, je suis surtout restée complètement insensible au sort de cette province perdue et je suis restée totalement indifférente au sort de Delvin, d'Alessan le prince exilé, et de toute sa bande. Le seul personnage qui m'a fait vibrer, et pour lequel j'ai lu avec grand plaisir chaque page le concernant, est Diandra. Diandra, alors adolescente, doit fuir Tigana et se jure de se venger. Elle va tout sacrifier, y compris l'amour, dans ce but. Malheureusement, ce n'est pas le personnage principal du roman :-/

Au final, comme la lecture doit être pour moi un plaisir et non une contrainte, je ne peut pas mettre plus de deux étoiles. Cette histoire ne m'a hélas absolument pas touchée.
1212 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,99 €
7,90 €