Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Austérité et profondeur, 26 avril 2012
Par 
Tim - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Liszt : Die Klavierkonzerte - Klavierwerke solo (Les concertos pour piano, oeuvres pour piano seul) (CD)
Le nom du pianiste chilien Claudio Arrau est étroitement lié à celui de Liszt, car le vénérable pianiste avait étudié auprès du dernier élève de Liszt, Martin Krause, qui est d'ailleurs resté son seul (!) professeur.
En fait, c'est grâce à Arrau que j'ai mieux exploré l'oeuvre de Liszt. D'abord, ce compositeur me semblait souvent vide de sens et sans intérêt. J'avais même un peu le sentiment d'avoir "pêché" quand j'avais écouté sa musique et qu'il vaudrait mieux se tourner vers des musiques plus "sérieuses". Jusqu'à ce que, plus ou moins par hasard, je sois tombé sur un portrait télévisé d'Arrau sur une chaine de télé allemande, où je l'ai vu jouer du Liszt. Il m'a fasciné par son approche sérieuse et austère et avant tout par sa sonorité. Tout d'un coup, le compositeur hongrois prenait du poids... J'ai acheté un coffret de microsillons (c'était dans les années '80!)et je me suis familiarisé avec ses lectures des Etudes d'exécution transcendante, les Concertos, la sonate en si bémol, mais aussi certaines transcriptions d'après des opéras de Verdi. Jamais Liszt m'a semblé si peu creux et tapageur. Même dans les oeuvres que j'aime le moins (Funérailles par exemple), Arrau frappe par sa noblesse. Il ne fait jamais étalage de sa virtuosité, curieusement on ne pense pas d'abord à un "virtuose" quand on écoute Arrau. Qu'on ne s'y trompe pas pourtant: les doigts du pianiste sont capables de tout. Il enrégistrait les Etudes d'Exécution Transcendante à 75 ans, ce qui était une formidable entreprise (seulement dans Feux Follets, l'âge du pianiste se fait un peu sentir).

Les sommets sont nombreux: outre les Etudes, il y a La Bénédiction de Dieu dans la solitude, où Arrau nous subjugue avec son cantabile magique, car qu'est-ce qu'il est difficile de tirer du piano un son tellement peu percussif! Les etudes de concert sont des modèles de fluidité, dans certaines oeuvres, ce sont les couleurs sombres du clavier d'Arrau qui fascinent, telles que la Ballade en si mineur ou les Transcriptions Verdi.
Les concertos sont bien plus que des "études de vélocité", comme on nous les présente assez souvent. Nous y entendons la somme de toute une vie, le vécu d'un grand sage, qui même avec des tempos mesurés pouvait transcender! Ses lectures rappellent quelque peu celles de Kempff, elles aussi assez uniques dans une phlétore d'enrégistrements.

Pour la Sonate en si-mineur, c'est un peu dommage qu'on ait inclus la "remake" de 1985 dans ce coffret et non la version de 1969, plus monumentale. Pourtant, même l'Arrau de 1985 avait encore plein de choses à nous dire. Sa sonate est taillée dans la bronze et Arrau est passé maitre dans l'art des transitions, essentielle dans cette page. Avec lui,nous entendons ce gigantesque arc en ciel que représente cette sonate de la première à la dernière note. Très peu ont égalé ou mieux réussi la quadrature du cercle pour moi.
A propos, en 1985, j'ai eu la grande chance d'entendre Arrau en concert dans la sonate. Avant l'entr'acte, il avait joué deux sonates de Beethoven, celles qu'il programmait souvent, les Adieux et l'Appassionata. Elles étaient fort honorables, sans être tout à fait mirobolantes. Puis après l'entr'acte, il a joué la sonate de Liszt, et c'était comme s'il avait rajeuni, il jouait avec une force admirable, sauf peut être dans la coda. Son pianissimo (les passages descendantes avant la fugue étaient simplement à donner le frisson!), son toucher, sa manière de bâtir cette sonate sont toujours gravés dans ma mémoire.

Ce coffret est une aubaine pour chaque amateur de piano. Et chaque amateur de piano qui aime Liszt se doit de l'acheter, car il recevra une vision unique et indispensable sur le compositeur hongrois!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Evocation et invocation, 22 novembre 2011
Par 
jacqueslefataliste (Albi, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Liszt : Die Klavierkonzerte - Klavierwerke solo (Les concertos pour piano, oeuvres pour piano seul) (CD)
Arrau n'a enregistré pour Philips que le Liszt de la maturité, celui qui, sans être encore l'ascète et le prophète de la fin, était déjà largement un visionnaire et un poète. Et il est sans aucun doute l'interprète de prédilection de ces pages poétiques et religieuses auxquelles bien peu de pianistes savent donner toute leur profondeur, c'est-à-dire toute leur puissance d'évocation et d'invocation.
Ainsi le 5e CD de ce coffret, qui réunit six pièces extraites des Années de pèlerinage, est-il un vrai miracle : tour a tour hymne et prière, le jeu d'Arrau nous entraîne dans des régions à la fois humaines et transcendantes.
Mais il y a aussi une version majeure de la Sonate en si mineur : après un premier enregistrement réalisé en 1970, dans lequel Arrau est d'une autorité absolue, d'une sonorité de bronze, la version présentée ici (qui date de 1985) est plus interrogative, moins sévère, moins maîtrisée aussi (à 82 ans !), mais elle propose des illuminations magnifiques.
Il y a enfin des Funérailles d'une puissance et d'une concentration uniques, une Bénédiction de Dieu dans la solitude à la hauteur de son titre, et plusieurs autres merveilles.
Il y a bien sûr d'autres visions de Liszt et il faut découvrir aussi toutes ses compositions tardives (il faut écouter les disques d'Alfred Brendel, autre interprète majeur de Liszt), mais ces enregistrements n'en sont pas moins indispensables.

NB: le programme détaillé de ce coffret est facilement accessible sur la page du produit de Amazon.de.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xaa22cbf4)

Ce produit

Liszt : Die Klavierkonzerte - Klavierwerke solo (Les concertos pour piano, oeuvres pour piano seul)
Cliquez pour plus d'informations
En stock, mais la livraison peut nécessiter jusqu'à 2 jours supplémentaires
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit