undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
3,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
1
Offenbach: Orphee aux enfers
Format: Téléchargement MP3Modifier
Prix:12,79 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
15 ans après sa parution, cet Offenbach "à la mode" a pris un sacré coup de vieux...

Cette intégrale n'a en effet pour elle ni l'authenticité (il s'agit d'un tripatouillage, basé sur la première version d'Orphée aux Enfers de 1858 augmentée de numéros de la version de 1874, gauchement réorchestrés), ni le style, car encombrée d'affects hérités de la musique ancienne - que vient faire la rhétorique baroque chez Offenbach ? - et dirigée par un chef brouillon et peu familier de ce répertoire - Marc Minkowski s'est heureusement familiarisé par la suite avec le style offenbachien, qui ici semble complètement le dépasser...

L'enregistrement est par ailleurs (des)servi par des chanteurs qui ne sont pas tous à la hauteur de leur tâche, comme Jean-Paul Fouchécourt, ténor sans aigu pour un rôle de ténor suraigu, ce qui le contraint à ne pas chanter les notes écrites - mais il compense par une "présence" très perceptible même à l'enregistrement, ou même Natalie Dessay, Eurydice sans élégance et complètement hors style.

Il n'existe à l'heure actuelle aucun enregistrement satisfaisant d'Orphée aux Enfers, pourtant une des œuvres les plus célèbres d'Offenbach, mais je déconseille cette version inauthentique et médiocre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 août 2013
Sans parler du mélange de deux versions,celle-ci a le double défaut d'être criarde et agitée.Je suis un fervent admirateur de Natalie Dessay quand elle fait de la musique (Lakmé,Manon etc...),mais là, elle hurle trop souvent et elle ne chante pas toujours les notes qui sont écrites (voir la partition).
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Lors de sa création en 1858, la critique fut des plus élogieuse voyant dans cette opérette d'un genre nouveau l'exemple à suivre partout en Europe. Il est vrai que c'était la première fois qu'Offenbach, auparavant lié par contrat, pouvait mettre en scène quatre personnages principaux aux rôles étendus et se rapprocher ainsi des canons de l'opéra. Orphée aux Enfers connut un véritable triomphe dès lors que la critique satyrique mit en évidence que l'oeuvre venait à point nommer pour dénoncer les frasques et les orgies en vogue à la Cour de l'Empereur, grands ravisseur de femmes surtout si elles étaient mariées ! Il y eut 228 représentations d'affilée affichant la plupart du temps complet !

Orphée aux Enfers, pour mémoire, comporte deux tubes hors concours : l'air de la mouche ici interprété de façon éblouissante par le couple Dessay/Naouri et le french cancan qui clôt cet opéra bouffe aux improbables rebondissements et en forme de clin d'oeil à son prédécesseur guindé que fut l'Orphée de Glück dont un air est repris pour mieux s'en gausser.

La distribution est tout simplement éblouissante : Nathalie Desay en Euridice, Laurent Naouri en truculent Jupiter, Jean-Paul Fréchencourt en pervers Pluton, Véronique Gens en Vénus etc..... Marc Minkowski est absolument déchaîné à la tête de l'orchestre et des choeurs de l'opéra de Lyon et impulse des battues étourdissantes qui donnent à l'ensemble une joie de vivre, un souffles exceptionnels !

C'est d'ailleurs cette même distribution qui avait été mise en scène de façon délirante par Laurent Pély et que l'on peut se procurer en DVD.

On passe donc ici un moment de plaisir total d'autant que la prise de son est excellente et ressort de bonne humeur et gonflé à bloc par une heure cinquante de musique propre à vous requinquer. Un immense bravo à Nathalie Dessay époustouflante dans un rôle d'une difficulté vocale redoutable !
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
EMI réédite à prix doux des fleurons de son catalogue et cet excellent opéra de Jacques Offenbach se place au sommet de la discographie. Marc Minkowski démarrait avec cet "Orphée Aux Enfers" son exploration du patrimoine offenbachien. Une entrée en matière particulièrement réussie. Il (re)donnait une seconde jeunesse à cet opéra-bouffe composé en 1858 et qui fut le premier succès public du compositeur.
1. Il dispose d'un très bon plateau vocal (Natalie Dessay en Eurydice, Laurent Naouri en Jupiter, Jean-Paul Fauchécourt en Aristée ou une extraordinaire Ewa Podles dans le rôle de l'opinion publique) : les chanteurs-acteurs, évoluant pour l'essentiel dans l'univers baroque, sont également rompus à ce style de musique et font preuve d'une remarquable diction et d'une justesse de ton qui nous fait regretter qu'Offenbach n'ait pas toujours été interprété ainsi : qu'il est agréable de pouvoir suivre un opéra français sans avoir recours au...livret.
2. L'accompagnement musical est fait de légèreté et de poésie telle que le prévoyait la partition autographe, Marc Minkowski nous donnant à entendre la version originelle de de 1858 (augmentée de quelques éléments de celle de 1874) : il évite ainsi les orchestrations hors-cadre dont a souffert la musique d'Offenbach devenue pour la postérité signe de lourdeur, de mauvais goût et même de vulgarité.
C'est une pièce en théâtre qui nous est donnée à entendre et non une revue. On pourra regretter la réécriture de certains dialogues par Agathe Mélinand mais l'ensemble se suit avec un réel plaisir.

Les autres réussites de Marc Minkowski ("La Belle Hélène", "La Grande-Duchesse de Gérolstein") ayant été éditées par Virgin Classics, il y a fort à parier que les amoureux des grands opéras d'Offenbach devront se les les procurer au prix fort.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Orphee Aux Enfers (Orpheus In The Underworld)
EUR 18,19