Cliquez ici undrgrnd NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

2,7 sur 5 étoiles3
2,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
1
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 juin 2011
En 1728, l"éditeur John Walsh propose au public londonien cinq des douze concertos de La Stravaganza de Vivaldi, auxquels il ajoute un concerto de provenance inconnue (le RV 291), fort agréable bien que d''authenticité douteuse. Afin de donner un aperçu du goût anglais en matière de musique italienne, c''est ce recueil qu''a choisi d''enregistrer l''Europa Galante. On aurait certes aimé entendre l''orchestre dans l''intégralité de La Stravaganza, mais force est d''admettre que les concertos choisis ici comptent parmi les plus beaux, sinon les plus virtuoses. Ils présentent en outre une relative unité stylistique, dans la mesure où la plupart favorisent le jeu d''ensemble en faisant appel à un second violon soliste. Désormais libres de certains maniérismes qui ont pu agacer jadis, Fabio Biondi et ses musiciens signent ici un de leur plus beau disque, où justement le travail d''équipe fait merveille. Au jeu des comparaisons, Rachel Podger et l''Arte dei Suonatori, pourtant virtuoses à souhait, doivent s''incliner devant la souplesse et les couleurs des archets italiens. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Biondi n'emprunte pas forcément des tempi plus rapides que ceux de Podger, mais il sait mieux capter l'attention et bénéficie d'une meilleure prise de son. Les sceptiques pourront se rendre sur le site d''EMI Virgin, où un court métrage habilement conçu montre l''Europa Galante en répétition pour ce projet, que commente Fabio Biondi dans un excellent français.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les portugaises en charentaises (si je puis dire, mais oui, je me l'accorde; ce qui me fait penser à cette délicieuse publicité dans l'une de nos revues musicales : accordez-moi votre confiance, je vous accorderai votre piano), bref disais-je les portugaises en charentaises de maints moutonniers tâtonnants mélomanes drogués à la promo pensée-uniqueuse (gondole, gondole, est-ce j'ai une tête de gondole?) vont sans doute armer dans leurs poches des pistolets absents pour me revolvériser hérétique et relaps. Mais enfin, ayant plutôt un peu bien aimé Biondi, et comme une commissaire européenne s'emportant contre la France de son exacte petite prononciation pointue claquante, moi je dis : ça ne va pas, moi je dis stop! On ne joue pas Vivaldi comme on va au bureau, juste pour continuer à faire tourner la machine (machine à cash pour le label, on n'en doute pas). Ce disque totalement barbant est insupportable de toute cette lourdeur motorique d'une frénésie autophage au niveau de l'orchestre (le ripieno) et les parties solistes sont d'un manque de lyrisme à désespérer tous les violoneux de Billancourt. En plus, choisir l'édition londonienne est l'excuse pour ne nous donner que des extraits de cet opus, donc en un seul CD selon probablement un plan marketing soigneusement concerté. Ici, le pêché suprême de Biondi semble être de donner profondément raison à ce sacré printanier petit crétin de Stravinsky, qui disait que Vivaldi n'avait fait qu'écrire 500 fois le même concerto (quelle imbécile erreur!). Bref, un enregistrement lamentable que c'est pas la peine. Pour l'intégrale de la Stravaganza, revenons à nos bons vieux Pinnock et autre Hogwood.

(P.S. écrit deux ans plus tard : oui, décidément, je confirme, Biondi a vraiment tourné à sa propre caricature. Je revoyais une vidéo sur son passage à Ambronay en 2010, avec notamment des extraits de l'Estro Armonico. Apreté robotique lassante, et même insupportable, gros sabots rythmiques sans plus aucune variante, nuance, finesse, lyrisme. Et c'est dans cette lourdeur bureaucratique que tout est joué exactement pareil. En plus, summum du ridicule, dès le premier petit concerto, exécuté comme je viens de le dire, à la fin déjà ses propres musiciens applaudissent le chef et on se demande bien pourquoi. Dévotion obligatoire, probablement, et c'est totalement ridicule.)
55 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2011
Pourquoi des musiciens magnifiques peuvent être mis en situation tellement catastrophique par une prise de son faite à la va vite, ou l'unité n'existe pas, les timbres sont acides et tout sonne dur? Certains disques sonnent tellement mieux....
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)