undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles4
4,3 sur 5 étoiles

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Précision qui ne concerne que mon accès au texte, non le texte lui-même : Washington square (1880) est le premier roman de James que je lis en langue originale. La difficulté proverbiale de l'anglais de ce romancier est sans doute surtout liée à des oeuvres ultérieures. Washington square, où James évite soigneusement d'alourdir le récit avec le genre de descriptions qui font la joie de certains de ses confrères (et souvent aussi le désespoir du lecteur), n'offre en version originale, avec ses chapitres courts et sa sobriété constante, aucune difficulté insurmontable.

James s'est lancé un défi avec ce roman, le défi d'intéresser à une héroïne d'apparence irrémédiablement banale. En outre, il est toujours tentant de vouloir captiver en jouant sur la corde sensible et James s'est interdit cela aussi (et surtout). De ce point de vue, le père de l'héroïne, le docteur Sloper, joue un rôle capital, non seulement dans le récit, mais dans la définition de la tonalité du livre. Car, incarnation d'une alliance entre intellect et sens pratique, le docteur regarde les événements à bonne distance. Sûr de son jugement, il semble occupé à une expérience en laboratoire : soit une situation A, avec des personnages B, C et D, qu'adviendra-t-il si [...]. Sloper est devant la vie (la sienne et surtout celle des autres) comme un astronome qui veut prédire le prochain passage de la comète. Au fond, ce qu'on appelle les drames de l'existence, il en voit plutôt le côté distrayant. Tant de détachement, si peu d'empathie avec sa propre fille, a pu révolter.

On parle parfois de roman d'analyse. Dans Washington Square, un des personnages se charge donc déjà de l'analyse. Il n'est d'ailleurs pas le seul, puisque sa soeur, la digne et fofolle Mrs Penninman, veut en faire autant. Mais tandis que le docteur voit toute chose à travers le prisme de son expérience désabusée du monde, Mrs Penniman voit les êtres et les situations comme une personne fantasque qui aimerait vivre par procuration une aventure sentimentale. Elle vit dans un monde parallèle où un beau jeune homme est forcément paré de toutes les vertus. Le roman se passe ainsi à échafauder des scénarios, à porter des jugements contradictoires sur les êtres et leurs perspectives. Le présent devient une perpétuelle anticipation.

Il m'a été impossible de sauter une phrase, une ligne, un mot. Il n'y a pas un mot de trop dans Washington Square.

Washington Square est un roman qui porte sur le mouvement et l'immobilité. A partir du mouvement de la vie -jeunesse, rencontre, émois, projets, il décrit une vie qui ne trouve le salut que dans le silence et l'habitude. En cela, il se montre d'ailleurs beaucoup plus poignant dans l'évocation du personnage et du destin de Catherine Sloper que l'apparence de cynisme du romancier ne pourrait le laisser croire.

Adapté en opéra, en ballet, en film (The Heiress, de William Wyler, 1949), Washington Square est un diamant littéraire, taillé avec un soin incomparable.
44 commentaires10 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2013
Ce n'est pas le plus grand chef-d'œuvre de Henry James – pas un roman de la profondeur de What Maisie Knew ou Portrait of a Lady, mais une histoire charmante (quoique pas très gaie, comme d'habitude avec cet grand explorateur un peu cynique). Et dans ce récit bref, d'une histoire assez simple (une riche héritière assez laide que courtise un coureur de dot et qui se heurte à son père), James donne libre cours à son ironie. «Don't undervalue irony, it is often of great use», dit le père : l'auteur, bien sûr, s'est appliqué à lui-même cette maxime. Un grand plaisir de lecture, soutenu par une édition correcte, bien relue (quasi aucune coquille, c'est remarquable dans cette série d'e-livres gratuits).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2014
Livre imposé par le professeur de fac de ma fille. Donc ce n'est pas un choix personnel de lecture ...
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2010
Le livre est très court et se lit facilement. Un mot pour le résumer: prenant.
0Commentaire2 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus