undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

6
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Bach : Goldberg Variations
Format: Téléchargement MP3Modifier
Prix:6,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

10 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Enfant prodige né en 1970 aux Etats-Unis de parents musiciens (avec des racines slaves), Nicholas Angelich est sans doute le plus français des pianistes américains (à moins que ce ne soit le contraire :). Il a 13 ans lorsqu'il s'installe à Paris, où il reçoit l'enseignement de professeurs comme Aldo Ciccolini ou Michel Béroff. Plus tard il bénéficiera aussi des conseils de grands noms du clavier comme Léon Fleisher ou Mario Joao Pires.

Même s'il s'intéresse au répertoire du XXème siècle (Rachmaninov, Prokofiev, Bartok, Chostakovich... mais encore Messiaen, Boulez, Stockhausen, Henry), Angelich s'est surtout inscrit comme spécialiste du répertoire classique et romantique, à travers des tournées marathon dans le monde entier. Il nous a livré ces dernières années quelques disques de références, comme ces Années de Pélerinage de Liszt, mais aussi de nombreux Brahms (les Klavierstücken, le 2 Concertos, les Sonates pour piano et violon, les Trios avec piano, les Quatuors avec piano). En 2011, Nicholas Angelich aborde pour la première fois au disque le répertoire baroque, avec un véritable monument : les Variations Goldberg de Bach.

Bien sûr les baroqueux ne se départiront pas des interprétations "authentiques" sur clavecin (parmi les incontournables desquelles on citera Pinnock, Ross, Hantai, ou encore Leonhardt) et rejetteront dédaigneusement ce Bach aux sonorités pianistiques outrageusement modernes. Pourtant, l'universalité de la musique du maître allemand s'accomode particulièrement bien des possibilités sonores d'instruments nés bien après ses oeuvres.

Les grandes versions sur piano ne manquent d'ailleurs pas : Kempff, Gavrilov, Perahia, Schiff, Koroliov... Sans oublier évidemment les deux incontournables (mais inclassables) versions Gould. Une oeuvre d'exception, qui prend des dimensions variables et exprime particulièrement dans la diversité sa richesse extraordinaire de forme, d'expression et de raffinement technique. Comme le souligne Nicholas Angelich, Bach dépasse ainsi le cadre instrumental; et le piano moderne, pour anachronique qu'il soit, y conserve une indéniable crédibilité musicale.

Avec une concentration indéfectible et une maturation manifeste, le musicien franco-américain déploie ici une remarquable palette de couleurs et de sons, ciselant chaque pièce comme autant de petits bijoux d'une formidable parure. Il y réussit l'alchimie subtile d'un Bach sans chichis et pourtant plein de poésie et d'émotions, dans une démonstration de légèreté et d'élégance. Une version intellectuelle et contrôlée, qui réussit à se démarquer dans une discographie pléthorique par son discours libre, son éloquence, sa simplicité apparente et sa force tranquille.

Des Goldberg personnelles, à la fois subtiles et maîtrisées, nobles et intenses, qui raviront tout amateur de beau piano, et que l'on recommandera en cela sans aucune réserve.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 août 2013
Aucune version n'épuise la richesse intrinsèque de toute oeuvre de Bach... et celle des Variations Goldberg en particulier. On ne saurait donc en approfondir la connaissance qu'en multipliant les approches.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
VINE VOICEle 18 juin 2015
Inconditionnel de Glenn Gould et de ses notes piquées et retenues, j'ai découvert une version plus tonique qui ne nuit pas pour autant à cette oeuvre méditative
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 mai 2015
magnifique interprétation, sobre, sensible, d'une oeuvre si souvent entendue
le silence intérieur se fait dès les premières mesures
du grand art
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 mai 2014
Après Glenn Gould, je sais ce n'est plus original, je découvre cette version qui m'apprivoise peu à peu, je la trouve plus chantante même si l'Aria m'a paru plus confus aux premières écoutes. Il y a de l'énergie, une chaleur moins analytique que chez Gould (dernière version de GG). Et cela donne envie de continuer l'approche et la découverte de ces variations au piano et aussi au clavecin.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 mars 2014
Mitigé, il y a des passages que je n'aime pas trop. D'autres sont chouettes. Je le le conserverai pas parmi mon podium. La couverture est trop sévère.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus