undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos nav-sa-clothing-shoes FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

31
3,9 sur 5 étoiles
McCartney (Edition Spéciale)
Format: CDModifier
Prix:23,15 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je crois que l'approche "Fin des Beatles" de Paul et John était fort différente.
John qui plus est un peu sous l'influence de Yoko ne souhaitait pas continuer et avait une vraie envie d'expression personnelle et cela aboutit de fait à de forts réussis et intenses premiers albums.
Paul aurait pu être l'élément stabilisant du groupe, une sorte de leader mais il n'en était pas question : John (+ Yoko) et même George, pour preuve dans le cas du petit qui avait bien grandi, ses premiers albums solo (All things must past au minimum).
L'album Let it be dernier sorti, avant dernier enregistré, est bien cette tentative de réunion du groupe en instance de séparation.
Donc Paul est en disponibilité de "son" groupe qui n'a pas tenu.
Il rentre chez lui, Linda la compagne, la vraie est là aussi, un peu musicalement, quelques harmonies !.
Paul c'est ce talent inné pour la mélodie, pour la pop en cette spécificité là.
Donnez lui une guitare, il composera une chanson, comme ça, tout naturellement.
De même au piano, la basse c'est son instrument de référence et on a jamais demandé à Ringo d'être Elvin Jones ou même Ginger Baker, Paul sait donc faire aussi.
Il fera tout comme ça avec évidence et facilité du talent voire du génie car il porte ça en lui.
A la maison, comme pour lui tout seul !.
Des dizaines d'années après, il m'étonne toujours, au minimum à être lui même toujours et encore : facilité mélodique, gout et savoir faire pour arranger tout cela.
Il me semble néanmoins même moins bon sur les rocks un peu plus durs que sur les ballades et les tempi moyens.
Ce qui n'engage pas le titre mis en avant dés la parution : "May be i'm amazed" d'être si réussi.
En quelque sorte nous ne sommes jamais étonnés avec monsieur McCartney tant il confirme toujours son talent, son génie en son genre.
Mythique parce que son premier, point obligatoirement son meilleur mais il y a le choix et je ne le fais pas, je prends presque tout.
Paul pour partie de sa carrière reformera un groupe : Wings !
Mais McCartney est déjà là et il sera toujours là.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 5 juillet 2011
McCartney est le premier album du Paul McCartney paru en 1970 après la séparation des Beatles annoncée le 10 avril 1970. Le chanteur multi-instrumentiste y joue tous les instruments. Pour un premier essai solo c'est une très grande réussite. Sans ligne directrice apparente, Paul s'amuse à y aborder différents genres ; le blues, la ballade, le rock, quelques instrumentaux parfois un peu étranges comme le tout dernier titre, Kreen-Akrore. Et il y a aussi quelques chefs-d'œuvre pop où éclate tout son talent de mélodiste et de chanteur : Junk, Teddy Boy ou encore le célébrissime Maybe I'm amazed, repris depuis des dizaines de fois par différents artistes. Ce premier album n'est pas un album posthume des Beatles, il contient déjà tous les ingrédients très personnels des opus suivants de Macca.
Cette édition est une version remastérisée de McCarteney, et le résultat est époustouflant : tous les instruments se détachent avec une netteté incroyable, tous les sons un peu trafiqués, les bruitages ressortent parfaitement. La présentation du boitier est aussi très réussie, reproduisant la pochette d'origine (en format digipack cependant, et non en format mini vinyle repplica), les photos, les textes des chansons. Et pour un prix dérisoire. Il en existe cependant une autre version présentée avec un CD bonus que je ne connais pas. Dans la même collection, on trouvait déjà Band on the run, est également sorti McCartney II, d'autres suivront prochainement d'après l'éditeur. On a hâte.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
C'est l'automne 1969. Les Beatles viennent de sortir leur ultime chef d'aeuvre, Abbey Road et continuent de battre records sur records.
Pourtant, retiré dans sa maison, McCartney a le blues : le groupe est en train de partir en morceau et Lennon n'a d'yeux que pour sa compagne, Yoko Ono. Comme pour exorciser ce passage difficile, McCartney compose en solo et expérimente la création d'un album à domicile, en jouant lui-même de chaque instrument.
Le résultat est un disque souvent remarquable, truffé de moments forts tels « Maybe I'm amazed », « Every night » ou « Junk » mais aussi de petites choses faciles. En un sens, cet album annonce ce qui va suivre : le compositeur est incontestablement surdoué, mais avec une tendance à la facilité dès lors qu'il n'a plus le challenge de son compère John Lennon. D'ailleurs, l'un des morceaux du disque, « Teddy Boy », est apparu dans la compilation Anthology dans une version avec Lennon et l'on a pu voir ce qui a dès lors manqué à Paul : un alter ego à même de le défier, faire contrepoint, d'ajouter un peu d'ironie...
Remastérisé par Paul lui-même, Mcartney I a tout de même conservé un charme unique : celui du disque artisanal, fait de brics et de brocs, d'une énorme liberté.
Daniel Ichbiah, auteur de Beatles de A à Z
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1970.La rupture avec les beatles est réçente et beaucoup plus traumatique que l'on veut bien le laisser entendre dans l'entourage de paul mccartney à l'époque. Choqué, le retour sur terre est plus que difficile et paul se réfugie dans ce qui lui reste de plus stable: la famille, la maison(mais aussi l'alcool et la drogue ne l'oublions pas). Il est certain que cet album souffre d'un manque de cohésion, mais il faut regarder plus loin et noter une force de caractère une indépendance de l'auteur à toute épreuve, une formidable envie de créer et en tous les cas, de continuer. Il y jouera de tous les instruments et le génie de certains titres est incontestable(maybe i'm amazed, every night, that would be something, junk, man we was lonely...). Cet album marque un tournant, une étape importante pour la suite de sa carrière...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 octobre 2011
Si l'on considère qu'un an plus tôt, en 1969, McCartney concoctait l'extraordinaire album "Abbey Road" (with a little help from John and George), alors ce premier album solo peut laisser perplexe. Il se situe à l'opposé de son illustre prédécesseur : Abbey Road était brillant, les titres s'enchaînaient façon medley, la production était hyper léchée et les orchestrations complexes ; "Mc Cartney" (l'album) semble essentiellement constitué de démos, impression renforcée par le fait que Paul y joue tous les instruments lui-même, parfois un peu maladroitement en particulier en ce qui concerne la batterie. Les compositions vont de l'anecdotique ("The Lovely Linda" ou "Momma Miss America") au carrément indigent ("Valentine Day" ou "Man We Was Lonely").
Il y a cependant deux pépites sur ce disques : "Junk" et "Maybe I'm Amazed". La première (qui figure en version chantée et en version instrumentales, aussi belles l'une que l'autre) est une ballade toute simple et très mélancolique avec piano, guitare et batterie, qui n'est pas sans rappeler les chefs d'œuvres intimistes des albums passés comme "Here there and everywhere" ou "I will". "Maybe I'm Amazed", quant à elle, est la seule chanson de cet album qui aurait pu figurer sur Abbey Road. Mélodie irrésistible, comme souvent chez McCartney, gros travail sur le chant et sur les chœurs, et orchestration sophistiquée très proche de ce à quoi les Beatles nous avaient habitués. Une des plus belles chansons de la carrière de McCartney, qui compte pourtant un paquet de titres exceptionnels.
Un mot sur les bonus : le CD2 propose quelques titres en live et quelques raretés intéressantes, mais il ne dure que 25 minutes... ça frôle l'escroquerie car tout cela aurait pu tenir sur le premier CD qui dépasse à peine 35 minutes!
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 21 décembre 2014
Quand on s’appelle Paul McCartney et que l’on vient de subir la séparation d’un groupe comme le sien (ce qu’il endossera à son compte - avant les trois autres - en publiant un communiqué accompagnant la sortie de ce premier album), les attentes suscitées par sept années à se balader dans le génie sont quasi impossibles à combler. De fait, la presse autant que les fans ne cesseront d’être déçus et il faudra vingt ans pour que sa carrière soit réévaluée à sa juste valeur. Depuis, ses publications post-Beatles ont été enfin réhabilitées (pas tout est génial non plus, mais de peu !), à commencer par ce premier opus, aujourd’hui sacré.
D’emblée, son choix de tout enregistrer lui-même fût critiqué et l’on jugea cet album comme inachevé avant même d’en avoir fait le tour ! Pourtant, fort de son bonheur auprès d’une Linda qui est devenue tout pour lui, Paul réalise un disque d’une fraîcheur inaltérable, entre ballades acoustiques irréprochables (EVERY NIGHT, JUNK) et jets d’électricité à l’inoffensive spontanéité (OO YOU) - où sa basse joue des rondeurs comme aucune autre (MOMMA MISS AMERICA) - et touche une fois encore au divin avec MAYBE I’M AMAZED, hit qui ne le fût pas et qui se rapproche sans complexe du répertoire sacré dont cet album fût la victime, car le groupe qui en accoucha avait fini par faire trop de promesses pour permettre à ses membres d’y répondre. Une réévaluation qui ne cesse de s'imposer.
Tops : MAYBE I’M AMAZED, EVERY NIGHT, JUNK, THAT WOULD BE SOMETHING, MAN WE WAS LONELY, OO YOU
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mai 2012
voici le premier album de paul mc cartney en solo, le premier que paulo séparé de ses fréres les beatles à écrit enregistré et produit en 1970
la naissance d'un artiste qui depuis vole de ces propres ailes
profitez de ces concerts d'un musicien hors normes
mon évaluation est celle d'un fan donc pas objective l'album est remasterisé c'est clean peut-être un peu trop
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 juin 2013
Macca, entre blues, tristesse, melancolie... mais c'est un album humain moin pro que abbey road sorti quelque mois avant.
Des morceaux composé étant adolescent (hot as sun), période inde (teddy boy), et la chanson fétiche de Macca "May be I'm amazed" dédié à Linda et joué à tous ces concerts.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 août 2001
L'histoire de cet album est aussi passionnante que l'album lui meme. Réfugié dans sa ferme en Ecosse après la séparation des Beatles (enfin la séparation non officielle en 69) Paul, encouragé par sa femme Linda, décide de faire un album lui meme tout seul comme un grand. C'est ainsi qu'il joue de tous les instruments, qu'il est ingénieur du son et qu'il produit l'album..... et ça marche, un succès attendu dans les bacs à la mi 70. Les ingrédients du succès? un talent de mélodiste hors du commun (junk, maybe I'm amazed) , une énergie débordante (oo you, momma miss america) et un son pur très raffraichissant avec "that would be something", "Every night" ou encore "Valentine day". Bref un très bon Macca.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 juin 2010
Il faut juste replacer ce disque dans le contexte de l'époque pour l'apprécier: Est-ce qu'un autre artiste avait alors, déjà tenté le coup de l'album fait "tout seul à la maison"?... Au sortir du tourbillon beatles, Macca s'offrait le plaisir du repliement sur soi, juste entouré de femme et enfants. Une petite vie toute neuve et toute en simplicité... Comme l'album !
Certes, ça n'atteint pas souvent les sommets sur lesquels un artiste comme lui peut nous emporter , mais ça se laisse écouter et c'est touchant. Moi, je mettrais un bon 7/10
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Ram
Ram de Paul McCartney (CD - 2012)


Venus And Mars  - 2 CD
Venus And Mars - 2 CD de Paul McCartney (CD - 2014)