undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles14
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
13
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 3 décembre 2007
Avec un titre pareil il nous avait prévenu, le sourire aux lèvres, David Lee Roth les boufferait tout cru. Qui ça !? Tous les prétendants ! Les pseudo virtuoses qui voudraient lui piquer sa place. Décidé à tirer le premier, il livra un premier album magistral (quoiqu'un peu court).
S'entourant de musiciens hors paire (inconnus à l'époque) dotés d'un vocabulaire musical proprement hallucinant, ces derniers apportèrent à ce disque une dimension complètement barrée, novatrice, maîtrisée à l'extrême et surtout non dénuée d'humour.
En son temps (1986), "Eat'em and Smile" repoussa les limites d'un Rock qui se voulait sûr vitaminé et plus fou que jamais. A l'image du charisme de l'ex Van Halen.
Difficilement définissable, certains s'empressèrent d'étiqueter cette musique sous l'appellation que celle de BIG ROCK. Pourquoi pas. Une chose est sûre, à cette époque il y avait un roi... Il s'appelait David. 17/20
11 commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dire qu'on l'attendait au tournant - alors qu'il avait quitté la poule aux aeufs d'or et sorti un EP de reprises certes sympathique mais pas transcendant - relève du doux euphémisme. Le moins que l'on puisse dire c'est que David Lee Roth remporte ici le challenge voire enfonce la tête des ses ex-partenaires sous l'eau.

Car enfin, si on devait comparer cet Eat 'Em and Smile au 5150 des frères bataves, il ne faudrait pas bien longtemps pour déclarer David et sa nouvelle bande d'allumés vainqueurs par KO.

Pour remplacer Edward, Steve Vai est un choix judicieux. Technicien hors pair mais pas franchement un boute-en-train, Vai - ici poussé dans ses retranchements par le patron - livre une des ses plus mémorables performances... ce qui n'est pas peu dire.

L'ex Pallas Bill Sheehan (basse) et le session-man Greg Bisonette (batterie) composent quand à eux une section rythmique cohérente et efficace quelque soit l'orientation prise par l'album.

Car, et c'est bien là la force de David Lee sur ses anciens compagnons, la fantaisie et la variété sont au rendez-vous. Du hard rock bien furieux (Shyboy, Elephant Gun), du big bang (I'm Easy, That's Life), du bon gros big rock comme Van Halen ne savait plus en faire (Yankee Rose, Goin' Crazy)... Tout est là !

Cerise sur le gâteau, c'est Ted Templeman - qui avait si bien mis en son la discographie de Van Halen - qui produit l'album... à la perfection.

Jamais plus David Lee ne refera un album de ce calibre (mention tout de même à Skyscraper et Your Filfthy Little Mouth) mais, bon, peu d'artistes peuvent se targuer d'avoir ne serait-ce qu'un album de cette qualité à leur actif.

Essentiel donc.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 24 février 2009
S'appuyant sur le talent de Steve Vai, Billy Sheehan et Greg Bissonnette, Diamond Dave pond un album majeur, qui sent certes le Van Halen, mais aussi le fun et les cuivres à la Aerosmith, et possède la patte des grands crooners ricains tels que Sinatra, avec même des relents à la Ray Charles... sacré mélange, non ? Et pourtant cette alchimie donne de flamboyants résultats au travers d'un disque très bien produit par un manitou des mannettes, Ted Templeman, qui réalise là avec Dave un disque inspiré, joyeux, et très très pro. Rock musclé en mid-tempo, le style non violent peut toucher un large public, mais reste tout en qualité, sacrément pêchu !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2012
1985: Après de nombreuses tensions au sein du groupe Van Halen tout juste auréolé de son "MCMLXXXIV", David Lee Roth décide de claquer la porte ou bien est-ce finalement Eddie, agacé par les frasques et l'égocentrisme exacerbé de son frontman officiel qui va congédier Roth ? Dur, dur de savoir le véritable fin mot de l'histoire: les échanges musclés entre les deux hommes se déroulèrent principalement par voie de presse interposée à l'époque. C'est alors que peu de temps après, Roth va mijoter sa vengeance : juste le temps pour lui de réunir un line-up de premier choix avec le super batteur Greg Bisonnette, le génial bassiste Billy Sheehan et enfin le virtuose de la six-cordes, élève surdoué de Joe Satriani: Steve Vai pour ses premiers faits d'armes. Roth tenait alors sa réponse directe aux frères Van Halen à qui il adresse ce message personnel et amical : "Eat'em and smille". Produit avec soin par Ted Templeman, l'album contient 10 brûlots menés tambour battant par "Yankee Rose" et "Goin' Crazy". Ajoutez à cela des clips vidéos spectaculaires et à l'humour potache fidèles à l'esprit de "Hot for Teacher". Des apparitions toujours aussi remarquées à la télévision ou sur scène, le tout dans un style toujours aussi flamboyant et chamarré avec un goût prononcé pour la démesure : Tel est l'univers fun et coloré de Mister David Lee Roth ! Pourtant même avec un très bon "5150" paru quelques mois après, Edward Van Halen et ses comparses auront du mal à s'en remettre ! C'est dire !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
David Lee Roth est sans aucun doute l'homme des premiers albums.
A l'instar du VAN HALEN I, le voici qui nous pond un premier album sous son nom digne de figurer au panthéon du rock toutes catégories confondues.
Certe, l'individu ne s'est pas entouré de néophytes hésitants, mais à cette époque les Steve VAI, Billy SHEEHAN et autres Greg BISSONNETTE n'étaient pas encore archi connus, et leurs noms ne faisaient pas autant tourner les têtes qu'aujourd'hui.
En tout cas cet album leur a inévitablement servi de tremplin.
Et quel album, çà commence par un "Yankee rose" où Steve Vai fait rire sa guitare en réponse à David, suivi par un "Shyboy" expéditif bourré d'énergie.Le reste de l'album alterne des moments de big rock jouissif et rafraichissant (I'm easy,Goin' crazy, Tha's life) à des titres pleins de vitamines (Ladies' nite in Bufflo?, Tobacco road).
Chaque musicien apporte sa pierre à l'édifice monumental que constitue cette perle rare.
A ne rater sous aucun prétexte.
Si seulement le nouveau Van Halen qui se prépare avec Dave pouvait être touché par la même grace pour que le premier album de la phase 3 de David soit du même tonneau...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2014
MONSIEUR ROTH QUITTE LE NAVIRE VAN HALEN POUR ETRE REMPLACE PAR SAMMY HAGAR
CE NE SERA PLUS LE VAN HALEN D'AVANT
IL EMBAUCHE UN GUITARISTE SURDOUE STEVE VAI QUI IRA REJOINDRE LE WHITESNAKE
DE SIR COVERDALE
ET UN CARTON DES LE PREMIER ALBUM SUPERBES COMPOS
ET CE FOU DE DAVID LEE QUI EST AU SOMMET
BONNE ECOUTE
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2013
Premier opus solo de DiamonDave après avoir quitté Van Halen, le sieur s'entourera d'un trio de musiciens fantastiques Steve Vai à la guitare, Billy Sheehan à la basse et l'ami Gregg Bissonette à la batterie . Résultat 10 hits en puissance teintés de cuivre mélangés à cette voix unique et à des musiciens de très très haut niveau ça sent bon l'été et c'est indémodable !!
Encore plus sûr qu'une bagnole allemande !!
Si des gens sur ce site vivaient sur une autre planète et n'étaient pas au courant volez l'acheter !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2007
Cet album est celui d'une rencontre au sommet entre David Lee et un gang de musiciens phénoménaux qui ont tous contribué à cet édifice exceptionnel. d'abord un jeune Steve Vai, dont les rythmiques décoiffent et les solos s'envolent en une sublime virtuosité jamais maniérée. Une inventivité et une maturité incroyable. Ensuite Bill Sheehan, bassiste hallucinant de virtuosité, un coeur énorme qui pulse à travers toutes les compos et explose dans Bump and grind (jamais vu un bassiste capable ne serait-ce que d'approcher la technique du Mossieur, sans parler de la musicalité qui l'accompagne. Que dire enfin de Greg Bissonnette ? Tous les batteurs (dont je suis, en plus de guitariste) ne peuvent qu'admirer là encore la technique, le dosage, le swing, le son, bref les mots me manquent.

Je garantis un plaisir infini à tous ceux qui achèteropnt cet album et ont un tout petit peu d'oreille.
0Commentaire6 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2014
Je n'ai jamais aimé Van Halen plus que ça...
Un jour un ancien pote me fait découvrir cet album de David Lee Roth.
Et je n'ai jamais décroché !!! Simplement un hit.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2014
Un premier album gorgé d'énergie et de swing qui fera fondre de plaisir votre lecteur devant l'organe du maestro et la virtuosité des musiciens,
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,10 €