Commentaires en ligne 


121 évaluations
5 étoiles:
 (56)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (11)
2 étoiles:
 (19)
1 étoiles:
 (24)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


25 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Démesuré, fluide et minéral
Faut-il y aller à son tour d'un commentaire sur "The Tree of Life", le cinquième film et à bien des égards le "magnum opus" de Terrence Malick? J'ai jusqu'à présent été réticent à le faire, et je le suis toujours, en tout cas si un commentaire doit être là pour donner une interprétation du...
Publié le 12 octobre 2011 par LD

versus
28 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 2011, Odyssée de l'espace
Cinquième film de Terrence Malik, Palme d'Or à Cannes, 'Tree of life' ne peut que diviser, ce qui est somme toute naturel pour une oeuvre à la fois expérimentale et très personnelle.
Le film suit une famille ordinaire de Waco, TX, dans les années 1950. Le père (Brad Pitt), un ingénieur, aurait aimé être...
Publié le 3 juin 2011 par zybine, amateur éclairé


‹ Précédent | 1 213 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

25 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Démesuré, fluide et minéral, 12 octobre 2011
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The tree of life - Edition Collector - Combo Blu-ray + DVD + Livre (Blu-ray)
Faut-il y aller à son tour d'un commentaire sur "The Tree of Life", le cinquième film et à bien des égards le "magnum opus" de Terrence Malick? J'ai jusqu'à présent été réticent à le faire, et je le suis toujours, en tout cas si un commentaire doit être là pour donner une interprétation du film ou prendre position, de façon tranchée, dans un débat pour / contre. L'un comme l'autre ne m'intéressant guère, je me lance, en faisant quelques constatations d'ordre général et personnel avant de commenter l'édition proposée par EuropaCorp, objet ultime de ma contribution.

1) Je rends grâce - c'est le mot qui convient lorsqu'on parle de ce film... - à tous ceux qui ont écrit des commentaires faisant preuve de quelque nuance. On n'est pas absolument obligé de tout prendre ou de tout laisser dans ce film, encore moins de se prosterner devant le chef-d'oeuvre du siècle ou de le rejeter violemment en criant à la daube intersidérale et boursouflée. Encore faut-il accepter au cinéma qu'une oeuvre soit hors normes, non calibrée. Ainsi qu'une logique qui ne soit pas uniquement celle du récit. Ce n'est pas que ce film n'ait pas de récit ou qu'il s'agisse d'un grand n'importe quoi, il y a bien une structure et une ligne de récit assez claire si l'on est sensible à une logique qui se dessine grâce à tous les moyens du cinéma, art audiovisuel et pas uniquement littéraire et/ou théâtral. C'est ce qu'a bien montré Luc B. dans son commentaire intitulé "Malick avec un M, comme métaphysique et minéral", qui se trouve sur la page du dvd et avec lequel je suis à quelques détails près d'accord. J'ajouterai juste par rapport à lui que le film est dans son essence aussi fluide que minéral. Une logique sensorielle pour un art audiovisuel donc, qui recherche la fluidité mais ne craint pas pour autant les ruptures qui peuvent décontenancer le spectateur. On peut se laisser porter et décontenancer, voire se sentir décrocher - en particulier pendant la désormais fameuse partie "cosmique" - mais il est aussi possible de raccrocher et d'être captivé par ce qui suit. Cela a été mon cas et a fini par rejaillir sur la façon dont j'ai appréhendé le film dans son entier, même si j'ai failli à un moment me sentir exclu comme nombre de spectateurs (sans parler de ceux qui sont purement et simplement partis de la salle, sans autre forme de procès).

2) On peut sans problème être, comme c'est mon cas, un très grand admirateur des films précédents de Malick et avoir été quelque peu déçu par ce film. Tout en trouvant qu'il est à sa façon un aboutissement, tant il reprend et radicalise ce que Malick fait depuis au moins La Ligne rouge. On peut le trouver porté par une folle ambition, sans pour autant penser que cette ambition donne ici un résultat complètement achevé. Plus que la prétention que d'aucuns prêtent à Malick, je crois que le film, certes imposant mais aussi fragile, pêche finalement par naïveté. A commencer par celle de croire que les images peuvent représenter la création de la vie. Tout en écrivant cela, il ne me viendrait pas à l'idée de reprocher à un cinéaste de croire aux pouvoirs illimités de la matière dont est fait son art. Il se trouve juste que, dans la partie cosmique comme dans la dernière partie, les images ne me semblent pas tout à fait à la hauteur... tout simplement parce qu'elles le peuvent difficilement. Et les arroser de Requiems, que ce soit celui de Preisner ou celui de Berlioz, très sollicité, n'y change hélas pas grand-chose.

3) Au-delà de cette naïveté, le rapport de Malick au cadre, au mouvement, à la captation à la fois libre et élaborée des manifestations de la vie est admirable, pour peu qu'on soit sensible à ce dont je parlais plus haut et qu'on aime contempler ce genre de choses. Voir le film dans son entier, se laisser porter par son flux et envelopper par la façon dont les plans (et les sons, la musique, etc.) se succèdent et se répondent, est à mon sens la condition pour l'accepter au-delà de ses défauts réels ou supposés, voire de l'irritation qu'on aura ressentie à tel ou tel moment. C'est bien pour cette raison qu'il s'agit d'une oeuvre qui tient de l'expérience cinématographique, pas au sens où il faudrait le prendre comme un "trip" fumeux, ce qu'il n'est selon moi pas, mais parce qu'il sait capter autant qu'il met à l'épreuve les limites du spectateur (en tout cas de beaucoup d'entre eux). Je ne peux que souhaiter que, pour ceux qui n'ont pas tenté l'expérience en salle et le feront chez eux, la greffe prendra; mais quitte à me répéter, elle ne prend pas pour tout le monde, et pour un même spectateur, elle peut prendre à des moments et pas à d'autres sans que cela soit finalement très grave : il suffit de se laisser porter et d'accepter que tout dans une oeuvre aussi débordante ne soit pas à son goût.

EDITIONS DVD ET BLU-RAY

Comme EuropaCorp sort plusieurs éditions en même temps, je vais essayer d'être le plus clair possible sur ce qui est proposé dans chacune d'entre elles.

-Les éditions dvd (The Tree of Life et The Tree of Life - Edition limitée avec surétui) ont droit à un master de qualité, qui n'est pas nettement inférieur à celui du blu-ray. VF et VOSTF 5.1 rendant bien les variations d'intensité du son, très importantes dans ce film. Aucun supplément en revanche.

- L'édition blu-ray combo non collector (The tree of life - Combo Blu-ray + DVD) propose un master de très bonne qualité, avec une définition et une restitution des couleurs à la hauteur, noirs et rouges inclus. Image très stable, mais quelques petites vibrations sont à noter. VF et VOSTF DTS-HD 5.1 qui m'a semblé excellente (mais je n'ai pas un équipement de pointe). En supplément, le making-of réalisé par le spécialiste du making-of professionnel et sans surprise, Laurent Bouzereau, qui est... professionnel et sans surprise! Avec la participation des proches collaborateurs de Malick et des acteurs principaux (et les admirateurs que sont David Fincher et Christopher Nolan), sans la participation du maître évidemment, plus que jamais invisible. D'une durée d'1h35 à en croire ce qui est noté ci-dessus, il ne dure en fait que 30'. Trois entretiens également au titre des suppléments : un avec le compositeur Alexandre Desplat (12'), dont la musique a été composée avant montage et dans laquelle Malick a puisé, mais on sait qu'il en a retenu finalement assez peu au regard des longs passages de musique pré-existante qu'il a utilisés. Reste que les propos de Desplat sur sa musique et sur son travail avec Malick sont pertinents ; un avec Yvonne Baby (18'), ancienne chef du service culture du Monde, qui a connu Malick quand il vivait à Paris : ce qu'elle dit est globalement intéressant, mais elle n'évite pas deux ou trois truismes et se mélange de temps à autre les pinceaux ; un avec le critique Michel Ciment (25'), qui définit avec talent le style de Malick et ses évolutions, et éclaire pas mal des références du dernier opus, même s'il va un peu trop vite sur certaines d'entre elles.

- L'édition blu-ray combo collector (The Tree of Life - Edition Collector - Combo Blu-ray + DVD + Livre) reprend exactement tout ce qu'il y a dans l'édition précédente. Les seules différences tiennent au fourreau et aux beaux rabats cartonnés reprenant la mosaïque de l'affiche américaine, et à l'ajout d'un portfolio de 28 pages, pas même luxueux. Autant dire que la différence entre les deux éditions n'est pas essentielle, et que la différence de prix ne se justifie que très modérément. A vous de voir si vous souhaitez quelques photos en plus...

A noter qu'un livret reprenant de façon plus ramassée et plus complète les propos de Michel Ciment et d'Yvonne Baby est fourni avec les coffrets dvd et blu-ray disponibles dans une autre enseigne. Nettement plus intéressant et mieux conçu que le portfolio sans grand intérêt livré avec l'édition dite "collector". Dommage : la moindre des choses eût été qu'il se trouve dans cette édition-là aussi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


24 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Incompris. Inclassable. Déroutant. Fascinant. Une oeuvre magistrale!!, 12 octobre 2011
Par 
Nathan MALENDE "VINDICATOR" (Biarritz, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The tree of life - Edition Collector - Combo Blu-ray + DVD + Livre (Blu-ray)
Depuis LA LIGNE ROUGE je suis un fan absolu de Terrence Malick. Ces films sont à chaque fois des expériences sensitives uniques d'une beauté rare (en particulier le fabuleux LES MOISSONS DU CIEL).

TREE OF LIFE, couronnée par une palme d'or largement méritée, ne fait pas exception à la règle.

Dans ce film on parle de foi, de rejet de la foi, d'accepter le deuil, la douleur de la perte de l'être cher et de ressenti. Car la mère (émouvante Jessica CHASTAIN) du jeune héros est une naïve qui s'attache à ses croyances pour ne pas pêter les plombs tandis que le père rigide (BRAD PITT, superbe!!) s'attache à ses regrets, ses rancoeurs et rejette tout sur l'éducation de ses enfants. De ce l'enfant remet en cause les fondements de sa propre famille : Pourquoi Dieu a laissé cet enfant se noyer, l'incendie et l'enfant brulé, céder à la violence, l'envie de tuer son père...

La symbolique de la scène finale sur la plage l'explique bien.

Tour à tour ses personnes se croisent sans jamais se regarder et tout à coup ils accèptent de se regarder, de communiquer donc de vivre : il accepte l'aigreur du père, l'onirisme de la mère murmurant "je te le confie". Tout de suite après l'enfant devenu adulte (campé par Sean PENN) errant dans son désert affectif (cette porte étrange au milieu du désert), dos à un gratte ciel dans cette société moderne déshumanisante, sourit pour la première fois. Superbe!!
Il renait (naissance de l'univers, vie puis destruction et renouveau comme le cycle de la vie).

Le sujet central du film est la vie d'un homme est bien peu de choses face à ce qui l'entoure.

Bref cette oeuvre, je l'accorde, aux innombrables symboles, peut susciter un rejet aux premiers abords par sa trop forte complexité. Ponctuée d'images absolument phénomènales (le cosmos, l'océan, les dinosaures...), ce voyage métaphysique hors-norme propose une expérience sensitive fascinante rare au cinéma. Pour peu que l'on soit réceptif (style ENTER THE VOID).

Mais de là à dire tout de suite que c'est un navet, c'est absolument faux!!

Et comparer ce film au 2001 de Kubrick, c'est totalement hors sujet!! Tant les deux films ne se ressemblent en rien.

J'ai eu l'impression d'assister à un autre genre de cinéma, expérimental, transcendant : au delà des mots!!

Il est clair qu'il faudra bon nombre d'années avant qu'il soit apprécié à sa juste valeur.

De plus ce bluray (tres beau packaging pour l'édition collector, d'ailleurs!!) possède une image absolument magnifique et un son (DTS HD en VF comme en VO!!) en parfaite adéquation avec son sujet : le ressenti.

Et les bonus exclusifs à la France sont passionnants (en particulier l'analyse de Michel CIMENT, également auteur de livres sur KUBRICK)

Je le répète, pour moi, TREE OF LIFE est un chef-d'oeuvre absolu qui interroge sur notre place dans ce monde et marque.

Ce n'est que du cinéma mais quel cinéma!!

Malick's FOREVER!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


28 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 2011, Odyssée de l'espace, 3 juin 2011
Par 
zybine, amateur éclairé (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
Cinquième film de Terrence Malik, Palme d'Or à Cannes, 'Tree of life' ne peut que diviser, ce qui est somme toute naturel pour une oeuvre à la fois expérimentale et très personnelle.
Le film suit une famille ordinaire de Waco, TX, dans les années 1950. Le père (Brad Pitt), un ingénieur, aurait aimé être musicien et souffre de ne pas avoir aussi bien réussi dans la vie qu'il l'aurait souhaité. Il mène durement ses trois fils, lesquels grandissent dans un contraste saisissant entre l'univers de la maison et du père, étriqués, et la nature environnante, vers laquelle ils s'échappent. Le film, c'est son originalité la plus marquante, ne comporte à vrai dire pas d'intrigue, pas vraiment de dialogues et encore moins de personnages. Il s'agit d'une suite d'images et de musiques, que met en perspective une voix off se concentrant sur les émotions des personnages. Les trois quarts du film sont consacrés aux jeux des enfants qu'on voit courir dans la maison, nager dans la rivière, se promener en forêt, regarder le ciel (soleil couchant de préférence), admirer les insectes et les végétaux... Toutes choses familières aux admirateurs de Malik, qui, on le sait, peut admirablement filmer ces instants magiques de fusion de l'homme et du paysage. Mais qu'y a-t-il d'autre dans le film à part ces belles images ? Pas grand chose en vérité et beaucoup de maladresses.

Malik a choisi d'aérer son propos en mettant en scène Sean Penn, le frère aîné devenu architecte dans une grande ville et qui demeure bouleversé par la mort de son frère cadet. Culpabilité de Penn, sentiment de vacuité par rapport à sa vie, tout cela est extraordinairement exprimé en quelques images magnifiques de l'homme perdu dans la jungle des tours et du macadam. Puis Malik s'est mis en tête de nous mettre en images la naissance de la vie et s'en suit un interminable tunnel d'images de nébuleuses et d'atomes, de dinosaures et de minéraux, de corps célestes et de corps terriens. Partie qui m'a paru à la fois ridicule (les dinosaures ont beaucoup fait rire dans la salle où je l'ai vu) et surtout superfue. C'est seulement ensuite (au bout d'une heure) que le film entre dans la dissection de la vie de cette étrange famille.

Quand on sait que Malik est philosophe, qu'il a lui-même perdu un frère et qu'il recherche, sinon la divinité, du moins un principe supérieur nous réconciliant avec les morts (thème très présent déjà dans La Ligne rouge), on mesure la portée personnelle du projet. En toute simplicité, Malik veut filmer Dieu (c'est la flamme, qui revient régulièrement) et veut filmer le Paradis (c'est l'objet de la scène finale au bord de la mer, magnifique). On ne saurait évidemment réaliser totalement cet exercice et d'aucuns pourront railler la naïveté de l'ambition ou la vacuité du propos philosophique - que ne suffisent pas à masquer les images sublimes de Malik et les belles musiques religieuses qu'il a choisies. Mais ce serait une erreur que d'y voir une boursouflure new-age. Malik est un authentique artiste et il veut vraiment retrouver ceux qu'il a perdus par-delà la mort. Le spectateur peut respecter cette approche mais ne pas se sentir réellement concerné par l'entreprise.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Je me suis endormie..., 16 septembre 2013
Par 
Incognita - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
... ce qui est suffisamment rare chez moi pour être signalé.

Dans les années 1960, madame O'Brien (Jessica Chastain) reçoit un télégramme lui apprenant le décès de l'un de ses fils âgé de dix-neuf ans.
Un architecte d'une grande ville américaine nommé Jack (Sean Penn) se rappelle son enfance par flash-back, et se questionne sur le monde, ce qui occasionne une longue digression où sont évoqués la création du monde, les dinosaures, les éruptions volcaniques, la naissance, les limbes, mais aussi la fin de l'univers.
Dans le Texas des années 1950, un Jack adolescent se heurte à l'éducation autoritaire d'un père (Brad Pitt) malgré tout aimant, ingénieur qui rêvait d'être un grand pianiste. Les rapports conflictuels se cristallisent surtout autour de la mère (Jessica Chastain), aimante et sensible, mais en grande partie soumise au père. Jack, aîné d'une famille de trois frères, découvre peu à peu la part violente en lui, le poussant à parfois violenter ses frères, tout en en retirant un profond remords. La famille fait le deuil du fils et frère aimé…

Ovni, chef d’œuvre, film expérimental, impressionniste ou pédant… voici quelques mots pouvant décrire "Tree of Life"; long-métrage de Terrence Malick. Si le cinéaste prouve qu’il excelle sur le plan de la photographie et du mystique, il aura malheureusement tendance à perdre en cours de route une bonne partie de son public à force d’allégories, de métaphores ou de réflexions religieuses. Certes Tree of Life a des qualités, notamment photographiques, pourtant on ne pourra pas s’empêcher de reprocher à Malick de trop en faire.

Entre philosophie maladroite et trip mystique, "The Tree of Life", autobiographique et cosmique, offre des moments magiques entre une fratrie et un père autoritaire. Las, les images sublimes et les instants d’émotions peinent à chasser l’ennui progressif qui emporte le spectateur dans une profonde torpeur. "The Tree of Life" voudrait embrasser d'un même élan la vie d'une famille américaine et la création du monde. Malheureusement, il devient assez rapidement un film fragmenté qui s'embourbe jusqu'à provoquer un ennui indicible, malgré quelques plans qui frôle la grâce, l'un des thèmes centraux de ce film que Malick oppose à la nature.

Déconcertant et décevant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Belle qualité technique mais le film est un OVNI ..., 25 août 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of Life (L'arbre de vie) - Digibook [Blu-ray] (Blu-ray)
Rien à redire sur la qualité technique qui honore le format. Image et son sont de très bon niveau

En revanche, le film comment vous dire, je n'ai absolument rien pigé !

Beaucoup se sont extasiés sur ce film du trop rare Terence Malick, mais pour ma part sur ce film, j'ai eu beaucoup de mal.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tree of Life, 21 mars 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The tree of life (DVD)
Un film grandiose plein d'Infini, de l'Univers aux sentiments, et jusqu'à l'acceptation de l’inacceptable : la mort d'un enfant qui nous conduit vers la vraie Vie... Peut ne pas convenir à tous car la part de spiritualité qui se dégage de ce film peut parfois déranger.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


34 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Incompris. Inclassable. Déroutant. Fascinant. Une oeuvre magistrale!!,, 13 octobre 2011
Par 
Nathan MALENDE "VINDICATOR" (Biarritz, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
Depuis LA LIGNE ROUGE je suis un fan absolu de Terrence Malick. Ces films sont à chaque fois des expériences sensitives uniques d'une beauté rare (en particulier le fabuleux LES MOISSONS DU CIEL).

TREE OF LIFE, couronnée par une palme d'or largement méritée, ne fait pas exception à la règle.

Dans ce film on parle de foi, de rejet de la foi, d'accepter le deuil, la douleur de la perte de l'être cher et de ressenti. Car la mère (émouvante Jessica CHASTAIN) du jeune héros est une naïve qui s'attache à ses croyances pour ne pas pêter les plombs tandis que le père rigide (BRAD PITT, superbe!!) s'attache à ses regrets, ses rancoeurs et rejette tout sur l'éducation de ses enfants. De ce l'enfant remet en cause les fondements de sa propre famille : Pourquoi Dieu a laissé cet enfant se noyer, l'incendie et l'enfant brulé, céder à la violence, l'envie de tuer son père...

La symbolique de la scène finale sur la plage l'explique bien.

Tour à tour ses personnes se croisent sans jamais se regarder et tout à coup ils accèptent de se regarder, de communiquer donc de vivre : il accepte l'aigreur du père, l'onirisme de la mère murmurant "je te le confie". Tout de suite après l'enfant devenu adulte (campé par Sean PENN) errant dans son désert affectif (cette porte étrange au milieu du désert), dos à un gratte ciel dans cette société moderne déshumanisante, sourit pour la première fois. Superbe!!
Il renait (naissance de l'univers, vie puis destruction et renouveau comme le cycle de la vie).

Le sujet central du film est la vie d'un homme est bien peu de choses face à ce qui l'entoure.

Bref cette oeuvre, je l'accorde, aux innombrables symboles, peut susciter un rejet aux premiers abords par sa trop forte complexité. Ponctuée d'images absolument phénomènales (le cosmos, l'océan, les dinosaures...), ce voyage métaphysique hors-norme propose une expérience sensitive fascinante rare au cinéma. Pour peu que l'on soit réceptif (style ENTER THE VOID).

Mais de là à dire tout de suite que c'est un navet, c'est absolument faux!!

Et comparer ce film au 2001 de Kubrick, c'est totalement hors sujet!! Tant les deux films ne se ressemblent en rien.

J'ai eu l'impression d'assister à un autre genre de cinéma, expérimental, transcendant : au delà des mots!!

Il est clair qu'il faudra bon nombre d'années avant qu'il soit apprécié à sa juste valeur.

De plus ce DVD possède une image absolument magnifique et un son en parfaite adéquation avec son sujet : le ressenti.

Seul regret, zéro bonus!! Uniquement disponible sur Blu ray. Exclusifs à la France, ils sont passionnants (en particulier l'analyse de Michel CIMENT, également auteur de livres sur KUBRICK)

Je le répète, pour moi, TREE OF LIFE est un chef-d'oeuvre absolu qui interroge sur notre place dans ce monde et marque.

Ce n'est que du cinéma mais quel cinéma!!

Malick's FOREVER!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 la grâce... ou la prétention, 20 octobre 2011
Par 
Frédéric (Marseille) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
Il est évident que ce film divise le public. Terrence Malick a acquis une réputation de cinéaste hyper exigeant qui le place dans la position qu'occupait Stanley Kubrick de son vivant. Peu de films à son actif, mais une oeuvre cohérente où l'on retrouve les obsessions d'un artiste qui fait toujours plus ou moins le même film. Tree of life ressemble au Nouveau monde, lequel ressemblait déjà à La ligne rouge qui poursuivait la tonalité lyrique des Moissons du ciel et de La ballade sauvage. Terrence Malick ne cesse de creuser les mêmes questions métaphysiques (la place de l'homme dans la Nature) et personne ne peut nier sa sincérité. C'est un auteur dans le sens où il ne conçoit pas le cinéma comme un outil de propagande de l'économie ultra libérale, mais comme un moyen d'expression artistique dans le sens noble du terme.
J'aurais aimé adorer Tree of life, mais je n'en ai pas été capable sur sa durée. La faute à deux interminables sections du film qui concentrent sa dimension métaphysico-mystique et où Malick ambitionne de nous faire vivre l'expérience de -rien de moins que- la création du monde(au début du film) puis de l'au-delà (à la fin). Les images ne sont pas responsables du sentiment de ridicule qui m'a envahi au cours de ces deux séquences. La fusion entre les images et la musique démontre en effet le talent de Malick lorsqu'il s'agit d'immerger le spectateur au sein de sa réflexion. Dans ce domaine (montage-mixage images/son), le cinéaste américain rejoint les plus grands metteurs en scène : David Lynch, Peter Greenaway, Christopher Nolan, Atom Egoyan...). Sa science du montage s'appuie sur un art ahurissant de la durée du plan ainsi que sur des mouvements de caméra d'une grâce inouïe. Seulement, qu'a-t-il à nous transmettre concernant sa vision de la création du monde ? Pas grand chose en vérité, en tout cas rien que nous ne connaissions déjà. Cette longue séquence qui remonte aux origines du monde fait d'autant plus penser à la dernière partie de 2001 l'Odyssée de l'espace que le responsable des effets visuels n'est autre que l'immense Douglas Trumbel (le magicien responsable des soucoupes volantes de Rencontre du 3°type, de la cité futuriste du Los Angeles de Blade Runner et de 2001...). Bien que l'aspect graphique d'un Cosmos en formation soit une pure merveille, malheureusement l'impression de déjà vu domine trop pour que l'effet ait pu m'émerveiller. L'autre séquence métaphysique de Tree of life intervient à la fin et prend pour cadre une plage sur laquelle des gens se rencontrent, s'effleurent, s'enlacent, se caressent. Parmi eux, on reconnaît certains des personnages de la fiction. Ces gens sont-ils censés symboliser les âmes des morts, cette plage le paradis ? Il se dégage de cette partie une forte et désagréable réminiscence de l'esprit New Age avec sa philosophie mièvre et brumeuse, creuse pour ainsi dire, d'où l'impression de ridicule qui m'a alors saisi.
La dimension métaphysique du film s'avère donc sa plus grande faiblesse. Malick filme admirablement la nature (les arbres en particulier qui constituent en quelque sorte sa signature la plus récurente), il saisit magnifiquement le désarroi de ces personnages que la voix off désincarne au point qu'ils finissent par atteindre une dimension universelle peu commune au cinéma. Mais l'impressionnante capacité immersive de son art camoufle de plus en plus mal le caractère abscond de sa réflexion. Malick n'approche pas l'art d'un Tarkovski par exemple.
Cette faiblesse du contenu est d'autant plus dommageable qu'elle ne saurait atténuer l'immense talent d'un cinéaste devenu maître absolu de son art. Quand Tree of life daigne mettre en sourdine ses prétentions philosophiques et qu'il se concentre sur une chronique familiale, il atteint une sorte de grâce aux accents bucoliques qui sont l'oeuvre d'un poète d'une rare sensibilité. L'audace avec laquelle il évacue la sacro sainte dictature du scénario constitue la vraie originalité de son film ... à suivre
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 on n'a jamais vu ça au cinéma, 10 septembre 2011
Par 
dumbo "raganist" (paris, france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
le fait que le film ait obtenu la palme d'or est qu'il est effectivement un ovni: construction atypique (le scénario est mis au second plan, les images et le son dominent), mysticisme censé être intello (la voie animale et la voie de l'homme / et les références chrétiennes dans la dernière partie du film), ésotérisme (citations de la bible; l'identification de la personne morte n'est pas claire; visualisation d'un personnage aux différents ages de sa vie dans "l'autre monde") etc... Bref tout pour Cannes.
Ceci dit, lors de la séance à laquelle j'ai assisté nombreux ont été les spectateurs qui ont quitté la salle et il y a eu des rires nerveux lorsque, pensant que le film était fini, la dernière partie (la plus mystique de toute) commence. Je peux tout à fait ne pas comprendre le prétendu "génie" de Malick mais vous dire que j'ai pris du plaisir à regarder ce film serait mentir. Je pense également que sa version dvd sera de toute manière "moins puissante" que la version cinéma: comme le son et l'image ont une grande importance, le film se révèlera certainement plus prétentieux sur le petit écran. Personnellement, le voir une fois m'a suffi et je préfère largement un 2001 l'odyssée de l'espace qu'un film pareil qui ne m'a ni transporté, ni fait réfléchir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 the tree, 18 janvier 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
ou alors je n'ai rien compris au film ou alors je suis passé à coté mais je n'ai pas aimer et je suis bien contente de n'avoir pas été au cinéma voir ça
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 213 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa5ac6618)

Ce produit

The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011)
The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) de Terrence Malick (DVD - 2011)
EUR 6,72
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit