undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Aerial
  • Commentaires client

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles39
4,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:15,94 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 novembre 2005
En novembre 2005, Kate Bush nous revient avec Aerial, son huitième album, douze ans après The Red Shoes. Considérant après coup ce dernier comme trop long et trop copieux, mais disposant d’un matériau important, elle renoue avec l’esprit du double album vinyl et nous propose deux CD d’environ 40 minutes. Globalement, la production est somptueuse, le travail pianistique particulièrement riche et soigné et l’objet (pochette, livret, photos) superbe. Le premier disque, intitulé «A Sea of Honey», n’est pas exempt de certaines faiblesses («Joanni» et «Pi», sans grand relief, «Mrs Bartolozzi» un peu longuet) mais recèle également quelques pépites : «A Coral Room» dans la grande tradition bushienne mélodie-voix-piano, le single «King of the Mountain» qui se réfère à Elvis (écrit il y a neuf ans !) et surtout le dynamique «How to Be Invisible» avec ces trois lignes de guitare entrelacées. Le deuxième CD «A Sky of Honey» est un véritable bonheur. Il raconte tout simplement, le long de 6 chansons et 3 intermèdes, un après-midi, une nuit et le levé du soleil au milieu de la nature et des oiseaux. Les titres s’étirent lentement et langoureusement sur une rythmique très jazzy (assurée par les spécialistes Peter Erskine et Eberhard Weber). Après le magnifique «An Architect’s Dream», voici le prodigieux «Sunset» duquel surgit tout à coup une guitare flamenco. L’apothéose guette, après la nuit («Nocturn») voici l’aube sur le rythme presque techno d’«Aerial», que Kate ose interrompre par une minute et demie de gazouillis d’oiseaux et de rires. Enfin, elle s’élève, haut dans le ciel, et plane, loin au dessus de tous les autres.
0Commentaire|45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2007
Voyage aérien aux confins du rêve, voyage interstellaire... nous voilà planant entre le ciel et l'eau, portés par une voix d'une pureté cristalline et une musique aux sonorités particulières. Je découvre une chanteuse que je ne connaissais pas... J'ai acheté ce disque sans savoir, les yeux fermés - avec un peu d'appréhension tout de même - mais je ne suis pas déçue du voyage ! Ce disque est à écouter et à réécouter, en se laissant envahir par l'émotion et les vibrations harmoniques de cette musique d'une originalité, d'une sensualité et d'une douceur extrême.

Cet album est le fruit d'un travail musical dense, varié et pour le moins surprenant : mélangez des éléments de folk, de classique, de reggae et de samba, ajoutez-y une petite touche médiévale et vous obtenez un style musical riche et coloré, une pop ambitieuse et aventureuse. Les textes, quant à eux, sont très poétiques et imagés, ainsi que la conception même de l'album : la photo de la pochette du disque, par exemple, représente le spectre sonore du chant d'un merle, alors qu'on croirait voir l'ombre chinoise de montagnes au crépuscule, se reflétant sur le miroir de l'eau !... Mais rien ne nous empêche d'y voir les deux à la fois ! Le deuxième disque de l'album, intitulé "A sky of honey" est d'ailleurs ponctué de chants d'oiseaux, qui lui apportent une unité d'ensemble et un caractère particulier.

Quand je vous parlais de voyage...! C'est bien d'une évasion musicale, textuelle, et visuelle dont il s'agit ici. Partez donc à l'aventure ou poursuivez la découverte de votre artiste favorite : une ouverture vers le rêve est à votre portée !
0Commentaire|25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
12 ans ! C'est le temps qu'il aura fallu pour enfin découvrir le successeur d'un Red Shoes qui n'avait que partiellement convaincu, une éternité. Tellement qu'on craint presque les retrouvailles, parce qu'on a tant aimé Kate Bush... Alors on glisse la première des deux galettes dans le tiroir prévu à cet effet et découvre ce que cette Mer de Miel nous réserve. Et, pas de doute, c'est Kate que l'on retrouve, inchangée sauf à considérer les détails d'arrangements précieux, conçus dans son propre studio, comme un facteur d'évolution, d'innovation déterminant. Mais comme de King of the Mountain (qui rappelle que Kate est une cousine (pas si) éloignée de Peter Gabriel), d'un π tournant allégrement autour de la folk music, d'un Bertie qu'on croirait sorti de temps immémoriaux avec ses allures de musique classique de la renaissance, à un Coral Room à l'instrumentation aussi minimale que son impact émotionnel est important, c'est une excellente collection que nous nous voyons offerte, on ne se plaint pas et, au contraire, célèbre le retour en force d'une grande artiste. Après une telle fête, on se dit que c'est trop beau pour durer que le second disque argenté ne peut décemment par relever le challenge de son si brillant devancier. Et puis A Sky of Honey, 9 pistes indépendantes dans la première édition fondues en une dans les suivantes, encore plus planant, encore plus mystique, encore plus elfique, un rêve éveillé qui nous emmène haut, si haut ! En vérité, le tour de force ne se décrit pas sauf à dire qu'on fera mieux de s'y abandonner totalement pour un impact maximal, impact dans le cœur évidemment parce que la poudre, sauf celle de perlimpinpin ?, est logiquement absente de cette excellente planerie. Retour en force d'une grande dame qui avait partiellement déçu, rachat qui se confirmera avec The Director's Cut (une correction de son Sensual World et de The Red Shoes) et 50 Words for Snow qui, certes, n'égalent pas la grâce du présent opus mais s'en sortent cependant avec plus que les honneurs. Reste donc Aerial, un obligatoire pour ceux qui aiment voyager dans leur tête sur des sons venus d'un autre monde, celui de Madame Kate Bush.

CD 1
A Sea of Honey
1. King of the Mountain 4:53
2. π 6:09
3. Bertie 4:18
4. Mrs. Bartolozzi 5:58
5. How to Be Invisible 5:32
6. Joanni 4:56
7. A Coral Room 6:12

CD 2
A Sky of Honey
1. Prelude 1:26
2. Prologue 5:42
3. An Architect's Dream 4:50
4. The Painter's Link 1:35
5. Sunset 5:58
6. Aerial Tal 1:01
7. Somewhere in Between 5:00
8. Nocturn 8:34
9. Aerial 7:52

Kate Bush – vocals, piano and keyboards
Peter Erskine, Stuart Elliott, Steve Sanger – drums
Eberhard Weber, John Giblin, Del Palmer – bass
Bosco D'Oliveira – percussion
Dan McIntosh – electric and acoustic guitars
Gary Brooker – hammond organ
Rolf Harris – didgeridoo
Lol Creme, Gary Brooker, Paddy Bush – backing vocals
Michael Wood – male vocal on "A Coral Room"
Chris Hall – accordion
Richard Campbell, Susan Pell – viols
Eligio Quinteiro – renaissance guitar
Robin Jeffrey – renaissance percussion
Rolf Harris – as The Painter (a character in "A Sky of Honey")
Albert McIntosh – as The Sun (a character in "A Sky of Honey")
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2006
Durant douze ans, Kate Bush s'est rendue invisible, profitant de cet effacement pour faire un enfant (Bertie doit avoir dans les six-sept ans), faire le deuil de sa mère, écouter les oiseaux, le soleil, les étoiles et le vent -une brise d'été aux couleurs miel, en l'occurrence très loin des rugissants maudits façon Wuthering Heights.
Aujourd'hui la reine incontestée -désolé, Tori-, des sortilèges musicaux, de la créativité tout azymuts, des mélodies à damner un saint, faire pleurer les pierres et danser les arbres nous revient -on était resté sur la fausse note de chaussons rouges un poil trop dépareillés (quoi que, "The Red Shoes" contient quand même "Moments of Pleasure", le genre de morceau qui ferait qu'on pourrait accepter un reste de CD totalement daubesque... et Dieu sait que "Shoes" n'était pas de la daube loin s'en faut! Ou cette daube-là on la souhaite tous les jours à d'autres -voyons les choses en face tous les auteurs-compositeurs-interprètes de la planète tueraient pour un jour avoir écrit ne serait-ce que la plus mauvaise chanson de Bush...je ne citerai personne -et non, je ne faisais pas encore allusion à Amos, qui elle aussi est une artiste extraordinaire, on peut se demander pourquoi, d'ailleurs, on l'a autant comparée à Bush, c'était finalement aussi inapproprié que de comparer Rickie Lee jones à Joni Mitchell, les quatre sont irremplaçables, il faudrait être stupide et sourd pour jeter une Rickie au profit d'une Joni ou une Tori pour une Kate, mais c'est vrai que les grandes soeurs, Joni et Kate, tout de même...).

Bref on se demandait un peu ce que cette bande-son Aerielle CarminoRocheuse à contre-jour d'un soleil à la fois du matin et du soir pouvait bien nous réserver.

Douze ans. Appréhension.
Non justifiée. Pardon Kate.

Le résultat est époustouflant. Unique. Sidéralement émouvant. Si génial a encore un sens, c'est avec cette oeuvre que le mot prend toute son envergure.

Je ne vais pas vous faire un détail des deux disques offerts dans cet "Aerial", chacun représentant mille voyages à travers l'émotion, le temps, la musique, les rires et les larmes, le rythme et la beauté. A vous de faire vos valises.

Juste un conseil, à l'intention de deux catégories d'amateurs de musique:
1- POUR LES GENS QUI NE CONNAISSENT PAS KATE BUSH, RUEZ-VOUS SUR "AERIAL", c'est la bonne clef pour ouvrir l'univers de la dame (et certainement pas celle qu'elle tient posée sur sa langue dans ce qui demeure son disque le moins intéressant (mais ausi le plus plébiscité par les "vrais" fans... pour des raisons obscures qui m'échappent!), parce que trop superficiellement alambiqué, hermétiquement déroutant et complaisamment dissonant, à savoir "The Dreaming"). Après "Aerial", si vous êtes atteint par le virus Kate Bush, vous pourrez continuer en dégustant son autre chef-d'oeuvre, "The Sensual World", et si cela vous tente, terminer par tout le reste, avec mention spéciale bien sûr pour "Hounds of Love" et "The Kick Inside" ("Lionheart" et "Never Forever" pas indispensables, "The Red Shoes", il faut l'avoir pour "Moments of Pleasure". Je le redis avant que les fans hurlent, ce commentaire s'adresse exclusivement aux gens qui ne connaissent pas Kate Bush ou qui n'en sont pas particulièrement fans -ça existe? Je les plains).
2- POUR LES FANS donc qui, ça y est, me détestent parceque j'ai osé tapé sur "The Dreaming" (je persiste et signe), rien à dire d'autre que vous ne sachiez tous déjà: AERIAL CHEF-D'OEUVRE de la première note à la dernière. Une Mer de Miel où chaque vague est un éblouissement de poésie ("Bertie"), d'intelligence et d'humour ("How to be invisible"), de créativité ("Pie"), d'émotion (toutes les tracks), de musique sublime (toutes les tracks, mention à "Joannie", tube en puissance, mais que font les radios dans ce pays???) -et je défie quiconque ayant senti ses larmes monter un jour à l'écoute de "A Woman's Work" ou "Moments of Pleasure" (CD "Sensual World" et "Red Shoes", ai-je besoin de le rappeler), de ne pas avoir une grosse boule dans la gorge et les yeux qui piquent sur "A Coral Room", ou Bush parle, entre autres, de sa mère disparue... et puis on passe des larmes à la joie avec le second opus, ce CD "Sky of Honey", suite chef-d'oeuvresque s'il en fut, où l'énergie des compositions, le soleil des tonalités, la beauté des mélodies, l'originalité des structures et la personnalité des rythmes vous aveuglent de bout en bout. Indescriptible. Pas de mots pour qualifier ce enchaînement-enchantement de bonheur et de musique(s). Un ensemble vraiment, vraiment, vraiment extraordinaire.

Voilà. Dernière chose pour tout le monde, attention: si vous plongez dans "AERIAL", méfiez-vous. Vous ne ressortirez pas indemne de ces mers et cieux de miel. Tout vous paraîtra fade et convenu après.
Obsédant, ensorcelant, enchanté Aerial.

La beauté à l'état Bush.

Merci Kate.
11 commentaire|35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Kate Bush nous ramène après des années de silence dans son univers. Un monde empli d'une somptueuse beauté mystérieuse. Cet album est délicatement riche de tous les ingrédients d'un chef d'oeuvre : émotions exaltées, sons soignés et novateurs, textes travaillés et métaphoriques servis par une voix ineffable. Nous avons là est une très grande artiste qu'il faut savoir écouter dans l'actuel marasme musical trop souvent fade et surfait. Courrez acheter cet album! Car il est de ceux qui restent longuement sur les platines et longtemps dans les coeurs.
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Kate Bush publia son dernier album (THE RED SHOES, le moins captivant de tous) en 1993, puis, suite à diverses collaborations, se retira du monde de la musique. Après douze années (dédiées à sa famille) qui vont nourrir une attente en forme de désespoir de la voir revenir, Kate Bush fera son grand retour en 2005 avec - carrément ! - un double-album. Comme pour infliger une indigestion après cette période d’inanition !
Aucun risque, cependant, de voir le moindre fan saturé lorsqu'il découvre ce disque ! Sobriété semble être le maître mot de ce retour aux affaires, tant Kate semble avoir abandonné la surcharge instrumentale de ses derniers albums (et le lyrisme des premiers) au profit d’un intimisme constant et d’une tenue de route au cordeau, qui limitent l’instrumentation des chansons à leur minimum vital. Elle a maintenant 47 ans et ne joue pas la carte du retour de la fée - alors que sa voix n’a pas changé d’une octave - et c’est tout à son honneur. Elle choisi plutôt de se livrer comme jamais, abordant la perte de sa mère (A CORAL ROOM), l’amour pour son fils (BERTIE) ou la douceur des jours d’été (tout le CD 2), le long de chansons au calme quasi pastoral, qui ne décollent pas souvent il est vrai (hormis SUNSET et son passage flamenco), mais à la beauté certaine, quittançant cette deuxième partie de carrière par le noble choix du redémarrage à zéro. Pour résumer : une grande artiste.
Tops : KING OF THE MOUNTAIN, SUNSET, HOW TO BE INVISIBLE, PROLOGUE, JOANNI, A CORAL ROOM, BERTIE, AERIAL
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2006
Voici l'avis d'une néophyte, n'étant restée je l'avoue, que sur ce merveilleux album de ses tout débuts: "The Kick inside".
En 78, à même pas 20 ans, Kate Bush déboulait dans nos vies avec ce petit chef d'oeuvre et nous scotchait tous, nous issus de cette génération, fixant à jamais mille émotions quelque part en nous. Le plus incroyable était cette voix quasi irréelle, ce génie si précoce !
Plus de 25 ans passent, "Aérial" sort...Le choc!Je ne pourrais décrire avec de simples mots ce que cet album a généré en moi, tout ce chambardement intérieur que la diablesse a réussi à provoquer tout au fond de moi: Ensorcellée de nouveau je l'étais, les sens en vrac et le coeur en apesanteur.
Parvenir à une telle maîtrise, une telle perfection est quelque chose de rare: Merci Kate pour tous ces moments de bonheur, petits bouts de vie qui nous rendent meilleurs, heureux tout simplement!
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2006
La première écoute, je dois l'avouer, m'a laissé un peu perplexe, car c'est album très intimiste et très calme (on est loin des sons de "The Dreaming"), qui peut paraître un peu monotone ...
C'est une artiste qui évolue avec son âge, dans le sens où les premiers albums sont très "post-ado-jeunesse", suivis de 3 autres "maturité-femme" et maintenant c'est tout simplement une mère ... ce sont bien sûr des raccourcis, mais c'est un peu ce que j'ai ressentis à l'écoute de cet album : on suit la vie d'une femme, d'une artiste.
Toujours est-il qu'après, disons 4-5 écoutes, on (re)découvre la richesse de sa voix, de sa musique, de ses compositions, des sons ... et finalement je me dis que c'est un TRES bon album, bien meilleur que le précédent (qui est celui que j'ai écouté le moins), et d'ailleurs j'ai de la peine à écouter autre chose ces derniers jours ... c'est plutôt bon signe !
Il va rester comme un tout grand dans la discothèque ...
Très apaisant en tout cas.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2014
après une absence de production d'une douzaine d'année, elle est revenue avec ce double album…

pas de tube marquant mais une ambiance générale très attachante, Kate n'a plus les possibilité vocale de ces début…
mais elle est toujours là, et ça voie plus chaude est toujours aussi fabuleuse,… en un mot "j'aime"…
j'avoue n'avoir pas accroché à son précèdent album : "Red Shoes", le seul album que je n'ai pas acheté.
une grande dame, qui a partagé le meilleur d'elle même.
Concernant "Aerial" j'ai une petite préférence pour le 2e CD plus homogène que le 1er, je trouve.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2005
Kate Bush est de ces artistes qui accompagne ma vie, dès Kite en 78 (?) son génie et son originalité se sont imposés. Elle a inspiré quantité d'artistes et a renouvellé à chaque album l'exploit d'être inattendue. AERIAL ne faillit pas à la règle. Bien sur on la reconnait même après une longue absence mais elle arrive a nous surprendre encore et toujours au travers de ce magnifique double album où se cotoient Elvis, Jeanne d'Arc, Pi et son fils Bertie qui lui a inspiré une chanson aux sonorités médiévales. Le second disc raconte avec un talent impressioniste et impressionant une journée et une nuit ponctuées de chants d'oiseaux. a ce titre la chanson sunset est un joyau et l'une des plus belle chanson du monde tant par ces textes que par sa composition assez jazzy au début et qui s'endiable à la fin sur des rythmes andaloux. mais c'est le piano qui donne sa tonalité a cet album apaisé et apaisant.
c'est un chef d'oeuvre
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)