undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Rassurez-vous, malgré ce titre, il ne s'agit pas d'un quelconque inédit de Max Pécas ('Mieux vaut être riche et bien portant que fauché et mal foutu' ou 'On se calme et on boit frais à Saint-Tropez') ou de Philippe Clair ('Tais-toi quand tu parles' ou 'Par où t'es rentré, on t'a pas vu sortir'), mais bien du dernier long-métrage en date du kurdo-irakien Hiner Saleem ('Vive la mariée et la liberté du Kurdistan', 'Vodka lemon', 'Les toits de Paris') qui voit Jonathan Zaccaï (le père dans 'Quartier lointain'), qui sort de prison, faire, dans un bar, la connaissance d'un Kurde, à la recherche en Belgique d'un criminel de guerre irakien, de passage à Paris et qui, finalement, décide d'y rester, d'y trouver du travail et d'y faire venir sa fiancée kurde.

Celle-ci (l'iranienne exilée Golshifteh Farahani, vue dans 'Mensonges d'état' et 'A propos d'Elly') arrive peu après, suivie de près par son rigide beau-père, tous deux entourée par un petit groupe de six frères Kurdes qui, intéressés par l'idée d'un mariage avec la belle Siba, les aident à retrouver le Français, qui leur a appris entre-temps que malheureusement, Avdal, le fiancé était décédé et avait été incinéré, ce qui ne se pratique pas dans leur religion...

Avec aussi Mylène Demongeot (77 ans entre-temps, celle qui fut l'objet de tant de fantasmes est toujours encore belle et continue d'avoir une magnifique présence) dans le rôle de la logeuse croqueuse de ses locataires du Français, et Maurice Bénichou et Jane Birkin qui ne font toutefois que passer dans le film.

A mi-chemin entre la comédie complètement déjantée (une grande spécialité d'Hiner Saleem) et le drame social (la difficulté pour les femmes que d'arriver à exister par elles-mêmes et pour elles-mêmes au sein de telles cultures est quand même le sujet principal du film), 'Si tu meurs, je te tue' est une sympathique plongée dans le milieu des exilés à Paris, frappée du sceau de la caricature animée par les irrésistibles six frères Dalton kurdes, à laquelle la relation qui semble s'esquisser entre l'attentionné Français et la décidée Kurde donne une note poétique douce et tendre. Moins abouti que son chef d'œuvre, le génial 'Vodka lemon' ('Tombe la neige'), ce nouveau film de Hiner Saleem mérite quand même que vous lui portiez un minimum d'attention !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2013
Découverte d'un cinéaste, confirmation du talent exceptionnel d'une actrice iranienne, matière à réfléchir sur la condition de la femme, ce film est impeccable.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2015
Un très bon film qui nous sort de notre ordinaire (et des blockbusters! ) et nous invite à découvrir d'autres mentalités, parfois dérangeantes même si elles sont mises en scène avec un certain humour bienvenu. L'actrice principale, Golshifteh Farahani, est toujours aussi sublime par sa présence et son jeu. A déguster absolument.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,29 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)