undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
80
4,1 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:14,42 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 octobre 2011
j'ai vu ce film hier soir apres avoir lu tous les commentaires du site; comme ils sont durs!!!tous des pros de W. Allen !!!
n'etant pas une inconditionnelle de W Allen dont j'ai aimé seulement une partie de la filmographie j'ai regardé ce film sans chercher à le comparer aux autres, et là
une heure de reve!
on est tout de suite charmé par les couleurs,l'ambiance et l'histoire meme s'il est vrai que tous les clichés sur Paris vu par un américain y sont meme si le theme du passage d'une époque à une autre à déjà été traité meme si la morale du film est cousue de fils blanc !!! qu'importe ! amis reveurs laissés vous tenter vous ne le regretterz pas!
0Commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On n'attend pas de la dégustation d'un sorbet exquis et rafraîchissant accompagné d'une coupe de vin de Champagne les saveurs puissantes et capiteuses d'un civet à la royale arrosé d'un Saint-Estèphe... c'est ma manière de dire qu'il ne faut pas attendre de ce film ce qu'il ne contient pas mais recevoir ce qu'il offre.
Admiratrice de Woody Allen depuis ma première rencontre avec son cinéma ("Manhattan"), j'ai découvert ce film en compagnie d'un réfractaire...
Soixante minutes plus tard, l'enchantement et l'enthousiasme furent totalement partagés par deux spectateurs que le "cas Woody Allen" divisait.
Ainsi que Woody Allen le dit dans l'entretien que l'on peut écouter dans le supplément du coffret, il a simplement voulu faire une déclaration d'amour à Paris, à la France et à la culture française, rien d'autre.
Une déclaration d'amour n'est ni un manifeste politique, ni un essai historique, ni une œuvre complexe, elle se vêt de poésie, d'élégie, de rêves doux et colorés, vêtements légers et fluides qui habillent avec grâce ce film dénué de toute scorie intellectuelle.
Très cultivé, Woody Allen aime le Beau, les Beaux Arts et il est amoureux de la "ville la plus romantique du monde", son film le dit avec brio, subtilité, ingénuité et tendresse.
Tout autant dénué de prétention à l'originalité calculée, Midnight in Paris utilise des thèmes pouvant passer pour éculés parce qu'ils sont éternels - la nostalgie du passé considéré comme un âge d'or, les révélations et les métamorphoses provoquées par le choc amoureux, la nécessité d'être bien là où on est - pour raconter une histoire savoureuse et fraîche qui se déguste comme un sorbet.
Un sorbet finement poivré cependant par l'esprit critique du cinéaste qui épingle la culture factice et pédante d’un compatriote visitant le musée Rodin, les œillères "made in America" de la fiancée du héros qui ne conçoit pas la vie ailleurs qu'à Malibu, le conservatisme idéologique obtus des parents de la fiancée ; Woody Allen fait dire à son héros que la France avait eu raison d'opposer son veto à la guerre d'Irak "made in George Bush junior", ce qui lui vaut d'être traité de communiste !
Grains de poivre qui exhaussent la suavité du sorbet.
Bien avant Woody Allen, Paris a inspiré les grands cinéastes américains et on leur en sait gré.
Dans "Sabrina" de Billy Wilder, Audrey Hepburn explique délicieusement à Humphrey Bogart pourquoi il est indispensable de découvrir Paris sous la pluie et surtout sans parapluie...
Du charme sans pareil et des multiples sortilèges de Paris est né un imaginaire collectif qui appartient à tous ceux que cette ville a subjugués, de tout temps, et les clichés, si clichés il y a, sont les illustrations joliment jaunies d'un album amoureux séculaire composé par des générations de regards neufs et naïfs, les regards venus d'ailleurs qui ont accès à l'éblouissement contrairement aux regards blasés, c'est dans cet album amoureux que le film de Woody Allen prend place, une belle place.
Sur les splendides images de Paris, diurnes et nocturnes, d'aujourd'hui, d'hier et d'avant-hier signées par le talentueux chef opérateur Darius Khondji, l'histoire de Gil (merveilleusement incarné par Owen Wilson), Américain à Paris ensorcelé et révélé à lui-même par une Ville Fée, est une fête.
Les rues de Paris parlent... rue de Fleurus, une plaque commémorative immortalise l'immeuble où Gertrude Stein a vécu pendant trente-cinq ans ; non loin de la Contrescarpe, une autre immortalise celui où a vécu Ernest Hemingway, qui ressemble à un décor de cinéma mais qui est bien réel, avec les mots qui résumaient son engouement pour Paris : "quand nous étions très pauvres et très heureux" (citation de "Paris est une fête").
Paris est une fête, Midnight in Paris aussi.
1515 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2012
mais conte de fées vu pare Woody Allen, c'est à dire conte de dérision, d'humour, Jubilation devant cet amour de notre culture, des écrivains, de la peinture du Paris des années 20.Très joli film drôle, léger, intelligent
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec « Minuit à Paris », Woody Allen renoue avec les grands crus.

Dans un Paris de cartes postales (celui que le monde entier aime), Woody Allen s'interroge avec humour sur la quête universelle et éternelle de l'âge d'or. Chaque époque rêve d'une autre tout en oubliant ses propres qualités : ce qui compte, ne serait-ce pas de savoir simplement retrouver le fil de l'émerveillement.

Owen Wilson est étonnamment très bon. Adrian Brody est (brièvement) fabuleux en Dali. « Minuit à Paris » s'affirme comme un film très drôle et très réussi, une vraie fable, légère et profonde, comme Woody Allen sait souvent en concocter.
11 commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2011
Heureusement que d'une manière générale, j'aime les films de Woody Allen. Les commentaires pour la plupart mitigés que j'ai pu lire sur Amazon m'ont "déçu"...
Moi j'aime ce film, et je pense que pour l'apprécier il faut tout de même un minimum de subtilité, et le savourer avec un regard d'enfant sans attendre quelque chose de particulier. Se laisser porter par l'histoire, par la poésie, par l'originalité, par pleins de bons mots subtilement égrainés tout au long du film...
Il y a de l'amour, de l'humour dans ce film. Pour autant, ce n'est pas la grande histoire d'amour ni la grosse comédie, peut-être y a t'il quelque chose d'impressionniste dans cet oeuvre... Pour moi Woody Allen l'a conçu avec amour et sincérité, et je pense qu'il est l'un des tout grands, inclassable. Certains de ses films me touchent plus que d'autres, cependant dire que ceci ou celà n'est "pas bon" me semble injuste, qui est-t-on pour juger aussi durement une oeuvre dont la plupart d'entre nous n'arrivons pas à la cheville !
Ce film est selon moi un film fin à déguster, à voir pour se faire son propre avis...
55 commentaires| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne suis pas un inconditionnel de Woody Allen, mais pas non plus réfractaire à ses films. Quelqu'un qui fait dire à un de ses personnages sortant de l'Opéra : "quand j'écoute trop Wagner j'ai envie d'envahir la Pologne" ou qui écrit : "La dernière fois que j'ai pénétré une femme, c'était en visitant la statue de la Liberté"...aura toujours droit à ma reconnaissance éternelle.

En revanche, je trouve sa production effrénée assez inégale et au cas particulier, son "Minuit à Paris", peu enthousiasmant.

Pourtant, a priori, l'histoire recèle de belles possibilités.

Gil est un scénariste hollywoodien qui cherche à devenir un "vrai" écrivain. Espérant trouver l'inspiration à Paris, sa ville fétiche, il décide d'y séjourner avec Inez, sa fiancé et les parents de cette dernière.
Rêvant des années 20, nostalgique d'un temps que les moins de 100 ans ne connaissent guère, il se détache progressivement de son époque, jusqu'à franchir le pas, par le biais d'un voyage dans le temps qui le conduira à fréquenter le Paris bohème des années 20 : Zelda et F. Scott Fitzgerald, Cole Porter, Ernest Hemingway, Gertrude Stein, Pablo Picasso, Salvador Dalí (et ses rhinocéros), Luis Buñuel, Man Ray...
L'astuce du film réside dans la 2ème bascule temporelle qui entraîne Gil et Adriana (modèle et amante de Picasso, après Modigliani) dont il est amoureux, à l'aube du 20ème siècle qui représente son âge d'or à elle. Maxim's, Moulin rouge : ils rencontrent Toulouse Lautrec, Degas, Matisse, qui eux mêmes, rêvent de vivre à la renaissance. Comme quoi, l'absinthe a toujours tort !

Gil comprend alors que chacun rêve d'un âge d'Or différent et qu'il vaut mieux chercher à bien vivre l'instant présent, plutôt que de le fuir. Il décide d'appliquer désormais ce précepte, rencontre une jeune française passionnée comme lui, par Cole Porter et par Paris sous la pluie (récurrence chez Allen. Ne faisait-il pas dire dans "Maris et femmes" : "Tant que vous n'avez pas été embrassé par un de ces pluvieux après-midis parisiens, vous n'avez jamais été embrassé." ?

Malheureusement, il n'y a pas que la pluie qui tombe dans ce film : au niveau des clichés, c'est Gravelotte !
Bien entendu, Woody Allen est trop malin pour l'ignorer et il choisit, dès l'entame du film, de les aligner pour montrer qu'il n'est pas dupe : Paris est représenté sous sa forme "cartes postales" avec un interminable défilé de hauts lieux touristiques.

Et pourtant, je pense que le piège des clichés s'est refermé sur Woody Allen. Bien sur, il nous dit que la nostalgie est illusoire, mais au fond, il ne parvient pas vraiment à nous le faire ressentir. Celui qui a écrit un jour que "L'homme est une créature prédestinée à exister dans son époque, même si ce n'est pas là qu'on rigole le plus", n'arrive pas ici à nous faire partager cette idée.

A la limite, on a du mal à comprendre que Gil puisse préférer notre époque à celles qu'il a visitées. Qui oppose t-il à l'incroyable armada artistico-intellectuelle des années passées ? Quel est le revers de la médaille ?
La seule explication qui est donnée pour justifier son choix final (la science médicale de ces années là n'est pas assez évoluée !) est quand même un peu légère. Pourquoi ne pas nous montrer plutôt, en parallèle du microcosme germanopratin, des images non fantasmées de cette époque ? Les années 20 ont aussi connu le sang, la misère, l'obscurantisme...Tout Paris n'était pas résumé à Saint Germain, Montmartre et Montparnasse.

Je trouve donc que le Paris d'Allen reste désespérément cliché, quelle que soit l'époque et la distanciation qu'il pense avoir introduite. J'ai également du mal à comprendre son choix d'un Owen Wilson dénaturé pour jouer le personnage principal. Pourquoi le faire parler et se comporter (en moins bien), comme Woody quand il fait l'acteur ?

Au final, j'ai trouvé que ce film manquait de souffle, d'ambition et pour tout dire, qu'il distillait un subtil ennui. Très prévisible, il ne dépasse selon moi, rarement le stade du pastiche.

Dommage.

Côté support : félicitations pour la qualité des images quelles que soient les époques représentées. Le chef opérateur Darius Khondji propose un travail étonnant (en raison notamment de prises de vue utilisant de vieux objectifs Cooke à focale fixe -pour limiter la profondeur de Champs...Elysée ?
Je reste un peu plus réservé sur le son avec une stéréo un peu poussive à mon goût. Enfin, côté bonus, c'est une déception avec 2 interview de 20' chacune (traduites simultanément pour la 1ère avec Woody A et en VOST pour la 2ème avec Woody et ses comédiens); Bof, bof !
44 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2016
J'ai beaucoup aimé ce film, je l'ai visionné le jour même de sa réception.
Je l'ai encore plus apprécié en le revoyant le lendemain. On a dit que c'est un film léger sans grand message, je ne suis pas d'accord avec ces jugements, Woody Allen n'appuie pas lourdement sur son porte plume mais il sait nous toucher, beaucoup de subtilités et un humour discret nous réjouissent tout au long de ce conte.
Deux petites réserves cependant: les couleurs sont assez déplorables au début du film, dans la présentations des images de Paris, dominante jaune et saturées, cela s'arrange dans le film proprement dit.
Enfin le pressage du CD n'est pas parfait dans l'exemplaire que j'ai reçu, quelques incidents de lecture se sont produits.
En conclusion un excellent Woody Allen
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2016
C'est un plaisir de retrouver tous les personnages que Hemingway a cotoyé dans sa période Parisienne. L'histoire est menée d'une manière fort sympathique et on ne se lasse pas du déroulement de ce rêve.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2012
Ce film est comme un conte de fées: il nous fait rêver dans un décor superbe, car la photographie est d'une grande beauté, et Paris y est présentée dans ses plus beaux atours; conte de fées, comme toujours chez Woody Allen, présenté sur un fond de mélancolie, car le passé nous hante tous, et particulièrement quand il concerne le Paris des "Années folles; mais nous savons tous que le présent s'impose, fût-il plus gris ou plus décevant, dans ce cas-ci il est pourtant chargé d'espoir, car Gil s'éloigne avec une jolie petite française sur une chaussée mouillée par la pluie! Il restera à Paris, il écrira son roman, béni par l'illustre et imparable Gertrude Stein, et il vivra un parfait amour. Il faut souligner la charge cruelle de Woody Allen, charge que l'on trouvait déjà dans "Vicky, Cristina, Barcelona", contre les Américains de la droite républicaine, ici du "Tea party", qu'il présente comme étant particulièrement antipathiques, à la limite de la caricature de l'"Ugly American" de légende. Chez Woody Allen, rien n'est jamais tout à fait rose!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne suis pas une pro de Woody Allen et je n'aime pas particulièrement les films que j'ai vus de lui. Je ne les peux pas non plus dire que je ne les aime pas. Je pense que je ne suis pas très sensible à son cinéma, pourtant talentueux.
J'ai donc été surprise par ce film qui m'a plu par certains aspects mais qui, de manière générale, m'a laissée sur le côté.
J'ai adoré la longue vision de Paris qui démarre le film: sa longueur est franchement culottée; c'est une séance qui ne fait pas du tout cliché basique avec la traditionnelle musique d'accordéon et des déesses partout. Malgré les clin d'oeil, cette entrée en matière déclare que le cinéaste est amoureux de la ville des lumières.

Ce film est en quelque sorte un conte de fées des temps modernes, fantastique et surréaliste: Gil est fiancé, américain et écrivain (pas dans cet ordre). Il est amoureux de Paris et rêve de vivre dans les années 20, âge d'or de Paris selon ses idéaux. Il se retrouve un soir, à minuit, transporté dans un Paris de l'âge d'or, en contact avec son lot d'écrivains mythiques et de soirées intellectuelles et folles.

J'ai beaucoup apprécié la légèreté du film qui allie sophistication et simplicité. Une ballade entre passé et présent qui met le doigt sur l'insatisfaction de son héros à vivre dans le présent et son aspiration à autre chose. Woody Allen aide son héros à choisir une autre vie après avoir pris contact avec ses rêves.
Ce que j'ai moins aimé, c'est ce que beaucoup aime chez ce réalisateur, la perpétuelle intellectualité poussée à l'extrême qui flirte trop souvent à mon goût avec le narcissisme intellectuel.
Woody Allen fait du Woody Allen, cela se voit et cela ressemble pour moi à beaucoup d'autres films du réalisateur. C'est ce qui me fait mettre trois étoiles.
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)