undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

14
4,5 sur 5 étoiles
Le Gamin au vélo
Format: DVDModifier
Prix:7,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les frères Dardenne signent un film très sensible, très humain. Un jeune garçon qui n'a pas de mère est également abandonné par son père qui le confie aux services sociaux tout en changeant d'adresse pour être sur que le gamin ne le retrouve pas. Une coiffeuse se prend d'affection pour ce môme paumé et accepte de le prendre le week-end. Le garçon a tout d'un roman de Dickens.
Ce qui est particulier avec ce film c'est que seul le présent est traité. Nous n'apprendrons rien sur ce qui a fait que le personnage joué par Cécile de France veuille recueillir un garçon inconnu. Le petit garçon est parfait dans le rôle. Attendrissant. Mature. Têtu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 janvier 2012
Difficile de trouver des mots pour laisser sentir la déchirante beauté' de ce film.
Thomas Doret et Cécile de France sont bouleversants '''
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
C’est une histoire vraiment réaliste qui nous est présentée dans ce scénario : un enfant abandonné, en quête d’amour, qui commet les pires bêtises pour oublier sa souffrance et ébranler ceux qui cherchent à le sauver.

C’est le propre des enfants malmenés par la vie, de malmener aussi ceux qui essaient de les sauver. Ils veulent tester jusqu’où ira leur patience et leur résistance, pour savoir si leur amour perdurera toujours en dépit des épreuves qu’ils leur infligent.

Ce film est une excellente illustration de cette situation. Les acteurs sont vrais, leur jeu est sobre et en même temps tellement parlant. Le petit garçon joue admirablement, comme c’est souvent le cas chez les enfants qui ont très tôt la faculté de comprendre ce qu’on leur demande.
Cécile De France est touchante et très juste dans son rôle, qui demande beaucoup de tact. Le père du garçon est authentique également dans son jeu. Les autres acteurs ne déméritent pas non plus.

Bref, cette histoire, racontée sans pathos inutile, nous donne à réfléchir sur la fragilité d'un enfant privé d’amour, et sur l’endurance de l’amour d’une mère de substitution. Elle est capable de sacrifier son bonheur au profit de celui de l’enfant qu’elle prend en charge.

C’est une merveilleuse histoire d’amour, née du hasard d’une rencontre de deux êtres faits pour s’aimer, en dépit de tous les obstacles. Une superbe adoption.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 20 août 2014
Film inoubliable et indissociable d'un cinéma fort en réalisme et en caméra vissée et concentrée au pixel près sur la face profonde de ses personnages, le thème de ce "gamin au vélo" est pourtant des plus éprouvant : la démission d'un père qui refuse d'assumer la garde et l'éducation de son très jeune fils, pourtant des plus mignon, aimant et attachant. Mais au lieu de canarder avec une lourde artillerie scénarisée sur l'attitude destructrice de l'adulte à l'égard de sa fibre paternel et de l'abominable rejet encaissé par cet inconsolable et malheureux gosse délaissé, le descriptif cinématographique s'attable de toute part sur une magistral étude approfondit de l'errance névralgique et sismique de ce bel enfant blond en perdition, dont la blessure affective chaotique se traduit par une déviance sablonneuse dans les tréfonds de l'aigreur et de la douleur muette. Cette desepérance et cette quête éperdue d'amour et de reconnaissance , qui n'a pas besoin d'effets psychiques intenses pour se traduire avec une persistance parfois suffocante sur l'écran. Tout est décrit de part les expressions faciales et verbales rabotés dans une sorte de supplication éplorée et épurée, vers un regard qui projète à nos âmes une douleur vive et tenace. Un tout jeune et valeureux insoumis, qui subit les rudes et injustes aléas de la vie, en se déplaçant comme un ectoplasme envahit de spasmes de révoltes et de revanches intenses. Le garçonnet subit malgré lui les lourdes retombées de ce père lâche et démissionnaire, auprès duquel il va éperdument tenter de renouer des liens... mais en vain. Jusqu'à se laisser dériver dans les prémices de la délinquance, sous le dictat influant et échappatoire d'une jeune "frappe", qui va cependant soudainement mettre un terme à leur association, d'une manière aussi éphémère qu'il l'a subrepticement entraîner sur le pente raide. Puis se profile subitement à l'horizon l'épilogue final, surprenant et détonant, sorte de résurrection à un évanouissement qui au préalable va échancrer les mauvais coté du passé. Pour se focaliser sur un axe relationnel fusionnel et compassionnel, sous le fief maternelle de cette superbe mère de substitution à la rescousse, aimante, présente et fidèle. La figure paternel se réduisant désormait et fatalement à une bourrasque de vent furieuse et fuyante. Grandiose et passionnant !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 septembre 2014
J'en sors à l'instant. Ca remue, ça vous met à l'envers, ça vous retourne. C'est sans pathos et pourtant brûlant de souffrance, tourné à la Dardenne, réaliste. Thomas Doret et Cécile De France sont fantastiques. Précipitez vous sur ce film, énième oeuvre d'art des frangins belges.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 16 décembre 2012
Souvent le cinéma caricature le travail social car il ne le connaît pas. Ici, la relation de ce gamin à son foyer, puis à sa "famille" d'accueil est décrite avec une grande sensibilité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 février 2012
Je suis un Américain et ne parlent pas Français. Cependant, j'ai apprécié le DVD très bien. C'est une histoire très émouvante.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 décembre 2013
Très beau film plein de sensibilité et bouleversant où l'espoir l'emporte ; sujet délicat sur le bonheur. Cécile de France joue très bien son rôle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 9 septembre 2013
Film répondant à mes attentes par rapport aux critiques parues dans les médias
Le gamin au vélo est un film à voir
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
18 sur 27 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
GOSSE DE BALZAC ET ENFANT DE ZOLA. Plus glauque et social qu'eux vous mourrez demain matin. Ce n'est probablement pas un chef d'œuvre mais c'est un bon film à la Dardenne. Ils ont lu Dickens un peu trop et Zola encore plus, sans parler de Balzac et d'Eugène Sue. Pour eux il faut que les fins soient politiquement correctes selon leurs propres principes moraux, et religieux j'imagine. Le monde est horrible, les gens sont affreux, les enfants sont cruels, les adolescents sont tous des pervers, sauf Mourad bien sûr. Mais le héro de ces films reçoit sa leçon à la dure et même à la batte - ou est-ce bat ? - de baseball, mais la leçon est toujours une amélioration sensible sur l'horreur contenu dans le film. L'horreur devient alors une suite de cliché visuels plus qu'autre chose.

Ce film ne fait pas exception mais dieu sait si les deux frères tapent profond. C'est l'histoire d'un fils qui n'a pas de mère, et oui cela arrive en ces temps de bébés éprouvettes et de clones humains, et qui fait une fixation sur son père qui décide un jour de s'en débarrasser grâce aux services sociaux. Comme l'action se passe à Liège en Belgique, pas de problème le moins du monde puisque c'est un pays sans gouvernement et qui est entièrement géré par des bureaucrates. Un enfant de plus c'est un peu plus de travail, et donc un fonctionnaire de plus et une sinécure de plus, oui oui de plus pas de moins. Si on n'attend que de ces services de trouver des solutions pour ces enfants de familles inexistantes et en reconstruction par démolition systématique de la progéniture, on se met le gros orteil dans l'œil jusqu'au genou.

Mais et c'est là la première scoliose à rotation gauche des vertèbres. Il existe toujours une personne, ici une femme pour faire ce qu'elle n'a aucune raison de faire, mais qu'elle fait par simple amour d'un pauvre gosse complètement abandonné et rejeté, un reste de culture chrétienne bien comprise et complètement sécularisée. Mais bien sûr il y a encore au moins deux autres scolioses à rotation droite puis gauche des vertèbres. Bref la colonne vertébrale de ce film est un tuteur pour pied de tomate, ces nouvelles tiges tordues qui dansent le twist dans nos jardins.

Aller y voir à deux fois et vous comprendrez.

Mais les Dardennes sont des optimistes. Alors la fin sera glauque au plus haut ou au plus bas point, peu importe la direction, glauque, noire, sinistre, affreuse, antihumaine, et une dernière queue de poisson vous enverra dans le fossé des normes sociales comme si de rien n'était. Demandez-vous alors à la fin : le gamin au vélo, est-il vraiment sorti d'affaires ? Les Dardennes voudraient vous le faire croire mais vous n'êtes pas obligés. Alors doutez et retenez votre place pour le prochain film des Dardennes qui vous emmènera à nouveau dans le marais saumâtre de quelques bas-fonds sans fond et pourtant ... Les Belges ont toujours un petit Jésus au fond de leurs yeux et un Père Fouettard dans leur hotte de Père Noël.

Jacques COULARDEAU
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Deux jours, une nuit
Deux jours, une nuit de Marion Cotillard (DVD - 2014)
EUR 7,99

L'Enfant
L'Enfant de Jérémie Rénier (DVD - 2011)
EUR 10,49

Le Fils
Le Fils de Olivier Gourmet (DVD - 2003)
EUR 9,99