Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel, 25 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart : Quatuors à cordes n° 15 et n° 19 "Les Dissonances" - Divertimento (CD)
La musique de chambre constitue chez Mozart et chez Haydn des nouveautés de genre, les réussites n'en sont pas moins fréquentes et parfois majeures. Le quatuor dit "Dissonances" peut troubler par ses harmonies peu tonales, c'est ce qui constitue aussi toute son originalité. Un hommage est à rendre au jeune quatuor français Ebène qui fait preuve d'un grand rafinement et d' un engagement de tous les instants, écoutez l'andante du quatuor N°15, tant de simplicité dans ce cantabile, tant de pureté nous font toucher le Ciel. Pour parachever cette très belle gravure, un coup de chapeau à la prise de son, naturelle, dynamique et équilibrée (aucun instrument ne domine sur les autres), bien servie par une acoustique remarquable, ni mate ni réverbérée, à l'équilibre parfait. Une magnifique réussite.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une solide interprétation de deux chefs d'oeuvre, 3 novembre 2011
Par 
Henrard "ivan henrard" (france) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart : Quatuors à cordes n° 15 et n° 19 "Les Dissonances" - Divertimento (CD)
Les musiciens du Quatuor Ebène dans leur lectures des Quatuors KV 421 et KV 465 documentent une cohésion sonore et une invention du détail qui confirme leur place parmi les plus grands ensembles de musique de chambre actuels.

Le programme joue sur l'ambivalence fondamentale de Mozart:

d'un côté, l'idée d'une musique faite de pondération, d'harmonie dans les proportions et les moyens expressifs, à l'essence du classicisme.

D'un autre côté, la facette torturée et introvertie du compositeur, dont la souffrance s'exprime par éclairs fugaces et d'autant plus fulgurants, jalons d'une esthétique «Sturm und Drang» annonciatrice du préromantisme.

A l'homogénéité légendaire du Quatuor Mosaïques, les Français préfèrent un relief qui permet à chaque pupitre de trouver son espace de respiration.
A la maîtrise rhétorique, très construite des Hagen, ils opposent une sensation profondément organique, puisée à la source d'un vibrato toujours sensible, qui rappelle l'énergie ondoyante des instruments à vent.
A la mythique corpulence des Prazak, ils répondent par des textures délicatement fruitées, dotées d'une chaleur rayonnante plutôt qu'étouffante.

C'est du corpus des quatuors dédiés à Haydn que sont issus les KV 421 et KV 465 interprétés sur ce disque.
Le second doit son surnom, «Les Dissonances», à l'impressionnant adagio qui ouvre son premier mouvement. Ici, les Ebène forgent un son à la fois acidulé et frémissant, trouvent leur cohésion dans un échange très fluide entre des couleurs instrumentales volontairement distinctes.

Le Quatuor à cordes n°15 en ré mineur, K421 est achevé le 17 juin 1783. La première représentation a lieu la nuit où Constanze lui donne son premier fils. Il s'agit du deuxième quatuor dédié à Haydn.

Le Quatuor à cordes n°19 en ut majeur "les dissonances", K465 est le dernier des quatuors dédiés à Haydn. Il débute par une introduction très étrange qui lui a valu le surnom de "quatuor des dissonances". Il est achevé le 14 janvier 1784.
Son premier mouvement comporte une introduction lente, seul exemple dans les quatuors de Mozart, et qui a donné son titre à l'œuvre.

Pour la petite histoire, Mozart rencontre Joseph Haydn, son aîné de près de 24 ans, au cours de son séjour viennois de 1781.

Impressionné par les Six quatuors op. 33 de Haydn, Véritable épreuve initiatique, la composition de ces six quatuors devait aboutir pour Mozart à un chef-d'œuvre au niveau compagnonnage ou ne pas exister. D'ailleurs exactement à la même époque, Mozart se lance sur les chemins de la franc-maçonnerie, dans la même loge que Joseph Haydn qu'il aura coopté.

Ces 6 quatuors synthétisent toutes les nouvelles conquêtes de Haydn: choix rigoureux des thèmes et leur élaboration, développements à partir de ceux-ci ou de fragments de ceux-ci, utilisation sublimée de formes populaires, finales en forme de rondos ou de variations. Mais Mozart apporte ses couleurs : à la trop franche lumière diatonique il oppose ses ambiguïtés chromatiques ; au climat franc et direct, ses ombres et ses angoisses vite dissipées dans une pirouette.

La dédicace en est toute respectueuse, d'autant plus qu'elle était « gratuite », Mozart ayant pour habitude de dédier ses œuvres à des commanditaires.

Les six quatuors ont été joués devant Haydn le 15 janvier et le 12 février 1785, les musiciens étant Mozart lui-même, son père, Carl Ditters von Dittersdorf et Jean-Baptiste Vanhal.

Une très beau disque complété par le divertissement HV 138.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 l'originalité, 29 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart : Quatuors à cordes n° 15 et n° 19 "Les Dissonances" - Divertimento (CD)
j'ai énormément aimé ce quatuor, il revisite Mozart d'une façon originale et laisse court à notre imagination pour surfer avec eux sur cette musique
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit