Commentaires en ligne 


19 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Unto the Locust
Numéro 7 pour les thrashers de Machine Head. Enfin, je dis thrashers, c'est pour simplifier parce que, de débuts aggro-metal à un glissement nu pour finalement retrouver les bases des anciens groupes auxquels participa Robb Flynn (nommément Forbidden à Vio-Lence, deux fines lames du Bay Area Thrash Metal), sans se départir, bien...
Publié il y a 21 mois par Stefan

versus
3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Bof Bof
C'est assez typique de machine head, un ou deux album EXTRA, puis un navet.
La on est dans le creux de la vague. Un album ennuyant, qui manque de rythme, court et des chansons limite LOVE :/
On aura tout vu.
Ca se confirme en live.
Souvent on decouvre la qualité d'un album après quelques écoutes. 20 n'auront pas suffit (pas...
Publié le 9 décembre 2011 par Skipy


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Unto the Locust, 2 juillet 2012
Par 
Stefan (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
Numéro 7 pour les thrashers de Machine Head. Enfin, je dis thrashers, c'est pour simplifier parce que, de débuts aggro-metal à un glissement nu pour finalement retrouver les bases des anciens groupes auxquels participa Robb Flynn (nommément Forbidden à Vio-Lence, deux fines lames du Bay Area Thrash Metal), sans se départir, bien évidemment, des acquis glanés avec le temps, Machine Head a pas mal « voyagé ». Et donc, en 2011, 4 longues années après l'excellent The Blackening, Machine Head revient avec un album renouvelant quasiment la performance.

Puissant, épique et bien troussé, l'ambitieux I Am Hell (Sonata in C#) est exactement ce qu'on attend de Machine Head en 2011 : du metal qui, sur une base thrash barbare, progresse dans une composition « à tiroirs » à coups de riffs qui tuent et de vocaux écorchés vifs, un peu à la façon de ce qui fit le Metallica de Master Of Puppets... A la Machine Head, évidemment. Le sommet de l'album, indéniablement. Et c'est là le hic de cet Unto the Locust, album fort sympathique et tout à fait recommandable au demeurant, mais qui souffre de trop bien commencer laissant un goût d'inachevé, de (relative) moindre inspiration au reste. C'est d'autant plus dommage qu'il y a tout, sinon, pour contenter l'amateur de metal thrashisant, mélodique (quoique pas toujours avec un chant misant souvent sur la registre de l'écorchement des cordes vocales) et souvent assez progressif notamment au travers de structures pas aussi bêtasses qu'il n'y parait au premier abord. De fait, outre le supposé single à la mélodie finalement assez faiblarde et lourdaude (Darkness Within), tout ici est d'une qualité admirablement constante avec le lot de riffs lourds, de soli échevelés, d'hooks mélodiques bien trouvés qu'ils proviennent de la paire de guitariste - Flynn et Demmel - ou de la voix du leader (dont on constate d'ailleurs à l'occasion les progrès vocaux) faisant passer ces longs morceaux comme autant de lettres à la poste.

Un grand album Unto the Locust ? Probablement pas. Tout y aurait été du niveau du monumental morceau inaugural, on aurait pu le dire. En l'état, il n'égale pas en qualité les deux albums référentiels de la formation (Burn My Eyes et The Blackening). Ceci dit, admirablement produit, doté de 6 chansons à fort potentiel (sur 7, ce n'est pas si mal), il demeure l'un des tous meilleurs albums metal de 2011, un qui, de plus, résiste impeccablement à l'usure du temps. Une réussite, quoi !

A noter l'édition limitée proposant en plus 3 bonus : une version acoustique du dispensable et précité single et deux reprises, Witch Hunt de Rush est bien jouée mais peu appropriée au registre de Robb et The Sentinel de Judas Priest qui, fidèle elle aussi à l'originale, est une plus évidente réussite avec, notamment, un Robb Flynn s'appropriant intelligemment la ligne de chant et un Phil Demmel en fusion. Pas essentiel mais une bonne façon de « rallonger la sauce ».

Personnel:
- Robb Flynn: chant, guitare
- Dave McClain: batterie
- Adam Duce: basse, choeurs
- Phil Demmel: guitare, choeurs
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Unto The Locust, 14 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (CD)
Pas aussi bien que The blackening mais il en est la suite logique...
Moins de titres mais un pure concentré de violence et de mélodie.
Les duels de guitare sont toujours au rendez-vous
Rob Flynn monte encore plus dans les aigus, vocalement.
Un album audacieux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 metal, 18 avril 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (CD)
un poil moins travaillé que l album précédent " the blackening" qui avait réconcilié les machine head avec leurs premiers adorateurs, the locust surprend par quelques morceaux très signés comme le groupe sait le faire par un métal puissant, Dave McClain est toujours en forme et la tête balance quand l'album passe en voiture....l'essentiel est fait, machine head reste incontournable
Mon coup de cœur pour "darkness within", le morceau mélodique devenu désormais incontournable sur chaque album, vivement le prochain
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 jusqu'ou ironts-ils??!!!, 30 septembre 2011
Par 
megaotal - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
je vois que mes deux camarades"machinaidien"onts faits cours...et ça tombe bien!!!car j'avais l'intention d'en faire peu,car il est difficile,périlleux,voir impossible de commenter comme il se doit ce nouvel album de machine head!!!en somme je me demandais ce que j'allais avoir entre les oreilles en l'écoutant,du lourd ça j'en étais sur!!!mais de quel genre???in'your'face comme"burn my eyes"ou un"the blackening"bis???eh bien la réponse est simple:les deux à la fois!!!des riffs thecniques hyper puissants,des passages mélodiques de plus en plus subtil et mélancolique,des riffs toujours aussi bien inspirés de la nwobhm,et des passages trash saignant à souhait!!!car c'est bel et bien de trash qu'il s'agit...le trash de machine head!!!inimitable que ce soit en terme de violence musicale ou de mélodie imparable...et que dire de robb,ce mec atteint la perfection d'album en album!!!vous l'avez compris"unto the locust"est la suite on ne peus plus digne de"the blackening"qui atteignait déja les hautes sphéres du metal!!!mais jusqu'ou ironts-ils???vive machine f.....g'head!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ATOMIQUE, 2 octobre 2011
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
Après un retour en grâce avec le sublime Through the Ashes Of Empires, dont le clou fut enfoncé avec The Blackening, que certains n'ont pas hésité à qualifier de "black album de MH" (et qui a été élu album metal de la décennie), les ptits gars énervés d'Oackland reviennent avec Unto The Locust... et ça fait mal, TRES mal.

Judicieusement ouvert sur un tryptique en crescendo intitulé (on en a l'eau à la bouche) I Am Hell, ce nouvel opus s'annonce grandiloquent. Choeurs religieux pour le premier volet (Sangre Sani), relayés par un mid-tempo tout simplement monstrueux (I Am Hell) où Robb Flynn chante comme un damné, profond et ultra-puissant, qui éclate sur le plat de résistance, Ashes to the Sky, 100% thrash "à la Machine Head", surpuissant, ouvert par un riff diabolique, ponctué de refrains dévastateurs (le tout à cent à l'heure) et clôturé par une ligne acoustique où l'on sent encore la fumée s'élever du champ de bataille au moment du comptage des morts. Huit minutes vingt-cinq de tuerie en règle, et l'on ne peut s'empêcher de penser que si le reste et du même tonneau, on ne s'est pas planté d'adresse ! Quelle claque d'ouverture... encore plus fort que Imperium, qui ouvrait pourtant Through The Ashes Of Empires de manière... impériale.

Derrière, on enchaine direct avec un riff sinueux et fort inspiré, qui démarre Be Still and Know et déroule après une minute un mid saccadé agressif et fort originalement breaké par un couplet chanté haut, puis repris bas, qui apporte une touche de nouveauté. Après un paysage aussi varié que surprenant, la deuxième minute en remet une couche, MH vous prend à la gorge avec son refrain épique rehaussé de ce petit riff insidieux, et le dernier tiers part carrément en cavalcade thrash du meilleur effet... Les mecs sont en forme. La même recherche que sur les deux précédents albums, avec autant d'efficacité, plus de mélodie, et un côté plus concis et compact. Flynn est littéralement hors de lui, limite death, et offre avec de sulfureux breaks un relief hallucinant à ce titre, qui se termine au bout de presque six minutes comme il a commencé, sur ce riff hypnotique...

Dés les premières notes de Locust, ténébreuses de par leur ligne de basse inquiétante, on sait qu'on va être entraîné dans un conte sombre dont MH a le secret. Après la minute réglementaire de montée en puissance, ça pète sur un riff dantesque, non sans rappeler les plus mortels de Anthrax sur We've Come For You All. Développement en mid-up-tempo ravageur, refrain hyper accrocheur, break éthéré, solo au scalpel à la Flying V. Flynn et Demmel forment un duo de bretteurs hors pair dans le milieu du thrash, c'est maintenant établi, et font fortement penser à la paire Hetfield/Hammett... La relève ? Sept minutes trente plus tard, après de nombreux rebondissements, l'on reste hagard par la puissance et la densité de ce morceau. A ce stade, je ne suis pas loin de penser que cet album est l'un des meilleurs du groupe (égalant au moins Through The Ashes...) après le mythique Burn My Eyes... continuons.

This Is The End s'ouvre sur une dentelle acoustique sobre et fine, avec un lancinant larsen en arrière-plan qui monte, qui monte... et une minute (oui, toujours...) plus tard, c'est l'explosion avec croisements de guitares et roulements de batterie, attaque vocale d'un Flynn possédé, soutenu par les choeurs clairs des copains (encore une nouveauté) sur le refrain. Plus classique, ce titre ne manque pas pour autant d'une pêche d'enfer et évite l'écueil de disperser inutilement son énergie comme dans The Burning Red ou Supercharger. Droit au but, et en beauté, svp. Savamment intercalé de breaks déroutants (signature officielle du groupe) et de saturations aigües et courtes de Flying V (le son Machine Head que l'on connait bien depuis le mythique Davidian), ce morceau vous emmène dans une course folle qui prend un nouveau tournant à son dernier quart, avec soli et accélérations de rigueur... Impressionnant.

La fête continue avec les premières notes acoustiques de Darkness Within, accompagnées du chant clair de Flynn, là encore d'influence récente, déclamation rythmée et fournie, coupée àprès une première minute (et oui, encore) par une lenteur mélancolique, un ralenti, et le tout repart en chant clair avec un background en crescendo tendu, et les guitares n'y tenant plus, elles explosent après deux minutes trente de retenue, mais en lenteur doomesque, un peu comme Elegy sur TTAOE. Solo aérien et hyper prenant de Demmel, qui casse la baraque sur ce coup, sans parler du fait que ce titre va prendre tout le monde par surprise et prouver que MH est aussi capable de finesse... Bon, à la quatrième minute, ça se déchaine façon Thousand Lies, avant une nouvelle retenue... l'ensemble est une pièce ambitieuse et dramatique de six minutes trente du plus bel effet, agrémentée de superbes lyrics. Chapeau bas, Robb...

Avec Pearls Before The Swine, on retourne à la guerre, avec en ouverture riff sournois et roulements de batterie répétés, puis lâchage jubilatoire sur un up-tempo pur thrash, aussitôt cassé par un mid bien lourd, et c'est reparti pour une alternance halletante, avec comme fil rouge Flynn qui ne lâche rien au micro, hors de lui, enragé, ses finals saupoudrés d'échos démoniaques. Techniquement, Dave Mc Lain assure comme une bête derrière les fûts, tant les changements de rythmes sont nombreux, comme sur le reste du disque. Et puis il y a les petits détails qui truffent les titres, comme ces soudaines envolées riffiques venues de nulle part, à l'image de celle qui clôture le morceau...

Who We Are attaque sur un choeur d'enfants (ceux de Robb, Phil et Juan) avec un ensemble à quatre cordes mélancolique (présent aussi sur I Am Hell et Darkness Within) et un roulement de tambour à tendance militaire... plutôt pas commun, non ? C'est Flynn qui leur donne la réplique à sa manière (énervée), et le reste du combo déboule derrière lui, non moins énervé. Ce n'est plus un album, c'est un manifeste, dont ce morceau emblématique - le refrain étant un rouleau compresseur épique - affirme qui ils sont (et ils ne sont pas là pour rire ni pour se renier). Who We Are devrait devenir rapidement un hymne en live, repris en choeur par tout le public, tant il est fédérateur et énergique. Il clôture l'album du haut de ses sept minutes aussi denses que virulentes, et ne donne qu'une envie... recommencer !

Robb Flynn, fier capitaine de l'esquif américain, a produit ce disque à la place de Colin Richardson le fidèle, désisté à la dernière minute, épaulé par Juan Urteaga (Exodus, Testament). Revenu d'entre les moribonds depuis deux disques, il a - avec son équipe - transcendé son propre genre, évité la redite, apporté une véritable nouveauté sans céder aux sirènes de la mode, asservi sa technique (et celle de ses gars) pour un feeling exacerbé, revu et corrigé (ou plutôt peaufiné) sa copie, et tiré le meilleur de Through the Ashes Of Empires et The Blackening (que j'ai attentivement ré-écoutés pour avoir une oreille actualisée) pour en garder complexité et inspiration, hargne et finesse. Il s'est encore bonifié à la production, avec entre autres ce petit écho démoniaque et délectable qu'il ajoute à sa voix en fin de phrasé, du meilleur effet. Unto The Locust est une fine pièce de thrash sombre, puissant, moderne et inspiré, qui pour moi se classe en seconde position dans la discographie du groupe après l'indétronable Burn My Eyes (pour l'instant ?)... Et ce même si, en jetant un simple coup d'oeil à la pochette moche à vomir, on ne part pas avec un bon a priori. Septième album (un chiffre divin), sept titres... sept minutes en moyenne par titre... Hautement symbolique.

Non seulement Machine Head n'a plus que peu de concurrents (Metallica ?) avec un tel pavé jeté dans la mare, mais il place la barre très haut pour sa propre prochaine livraison... Enfin, profitons déjà de celle-ci, qui fera date !

Pour l'édition spéciale, la baston continue avec The Sentinel, reprise surboostée et ultra heavy de Judas Priest (non mais quel chant, Robb, t'as bouffé un démon au petit déj' ?), qui n'en finit pas d'atomiser vos neurones.

Mais le pari audacieux vient de la reprise de Witch Hunt, l'excellent titre de Rush, version très sombre que seul Machine Head pouvait sortir (qui fait penser à la reprise de Police, Message In A Bottle sur The Burning Red), sans compter ce son de guitare ultra rapeux en lieu et place de celui plus soft d'Alex Lifeson. Flynn chante en clair et revisite la rythmique vocale. Doté du son 2011 made in MH, ce titre culte prend un sacré lifting !

Et on termine avec la version acoustique de Darkness Within, qui montre Flynn sous une lumière épurée et sensible et contraste avec la hargne qu'il renferme. De toute beauté.

Un DVD du making-of de l'album, de vingt-deux minutes, accompagne l'ensemble, et apporte un certain nombre de détails intéressants, montrant globalement un groupe soudé et désireux de réaliser une musique sincère avec un excellent état d'esprit, humble qui plus est. Avec les bonus tracks, ce petit DVD rend selon moi cette édition limitée indispensable pour tout fan de MH qui se respecte.

Retrouvez cette chronique, et bien d'autres, sur [...]
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bombe thermonucléaire, 3 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
Machine Head vient de pondre un de ses albums les plus aboutis. C'est très technique, intelligent, violent mais toujours mélodique. Il est tout simplement incroyable de voir a quel point MH peut sortir des albums d'une maturité exemplaire. En sent aussi l'influence de groupes comme Maiden ou Judas Priest.

C'est le meilleur album de Metal que j'ai écoute depuis belle lurette.

Vivement le concert de Foret National
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 une autre facette, 25 septembre 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (CD)
j'ai "the blackening" qui est parfait, "unto the locust" est très bon mais moins technique et donc plus simple à l'écoute, mais les morceaux son très bons sauf 1.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Je le recommande!, 4 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
Je recommande ce Cd à tout les fans de Machine Head qui ne l'auraient pas encore acquis... Dans la lignée du précédent, si vous avez aimé "The Blackening", vous aimerez sans doute celui-ci.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Bof Bof, 9 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
C'est assez typique de machine head, un ou deux album EXTRA, puis un navet.
La on est dans le creux de la vague. Un album ennuyant, qui manque de rythme, court et des chansons limite LOVE :/
On aura tout vu.
Ca se confirme en live.
Souvent on decouvre la qualité d'un album après quelques écoutes. 20 n'auront pas suffit (pas encore).
Mon conseil : attendez le suivant qui, si on en crois la regle, sera superbe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pas au niveau de the Blackening... et trop court!, 24 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unto The Locust (+DVD) (CD)
J'ai dû écouter l'album une dizaine de fois depuis l'achat.

Pour le moment, c'est une petite déception par rapport au must qui est the Blackening.

Déception au niveau de la qualité des compos, qui ne se renouvellent pas beaucoup au fil de l'album. Déception également sur la durée du CD.
Heureusement, sur cette édition, il y a 3 bonus dont la reprise de the Sentinel (Judas Priest).
Tout n'est pas noir, instrumentalement c'est toujours génial, et pas dégueux au chant.

La prochaine fois, j'écouterai l'album plutôt que de le précommander.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xae9f3d74)

Ce produit

Unto The Locust
Unto The Locust de Machine Head (CD - 2011)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit