undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
...et traversa comme lui diverses esthétiques du XX° Siècle, au gré d'une activité créatrice étalée sur sept décennies.
Bien qu'il se défia souvent de cette appellation à laquelle on associe sa première période, beaucoup de ses oeuvres d'avant les années 1930 peuvent se rattacher à l'impressionnisme.
Mais l'influence de "Petrouchka" et du "Sacre du Printemps" se fait aussi sentir dans le deuxième triptyque des "Impressioni dal Vero" (Dialogue des cloches, Les cyprès et le vent, Fête à la campagne) écrit au début de la première Guerre mondiale, plus cru et violent que la première série -celle-ci tirant trois portraits ornithologiques. « Un écho musical de mes sentiments envers la vie et la nature » expliquait ce compositeur qui adorait les animaux, particulièrement les oiseaux, et vivait en leur compagnie dans sa demeure d'Asolo. La subjectivité de ces tableaux n'empêche pas un indubitable attrait imitatif : écoutez les tambourinements du pic-vert !
Plus succincte, la troisième série exprime un langage plus amer, et se termine par une tarentelle telle qu'on la danse à Capri : stylisée, un peu dissonante.

Les deux cahiers de "Pause del silenzio" nous font pénétrer dans le laboratoire secret de Malipiero : son refus du développement thématique hérité de la tradition austro-allemande, au profit de microcosmes qui fleurissent au fil d'une imagination foisonnante et d'une instrumentation luxuriante.
Cet univers suggestif, paré de chatoiements latins d'une inépuisable richesse de couleurs et textures, en constant renouvellement, a tout pour séduire le mélomane qui sait s'ouvrir au rêve.

Les symphonies de Malipiero (il en écrivit dix-sept -voyez l'intégrale par Antonio de Almeida chez Naxos également) ne me plaisent pas toutes au même degré : certaines trop diffluentes, ou trop absconses.
Mais je dois dire que le présent album m'a conquis quand il révèle une pensée musicale canalisée par de fécondes sources d'inspiration. Paré d'une superbe prise de son et généreusement rempli (quatre-vingts minutes), on peut le conseiller prioritairement à quiconque souhaite découvrir ce compositeur.
Aux commandes de l'Orchestra Sinfonica di Roma qu'il dirige depuis sa création en 2002 et avec lequel il a entrepris de graver quelques oeuvres négligées du grand répertoire italien (Martucci, Casella...), Francesco La Vecchia accomplit un exemplaire travail pour accorder aux créations de Malipiero (certaines inédites, enregistrées en première mondiale) la chaleur et le pouvoir évocateur qu'elles requièrent -cela avec une infaillible virtuosité à tous les pupitres.
Sans sentimentalisme ni complaisance, cette interprétation réussit miraculeusement à cerner le caractère profond de chaque pièce.
« Ces pages capitales nous sont enfin restituées avec l'élan, la ferveur et la poésie qu'elles exigent » écrit Michel Fleury à l'appui du "Choc Classica" qui vient de récompenser ce disque dans le magazine de décembre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Gian Francesco Malipiero (1882 - 1970) fut un compositeur prolixe. Au cours des soixante-dix années durant lesquelles il composa tout au long du vingtième siècle, il laissa pas moins de deux cent opus dont un certain nombre d'opéras. Il fait partie de cette génération de musiciens post-romantiques italiens, méconnus, avec Respighi ou Casella que la maison Naxos par l'entremise de Francesco La Vecchia à la tête de l'orchestre Symphonique de Rome a entrepris de tirer de l'oubli injuste dans lequel ils étaient tombés.

Le principal intérêt du présent CD est de réparer une injustice. En effet, jamais encore le cycle intégral de ses deux oeuvres orchestrales majeures que sont "Impressioni dal vero" (impressions de la vie) et "Pause del silenzio" (Pause du silence) n'avait été gravé. on en dispose d'extraits, ici ou là, mais jamais d'une intégrale de plus réunie en un seul disque. Voici désormais chose faite.

"Impressioni dal vero" est constitué de trois blocs distincts de chacun trois pièces. Le bloc I fut composé entre 1910 et 1911, le II en pleine guerre entre 1914 et 15, le bloc III entre 1921-22. Chaque pièce est un tableau en hommage à la campagne italienne. La musique y est très figurative et expressionniste, l'ambition étant de reproduire au plus près les sons entendus dans la nature. D'où l'omniprésence de cloches qui nous disent les églises qui sonnent ou les troupeaux qui passent. D'où des moments de réelle féérie musicale où l'on voit littéralement le paysage se dessiner sous nos yeux. Certes, les tableaux sont de qualité et d'intérêt inégaux, le bloc I l'emportant largement sur les autres, et en particulier sur le II où l'on sent que le compositeur fut fortement perturbé par les bruits de bottes et de canons.

"Pause del silenzio I" fut composé en 1917. c'est un authentique chef-d'oeuvre d'une folle originalité. Malipiero était fasciné par le silence et a tenté, avec réussite, de montrer comment il peut s'installer en musique, jouant sur de subtiles harmonies, sur des sauts de notes surprenants, sur les dynamismes qui entrecoupent de magnifiques pianissimi. Pause del silenzio II, composé en 1924-25, sacrifie un peu plus à l'humeur musicale du temps et fait quelques timides emprunts à Stravinsky. L'attention peine toutefois un peu à se maintenir face à une musique pas toujours totalement convaincante.

Nous avions beaucoup pesté contre la prise de son indigne lors du cycle Casella (voir mes commentaires). Naxos a visiblement remédié au problème et sorti un enregistrement enfin au niveau des attentes même si les aigüs ont une fâcheuse tendance à s'acidifier. Restent les interprètes qui sont visiblement engagés à défendre des pages nationales mais ne sont pas toujours au niveau. Le premier violon et la première clarinette, beaucoup mis à contribution, ont parfois un son manquant de rondeur et de subtilité. Le duo clarinette basse/contrebasse entendu dans le tableau IV de Pause del silenzio II dénote un chef qui a du mal à obtenir un calage parfait de ses instrumentistes. Cela reste une belle découverte recommandable à tout auditeur qui veut sortir des sentiers battus tout en restant à l'abri d'une musique sage, tonale et reposante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Fantasie di Ogni Giorno - Passacaglie - Concerti
Fantasie di Ogni Giorno - Passacaglie - Concerti de Gian-Francesco Malipiero (CD - 2014)


Les Symphonies /Vol.4
Les Symphonies /Vol.4 de Gian Francesco Malipiero (CD - 2010)