Commentaires en ligne 


24 évaluations
5 étoiles:
 (15)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un pur chef-d'oeuvre
une photo resplendissante,des décors splendides,de formidables acteurs,un ballet magnifique,tout est fabuleux dans ce film réalisé d'une main de maitres par un duo qui a définitivement marqué le cinéma d'une pierre blanche,(voir les autres films fait en commun,mais aussi ceux par Michael POWELL seul).J'avoue n'avoir jamais...
Publié le 18 octobre 2011 par wislock

versus
2.0 étoiles sur 5 Un film qui serait surévalué ?
Se méfier parfois des film-culte : ainsi , il y a autour de ce film une révérence , une certaine pression : chacun est sommé de l'admirer sans réserves , sous le parrainage prestigieux de M.Scorsese , qui l'aurait visionné des dizaines de fois ...

Le travail de restauration est effectivement impressionnant et il est...
Publié il y a 1 mois par cinefil50


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un pur chef-d'oeuvre, 18 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges [Blu-ray] (Blu-ray)
une photo resplendissante,des décors splendides,de formidables acteurs,un ballet magnifique,tout est fabuleux dans ce film réalisé d'une main de maitres par un duo qui a définitivement marqué le cinéma d'une pierre blanche,(voir les autres films fait en commun,mais aussi ceux par Michael POWELL seul).J'avoue n'avoir jamais été un fan de film de danse,ou représentant un ou des ballets,mais ce film est bien au dessus de ce genre,c'est le seul dans cette catégorie à m'avoir véritablement bouleversé,tant il est maitrisé,et de plus il m'a fait connaitre ce duo de génies (le mot est pesé) dont on ne peut qu'être admiratif devant les fabuleuses réalisations nées de leur complicité et amitié.ce Blu-ray bénéficie d'un master 4K flambant neuf dont des copies numériques ont été diffusées dans des festivals,il semble donc que les promesses d'une grande édition soit tenues.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 SUBLIMISSIME, 19 novembre 2011
Par 
S. PHILIPPE - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges [Blu-ray] (Blu-ray)
LES CHAUSSONS ROUGES ou comment faire renaitre la magie d'un film sublime en Blu-ray,et là les éditions CARLOTTA on fait renaitre, comme un phoenix de ses cendres ce chef-d'oeuvre de 1948,qui vous feras tourbillonner comme par magie et vous envouteras du début jusqu'à la fin un très grand moment de cinema
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Pourquoi tenez-vous à danser?" "Pourquoi tenez-vous à vivre?", 6 novembre 2011
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges [Blu-ray] (Blu-ray)
Les films qui traversent le temps et nous ravissent comme ils ont pu ravir leurs premiers spectateurs, quand bien même ils n'auraient pas le même effet sur nous que sur eux, il en existe un certain nombre. Mais lorsqu'ils étaient en avance sur - ou en décalage avec - leur époque, et ont failli disparaître corps et biens parce qu'ils n'avaient pas su répondre à des attentes qui n'avaient rien à voir avec ce qu'ils proposent, ce ravissement est peut-être encore plus fort. C'est peu dire que The Red Shoes est de cette catégorie de films rares dont la puissance d'évocation fait qu'on l'aime totalement et sans réserves, voire qu'il nous fascine, au-delà même de ses (immenses) qualités.

The Red Shoes / Les Chaussons rouges est le sommet de la collaboration entre Michael Powell et Emeric Pressburger (né en Hongrie, qu'il a quittée dans les années 30 pour Paris, puis pour Londres). En 1948, il s'agissait de leur 10ème travail en commun, et de la 7ème production réalisée sous l'égide de leur société, "The Archers". Produit par la Rank Organization, "The Red Shoes" fut méprisé par ses commanditaires, qui refusèrent de lui donner une distribution en Angleterre. Fort heureusement, une fois n'est pas coutume, le salut vint des Etats-Unis. Un exploitant étant tombé amoureux du film, il le montra dans sa salle new-yorkaise pendant plus de deux ans, le succès public et critique assurant l'impact durable de ce film sur plusieurs générations de spectateurs aux Etats-Unis, puis ailleurs. A commencer par des cinéastes qui, aussi fascinés par la réflexion sur le rapport entre l'art et la vie que par le sens visuel de Powell et Pressburger, ont pendant toutes ces dernières décennies clamé leur amour de ce film : Martin Scorsese, bien sûr (qui lui rend ouvertement hommage dans Shutter Island), Francis Ford Coppola (qui le cite quant à lui dans Tetro), Brian de Palma, Steven Spielberg, et chez nous Bertrand Tavernier qui a été un des architectes des formidables coffrets dvd consacrés par l'Institut Lumière à Powell et Pressburger il y a quelques années (indiqués comme épuisés, mais encore en vente sur le site de l'Institut Lumière). Depuis deux ans, une nouvelle génération de spectateurs peut redécouvrir dans toute sa splendeur plastique retrouvée ce film, qui risque d'en bouleverser plus d'un. Ou plus exactement, il devrait évidemment faire figure de découverte majeure pour ceux qui le voient pour la première fois, mais aussi bouleverser de nouveau ceux qui l'ont vu au fil des ans dans des copies tirées d'un négatif fatigué.

Etait-il besoin de clamer comme le fait la publicité qu'il s'agit du "film qui a inspiré Black Swan" pour attirer les foules? Outre qu'il faudrait préciser que Darren Aronofsky est autant allé puiser chez Dario Argento, Roman Polanski ou Brian de Palma que chez Powell et Pressburger, il est certes vrai que Les Chaussons rouges est un conte noir (inspiré de Hans Christian Andersen), qui se passe dans le milieu du ballet et a en son centre une réflexion sur les rapports qu'entretiennent l'art et la vie, et la nécessité de choisir entre les deux lorsque l'on est un artiste (voir synopsis ci-dessus). Mais soyons clair : aussi extraordinaires que soient l'usage du Technicolor et les incroyables trucages et prouesses techniques que l'équipe menée par le génial chef-opérateur Jack Cardiff a réussis pour ce film, celui-ci a bien plus de 60 ans d'âge. Si l'on espère comme l'éditeur Carlotta que de nombreux spectateurs de Black Swan choisiront d'aller vers ce film et se laisseront captiver par lui, ce qu'il est encore pleinement susceptible de faire en dépit de son âge, de nombreux aspects des Chaussons rouges n'appartiennent qu'à leur époque, et c'est heureux.

Ainsi, la figure de Lermontov - l'imprésario pour lequel Pressburger s'est apparemment autant inspiré de Serge Diaghilev que d'Alexander Korda, ici méphistophéliquement interprété par Anton Walbrook - la façon dont fonctionnaient les ballets, les débats esthétiques sur la primauté de la musique ou de la danse dans cet art hybride qu'est le ballet, tout est d'une autre époque et incroyablement recréé par Powell et Pressburger. Il faut rappeler qu'il s'agissait du premier film ayant demandé à de véritables danseurs de ballet de venir jouer les rôles principaux, Moira Shearer ayant d'ailleurs hésité à accepter le rôle car elle craignait que cela ne gêne sa carrière. A côté de cela, on sent tout ce que le récit doit non seulement à Andersen mais aussi à l'imaginaire romantique allemand et anglais, à commencer par les écrits d'E.T.A. Hoffmann, que Powell et Pressburger adaptèrent, via Offenbach, en 1951 (Les Contes d'Hoffmann).

Au centre du film, donc, cette réflexion sur le sacrifice à son art, qui a parlé à tant de créateurs - quel que soit l'art dans lequel ils s'expriment. Autant dire que si la nature de cette réflexion fait qu'elle ne risque pas de se périmer de sitôt, c'est aussi parce qu'elle finit par se complexifier que ce film reste si puissant sur la question. Lyrique et exalté, emporté par la métaphore du splendide ballet central, le film fait ressortir la nature faustienne du pacte, mais insiste sur l'interdépendance des parties en présence : elles existent toutes ensemble, leur lien étant à jamais indissoluble.

Dernier point : le film ne manque pas d'humour. La première séquence est à cet égard formidable. Humour, intrépidité stylistique, façon particulièrement animée, voire amusée, de faire passer une réflexion de nature esthétique : elle résume en partie la réussite considérable de ce film aussi riche par sa substance que par ses humeurs.

EDITION CARLOTTA 2011

Ce film a donc déjà eu droit à une édition en dvd il a quelques années grâce à l'Institut Lumière : Les Chaussons rouges - Édition Collector 2 DVD [inclus 1 livret de 50 pages. Carlotta, qui a distribué la version restaurée en salles l'année dernière, est en mesure de proposer une nouvelle édition, en dvd et en blu-ray.

Disons-le sans ambages : l'édition de l'Institut Lumière était formidable, mais elle est ici aisément surclassée, tout simplement parce que le travail de restauration effectué sur le négatif par UCLA et la Film Foundation est de tout premier ordre. Les couleurs nous apparaissent dans toute leur vivacité, la netteté est redevenue saisissante, pour les plans généraux comme pour les plans rapprochés. A peine pourra-t-on se plaindre de quelques variations d'intensité et sautes d'images, le Technicolor étant par ailleurs d'une beauté éclatante. Le blu-ray est merveilleux, mais si vous devez opter pour le dvd, sachez que la différence avec l'édition précédente est telle qu'il ne faut pas hésiter à acquérir cette nouvelle édition si vous aimez le film.

VOSTF et VF. Je n'ai pas pour principe de regarder les films en VF, mais en écoutant un bout de la VF pour voir sa qualité, je l'ai trouvée un peu trop réverbérée, le son m'ayant semblé démesurément spatialisé et artificiel. La VO sonne quant à elle de façon bien plus naturelle.

Pour les suppléments, voir la liste détaillée ci-dessus : ce sont les mêmes dans le dvd et le blu-ray. Le documentaire anglais sur la confection et la réception du film est un peu court pour permettre de rentrer dans certains détails mais fait plutôt bien le tour de la question. Le documentaire français sur la vision que donne le film du ballet intéresse. L'intervention de Martin Scorsese permet de constater de l'état de la copie avant et après restauration, la démonstration étant plus que probante. Le témoignage de Thelma Schoonmaker - talentueuse monteuse de Scorsese depuis 1980, qui a épousé Michael Powell en 1984 après que Scorsese le lui avait fait rencontrer (voir les entretiens passionnants avec elle dans Scorsese par Scorsese) - aurait lui aussi gagné à être plus long.

On aime beaucoup le travail fait par le grand éditeur de films de patrimoine qu'est Carlotta. De temps à autre, on aimerait bien qu'il se rapproche encore un peu plus de son modèle avoué, l'Américain Criterion. L'édition zone 1 Criterion, en dvd comme en blu-ray, propose plus en termes de suppléments vidéo, et comme d'habitude un livret copieux avec des textes très intéressants est fourni. Il est vrai qu'il était difficile de rivaliser avec celui de l'édition dvd de l'Institut Lumière, mais outre que tout le monde ne l'a pas, ce n'était pas une raison pour ne proposer strictement aucun livret ici. Un accompagnement critique ou un commentaire (comme dans l'édition américaine) aurait également été le bienvenu. Certes, l'essentiel est bien d'avoir le film dans sa version restaurée, mais on a l'impression que le travail n'a pas été fait jusqu'au bout, et que le film n'obtient pas encore tout à fait ce qu'il mérite.

En bref, un film et une édition indispensables à tous les points de vue, mais le travail d'accompagnement effectué par Carlotta est hélas un petit cran en dessous de ce qu'il aurait pu être. Si l'on a déjà l'édition précédente, il ne faut à mon avis pas s'en défaire. Acquérir celle-ci, qui présente le film dans les meilleures conditions possibles, me semble toutefois impératif, à plus forte raison si l'on est équipé d'un lecteur blu-ray.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sacré Lermontov !, 20 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges [Blu-ray] (Blu-ray)
Les chaussons rouges de Michael Powell est un véritable chef d'oeuvre du cinema et sans doute
l'un des meilleurs de son réalisateur. Je viens de le découvrir dans la dernière version
restaurée aux couleurs chatoyantes et aux images hypnotisantes.
L'histoire met en scène la sublime actrice rousse Moira Shearer dans le rôle de Vicky Page,
jeune danseuse, qui cherche à se faire engager par Boris Lermontov, célèbre imprésario et
directeur d'une troupe de ballet, et un jeune compositeur, Julian Craster, qui vient accuser
Lermontov de plagiat. Celui ci est méprisant envers les deux jeunes artistes mais les engage sur
son prochain ballet, les chaussons rouges d'après un conte d'Andersen. A la condition qu'ils
sacrifient tout et leurs sentiments en particulier pour la réussite de ce spectacle.
A la phrase de Lermontov en guise de test : "Pourquoi tenez-vous à danser ?" Vicky lui répond
spontanément "Pourquoi tenez-vous à vivre ?"
Le ton est donné, le conte est empreint du mythe de Faust et les amours sont impossibles. Les
artistes sont tyrannisés par l'impitoyable Lermontov.
Les ballets dancés par Moira sont prodigieux. Nous sommes happés. Il n'y a pas de mot assez
fort pour exprimer la magie de ce film qui a inspiré d'autres grands cinéastes comme : Scorsese,
qui se réclame très souvent de Powell, Coppola, de Palma, Tavernier etc ...
Il a été réalisé en 1948 et les effets spéciaux optiques sont beaux et gracieux.
Ce film est immortel et parfait.
Comme beaucoup d'autres film Michael Powell, celui ci laisse au personnage principal un choix,
un choix des plus intenses. Le film est riche d'inventions et d'idées de mise en scène.
Cet univers est palpitant,passionnant, bouleversant et troublant grâce à Michael Powell, que
personne n'a réussi à égaler sur ce terrain.
ce film est mon préféré et j'espère que j'aurai donné envie à d'autres passionnés de s'intéresser
aux chaussons rouges.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la danse ou l'amour., 9 novembre 2011
Par 
Shan - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges - Collector 2 DVD (DVD)
Les chaussons rouges est l'incontestable chef d'oeuvre de Powell et Pressburger, une sortie en DVD riche en suppléments, un film qui raconte l'ascension d'une jeune danseuse Victoria Page qui deviendra la danseuse des Chaussons rouges, nous assistons alors à veritable hymne à la danse, dans lequel la musique et la poesie ont rendez-vous pour un moment lumineux de cinema et de creation artistique, Les chaussons rouges c'est surtout un personnage central l'impresario Boris Lermontov homme tres cruel pour qui la danse est une religion, et exige le plus terrible de tous les sacrifices, celui de l'amour. Une oeuvre essentielle de l'histoire du cinema.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 magnifique, 7 janvier 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges - Collector 2 DVD (DVD)
un celebre directeur de ballet Boris Lermontov annonce la creation de son nouveau spectacle : les chaussons rouges. Il s'agit d'un projet d'une ampleur sans precedent , il engage Victoria Page une danseuse et un compositeur novice Julian Craster. Malheureusement ils devront TOUT sacrifier a leur art.
Les chaussons rouges sont tires d'une oeuvre d'Andersen. C'est l'histoire d'une jeune fille qui achete les chaussons rouges mais ceux-ci sont magiques, elle dansera jusqu'a l'epuisement qui la conduira a la mort. L'interpretation est magnique
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film hors du temps, 28 décembre 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges - Collector 2 DVD (DVD)
Nous avons aimé ce film depuis longtemps et deviné ses qualités d'image malgré les mauvaises copies disponibles. Ce conte - ballet - dramatique entremêle tous les thèmes dans une somptueuse spirale : vie, mort, jalousie, passion, art, avec une utilisation de la couleur très moderne qui résiste au temps. merci à Martin Scorcese de nous avoir rendu sa magie intacte
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une riche curiosité, 22 mai 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges [Blu-ray] (Blu-ray)
Alors que se déroule une histoire apparemment simplette, des images et séquences d'une grande force visuelle viennent crever l'écran. Evocation particulièrement réaliste des coulisses du monde de la danse,les Chaussons Rouges nous offre en prime, avec le recul, un regard décapant sur l 'époque de son tournage. Les ultra-mondains et des divas appartiennent à un monde stylé, stylisé à l'extrême, qui s'oppose à la rue et au public gouailleur et sans tenue.
Mine de rien, par ces contrastes Michael Powell et Emeric Pressburger nous font entrer dans leur univers surréaliste si particulier, mélange subtil de réalisme et d'expressionnisme, sans oublier une pointe d'esprit fantastique. La caméra elle même, d'un point de vue apparemment simplement descriptif nous entraîne petit à petit dans des visions échevelée faites de trucages et de superpositions d'images colorées de toute beauté.
Les différents personnages sont superbement dessinés, tant au niveau de l'image que de leur psychologie propre. Affectation, dandysme, préciosité, exigence artistique, trouvent ici une parfaite illustration.
A cette densité de la mise en scène, des images, des personnages, comme pour le Narcisse Noir, s'oppose un scénario court et condensé, qui vous laisse comme suspendu une fois le film achevé.
Avec, peut être, l'impression d'un manque de quelque chose... Mais il est vrai qu'il est souhaitable de sortir de table en ayant encore un peu faim.

La qualité technique du Blu ray est remarquable. Les visages et gros plans en particulier (comme souvent en Blu ray) sont d'une telle précision qu'ils en feraient mal. Ils sont magnifiques, comme taillés à même l'écran. Les couleurs sculpturales du techni-color sont un enchantement rare dont on se délecte tout au long du film. La scène centrale, magistrale, du ballet, tire profit de tous ces atouts.
En prime quelques vues de Paris et Monaco dans les années 40. En 60 ans qu'est ce que le monde a changé !

Une mention particulière pour le très joli contenant cartonné, double triptyque peint, en partie visible par une fenêtre ronde découpée dans le fourreau de présentation. Un généreux effort de présentation qui fait bien plaisir et que l'on aimerait voir plus souvent. Bien des films le méritent.

(Pour relativiser mon point de vue technique: projecteur HD grand public, écran 2.5m et simple installation stéréo)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 UN BON MOMENT DE CINEMA, 18 décembre 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges [Blu-ray] (Blu-ray)
Le film a bien vieilli il est vrai, mais la restauration est exemplaire ce blu-ray est une référence sur le technicolor
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 envoutant, 14 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chaussons rouges - Collector 2 DVD (DVD)
Impossible d'arrêter le dvd en cours de lecture, c'est un film magique, vous terminez avec les larmes aux yeux c'est envoutant !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xae7d2f48)

Ce produit

Les Chaussons rouges [Blu-ray]
Les Chaussons rouges [Blu-ray] de Pressburger Emeric (Blu-ray - 2011)
EUR 17,09
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit