Commentaires en ligne


14 évaluations
5 étoiles:
 (10)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


35 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre de Skolimowski
Attention, ne pas confondre ce classique culte de Jerzy Skolimowski (1970) avec un homonyme avec Tilda Swinton! Ressorti sur les écrans en 2011, ce film mythique est donc enfin disponible en dvd, dans un master magnifique qui rend justice à l'admirable photographie du film et aux contrastes saisissants que souligne la mise en scène entre...
Publié le 28 août 2011 par zybine, amateur éclairé

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Joli petit film pop, reflet authentique d'une époque.
Petit film pop attachant, aux couleurs flash et à la composition très soignée.
Histoire intimiste, drôle et fantasmatique d'un adolescent tenaillé par la découverte de l'attirance sexuelles et sa volonté naïve et entreprenante d'en découdre coûte que coûte.
Sous des dehors simples, le film se montre assez...
Publié le 23 juillet 2012 par laurent


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

35 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre de Skolimowski, 28 août 2011
Par 
zybine, amateur éclairé (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Édition Collector] (DVD)
Attention, ne pas confondre ce classique culte de Jerzy Skolimowski (1970) avec un homonyme avec Tilda Swinton! Ressorti sur les écrans en 2011, ce film mythique est donc enfin disponible en dvd, dans un master magnifique qui rend justice à l'admirable photographie du film et aux contrastes saisissants que souligne la mise en scène entre l'éclat des couleurs du Swinging London des sixties et le glauque du monde de la nuit et de la prostitution.
Mike, 15 ans, beau gosse, trouve un emploi dans une piscine municipale. Soumis aux pressions de la clientèle, il trouve appui auprès de la jeune Susan (Jane Asher, icône des sixties qui était la petite amie de Paul Mc Cartney et donc la femme la plus jalousée du Royaume-Uni). Mike tombe amoureux. Problème : Susan a déjà un petit ami, un amant et sans doute un passé d'effeuilleuse.
C'est un des films les plus justes que j'ai vus sur les tourments de l'adolescence. Mike découvre le monde, les femmes, la mort au fil d'une ballade (ponctuée de musiques de Can et Cat Stevens) qui prend son temps et multiplie les fausses pistes avant que le drame ne se noue. C'est aussi un bonheur esthétique avec ces admirables couleurs pop sur fond de grisaille de l'East London (mais le film a été tourné en studios en Allemagne!). C'est enfin un document sur le talent exceptionnel de cette école polonaise qu'ont illustrée Polanski et Skolimowski : derrière les apparences Nouvelle vague (spontanéité, légèreté, naturel) se nichent une angoisse et un tourment résolument Mittle Europa.
Un très grand film.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "But I might die tonight...", 27 novembre 2011
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Blu-ray] [Édition Collector] (Blu-ray)
Point n'est besoin d'épiloguer beaucoup pour savoir ce que je pense du film : Zybine l'a déjà parfaitement exprimé, et je souscris à l'ensemble de son propos. Ce film de 1970, réalisé après que Skolimowski avait été plus ou moins contraint à l'exil, peut s'appréhender avec des mots aussi galvaudés que "légèreté", "charme" ou "fraîcheur". Ce qui ne signifie pas qu'il n'ait pas un fond de gravité, et le côté Mitteleuropa dont parle justement Zybine.

Que l'on considère son film le plus connu, Moonlighting / Travail au noir, tourné avec un Jeremy Irons impérial à Londres au début des années 80, Deep End ou The Shout / Le Cri du sorcier, voire ses premiers films polonais comme Walkover, le style de Skolimovski fait toujours naître des atmosphères singulières, voire inquiétantes. Sans jamais figer quoi que ce soit ou faire de la belle image, un film de Skolimovski fait souvent penser au fait qu'il se consacre essentiellement à la peinture depuis deux décennies, et qu'il y a de fait toujours eu un oeil de peintre derrière la caméra. La spécificité de Deep End, c'est qu'il se situe à la jonction de deux périodes de son travail, et garde encore la vivacité de ses premiers films, tournés en Pologne ou ailleurs - par exemple en Belgique, Le Départ, avec Jean-Pierre Léaud - tout en montrant un goût de la composition plus affirmé. Deep End est stylistiquement le plus tenu de ses films des années 60 et 70, tout en conservant son goût de l'improvisation et de l'insolite.

Le making-of, inclus aussi bien dans le dvd que le blu-ray permet, une fois n'est pas coutume, de bien expliquer ce qui a permis cette réussite. En grande partie tourné à Munich, mais aussi à Londres, le film a bénéficié d'une équipe de collaborateurs (directeur artistique, chef-opérateur, etc) qui ont permis à Skolimowski de faire preuve de sa liberté habituelle au tournage tout en lui donnant la possibilité à tous les stades - de la confection des décors au filmage caméra à la main au montage - d'être à la fois assez précis et de resserrer le propos autant que possible (ses films précédents se caractérisant parfois par un flou narratif certain). Si le résultat est aussi réussi, c'est bien sûr parce qu'il a su choisir les acteurs idéaux, à la beauté et au charisme indéniables, mais aussi parce que le naturel de leur jeu est rehaussé par cette mise en scène aussi apparemment spontanée qu'elle est composée. La séquence à Soho, formidablement portée par les rythmes de la musique de Can, est à cet égard un exemple patent : précision absolue du cadre, du découpage et des mouvements de caméra, le tout donnant pourtant l'impression d'être capté dans le mouvement, sur le vif.

EDITION CARLOTTA 2011

Ce film avait quasiment disparu des radars depuis un bon nombre d'années. Sa ressortie en copies neuves en 2011 a été une des meilleures nouvelles de l'année pour les cinéphiles. Carlotta ayant orchestré cette ressortie en France, c'est logiquement cette maison qui sort aujourd'hui le film en dvd et en blu-ray. L'édition qu'ils sortent est presque rigoureusement la même que l'édition concoctée par le BFI il y a quelques mois : Deep End. A ceci près que le BFI propose des combos dvd + blu-ray, alors que Carlotta sort le dvd et le blu-ray séparément. La seule spécificité du blu-ray Carlotta par rapport au dvd en termes de supplément, c'est la présence d'un court-métrage de 10' de Francine Winham avec Jane Asher, "Careless Love", intéressant mais sans doute pas déterminant pour l'achat si vous hésitez entre les deux formats.

Pour ce film où les couleurs vives jouent un rôle aussi important, il était capital que le master HD soit impeccable. C'est presque le cas, 'presque' au sens où il n'atteint pas tout à fait la définition assez exceptionnelle des copies numériques ayant circulé en salles l'été dernier. Le résultat reste très bon, surtout pour un film d'une quarantaine d'années ayant eu besoin d'une bonne restauration, mais un petit cran en dessous de ce que j'ai vu en salles, me semble-t-il. La différence entre le dvd et le blu-ray, tout en étant notable, n'est pas considérable. Le master HD pour le blu-ray, très bon dans l'ensemble même s'il manque également un peu de définition et si les couleurs ont parfois perdu un peu de vigueur, conserve dans l'ensemble le grain du film, ce qui en l'occurrence semble plus que bienvenu. VOSTF et VF (PCM mono) de très bonne qualité, qui là aussi respecte le travail sur le son d'origine (en tout cas, en VO).

Outre le making-of de 75', globalement éclairant - avec les témoignages des principaux protagonistes, à commencer par celui de Skolimowski mais aussi de John Moulder-Brown et Jane Asher et de plusieurs collaborateurs artistiques - le dvd comme le blu-ray proposent un module de 8' permettant à ces protagonistes de revenir sur les scènes coupées. Comme celles-ci ont été jetées il y a déjà longtemps, à une époque où cela n'intéressait pas grand monde, le scénario et les témoignages restent les seuls témoins de ce qui a été enlevé. Cela est d'autant plus intéressant que les souvenirs des uns et des autres varient sur telle ou telle scène, les affirmations étant parfois contradictoires. La lecture par Etienne Daho du texte qu'il avait publié sur le film après l'avoir revu, seul supplément propre à l'édition française, n'est pas absolument essentiel, mais donne un bon exemple de ce que ce film a pu représenter pour plus d'un de ses spectateurs à l'époque.

Une fort bonne édition pour une redécouverte qui s'avérait on ne peut plus nécessaire. Un des films témoins de son époque, à n'en pas douter, mais qui a résisté mieux que d'autres au passage du temps. Et qui continue à distiller pleinement sa fraîcheur et son charme, mais aussi sa mélancolie de fond.

Pour un film plus récent de Jerzy Skolimowski, ne pas rater Quatre Nuits avec Anna.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Inégalable, absolu .., 22 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Édition Collector] (DVD)
Ce chef-d'oeuvre revu dans un TNB le mois dernier n'a pas pris une ride. La honte d'avoir attendu 40 ans pour une re-sortie officielle. Mon dvd pirate était une compensation sans prix. (Merci au passionné Etats-Unisien qui me l'envoya il y a quelques années.) Voir "le monde" ou "télérama" se faire passer pour des diffuseurs de culture tout en ignorant ce merveilleux film durant les dernières décennies, çà fait peur. On se sent un peu seul ... Rééditer les james bond avec le quotidien du week-end est en effet d'un grand courage. Pour les fous de cinéma, délectez vous de ces sensations. Les acteurs ont simplement la grâce. Un peu comme les légendes de la mythologie, les personnages sont marqués dans le marbre (ou le carrelage de la piscine). A l'image de Polanski ou d'un Salinger l'ambiance surpasse le fond apparent et, le labyrinthe intérieur des personnages se creuse au fur et à mesure que la neige fond.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Education sentimentale ratée, 21 juillet 2013
Par 
Mr. Daniel Zehnacker "Rimbaud "Dan" F... - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Édition Collector] (DVD)
Mike, 15 ans et vierge, trouve un 1er emploi dans un établissement de bains public, à Londres. Il y est accueilli par Susan, 23 ans, fiancée à un mec moche mais riche, qu'elle trompe avec le prof de natation amateur de gamines, qu'elle trompe également avec des clients pour arrondir ses fins de mois. Susan, cynique mais consciente, va tenter d'initier Mike à la rude vie des adultes. Elle n'y arrivera pas, car Mike va tomber amoureux d'elle d'une façon totalement obsessionnelle.
Dans le remarquable supplément (plus d'une heure) qui accompagne le DVD, Skolimowski raconte une anecdote fort édifiante : après une représentation à San Francisco, attablé dans un restaurant, il se fait aborder par un spectateur qui a assisté à la représentation, et qui lui explique qu'il n'a pas compris pourquoi, après 80 minutes de bonne rigolade, les 5 dernières minutes basculaient dans le tragique le plus inconfortable. Heureusement, les Européens avaient salué la grande particularité du film : son surréalisme. Un réalisateur polonais immigré (comme Polanski), un tournage en grand partie en Allemagne (Munich) et des acteurs anglais capables d'improviser au fil des scènes. Visions d'un peintre qui , petit à petit, remplace les verts et les jaunes par le rouge du sang, caméra incroyablement fluide (souvent tenue à la main) et constat sans appel que l'adolescence est un monde à part, qui est obligé de perdre ses illusions s'il veut pouvoir s'intégrer à la vraie vie.
Mais Mike, lui, n'en a pas les moyens. Il a beau pédaler à toute vitesse sur sa bicyclette, les cheveux dans le vent, il ne trouvera pas la force nécessaire pour sortir sa tête de l'eau de la piscine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique, insaisissable et imprévisible, 21 janvier 2013
Par 
Semper Victor "FB" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Blu-ray] [Édition Collector] (Blu-ray)
« Deep End », de Jerzy Skolomowski, tient une place à part dans l’histoire du cinéma indépendant. Ce film de 1970, sur une base assez classique - une histoire de séduction, de manipulation et de fascination entre Mike (John Moulder-Brown), un adolescent de 15 ans et Susan (Jane Asher) une jolie jeune fille, un peu plus âgée que lui, et par qui il est irrésistiblement attiré - se révèle complètement insaisissable et imprévisible.

L'action se passe dans un établissement de bains public assez sordide de l'East End, où travaillent les deux personnages principaux, et les rues très colorées du « Swinging London » ou se projettent les obsessions de Mike. La mise en scène est particulièrement brillante, avec notamment un art prodigieux de l'arrière plan annonciateur (le peintre qui passe du rouge sur le mur, le pagayeur qui effectue des esquimautages en canoë dans la piscine etc.). La photo et le jeu des couleurs sont également exploités avec un esthétisme consommé. Le scénario oscille entre légèreté et gravité, en parfaite adéquation avec les souffrances inhérentes à l'adolescence du héros. La scène finale, dans la piscine vide, est particulièrement réussie : inventive, intense et filmée avec beaucoup de style et un brin de surréalisme.

Devenu aujourd'hui film culte, « Deep End » est un film culte et indémodable, témoin à la fois d'une certaine époque et des qualités intemporelles du cinéma d'auteur. La bande son (Cat Stevens, Can) s'avère plus datée, pour notre plus grand plaisir.

La version Blu-ray lui donne une réelle jeunesse avec un très bon traitement des couleurs. Les bonus sont particulièrement intéressants.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'œuvre, 2 juillet 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Blu-ray] [Édition Collector] (Blu-ray)
Plus de quarante ans après sa sortie, le film éblouit littéralement.
On en sort bouleversé;. Un des plus beaux films sur le trouble et la naissance du désir chez l'adolescent mais aussi sur l'amour obsessionnel. L'émotion l'emporte in fine sur l'apprentissage de la cruauté. Ecriture, mise en scène, lumière, travail sur la couleur, direction, interprétation, décors: c'est du grand art. Le regard et l'imper jaune de Jane Asher restent à jamais gravés dans la mémoire. Aronovsky se souviendra de certaines scènes pour les séquences amoureuses de Requiem for a dream.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 deep end, 1 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Édition Collector] (DVD)
Je suis très satisfait de la qualité des images du film. Une belle évocation de la jeunesse anglaise des années 60 ainsi que des dangers de la jalousie maladive, de l'envie d'exclusivité !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 BON FILM, 3 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Blu-ray] [Édition Collector] (Blu-ray)
Qualité d'image très moyenne et son correct. C'est un film sur le parcours sentimental et sexuel d'un adolescent dans l'est Londonien. Ce film met bien en valeur tous les tourments qu'un adolescent rencontre à son âge. C'est bien interprété.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A voir !, 7 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Édition Collector] (DVD)
Un jeune ado de 15 ans timide et puceau, après avoir renoncé à poursuivre ses études, est embauché dans un établissement de bains où gravite sa collègue de travail, une jeune adulte perverse, un prof de gym libidineux envers ses élèves, de jeunes adolescentes, des clientes d'âge mûr attirées par sa belle jeunesse, dont fait partie la caissière de la piscine...Environnement étrange et sulfureux mais bien réel dans lequel il est obligé d'évoluer pour gagner sa vie...Va-t-il s'en sortir ou être " mangé " ? A voir absolument !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Joli petit film pop, reflet authentique d'une époque., 23 juillet 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep End [Blu-ray] [Édition Collector] (Blu-ray)
Petit film pop attachant, aux couleurs flash et à la composition très soignée.
Histoire intimiste, drôle et fantasmatique d'un adolescent tenaillé par la découverte de l'attirance sexuelles et sa volonté naïve et entreprenante d'en découdre coûte que coûte.
Sous des dehors simples, le film se montre assez féroce, et paraîtrait presque immoral 40 ans plus tard. Néo-puritanisme socio-politiquement correct de notre époque oblige.
Reflet assez éclairant et authentique d'une époque, les années 70, il nous offre une vision fraîche et cruelle, au plus proche d'un réalisme simple au quotidien, d'une réalité plutôt décrépie, teintée de tendresse et de cette part de fantasme et de folie plus ou moins assumés qui nous habitent souvent.
Le film mérite d'être vus plusieurs fois, parce qu'il ne s'offre pas au premier abord comme un récit des plus palpitants. Au delà de très jolies choses il pourrait même paraître un peu ennuyeux. Mais il se revoit avec intérêt. On s'y délecte à chaque fois de sa superbe photographie, de sa poésie, de son esprit surréaliste et finement loufoque.
Je préviens toutefois afin de ne pas faire de déçus: Film plutôt de cinéphile ou d'esthète que vraiment grand public.

En blu ray, très très belle qualité d'image. On aimerait que certains grands films atteignent ce niveau. Toujours cette même impression d'avant plans extrêmement détaillés, parfois de façon sidérante sur les visages notamment, et des vue d'ensemble toujours fort belles mais moins finement ciselées. Apparemment remarque courante pour le Blu ray, du moins ceux de bonne facture.

Mes étoiles très subjectives: ***** : chef d'oeuvre, film incontournable
**** : grand film
*** Bon film
** film de qualité inégale
* : film de peu d'intérêt
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Deep End [Édition Collector]
Deep End [Édition Collector] de Jerzy Skolimowski (DVD - 2011)
EUR 8,97
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit