undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
13
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:20,69 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 octobre 2011
En ces temps difficiles ou l'industrie du disque se casse la figure et les groupes qui vont avec,voir les très décevants albums d'incubus ou dredg.Il est plaisant de remarquer que des groupes intégres persistent encore a sortir des albums de qualité.C'est le cas avec The hunter de Mastodon,un album énorme avec des riffs tranchants et,surtout,un batteur énorme!The hunter est peut etre plus accessible que crack the skye,mais il est tout aussi bon,voir meilleur.Car les chansons sont plus directes et la production fabuleuse (Merci Mike Elizondo!).Un album de metal mélodique parfait!
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2011
Mastodon fait partie de ces rares groupes de metal qui à chaque album, accouchent d'une montagne. Délaissant la hargne de ses débuts au profit d'une approche mélodique complexe et bien sentie, le quatuor nous rappelle à quel point le métal progressif peut être jouissif ("The Octopus Has No Friends", "Bedazzled Fingernails"). Si les morceaux sont hardus, Mastodon privilégie sur cet album les titres courts (4mn de moyenne) et l'efficacité. Le chant, partagé à présent entre Hinds, Sanders et Dailor, est devenu un point fort du monstre ("Curl of The Burl", taillé pour cartonné, "Dry Bone Valley"): il ne manquera plus qu'au groupe de peaufiner le tout en live. Mastodon parvient encore à nous surprendre en étalant sa maestria au service d'un metal exigeant mais néanmoins couillu. Chapeau bas!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 octobre 2011
Mastodon ce groupe américain a accouché d'un dernier bébé, le cinquième : The Hunter.

Le quatuor, formé de Troy Sanders (basse et voix), Brent Hinds (guitare et voix), Billy Kelliher (guitare) et Brann Dailor (batterie), The Hunter a été enregistré avec le producteur Mike Elizondo(50 Cent, Alanis Morissette et Avenged Sevenfold).

Album surprenant!la première chose à remarquer : la pochette de l'album. Celle-ci illustre une sculpture de bois faite par l'artiste AJ Fosik. Cette œuvre imposante et puissante attire rapidement l'attention et intrigue, me faisant même penser ,à une autre époque, à certaines pochettes de Judas-Priest. Le travail méticuleux de Fosik peut être constaté dans le clip de la première chanson, Black Tongue.

Ceux qui avaient apprécié l'album précédant Crack the Sky et qui espéraient une poursuite dans la même voie seront peut-être déçus. Le style est un grand mélange: stoner métal,hard rock, mathcore... Rapidement on réalise assez vite que The Hunter est plein de belles surprises à travers ses 13 chansons qui ne se bornent pas à un seul style et explorent plusieurs terrains.
The Hunter possède néanmoins ce qu'il faut de tubes, de riffs ciselés, de moments de virtuosité jouissive (le groovy "Bedazzled Fingernails") et de hargne "Spectrelight") pour satisfaire les plus exigeants. On notera aussi que le spectre sonore parcouru sur l'album a le mérite d'être large (du plus aérien au plus virulent), mais aussi le défaut de manquer de cohérence et ce pourrait être le reproche de cet album, de trop s'étendre et de manquer d'unité. Mais le talent de ces quatre musiciens de part leur créativité musicale ne nous laisse pas indifférent à l'écoute de The Hunter.

Sanders et Hinds se partagent encore une fois la majeure partie du travail vocal et leurs voix sont une des choses les plus reconnaissables à l'écoute, ajoutant un charme incontestable à leur musique. Les solos fusent évidemment à travers The Hunter, alors que le batteur Dailor y met du sien. Ce dernier a aussi pour la première fois composé et chanté une chanson complète, l'extravagante Creature Lives. Petite anecdote, qui est tout de même de taille pour être précisée :le chanteur de Neurosis, Scott Kelly, a par ailleurs prêté sa voix au groupe sur la chanson Spectrelight, l'un des meilleur titre de l'album. Outre Black Tongue qui ouvre l'album sans fioriture, mention spéciale à Octopus Has No Friend. The Sparrow conclut à merveille, dans un style un peu plus lourd que le reste du CD.

Très accessible, la musique de Mastodon ne s'adresse pas qu'aux fans de métal, bien au contraire, c'est une œuvre faite sur une ouverture, une invitation à leur style musical, qui évolue. Les puristes seront peut-être déçus, tandis que d'autres adoreront, la vérité est au milieu. The Hunter, un des albums de l'année 2011.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2011
Ayant pris mes distances avec le Metal depuis quelques années, Mastodon m'a remis les pieds sur l'étrier en portant fiérement la torche du Metal qui fait réver, celui qui vous fait sentir comme un dieux tout puissant!

L'album précédent, Crack The Skye, était une excellente oeuvre progressive qui nécessitait plusieurs écoutes pour commencer à l'apprécier et beaucoup plus pour en appréhender toutes les subtilités. Ici,le groupe semble avoir souhaité revenir à plus de spontanéité et à un feeling plus rock n' roll. Un album beaucoup plus direct et accessible, un peu plus commercial peut être mais en tout cas jouissif. Peut être s'agit-il aussi d'un plan de carrière: Mastodon vénère Metallica et comme lui vient de sortir un album bourré de tubes instantanés (The Hunter = leur Black Album) après un opus plus complexe et progressif (Crack The Skye= And Justice For All).

Troy Sanders a fait d'énormes progrès au chant et nous en fait profiter sur la majorité des morceaux. Chanteur par défaut aux commencement du groupe, il est désormais dôté d'un organe puissant et nous régale particulièrement de ses refrains conquérants. Brent Hinds, au timbre voisin de celui d'un Ozzy Osbourne, chante malheureusement peu et se concentre sur son jeu de guitare, laissant plus de place à la voix du batteur Brann Dailor (batteur exceptionnel, chanteur tout juste passable).

La musique mérite facilement cinq étoiles. "Black Tongue", "All The Heavy Lifting" et "Spectrelight" sont de bonnes tranches de Metal à l'ancienne, héroïques à souhait. "Curl Of The Burl" est un pastiche stoner obsédant (qui finit par légérement lasser). "Blasteroid" est un titre totalement crétin, à la fois dans les musiques et les paroles, rappelant le pire du rock californien mais finit par devenir un petit plaisir coupable. Mastodon nous prouve en tout cas qu'un groupe de Metal peut ne pas se prendre au sérieux tout en assurant la boucherie. "Stragasm" joue dans sa propre catégorie: du metal planant sous acide, l'une des grande réussite de l'album. "Octopus Has No Friend" contient des vocaux au.... vocoder! Surprenant mais très efficace. "The Hunter" est une superbe ballade psychédélique avec un texte clin d'oeil aux Beatles. "Dry Bone Valley" rappelle les Queens Of The Stone Age. "Thickening" est le morceau le moins évident de l'album mais se révèle tout à fait génial. "Creature Lives": une pièce progressive, planante chantée par Dailor après une intro de basse mélodique de Troy Sanders. Inattendu, risqué et réussi! "Beddazled Fingernails" fait écho à "Thickening" tandis que "The Sparrow" finit l'album en douceur et laissera l'auditeur réfléchir sur son texte magnifiquement concis: "pursue happiness with dilligence". Cinq étoiles donc...

Non quatre! Car il faut désormais passer à ce qui fâche: la production/mixage de l'album. Horrible. Là où "Blood Moutain" et "Crack The Skye" bénéficiaient d'un son clair et puissant, permettant d'apprécier toutes les subtilités du jeu de guitare de Brent Hinds et Bill Kelliher, le groupe a ici décidé de confier la production à Mike Elizondo plutôt habitué à la pop et au hip hop. Et force est de constater qu'il ne suffit pas de vouloir s'encanailler avec un groupe de metal, encore faut-il savoir faire sonner les grosses guitares! Ici, vous n'entendrez que le chant et la batterie, mixée bien trop en avant. Les guitares ont une saturation horrible, tout en médium et aigu ce qui fait qu'il est tout à fait impossible, non seulement de les dissocier entre elles et d'entendre clairement ce qu'elles jouent, mais surtout d'écouter l'album au casque sans saigner des oreilles! Ce qui a mon sens plombe sérieusement l'album et gâche considérablement le plaisir d'écoute. Je ne suis pas un maniaque du son mais là je m'étonne que personne ne fasse de remarque sur ce point. Finissons quand même sur une note positive: ce Mike Elizondo a malgré cela de bonne idées, voir par exemple la longue intro synthé-basse de "Creature Lives" ou l'effet cosmique de celle de "Stargasm".
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Et le voilà, ce très attendu cinquième album commis par les poilus d'Atlanta, depuis leur formation en 2000 qui a bouleversé le morne paysage du rock burné, en balançant dans nos pavillons un metal dru et bien fichu, entre stoner, prog et heavy mélodique.

Richesse. Le mot est lâché... Clairement, Mastodon est bourré d'idées, de riffs d'enfer, d'arpèges et de mélodies improbables et pourtant tellement cohérentes. Toujours redoutablement homogène dans leur qualité, les titres s'y enchaînent sans se ressembler, avec ce nom de nom de batteur qui a du se faire greffer des bras en kevlar.

Pour les connaisseurs, on dirait "Blood Mountain", mais avec les 3 voix déjà balancées sur "Crack The Skye". Le côté bourrin et pêchu des premiers opus avec la finesse de la galette de 2009 en plus, voilà en gros comment je traduirais ce petit coup de maître. "The Hunter" se veut ainsi un peu plus accessible, juste histoire de pouvoir le faire écouter à ses potes adeptes de la musique plus civilisée, sans passer pour un gros bourrin.

Merci de réinventer le metal, ô colossal groupe...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2011
Enfin un grand album de hard-rock / metal car les deux styles sont bien présent ici, comme il ny en a pas eu beaucoup depuis black sabbath ou kyuss. les puristes de metal qui latte des débuts seront décus mais les amateurs de hard-rock/metal seront ravis avec quelques superbe envolées digne des meilleurs pink floyd.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2011
Pour ceux qui connaissent un peu Mastodon, ceci est le troisième album de leur deuxième grande période débutée avec "Blood Mountain" et certainement le plus abouti. Les riffs simplifiés dans l'ensemble ainsi qu'une batterie elle aussi épurée (ils gardent tout de même deux trois pirouettes techniques du plus bel effet) sont encore plus efficaces et puissants. Un travail sur les voix remarquable et des arrangements intelligents et digestes font de cet album une référence du genre, ni plus, ni moins !
On perçoit des références jusqu'ici absentes ou sous-jacentes telles que cet immense groupe qu'était Alice In Chains, ou encore les non moins immenses Pink Floyd (la clôture de l'album est envoûtante). Tous cela donne un corps et une personnalité à ce groupe qui les fait passer de groupe Metal/old school/technique sympa à référence incontournable !!!
Ca fait trois fois le mot référence en deux phrases, je peux pas dire mieux...ah si ! Au Bataclan le 20.01.2012, courez-y !!!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2012
Dans la production musicale actuelle où justement la créativité est souvent absente, voire souvent trop inspirée par d'autres, voila un album dans lequel il fait bon s'immiscer pour découvrir de nouveaux univers...

Le bal commence sur la furie de "All The Heavy Lifting" puis se poursuit sur le monstrueux et étrange "Bedazzled Fingernails" qui après une introduction déroutante nous plonge dans une ambiance des plus remuantes... tout comme le "Black Tongue' qui suit.
Le calme ne viendra qu'à partir de "Creature Lives"... L'album continuant ensuite ses enchainement d'ambiances particulièrement réussies jusqu'au mastodonte de l'album : "Spectrelight" juste avant d'enchainer sur des atmosphères plus nuancées.
Une nouvel apaisement venant à l'écoute de l'excellent "The Sparrow", l'album se terminant sur le magnifique et très inspiré "Thickening".

Cet album démontre que nous avons à faire à de vrais bons musiciens, qui savent à la fois maitriser leur instruments, varier les atmosphères et avoir de l'inspiration... un seul regret pour moi, l'album est un peu court... que 52 petites minutes...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2013
J'ai découvert ce groupe avec "crack the skye" qui m'avait déjà mis une bonne claque.

Cet album est dans un style moins progressif, mais rien n'est à jeter dans ce disque !

Ils ont tout de même été notés 9/10 dans le magazine ROCK HARD !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2011
... voire déçu au début par le côté Rock chanté de ce nouvel album.
Je pensais que Mastodon allait revenir vers un côté plus sludge après Crack the Skye et leur prestation au Sonisphere allait dans ce sens !

Cependant, passé la surprise et malgré 2/3 titres auxquels je n'adhère pas (The creature lives), cet album est un nouveau très bon cru de Mastodon !

A écouter ! :)
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,18 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)