Commentaires en ligne 


8 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 100% BIO
Après avoir eu la chance d'interviewer Daniel Gildenlöw par téléphone pendant une bonne quarantaine de minutes, et écouté Road Salt Two en boucle pendant presque deux semaines, alterné avec Road Salt One pour être bien sûr d'avoir tout compris, je crois pouvoir vous annoncer que Pain Of Salvation est le premier groupe 100%...
Publié le 22 octobre 2011 par Didier Lalli

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Remake pas très utile.....
J'ai aimé RS 1 donc je deavrais aimer le second acte..... Et bien; voili voilou, après de nombreux mois d'écoute je n'arrive pas à le hisser au niveau du premier... Cas de conscience? Sûrement ca rien n'est bien différent du premier ici, avec des compos toujours bien étudiées et la belle voix du beau gosse Daniel. C'est...
Publié le 31 mars 2012 par S. Jacques


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 100% BIO, 22 octobre 2011
Par 
Didier Lalli - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
Après avoir eu la chance d'interviewer Daniel Gildenlöw par téléphone pendant une bonne quarantaine de minutes, et écouté Road Salt Two en boucle pendant presque deux semaines, alterné avec Road Salt One pour être bien sûr d'avoir tout compris, je crois pouvoir vous annoncer que Pain Of Salvation est le premier groupe 100% Bio, et que Road Salt Two (comme le One) est bien un album 100% Bio, garanti sans additif et sans effet superflu. Le virage était déjà bien amorcé avec Road Salt One (même avec le Linoleum murmurent certains), Road Salt Two ne fait que confirmer ce retour à la terre, à la musique vraie, sans une once de tricherie, ce son vintage qui caractérise Pain Of Salvation aujourd'hui. Si vous avez détesté Road Salt One, et même si je suis surpris, je dois avouer, qu'il me sera très difficile de vous convaincre avec son jumeau Road Salt Two, tant la suite est logique (essayez quand même). Si par contre vous aviez aimé, ou comme pour moi, vous avez appris à aimer ce nouveau style minimaliste et pur du groupe alors vous serez tout aussi conquis par le deuxième volet.
Quand on lit l'interview, on réalise que Daniel est dans une démarche particulière, qu'il est en croisade (vaine ?) contre les super productions, contre le son surfait, voire contrefait des albums modernes. Selon lui 90% des artistes sont visés. Lui propose une démarche vraie, sans artifice, d'où mon idée du 100% bio.
C'est vrai que le son de Road Salt Two (tout comme son prédécesseur) fait très années soixante-dix. Le son de la batterie est minimaliste (pauvre Léo !) tout comme le son des guitares, laissant le champ libre au chant, toujours exceptionnel de Daniel.
Coté compositions, c'est encore du bon. Après une intro symphonique, sympa (moi elle me fait penser au boléro de Ravel bizarement), Softly She Cries ouvre vraiment l'album. C'est un morceau faussement mou, lancinant, avec un gros riff de guitare et une signature de temps improbable. L'émotion du chant de Daniel est déjà énorme, encore mis en valeur par la lourde rythmique et le retour des violons du thème d'intro. C'est probablement le morceau qui ressemble le plus au style Pain Of Salvation d'antan. Sur Conditioned, on ne peut s'empêcher de penser à Linoleum, dans le style c'est très proche, avec aussi un break lent et très beau dans son milieu. J'aime beaucoup l'ambiance médiévale de Healing Now, qui rappelle beaucoup le live acoustique 12:5 et aussi un passage de Be. C'est un morceau aux guitares acoustiques, très beau, captivant, où la voix de Daniel est très en valeur. le décor change carrément pour To The Shoreline, dont l'intro pourrait bien être la musique d'un western d'Ennio Morricone. C'est une chanson magnifique, tout en contraste et au chant en petites touches. Daniel pousse la chansonnette assez haut dans les aigus, sur une très belle mélodie, on a l'impression de galoper sur une plage. Eleven nous emmène dans une ambiance hippie, très années soixante-dix, un peu psychédélique. L'ombre de Janis Joplin plane sur le morceau : les chœurs, le son des guitares, les tambourins, les hurlements de Daniel, le petit break du milieu et son changement de rythme hyper rétro, tout est dans le même trip.
Avec 1979, Daniel semble porter le deuil de la décennie qui s'achève. C'est un morceau qui rappelle Sisters, très doux, au chant et au piano. Un moment de grâce comme Daniel et son team savent nous les concevoir. Comme avec Softly She Cries, on retrouve dans The Deeper Cut un Pain Of Salvation plus traditionnel. J'aime bien ce morceau, où le chant est encore impressionnant, et où on note aussi une belle démonstration du jeu de batterie de Léo. Le seul truc qui me gêne un peu, c'est la répétition d'une phrase par les chœurs, pendant que le morceau monte en puissance. Ca prend un peu la tête. Dans Mortal Grind on alterne les moments calmes et le chant torturé de Daniel. C'est plutôt bien foutu. je trouve Through The Distance encore magique, un peu comme Road Salt dans le premier volet. La mélodie est superbe, le chant de tête de Daniel encore très beau. Le morceau the Physics Of Gridlock est une sorte de morceau OVNI, bien conçu, avec une musique assez lancinante et répétitive, une belle mélodie, un bon refrain. La fin est aussi étonnante, puisque chantée en Français, avec un accent qui force un peu à tendre l'oreille. C'est un peu mystérieux. L'album se finit sur End Credits, un morceau symphonique, avec pas mal de violon qui, si on réécoute l'album, s'enchaine sur le premier.
Je note aussi que deux morceaux du Linoleum EP sont passés à la trappe, puisqu'il ne sont ni dans Road Salt One ni dans celui ci. Il s'agit de If You Wait et de Gone. Ca nous rend l'EP plus collector encore.

Avec Pain Of Salvation, on se dit que les hippies sont de retour, mais les hippies modernes, des hippies 2011, obnubilés par la pureté de leur son, le son vintage des années soixante-dix. Peut être pas un album facile d'accès mais, ni plus, ni moins que Road Salt One. Mais quand vous en trouvez la clef, c'est du bon, du beau, du bio...

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un immense soulagment, 17 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
PAIN OF SALVATION possède un don particulier, le petit truc en plus qui fait toute la différence, c'est indéniable. Des albums comme The perfect element part 1 (2000), Remedy lane (2002), Be (2004), sans oublier le live acoustique 12 : 5, l'avaient confirmé de bien belle manière en associant l'émotion à une grande maîtrise technique.
Néanmoins, le changement radical amorcé sur Road salt one, le malaise ressenti à l'écoute de cet album qui prenait un virage à 90° et qui manquait d'unité, m'avait fait craindre le pire pour ce Road salt two, à tel point que j'ai longtemps hésité à me le procurer !
Après écoute, je dois dire qu'il est bien plus riche et inspiré que le premier volet. Il est en effet dans la même veine que son prédécesseur, l'esprit old school est toujours aussi présent mais de façon bien plus cohérente.
Même si le groupe s'est éloigné de la complexité musicale, l'on retrouve l'âme de POS, c'est-à-dire cette espèce de mélancolie qui transpire à travers sa musique et qui marque l'identité du groupe depuis ses débuts.
Tous les morceaux s'avèrent très réussis, bien plus marquants que le premier essai. Le son des guitares est clair et tranchant et non pas gras et saturé. On pourrait presque en dresser une filiation entre Road salt one et le mélancolique Remedy Lane à l'écoute du dynamique The deeper cut ou du très progressif The physics of gridlock où Daniel GILDENLÖW chante des passages en français. Sa prestation vocale est envoûtante de bout en bout et correspond parfaitement à la musique.
L'ombre alterne avec la lumière pour offrir des moments intenses et contrastés, comme To the shoreline et son refrain à la Ennio MORRICONE. Et que dire d'healing now, plus intimiste, laissant le champ libre à la voix d'exception de GILDENLÖW.
Au final, cet album là est un immense soulagement. Un joyau de rock progressif éclectique qui comptera parmi les meilleurs albums de progressif parus en 2011.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 C'est du bon!, 29 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
Après un Road Salt Ivory vraiment appréciable et apprécié car très rafraîchissant, j'attendais avec une grande impatience le dernier POS... Et ben une fois n'est pas coutume, je ne le trouve vraiment pas excellent... Il est chouette, bien ficellé, avec la même production que Ivory, mais il n'y a pas de chanson qui accroche autant que sur les autres albums... Je le trouve donc un peu plat, un peu fade. Mais j'attends quand même le prochain avec impatience (sans Johan Halgren... snif...)!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Remake pas très utile....., 31 mars 2012
Par 
S. Jacques "topprogr" (frqnce) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
J'ai aimé RS 1 donc je deavrais aimer le second acte..... Et bien; voili voilou, après de nombreux mois d'écoute je n'arrive pas à le hisser au niveau du premier... Cas de conscience? Sûrement ca rien n'est bien différent du premier ici, avec des compos toujours bien étudiées et la belle voix du beau gosse Daniel. C'est peut-être pour cette raison d'ailleurs : POS nous a jusqu'à présent proposé des disques successifs qui ne ressemblaient guère aux préxédents tout en gardant une identité remarquable. Alors au lieu d'attendre plus d'un an pour nous proposer ce second opus qui sonne de la même manière que le précédent, peut-être aurait-il mieux valu nous proposer d'emblée un double CD. Et chaque auditeur aurait pu zappé les morceaux inutiles car il y en a dans les deux! Car entre temps de l'eau a coulé sous les ponts et des choses plus passionnantes sont sortis (par exemple Opeth). Je déplore aussi (comme le premier) ce son vraiment bizarre, même pas "rétro", mais plutôt "cheap' (écoutez moi ces synthés "Bontempi"" indignes du prog!!) qui gâche quand même beaucoup l'écoute.
Tout cela se situe bien sûr à un haut niveau musical, mais franchement POS peut mieux faire.....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 Production catastrophique !, 29 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
Impossible de rentrer dans cet album et d'essayer d'apprécier les compos avec un son pareil !
C'était Ennio Morricone le directeur artistique ? Parce que je n'ai pas entendu un son de guitare aussi pathétique depuis les westerns spaghetti...
La batterie, c'est juste une blague ! Et la basse, si vous l'entendez, vous avez des oreilles extra-terrestres.
C'est du niveau d'une démo enregistrée dans un garage, ça casse les oreilles. C'est pire que l'album précédent, ce qui relève de l'exploit.
Porcupine Tree à côté, c'est du death.
Je retourne écouter Eumeria.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 J'aime mais ... dommage, 15 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
Avec deux albums (road salt one et two) ils auraient pu en faire un mémorable.
Fan de rock progressif, savez qu'on s'éloigne du "progressif" de plus en plus, mais cela reste quand même de l'excellent rock.

Le One est assez hétérogène: des morceaux géniaux qui accrochent dès la première écoute, déroutants mais beaux, mais aussi d'autres (2 ou 3) à mettre directement à la poubelle.
Le Two est dans la même sonorité, il est plus homogène, rien à jetter, mais rien non plus qui fasse sauter au plafond (plus easy listening).
Nous voila bien embêté avec 2 galettes qui auraient du n'en faire qu'une seule.

Au final s'il ne fallait en garder qu'un, je garderai le One pour les morceaux envoutants et attachants : Darkness Of Mine, Where It Hurts, Curiosity, Linoleum, qui peuvent tourner en boucle sur la platine, ce qui n'est pas le cas justement du Two qui restera au placard après quelques écoutes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 the artist, 27 février 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
meilleur role, meilleure réalisation, meilleurs arrangements ect....: daniel devrait rafler un max de récompenses avec cet album ambitieux,créatif, intime , débarrasé de tout superflu, un pied dans les années 70 et l'autre dans un modernisme visionnaire; j'ai succombé à ce petit joyau musical.
j'ai eu la chance de voir leur concert avant hier et j'avoue qu'au bout de 30 secondes de concert un flot d'émotions intenses
m'envahissait, je restais en extase jusqu'à la fin du concert.
quelle claque: pain of Salvation et son génie de chanteur venait de ringardiser un paquet de groupes de métal , de prog. et de
chanteurs que j'écoute régulièrement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Pain of Salvation, 7 décembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
Excellente suite de l'album "Road Salt One". J'aurais aimé voir ce groupe en tournée, mais il ne vient pas dans ma région.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit